Le député Assaf solidaire de Bernard Cazeneuve

Christian Assaf, député de la 8ème circonscription de l'Hérault nous communique:

INDECENCE ET ARROGANCE, NICOLAS SARKOZY NE CHANGE PAS

 Nicolas SARKOZY a, une fois de plus, dépassé les limites de l’indécence en s’en prenant violemment à Bernard CAZENEUVE et en usant à son propos de la formule « ce qui nous sert de Ministre de l’intérieur ».
Ainsi, il démontre une continuité, une amnésie et une impasse.
Une continuité dans l’attitude arrogante qui caractérise sa carrière politique et le  quinquennat durant lequel il a occupé la fonction de Président de la République. Régulièrement et depuis toujours, pour quelques lignes dans la presse, Nicolas SARKOZY use, et abuse, des raccourcis, des railleries et des insultes.
Une amnésie car il semble oublier dans quel état il a laissé la France et les forces de l’ordre à la fin de son quinquennat. Non seulement, la dette de la France a augmenté de 600 milliards d’euros, les effectifs de Police et de Gendarmerie ont diminué de 13 000 postes mais le Ministre de l’intérieur, qu’il a lui même nommé, a été condamné pour complicité de détournement de fonds publics et recel pour avoir perçu personnellement, et avoir reversé à trois membres de son cabinet, des primes en espèces prélevées sur les frais d’enquête et de surveillance des policiers, alors qu’il était Directeur de cabinet du Ministre de l’intérieur Nicolas Sarkozy, entre 2002 et 2004.
Une impasse car les forces de l’ordre ont besoin de respect et de considération plutôt que de polémiques politiciennes stériles. En s’en prenant ainsi au Ministre de l’intérieur, c’est la République et les corps, dont celui de la Police, que Bernard CAZENEUVE représente, que Nicolas SARKOZY attaque et dévalue. Les agents de la Police nationale n’ont ni à être utilisés dans la campagne des primaires de la droite, ni à faire l’objet de stratégies nauséabondes de la part d’un candidat à la peine dans les sondages.
Personnellement, je renouvelle mon respect à ces femmes et à ces hommes qui risquent leur vie au quotidien et qui ont vu leurs missions décupler ces derniers mois, en raison, notamment, de la menace terroriste. Depuis 2012, j’ai approuvé les créations de postes et les augmentations de crédits. Je continuerai dans les mois qui viennent à les voter et à être un relai de ces serviteurs de la République et de leurs représentants.
Je renouvelle également mon soutien au Ministre de l’intérieur qui a, depuis sa nomination, toujours été à la hauteur affirmant toujours plus sa grandeur : celle qui forge les Hommes d’Etat.

Christian Assaf
député de la 8ème circonscription