Ciné archi, place Sainte-Anne le 26 septembre

La Maison de l’architecture Occitanie-Méditerranée vous invite à la projection du film-documentaire "Bali Construire l'harmonie" à Montpellier le jeudi 26 septembre 2019 à l'occasion d'une projection en plein air en centre-ville.

Un événement réalisé avec le soutien de la Direction Régionale des affaires culturelles, l'Ordre des architectes Occitanie et la ville de Montpellier.

Jeudi 26 septembre à 20h00 - Cinéma plein air - Place Sainte Anne à Montpellier

20h00: présentation & échange avec l'équipe du film
20h30: projection du film Bali Building Harmony

"Ce documentaire s’intéresse à la relation qu’entretiennent les Balinais avec leur habitat.

Celui-ci est traditionnellement le fondement de l’équilibre de la vie sur terre.

À l’heure où Bali se fait grignoter du terrain par les promoteurs immobiliers et se proclame destination touristique numéro un sur Trip Advisor, y a-t-il un espoir pour que son patrimoine architectural survive ?"

Un documentaire produit par Artcam Production et réalisé par Baptiste Mallet, ancien étudiant en architecture de l'Ensa Montpellier. 

Entrée libre et gratuite.

Montpellier, découvrez le futur quartier de l'EAI

Balade commentée par l'architecte François Percheron, samedi 28 septembre 2019

Participez à une balade urbaine au cœur du futur quartier du site de l'EAI et découvrez la nouvelle Zac qui sera présentée par l'architecte montpelliérain François Percheron.

La Maison de l’architecture Occitanie-Méditerranée, en partenariat avec la Halle Tropisme dans le cadre du festival "Métropolisme - la ville de demain" proposent de découvrir le samedi 28 septembre à 14h, le futur quartier de l'EAI.

Un véritable lieu de vie

Situé à 1,5 km du centre-ville et de la gare de Montpellier Saint- Roch, le quartier EAI offrira un second souffle à l’ancienne École d’Application de l’Infanterie et au Parc Montcalm.
Ce sera non seulement un quartier mixte alliant logements, commerces, bureaux et équipements publics tels qu’un groupe scolaire, crèche et parc, mais également le cœur des industries culturelles et créatives de la métropole de Montpellier. Entre patrimoine et nouveau bâti, entre structures pérennes et architecture éphémère, le quartier donnera une nouvelle vie au site afin de l’ériger au rang de véritable Cité créative.
Au-delà d’une ambiance urbaine de faubourg, c’est un quartier où il fera bon vivre, travailler, étudier, flâner, s’activer dans un lieu chargé d’histoire et de renouveau à 10 minutes à pied du centre-ville. Le site sera desservi à terme par la 5e ligne de tramway et par plusieurs lignes de bus urbains aux stations de tramway Saint-Denis et Mas Drevon.

Un projet réalisé par Marteen Van de Voorde Architecte Paysagiste.

A 14h, point de départ à la Halle Tropisme 121 rue Foncouverte 34070 Montpellier 

Association au 04 67 73 18 18 ou à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  ou M'aOM au 07 81 67 40 97

La M'aOM est une association qui vise à sensibiliser et à diffuser la culture architecturale auprès du grand public.
 
5€/personne - 8€/couple

Site Saint-Pierre la renaissance d’un lieu emblématique à Sète

Un balcon sur la Méditerranée très attendu par les Sétois

riepjoopi

Situé entre le Môle et le théâtre de la Mer et fermé depuis plusieurs années, le site Saint-Pierre vient d’être complètement rénové. Après d’importants travaux de mise en valeur, ce balcon sur la Méditerranée a été rouvert aux Sétois. Un aménagement qui s’inscrit dans la volonté de la Municipalité de développer les espaces de vie propices aux échanges, à l’image de la promenade de la Corniche de Neuburg et bientôt d’un jardin au pied du Fort Richelieu et d’une voie verte au nord de la Ville.

riephgjhklInaugurationSiteSaintPierre0024

Jusqu'aux années 60, le lieu abritait un stand créé par les frères Marty, champions de gymnastique. Il fut le rendez-vous incontournable des sportifs sétois et des scolaires. Le vaste hangar fut abandonné à la mort des Marty avant d'être démoli. A partir de 2000, le site est devenu jusqu'en 2012 un lieu de restauration et de fête prisé par les Sétois et les visiteurs.

A nouveau, ce balcon sur la Méditerranée va permettre au public de profiter d’un point de vue exceptionnel. Classé et protégé, cet espace de 1,2ha a été repensé et aménagé dans le respect de sa configuration d’origine. Un chantier respectueux des origines Le chantier, piloté par la Ville, a débuté fin mars. Le site a été réhabilité dans des tons clairs avec des terrasses et belvédères. Les murs de soutènement abîmés par le temps et les coups de mer ont été restaurés sans rien dénaturer.

Pour correspondre à l'esthétique d'origine, beaucoup de pierres ont été récupérées sur place, d'autres ont été amenées de carrières locales. Sur la partie haute, un panoramique a été réalisé. Un cheminement piétonnier en pente douce et des escaliers ont été créés pour rétablir un accès au front de mer qui existait dans l'ancienne configuration. Les espaces sont sécurisés par des ganivelles en bois et en métal.

Des creux dans la roche, vestiges d'anciennes activités, accueillent deux exploitants saisonniers, un glacier et un écailler, afin de créer un endroit propice à la détente. Le site Saint-Pierre est intégralement réservé aux piétons. Des WC publics avec accès pour les personnes à mobilité réduite seront opérationnels dès septembre. En attendant, des WC provisoires ont été installés sur la terrasse haute.

200m² végétalisés

Le parti pris de cette réhabilitation a été à l'évidence de conserver l’aspect minéral du site. En attendant qu'une végétation s'implante là d'une manière naturelle, la ville a décidé de végétaliser 200m² en pied de falaise. La palette végétale pressentie se compose de Limoniastrum monopetalum 'Carnaval', plus communément appelé ''lavande de mer'', dont le feuillage persistant de teinte gris bleuté est un remarquable couvre-sol et qui développe en été une floraison abondante de Halimione portulacoides ou ''Obione faux-pourpier'' aux fleurs jaunes en forme d’épis, et de Limonium latifolium appelée ''Statice bleu'' qui fleurit aussi en été.

Toutes ces essences résistent très bien aux embruns, aux sols pauvres et à la sécheresse. Comme il n'est pas possible de planter en plein été, ces végétaux seront mis en terre au mois de septembre/octobre. Les tranchées ont été creusées et le terrain préparé par le Service jardins et paysages de la ville.

Sachant que l’architecte des bâtiments de France préconise expressément de procéder à des plantations non pérennes pour permettre au site de se régénérer naturellement, et de revenir progressivement à sa flore d'origine. 

Historique du déroulement de l’opération

  • • Fin 2012 - début 2013 : projet dessiné par l’architecte FAYEL présenté en commission des sites le 11/12/2012, le site Saint-Pierre étant situé dans le périmètre du théâtre de la Mer
  • • Début 2013 : démolition des équipements en place
  • • Mars 2014 : attribution d’une autorisation d’urbanisme établie sur le projet présenté à la commission des sites qui l’a validé, prorogée jusqu’au 4 mars 2019
  • • Second semestre 2014 : investigations et recherches structurelles de confortement des murs
  • • Automne 2018 : sondages et investigations géotechniques
  • • 1er août 2018 : lancement de la consultation en vue de réaliser les travaux de réhabilitation du site Saint-Pierre sous forme de marché de conception/réalisation du fait des difficultés d’accès au site et de la complexité technique de confortement des murs de soutènement.
  • • 28 décembre 2018 : attribution après négociation du marché au groupement BUESA - INTERVIA (Groupe MERLIN) - Agence//K//architectes - STRAS
  • • Mars 2019 : démarrage effectif des travaux après les mois d’études et de préparation.
  • • 27 juillet 2019 : ouverture au public. 

Données techniques

  • • Une terrasse haute dédiée aux besoins d’accès techniques et à la promenade de 1150m2, et un cheminement stabilisé d’aspect sable naturel.
  • • Une terrasse intermédiaire et promenade dédiées exclusivement aux piétons et aux commerces installés dans les alcôves, toujours d’aspect naturel pour respecter les prescriptions de la commission des sites.
  • • 80 ml de murs reconstruits en béton et parement pierre jusqu’à 5m de haut
  • • 175 ml de murs conservés et rénovés
  • • 110 ml de garde-corps déposés, nettoyés, protégés et reposés côté boulevard, équipés d’une nouvelle lisse en bois de Robinier
  • • 215 ml de garde-corps métal reprenant l’esthétique des ganivelles
  • • 50 ml de barrière mixte bois/métal haute de 1,10m reprenant l’esthétique des ganivelles.
  • • Aménagement de 2 surfaces commerciales pour un glacier (13,50 m²) et un écailler (27 m²)
  • • Création de sanitaires automatiques Coût de l'opération TTC : 1 325 398,39 € Subventions : Etat (DSIL) : 118 587 € - Région : 116 000 €

Restitution d'un habitat gaulois à Lattes le 19 juin

Archéologie expérimentale : visite d’un chantier en cours le mercredi 19 juin 2019 à 10h et à 14h

Visites guidées du chantier de restitution d'un habitat gaulois
Dans la continuité des Journées nationales de l'archéologie, venez visiter le chantier de restitution de la maison gauloise, et découvrez les différentes techniques de construction d’un habitat en terre crue.

Ce projet est mené par l'équipe du musée et les étudiants de l'École Nationale Supérieure d'Architecture de Montpellier.

              

Tout publicdans la limite de 30 personnes. Entrée libre

Pour en savoir plus :  04 67 99 77 20

Bus Ligne 18  Lattes Centre
Tramway Ligne 3 Lattes Centre.

Le château de Mauguio reprend vie !

A Mauguio, à 15 km à l'Est de Montpellier, le château des comtes de Melgueil a retrouvé son prestige originel et fait la fierté des habitants de la ville.


Avec le savoir-faire de nombreux corps de métiers - maçons, tailleurs, mosaïstes, menuisiers - le château inauguré le 15 mars 2019 se dévoile et vous invite à découvrir ces précieux vestiges lors de visites guidées sur inscription.

Après un an de réhabilitation, la demeure des Comtes de Melgueil, située au pied du Jardin de la Motte, cachée entre le plan Izard, les rues Diderot et de la Monnaie révèle de précieux vestiges. Voûtes exceptionnelles, cheminée monumentale, décor peint, plafond à la française... dans l'intimité de ce château se raconte l'histoire de Mauguio.

Par son histoire et son architecture ce bâtiment en plein cœur de Mauguio représente un site patrimonial exceptionnel. Pendant plusieurs siècles les Comtes de Melgueil ont eu une grande importance économique et politique sur tout le Languedoc. « Au cours du temps le château a connu beaucoup de transformations. La partie que la ville a restaurée va permettre de présenter l’histoire exceptionnelle de cette seigneurie qui fut très puissante et à l’origine de la naissance de Montpellier » explique Laetitia Dalbègue, responsable culturelle de la ville.

Le destin de cette famille très influente de Septimanie trouve ses origines dans l’aristocratie wisigothe. Cette dynastie est à l’origine de la création de la ville de Mauguio avec l’édification de la Motte castrale, symbole du pouvoir local. Surplombée d’un donjon de bois, elle faisait alors office de tour de guet et d’habitation pour les Comtes. Le village s’est ensuite développé autour de cette butte.

Avec une vue s’étendant jusqu’à la mer, elle est aujourd’hui devenue jardin public. « La ville souhaite que ce site patrimonial soit un lieu culturel de proximité avec des visites libres et guidées, des concerts, expositions, ateliers et spectacles qui viendront ouvrir  à un large public cet espace unique » poursuit Laetitia.  

La restauration a été l’occasion de valoriser le travail remarquable et exemplaire de tous les corps de métier qui sont intervenus sous la coordination de Renzo Wieder, architecte très investi qui a su fédérer toutes les équipes : de la ferronnerie à la taille des pierres parfaitement intégrées au bâti ancien, en passant par le travail des vitraillistes, ou celui des restauratrices des décors peints, ce sont autant de spécialistes du patrimoine ancien qui ont oeuvré dans un souci de minutie et de restitution fidèle. « Le chantier a été aussi une véritable aventure humaine, car tous se sont investis avec passion. Par exemple, pour remettre au jour les décors peints d’origine, les restauratrices ont dû enlever au scalpel jusqu’à neuf couches d’enduits superposées et réaliser un véritable travail archéologique pour retrouver les pigments d’origine. Nous avons d’ailleurs axé un aspect de nos visite sur la thématique de ces métiers d’art qui ont ici donné toute la mesure de leur savoir-faire.» 

Infos : 04 67 29 65 35 et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Remise des prix du FAV 2019 à Montpellier

Les membres du jury de la 14e édition du Festival des Architectures Vives ont attribué les prix aux jeunes équipes d'architectes ce samedi 15 juin 2019. Vous avez jusqu'à demain dimanche pour découvrir les installations éphémères dans les quinze hôtels particuliers de Montpellier exceptionnellement ouverts au public de 9h à 19h.

à l'hôtel Saint-Côme / CCI de Montpellier, jury et lauréats aux côtés d'Elodie Nourrigat, architecte et professeure à l'ENSA de Montpellier qui préside le FAV (2e en partant de la droite)

Félicitations aux lauréats du FAV 2019 Coralie Casanova et Thibaud Bronchart - Paris - qui reçoivent le Prix du Jury 2019 pour l’installation "Transformé"  au 26, rue de l’Aiguillerie. Les architectes Coralie et Thibaud on fait transporter du sable dans la cour de l'hôtel de Griffy et y ont installé une perle géante en suspension. 

Un grand bravo au Prix du Public 2019 à Cristina Nan, Carlos Bausa Martinez et Dirce Medina Patatuchi - Edimbourg et Londres -pour leur installation " Le Papillon d’Or". Les 900 visiteurs qui ont participé au Prix du public ont apprécié un superbe papillon en vinyle qui se reflète dans un miroir doré. L'installation est visite à l'hôtel Aurès, au Conservatoire de Musique, 14 rue Eugène Lisbonne.

Félicitations également à Maxence Grangeot de Thonon-les-Bains pour sa Mention Spéciale avec l’installation "Notre Nid" dans la cour de l'hôtel de La Petite Loge au 10 rue de la Petite Loge. Pendant ces six jours, les visiteurs déposent des pinces à linge et transforment ainsi la structure au fil des heures.

Enfin, Mention Spéciale pour l’installation "Showcase" pour l'équipe espagnole Enrique López Rodriguez et Iñigo Armesto Berriozabal à l'hôtel d'Hortolès au 15 rue des trésoriers de La Bourse où flottent libellule et papillon.

Jusqu'au 16 juin 2019, Festival des Architectures Vives à Montpellier

Comme chaque année en juin, le FAV investit des lieux inattendus derrière les portes cochères des hôtels particuliers

Dans le cadre de cette 14e édition placée sous le signe de la beauté, au total, 15 projets éphémères réveillent un patrimoine préservé et souvent inaccessible dans l'Ecusson de Montpellier.

L'équipe de Lisbonne Muro Atelier vous présente Beauté Locale dans la cour Palais des Guilhems 

Découvrir ou redécouvrir des sites emblématiques de la ville de Montpellier depuis 2006

Jusqu'à dimanche 16 juin, les installations poétiques dispersées dans la ville permettent au public de cheminer de rue en rue, en suivant un parcours proposé au fil des cours intérieures des hôtels particuliers. Les visiteurs sont guidés par les médiateurs, les étudiants de l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Montpellier, l'ENSAM. Depuis 2006, le FAV est organisé annuellement par l’association Champ Libre, présidée par Elodie Nourrigat et Jacques Brion, architectes à Montpellier. 
L’accès est entièrement libre et gratuit pour tous.

Pour l’édition 2019, l'association a pu compter sur le soutien de la Ville de Montpellier, la Direction Régionale des Affaires Culturelles Occitanie, la Région Occitanie, le Département de l’Hérault, Crédit Agricole Immobilier, la Caisse des Dépôts, l’agence NBJ Architectes, Volum, Union Matériaux, l’ADAGP, ainsi que la Caisse d’Epargne Languedoc Roussillon.
Et cette année encore le FAV s’inscrit dans le Mois de l’Architecture, un événement à l’initiative de la Direction Régionale des Affaires Culturelles Occitanie.

Tout le programme 2019 :  http://www.festivaldesarchitecturesvives.com/

Everybody is Beautiful de Thrace Design Studio dans la cour Baudon de Mauny 

A voir aussi, la revalorisation des déchets afin d'en faire quelque chose de beau

Dans le pavillon du Festival des Architectures Vives, l'Hôtel Saint-Côme / CCI de Montpellier abrite
pas moins de 14 arches de 60 bidons d'eau utilisés par les hôpitaux.
Une œuvre participative de l'association Waste is More au service de la sensibilisation au recyclage. 

Portes ouvertes au musée archéologique Paul Soyris

Dans le cadre des journées nationales de l'archéologie et en partenariat avec l'Inrap, le musée archéologique Paul Soyris ouvre ses portes gratuitement aux visiteurs de 15h à 18h le dimanche 16 juin 2019. 

Le musée municipal d’archéologie et son dépôt ont été inaugurés en 1960. Ils ont été créés sur l’initiative de MM. Joseph Michel et Paul Soyris. Ils ont été réalisés par la commune de Murviel-lès-Montpellier avec des participations modestes des institutions d’Etat. Les vitrines présentent du matériel provenant, soit des fouilles réalisées sur la commune depuis 1950, soit de dons ou d’acquisitions.

Animations
Diffusion des films d'animation "Les experts remontent le temps"(© ARTE France, Inrap & Doncvoilà Productions) et "Les experts de l'archéologie" (© Inrap - Arte - Petite Ceinture - 2010).
Livrets-jeux et archéo-cocottes pour les enfants à l'accueil du musée.


De l'oppidum au musée Soyris

Dans une dizaine de vitrines, des objets, issus des dons des Murviellois attachés au patrimoine de leur commune et des fouilles menées depuis 1950 jusqu'à aujourd'hui, témoignent de l'occupation de la commune pendant le néolithique et l'époque gallo-romaine : sculptures, inscriptions, objets funéraires. 
Au Nord du village, sur le site antique du Castellas, des fouilles mettent constamment à jour des découvertes qui peuvent être exposées au musée.

 Musée archéologique Soyris - 8 Rue de l'Ancienne Mairie, 34570 Murviel-lès-Montpellier

En avril, mai, juin et septembre : le dimanche de 15h à 18h - En juillet : du mardi au vendredi de 14h à 17h, le samedi et le dimanche de 15h à 18h - En août : du mardi au dimanche de 15h à 18h.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

La promenade du Peyrou fait peau neuve

En mai 2019, les travaux de restauration sur l'ensemble monumental du Peyrou qui date du XVIIe siècle débutent


La Place royale du Peyrou est construite hors de l'enceinte médiévale du centre historique et offre un ensemble monumental de près de 5 ha. Elle est classée au titre des monuments historiques le 18 août 1954 pour son intérêt national, composée de plusieurs œuvres architecturales : terrasses, porte avec pont, rampes d'accès et corps de garde, statue de Louis XIV, grilles d'entrée, aqueduc Saint Clément et son réservoir, « le temple des eaux ». 

Vendredi 10 mai 2019, Philippe Saurel, Maire de la Ville de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole a lancé les travaux de restauration de la promenade du Peyrou en présence d’Isabelle Hirschy, Architecte du patrimoine, responsable du projet Territoire d’art et d’histoire de Montpellier Méditerranée Métropole et d’Antoine Madelenat, Architecte en chef des Monuments historiques, chargé de l’opération et du service patrimoine historique de la Mission Grand Coeur.

Programme de restauration

- La restauration des deux corps de garde nord et sud, petits pavillons situés sur les rampes d'accès au site du Peyrou, intervient dans la continuité de la restauration du pont Vialleton réalisée en lien avec la ligne 4 de tramway.

-  la réfection de l'ensemble des sols de la partie haute de la Place à l'exception de sa partie centrale où se situe la statue de Louis XIV.

-  la réparation de  la grille de la place royale  endommagée lors d'un accident de circulation le 15 décembre 2018.

-  mise en valeur de la statue de Louis XIV en l'éclairant tout en limitant l'impact lumineux sur le socle,  mise en place de deux projecteurs à optique très intensive de couleur blanche éclairant uniquement la face avant, créant ainsi un effet de mouvement.

- réfection de l'avant-place royale et les places d'Aviler et Giral qui ont été réalisées en pierre calcaire de Pompignan au 1er semestre 2016. Quelques mois après la livraison et à la mise en service, des phénomènes de glissance sont apparus lors d'évènements pluvieux.

Coût des travaux

Le programme pluriannuel de restauration de l’ensemble monumental du Peyrou est estimé à 2,5M€ au total. Les travaux de restauration des corps de garde s’élèvent à près de 524 000€TTC financés par la Ville de Montpellier avec une participation de l’Etat de 107 929€.

Ces trésors de Villemagne…l'argentière

Villemagne l'Argentière  peu connue mais très intéressante, est au cœur des Hauts cantons, ces "Hautes terres" de l'Hérault : les Avant-monts, entre  Montagne Noire et Cévennes et le massif du Caroux-Espinouse. De très beaux paysages, dont les fameuses gorges d'Héric qui révèlent un patrimoine historique discret mais passionnant.

Les trésors de Villemagne ne sont pas d'or et ne sont plus d'argent. Ils seraient plutôt dans la pierre – non pas celle qui apporte un revenu – celle qui témoigne d'un riche patrimoine qu'évoque, jusqu'à la fin septembre, une exposition dans l'église Saint Grégoire, siège de la société Archéologique et Historique des Hauts cantons. Patrimoine médiéval, témoignage d'un passé prestigieux. 

L'approche de l'actuel village, quand on vient d'Hérépian, route de Bédarieux et que l'on va à Saint Gervais sur Mare, se signale par l'autorité ecclésiastique. Car c'est vers 780 que fut fondée, sous le vocable de Saint Martin, une abbaye dans la mouvance de Saint Benoît d'Aniane. Dédiée, après 819, à Saint Majan, elle étendit ensuite son emprise vers le nord direction Saint Gervais et surtout vers le sud où sa juridiction allait de Saint Pierre de Rhèdes à Puissalicon et Alignan du Vent.

Au XIIème siècle, l'abbé Béranger II fut à la tête de l'abbaye pendant 40 ans et poussa ses possessions jusqu'à Faugères. Puis l'ensemble monastique connut le déclin. Dès le XVème siècle par la pratique des abbés "commandataires" qui touchaient les revenus sans résider. Puis en 1522, ce fut la destruction par les Protestants et un abandon de près de 100 ans. Restaurée en 1661 par les moines de Saint Maur, elle fut occupée jusqu'en 1791.

Une belle maquette, au centre de l'exposition, évoque l'importance et la beauté austère du bâtiment tel qu'il était alors. Le plus visible aujourd'hui est l'imposante tour qui dominait l'ensemble conventuel. 

Le reste des bâtiments constitue maintenant des habitations privées. Un examen attentif des façades décèle çà et là des traces médiévales. Menues marques en regard de certaines découvertes. Au sud-ouest du bourg abbatial subsiste un îlot "fossilisé" d'un habitat du XIIIème. Et a été mis à jour le 1er étage - actuellement au rez-de-chaussée - d'une maison marchande éclairée par une fenêtre géminée avec un remarquable chapiteau.

Et la maison Oustry-Alauzet, à la richesse due au minerai argentifère, montre un des rares exemples en France d'architecture civile peinte du XIIème siècle. Et puis, l'exposition évoque l'Hôtel des Monnaies", en fait un îlot soigneusement bâti à destination marchande. Chaque lot comprenait un rez-de-chaussée pour le commerce, l'habitation à l'étage. Dans le lot n°2 a été mis à jour un décor peint exceptionnel.

Les minerais de plomb et de cuivre souvent argentifères ont suscité l'exploitation minière de Villemagne

L'importance des échanges est confirmée par la trouvaille d'un "fiorino" d'or en provenance de Florence. Car Villemagne se situait sur une route commerciale qui, par les vallées de l'Orb et de la Mare, gagnait les hauteurs de l'Espinouse et conduisait vers le Tarn actuel. Avec l'Argent, elle faisait la prospérité de Villemagne. 

Le minerai de plomb argentifère dont on peut admirer un morceau et les quartzites voisins était exploité par les Romains dès le second siècle av. J.C. Ils ont apporté leur "vaisselle", amphores, vases, plats à la réalisation remarquable. Minerai peut-être à l'origine de la présence d'un atelier monétaire au IXème siècle. Mais ceci est une autre histoire. 

H. Le Blanche 

LE MUSEE ARCHEOLOGIQUE DES HAUTS-CANTONS :

Jusqu'au 15 octobre 2018 : mercredi, samedi et dimanche 15h-18h - Groupes : sur demande toute l'année -

Tél : 04.67.95.64.17 - 06.73.75.29.83 

La commune de St Geniès-des-Mourgues fête ses 1000 ans en 2019 !

Dans le cadre du Millénaire, le comité d'organisation des Mille ans du village organise des visites de l'abbatiale en 2019.

Samedi 20 avril à 18h30 - dimanche 21 avril à 10h30 - samedi 4 mai à 18h30 - samedi 8 juin à 18h30

Le monastère a été fini d'être construit en novembre 1025, avec des pierres du village.

Au commencement du onzième siècle, Noble Godran et ses fils Eléazar et Béranger, décidèrent de fonder un couvent dédié à Saint-Geniès, martyr d'Arles, où les jeunes filles des familles nobles de la contrée pourraient se vouer à Dieu en consacrant leur vie entière à la prière.

Le monastère et l'origine du village remontent en 1019 quand le Seigneur Godran et ses fils décident de fonder un couvent de moniales bénédictines, consacré à St Geniès, saint arlésien. La première abbesse du monastère fut Judith, fille de Godran. La vie quotidienne s'y déroule selon la règle de St Benoît : la prière et le silence. En 1200, le Comte de Toulouse donne à l'abbesse le droit de suzeraineté sur les habitants du village. Les Mourgues, Morgas qui signifie religieuses en languedocien, viendra compléter son nom, Saint-Geniès-des-Mourgues.

Le monastère aura une existence de 717 ans pour 31 abbesses. Il sera vendu comme bien national durant la Révolution. Les mourgues religieuses viendront compléter le nom du village.

Aujourd'hui, Saint-Geniès-des-Mourgues est devenue une destination prisée pour la richesse de son église abbatiale et une étape sur le Chemin de St Jacques de Compostelle.

Inscriptions et renseignements auprès de Claude Valentin : 07.69.70.97.70 ou 04.67.86.25.12