La pêche électrique est interdite en France

Le ministère de l'Agriculture a annoncé ce mercredi l'interdiction de la pêche électrique dans les eaux territoriales françaises à partir du 14 août. L'Assemblée nationale avait voté cette décision à l'unanimité le 9 mai dernier. La France applique l'interdiction prévue pour 2021 au niveau européen.

Comme le Gouvernement français s’y était engagé, un arrêté du préfet de la Région Normandie en date du 25 juillet rend effective cette interdiction dans les eaux françaises concernées, pour tous les navires et jusqu’à la date de la généralisation de cette interdiction dans l’ensemble des eaux européennes.  

Assises de la Pêche et des produits de la mer

Le rendez-vous des professionnels de la pêche : 12 & 13 septembre 2019 à Granville. 

Inscription en ligne ouverte

Chaque année depuis 2010, les Assises de la pêche et des produits de la mer réunissent l'ensemble des acteurs de la filière pêche, de la production à la distribution en passant par la transformation. Pendant deux jours, des centaines de décideurs issus des secteurs public et privé se retrouvent afin d'aborder les enjeux qui les concernent, partager leurs expériences et apporter leur vision. 

En 2018, les Assises de la pêche et des produits de la mer, qui se sont déroulées pour la première fois sur les bords de la Méditerranée, à Sète, avaient réuni plus de 400 professionnels et près de 50 intervenants. L'édition 2019 des Assises de la pêche et des produits de la mer se déroulera en Normandie à Granville, les 12 et 13 septembre.

VALDORA : Un projet de valorisation des DORADES de dévalaison.

Il y a quelques jours se tenait, au lycée de la Mer de Sète, une réunion concernant le bilan du projet VALDORA qui consiste à conserver vivantes des dorades capturées au moment de leur migration saisonnière en octobre.

valDorades vivier (Copier)

"Les apports en poissons pêchés sont, à cette période, très importants sur les criées et trois pêcheurs professionnels ont décidé depuis l’an dernier de conserver un certain nombre de dorades vivantes pour en décaler la vente en décembre, au moment des fêtes. C’est un choix audacieux."

 L’an dernier, les trois comparses - Robert Rumeau, Denis Talano et Kevin Henri - soutenus par des institutions (le Cépralmar comme porteur du projet) ainsi que par des élèves du lycée de Mer ont mis sur pieds leurs techniques de capture, de transfert et de conservation dans des viviers de l’entreprise « Murex Coquillages » de Sète.

valVivier Murex (Copier)

 Après quelques rectifications quant à la méthode de capture mais aussi quelques créations, dont le système novateur de la cage associée au filet traditionnel, le projet a été relancé cette année encore.

 La problématique, pour rendre le projet rentable, a été de faire en sorte que ces poissons soient considérés comme « sauvages » car non nourris durant leur conservation. Ce qui fut fait.

Cette année, aucune nourriture n’a été donnée aux dorades durant les trois mois de vivier. De plus, selon le cahier des charges, il n’a été administré aucun traitement durant cette période de captivité.

 A la différence de la première tentative, il y a eu cette fois-ci peu de mortalité, de l’ordre de 4%.

 A la fin de cette période de captivité, aidés par les services de l’Ifremer de Palavas, les pêcheurs ont eu le plaisir de constater que les pertes en poids des dorades étaient insignifiantes, de l’ordre en moyenne de 3,5%.

valdCage dorade Robert (Copier)

 Pour l'année 2018, cette pêche a concerné 60 individus de 256g à 976g.

 L’abattage avant les ventes en criées de Sète et d’Agde a été réalisé de manière « classique » pour une vente, cette année, de 170kg.

Valdora pesage (Copier)

 Comme l’an dernier, les prix fluctuent selon les apports du jour mais globalement les prix des grosses dorades ont tourné autour de 17 euros, soit entre 12 et 29 euros le kg.

 "Après de tels résultats plutôt encourageants, une ou plutôt des questions demeurent, celle, entre autre, de la rentabilité d’une telle pêche. Car s’il y a une volonté de pérenniser cette technique, il va bien falloir investir dans du matériel dont les cages avec un prix à l’unité avoisinant les 4.000 euros HT. Mais aussi envisager l’aménagement d’un site dédié pour conserver les poissons. Toutes ces questions restent encore en suspens et devront être tranchées par les professionnels eux-mêmes soutenus par leurs partenaires."

Des partenaires nombreux : le Cépralmar, l’Ifremer, les poissons du Soleil, le Lycée de la Mer, l’association Valdora.

Et des partenaires financiers : l’Europe, l’Union Européenne, le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, la Région Occitanie, le Département de l’Hérault, Sète Agglopôle.

 Autre amélioration à envisager dans le cadre d’une meilleure rentabilité, monter la possibilité des charges en vivier supérieur à 15kg/m3.

 Toutes ces questions devront trouver réponses mais en attendant, les 3 professionnels se disent satisfaits et se proposent de renouveler cette technique de pêche l’an prochain et peut-être même de l’étendre à une autre espèce de poissons fréquentant les eaux de l’étang de Thau, le loup.

 publié le 19 mars 2019, Jean-Marc ROGER.

Le FEAMP (Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche)

Feamp

Le FEAMP est l’instrument financier de mise en œuvre de la Politique Commune de la Pêche pour la période 2014-2020. Son objectif est de promouvoir une pêche et une aquaculture compétitive, durable et responsable. 

À la différence des autres fonds, le Programme du FEAMP reste national et a été approuvé le 3 décembre 2015. Les régions littorales bénéficient d’une délégation de gestion pour les mesures qui correspondent au développement économique des filières pêche et aquaculture, les aides à la modernisation des infrastructures portuaires et aux projets de développement local Pour ces mesures, l’enveloppe FEAMP attribuée au Languedoc-Roussillon s’élève à 12,02 M€ répartis comme suit : 

  • Encourager une pêche durable sur le plan environnemental, efficace dans l’utilisation
  • des ressources, innovante, compétitive et fondée sur les connaissances 3.3M€
  • Favoriser une aquaculture durable sur le plan environnemental, efficace dans l’utilisation des ressources, innovante, compétitive et fondée sur les connaissances 4.6 M€
  • Améliorer l’emploi et la cohésion territoriale (développement local par les acteurs locaux) 2.4M €
  • Encourager la commercialisation et la transformation 1.7 M€

Le Conseil départemental de l’Hérault peut être co-financeur sur des opérations dans le cadre de certaines de ces mesures (travaux d’infrastructures portuaires par exemple).

Pêcheurs, Maires concernés et Région mobilisés pour le maintien des activités de pêche sur le littoral méditerranéen

L'Europe accélère son calendrier de décision sur le plan de gestion de la Méditerranée (West Med) avec deux réunions importantes avancées au jeudi 10 janvier, le vote de la Commission pêche du Parlement européen, ainsi qu'une réunion préparatoire du Conseil des ministres de l'Union en charge de la pêche.

La Région pourtant confirme son soutien aux professionnels en faveur du maintien des activités de pêche en Occitanie. La Région appelle encore l'Europe à revoir certaines mesures inadaptées proposées dans la Politique Commune de la Pêche (PCP) .

« Au moment où les négociations s'accélèrent concernant le plan de gestion pour les espèces démersales de Méditerranée Occidentale dans le cadre de la Politique Commune des Pêches, la voix de la France doit être forte pour défendre la pêche en Méditerranée. Les orientations de l'Union européenne ne prennent pas en compte la réalité de la pêche en Méditerranée.

Une journée à bord du chalutier " Nathalie Vincent II " Sète

Par Christine Brandani en juin 2015

Il est grand temps de redonner un avenir à toute une filière, la pêche professionnelle en Occitanie, économie vitale pour notre territoire qui fait vivre 1 300 marins et 3 200 emplois induits dans les 5 ports de pêche et les 50 autres points de débarquement du littoral de notre région », affirme Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

La Région, sous l'impulsion de Carole Delga, a mis en place un plan de soutien régional à la pêche en 2018 avec notamment, le 16 novembre dernier, un vote détaillant les amendements indispensables à apporter au plan West Med pour la pérennité des activités de pêche dans le golfe du Lion : réduire l'effort de pêche de la première année de mise en application du plan de gestion à maximum 10% ; porter à 18h la durée de sortie en mer des chalutiers ; supprimer l'interdiction de pêche de 3 mois dans la zone de 0 à 100 m.

Carole Delga a également saisi par courrier le ministre de l'agriculture et de l'alimentation Didier Guillaume, en charge de la négociation de ce texte pour la France en Conseil des ministres. Didier Codorniou, premier vice-président de la Région Occitanie et André Lubrano, conseiller régional en charge de la pêche, ont également conduit une délégation de pêcheurs à Bruxelles le 5 décembre dernier pour exprimer ces évolutions du texte en négociation, indispensable à la pérennité de la filière pêche en région, notamment auprès de la Direction générale chargée des politiques de la Commission en matière d'affaires maritimes et de pêche.

A l'annonce de ces réunions, les pêcheurs se sont mobilisés ce mercredi matin à la Criée de Sète. Didier Codorniou et André Lubrano étaient présents à leurs côtés pour rappeler les enjeux des décisions à venir.

Pêche de loisir en eau douce

Pêcheurs de loisir et services de l’État unis pour la protection des milieux aquatiques dans l’Hérault

Le directeur départemental des territoires et de la mer de l'Hérault a signé ce mercredi 19 décembre 2018 en présence de Gilles Grégoire, Président de la Fédération de l'Hérault pour la pêche et le milieu aquatique (FHPPMA), deux documents importants pour la préservation des milieux aquatiques et le développement d’un loisir pêche durable dans l'Hérault :

- le nouveau plan départemental pour la protection des milieux aquatiques et la gestion des ressources piscicoles (PDPG ) pour la période 2019 - 2024 ;

- l’arrêté réglementant la pratique de la pêche de loisir en eau douce pour 2019.

Pêcheur, Poissons, Mer Du Nord, Les Eaux

Un plan pour concilier protection des milieux aquatiques et ressources piscicoles Élaboré par la fédération de pêche en concertation avec les acteurs du territoire, le PDPG a pour objectif de poursuivre la restauration des milieux aquatiques au bénéfice des populations de poissons.

Il fixe ainsi, pour 5 ans, de nouvelles orientations pour une gestion durable des cours d'eau, plans d'eau et canaux. Basé sur un diagnostic terrain partagé du milieu et de ses problématiques, il détermine ainsi une série d'actions concrètes telles que :

- Equipement et raccordement des eaux usées de 14 petits hameaux,

- Restauration de 8 réseaux d'assainissement et de 27 stations d’épuration,

- Respect du débit réservé pour les rivières et encadrement des prélèvements sur une centaine de sites,

- Restauration de la continuité écologique des cours d'eau avec l'équipement de 35 nouvelles passes à poissons

- Réduction des pollutions diffuses sur 8 sites agricoles et 8 industriels

L'arrêté pêche : une réglementation spécifique pour une pêche durable, en adéquation avec les ressources piscicoles et les milieux Dates d’ouvertures, nombre de prises, procédés de pêche, parcours No - kill... sont autant de règles fixées par l’arrêté réglementant la pratique de la pêche de loisir en eau douce sur le département de l’Hérault.

 

 Élaboré annuellement, il prend en compte localement la fragilité des milieux et l’expérience des pratiques passées.

En 2019 les dispositions suivantes ont notamment été rajoutées :

- création de plusieurs parcours No - kill en rivières de 1ère et 2ème catégorie,

- généralisation de l’utilisation d’hameçon simple et sans ardillon sur tous les parcours de No - kill pour faciliter le retour au milieu des poissons capturés,

- obligation de relâcher tout brochet capturé sur le lac du Salagou durant sa période de reproduction.

L'Hérault, un territoire privilégié pour la diversité des parcours de pêche et ses espèces présentes Avec plus de 17 400 pêcheurs adhérents au sein de 30 associations agréées pour la pêche et la protection du milieu aquatique (AAPPMA), la pêche de loisir en eau douce est pratiquée dans l’Hérault sur 1 500 km de cours d’eau et 1 500 ha de plans d’eau.

Conscients de l’importance de la qualité des milieux pour la pérennité de leur activité, fédération, associations et pêcheurs s’investissent pour gérer et préserver les ressources.

Services de l’État et Fédération de pêche veilleront à la bonne appropriation de ces deux documents et de leur déclinaison par l’ensemble des acteurs du territoire, les collectivités, l'agence de l'eau et les syndicats de bassin, autour de l'enjeu partagé de la qualité des milieux aquatiques du département de l'Hérault.

No-Kill et zones de pêche : https://www.pecheherault.com/

Un représentant de la commission européenne à l'écoute des pêcheurs

Le 8 novembre 2018, à l'initiative de François Commeinhes, Alain Dumort, représentant de la commission européenne en France a été invité à rencontrer les pêcheurs professionnels sétois dans les locaux de la Sathoan.

C'est pour faire part de leurs inquiétudes concernant le prochain vote de la directive européenne annuelle chargée d'établir de nouveaux quotas de pêche et de déterminer les zones et la durée des chalutages en Méditerranée que les professionnels du secteur ont rencontré M. Dumort.

Avant l'adoption de la future directive européenne qui fixera les quotas de pêche, les zones et les durées de chalutage autorisées, ils ont voulu exposer leurs doléances au représentant de la commission européenne. Déjà fortement impactés par des règles qui nuisent à leur profession plutôt qu’à les accompagner vers un développement durable et reconnu de leur activité, les pêcheurs professionnels ont plaidé pour un assouplissement des contraintes dans le Golfe du Lion qui représente selon eux, du fait de l'existence d'un plateau continental très développé en avant de la côte, une exception géographique qui n'est pas prise en compte par l’UE.

Toujours selon les pêcheurs, les espèces telles que le rouget ou le merlan sont bien présentes. Mais l'explication de la faible taille des poissons est à rechercher davantage du côté des pollutions que de la pression halieutique. Ils ont demandé à ce qu'une étude scientifique sérieuse soit diligentée avant la mise en place de mesures de protection de la ressource adaptées.

Visiblement très intéressé, Alain Dumort a pris bonne note des arguments exposés avant d'assurer qu'il porterait la voix des professionnels sétois auprès des instances européennes.

Frontignan - La pêche sportive en mer

La pêche sportive en mer compte parmi les activités nautiques à Frontignan la Peyrade qui offre de beaux moments aux amateurs comme aux estivants chaque été.

Pour cette 2éme édition du Thon d’or, Trophée du muscat, organisée par l’association Pêche sportive frontignanaise, membre de la fédération française des pêches sportives, de nombreux participants étaient attendus pour cet évènement qui s'est déroulé du 2 au 5 août 2018.

de G à D:  Gérard Arnal conseiller au tourisme, Mme Mauran Françoise vice-présidente, Mauran Jean Marc secrétaire et Roger Palaisi président

Un succès non démenti, car ce ne sont pas moins de 120 pêcheurs qui ont participé à ce challenge répartis sur une quarantaine de bateaux, pour qui sortirait de l’eau le plus gros, le plus beau des poissons. Tout semblait, pourtant être réunis pour que ce concours se déroule sous les meilleurs auspices, une mer clame, un temps idéal, en fait, un seul élément était absent et manquait à l’appel « le poisson».

Mais malgré ce, c’est l’équipe France qui tire son épingle du jeu et qui obtient le trophée du muscat avec 2 thons, respectivement de 1m51 et 1m55, mais pas suffisant pour obtenir le trophée du Thon d’or, qui ne sera donc pas attribué cette année.

Mme Mauran Françoise, vice-présidente et trésorière de l’association, a précisé à cette occasion que l’association représente 260 membres et 220 licenciés, un message lancé à la municipalité pour l’obtention d’un nouveau local. Gérard Arnal, conseiller en charge du tourisme, de la plaisance et des activités balnéaires, tout en saluant le dynamisme de l’équipe tient à préciser que cela ne relève pas de sa compétence car l’association est rattachée à la délégation sportive donc aux sports.

L'équipe France, l'équipage du CISSOU vainqueur de ce trophée du Muscat qui représentera la France aux Big Game 2018

Avant que ne soit officiellement procédé à la remise des prix , Mme Mauran a tenu à présenter toute son équipe féminine, qui a œuvré pour que ce challenge se déroule dans les meilleures conditions possibles, des filles qui par ailleurs participent au trophée des Sirènes. «Elles feront la pige aux hommes qui ne pêchent pas mais qui boivent des Mojitos » en faisant allusion avec humour, sans doute à la maigre pêche de ce concours.

Toute l’équipe de l’association la pêche sportive frontignanaise se mobilise désormais pour l’organisation du 27é championnat du monde Big Game 2018 qui se déroulera à Frontignan du 29 septembre au 6 octobre 2018.

Le classement s’établit comme suit :

  • 1) Bateau CISSOU de l’équipe de France, capitaine Amine MAMMERI
  • 2) Bateau CEGEROL Famille Ferrier
  • 3) Equipage du MARITOU.

A.Sanfilippo

Le Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation aux Assises de la pêche

Stéphane Travert, Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation aux Assises de la pêche et des produits de la mer qui se sont déroulées à Sète le 14 et 15 juin 2018.

C'est au pied de la vigne pédagogique de Montpellier SupAgro, que le Ministre a débuté sa visite, par un temps de démonstration et d'échanges avec des enseignants-chercheurs et des étudiants.

Puis, accompagné du préfet, il s'est rendu à Sète pour les Assises de la mer et des produits de la pêche, afin de rencontrer, tout d'abord, les représentants des professionnels de la filière. Il a ensuite prononcé son discours sur la grande scène du théâtre Molière de Sète.

L'après-midi, il a pu découvrir trois sites où l'on vit et travaille des produits de la mer :

- Le premier : l’entreprise "Poissons du soleil, est une écloserie pour espèces marines (bar et daurade) situé à Frontignan.

- Au mas de "la Catonière", à Bouzigues, les conchyliculteurs utilisent la technique d'élevage des huîtres sur fil avec collage ; ensuite ils vont coller ces lignes sur des tables en mer pour que les huîtres finissent leur croissance.

- Pour finir, il a suivi le circuit du poisson depuis son débarquement jusqu’à son expédition après sa vente à la criée animée de Sète.

La fête des pêcheurs d'Occitanie

Samedi 16 juin 2018, l’Occitanie met à l’honneur ses pêcheurs et les produits de la mer. Sur tout notre littoral, du Grau-du-Roi à Sète, des animations vous permettront de rencontrer les professionnels, mieux connaître leur métier, visiter leurs navires et déguster leurs produits.

Le tout dans une ambiance festive comme peuvent le faire nos marins-pêcheurs.

Il y a forcément un lieu près de chez vous alors embarquez avec nous.

pechCapture