Selon La LPO : l'impact démographique des parcs éoliens d’Aumelas sur la population locale de Faucons crécerellettes

Crécerelle, Faucon, Rapace 

L'impact de la mortalité des oiseaux par collision sur les parcs éoliens a souvent été évalué au niveau individuel, mais rarement au niveau de la population. Le Faucon crécerellette Falco naumanni est un rapace migrateur de courte durée de vie en voie de disparition, susceptible de collision avec les éoliennes.

Cette étude a évalué les impacts des collisions d'éoliennes de parcs éoliens sur la démographie de la plus grande population de Faucon crécerellette en France. En utilisant des données de surveillance locale de la reproduction et des suivis de mortalité des parcs éoliens, combinées à des données de baguage « capture-recapture » chez une population voisine, ont été quantifié des paramètres vitaux de fécondité et de survie afin de paramétrer un modèle de population matricielle pour étudier la viabilité de cette population. Le succès de reproduction était élevé et variait en synchronie avec les probabilités de survie.

Entre 2013 et 2020, 43 carcasses ont été trouvées sous les éoliennes, et en tenant compte des taux de détection et de persistance des carcasses, la mortalité réelle devrait approcher 154 individus sur cette période, soit 3% de la population étudiée était touchée par des collisions chaque année. Le modèle matriciel a montré que la croissance démographique observée n'était possible que s'il y avait un recrutement constant de 26 individus immigrés chaque année dans la population. Sans la surmortalité par le parc éolien, l’étude prévoit que cette population aurait 22% de couples reproducteurs de plus que ce qui a été observé en 2020. Des simulations sur 30 ans ont montré que, sous le taux d'immigration actuel, la population devrait diminuer si la surmortalité dépasse 11 %. Si l'immigration cesse, la population diminuerait au-dessus de 5 % de surmortalité par an.

C’est pourquoi il est urgent de surveiller et de réduire la surmortalité par collisions avec les parcs éoliens qui menace cette population de faucon crécerellette. Plus généralement, nous préconisons l'utilisation de modèles démographiques à matrice de population dans les études d'impact afin d'éviter de placer de nouveaux parcs éoliens à proximité d'espèces rares qui ne pourraient pas supporter une mortalité supplémentaire par collision.