Une commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 pour rendre hommage à tous les morts pour la France

       Ce vendredi 11 novembre 2022, à Poussan, afin de commémorer l’anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918 mais aussi pour rendre hommage à tous les morts pour la France, une cérémonie Officielle était programmée.

Les Poussannais étaient invités à y participer  pour ne pas oublier et avoir des pensées particulières pour les morts et les disparus de la guerre mondiale de 14/18 qui a fait plus de 18 millions de victimes et des millions d’invalides ou de mutilés ainsi que pour tous leurs camarades disparus pour la Nation. abapoussIMG_20221111_112342

 A 11 h, Madame le Maire et le conseil municipal avaient convié les Poussannais à se joindre à eux et à de nombreux invités sur la place de l'Hôtel de ville pour former un cortège afin de se diriger vers le  cimetière de Poussan.. La pena des "Aux Temps Tic"s, venue de Mauguio, menait la "marche"

Le 11 novembre 1918 le cessez-le-feu fut effectif à onze heures, entraînant dans l’ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairon et ce jeudi, à la même heure, lors de cette cérémonie, les participants pouvaient se recueillir pour tous les morts.

Petit à petit de nombreux Poussannais sont venus se joindre au défilé puis à  l’assemblée . Quelques enfants des écoles , les anciens combattants ainsi que les  combattants d’Algérie  et de la 4ème génération des anciens combattants (Liban, Tchad…) avec les Porte-drapeaux entouraient le Monument aux Morts, tandis que les Officiels lui faisaient face... Pour tous, l’on ressentait une profonde émotion mais aussi une certaine ferveur d’être réunis. Les pompiers de Bouzigues et des représentants de  la Gendarmerie de Balaruc étaient aussi présents.

Le nombre de participants augmentait encore une fois alors que la cérémonie protocolaire commençait.


Après une montée des couleurs accompagnée d’une présentation de la commémoration, Jean-Louis Lafon, Maître de cérémonie, présentait le déroulement de celle-ci…

La commémoration  débutait rapidement et avant les dépôts de gerbe, les discours du Président National de l’UNC, ainsi que le message conjoint de Monsieur Sébastien Lecornu, ministre des Armées et de Madame Patricia Miralles, secrétaire d’Etat, furent lus, par Madame le Maire  et par le Lieutenant -Colonel Moreau, pour l’UNC.abapoussIMG_20221111_113713

Lire ici le message du ministre des Armées et de Madame Patricia Miralles

 Pour l'UNC : « En cette période d'interrogations, dans un contexte national très troublé, restons fidèles aux valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité qui guident l'UNC depuis plus de cent ans. Face à l'adversité, soyons unis comme au front."

Ce fut aussi un témoignage public de la reconnaissance de la Nation à tous les anciens combattants, à ceux de 14/18, mais aussi à tous ceux qui ont péri pour la France.

 La sonnerie aux Morts permettait à chacun de réfléchir sur cette mémoire qui doit perdurer. Avant la Marseillaise reprise intérieurement par les participants, ainsi qu’une minute de silence vécue intensément, il fut fait l’appel des morts et disparus pour la France de 14/18, de 39/45 et de ceux disparus en 2022,  avec la participation de tous les enfants.
 
 

 Après que que Madame le Maire ait remercié tous les participants,  devant le cortège s'est reformé pour rejoindre l'hôtel de ville en marquant une pause face à la Stèle du Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame pour lui rendre hommage avec une minute de silence et "La Marseillaise"...

Pour en savoir plus sur le Lieutenant-Colonel Arnaud Beltrame : https://fr.wikipedia.org/wiki/Arnaud_Beltrame

Pour clôturer la matinée, un vin d’honneur fut ensuite servi, à la Mairie…

 

Un peu d’Histoire…

De la capitale aux frontières de l’Empire, de 1914 à 1918, tous les hommes dans la force de l’âge ont été mobilisés dans un conflit si meurtrier qu’il garde encore aujourd’hui le nom de « Grande Guerre ». Cette guerre fut totale : plus de 70 pays ont participé à la guerre et 70 millions de soldats ont été mobilisés, dont 10 millions sont morts.

Depuis un siècle, la France perpétue la mémoire de ce conflit et rend hommage, chaque 11 novembre, à ses soldats morts pour la France.

Si la date du 11 novembre est aujourd’hui devenue un jour de mémoire, c’est aussi la mémoire d’un jour, celui de l’Armistice de 1918 qui mit fin aux combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918).

En effet, après des années de guerre, le 11 novembre 1918 au Palais Bourbon, Georges Clémenceau lit les conditions d’armistice, salue l’Alsace et la Lorraine et rend hommage à la Nation Ce sont les anciens combattants qui vont imposer peu à peu le 11 novembre comme fête nationale.

L’idée d’honorer un soldat inconnu est lancée le 20 novembre 1916, au moment de la bataille de Verdun. Le 8 novembre 1920, une loi est votée pour qu’un hommage soit rendu aux restes d’un soldat non identifié « mort au champ d’honneur ». C’est le point de départ d’une célébration de la figure du Soldat inconnu qui sera rendue chaque année, le 11 novembre, à l’échelle nationale à l’arc de triomphe place de l’étoile à Paris. Cette idée de soldat inconnu sera reprise ensuite par plusieurs pays. Et ce n’est qu’à partir de 1922 que la minute de silence sera instaurée et fera partie des commémorations.

C’est la loi du 28 février 2012 qui fait de cette journée nationale une journée d’hommage à tous les morts pour la France, quel que soit le conflit. Le 11 novembre devient une forme de catalyseur des mémoires des morts au combat, permettant pleinement aux opérations extérieures d’être intégrées à la mémoire collective.