courrier des lecteurs

Adhésion totale au bel édito de Jacques Carles

"Adhésion totale à ce bel édito de Jacques Carles qui remet bien les choses à leur place (comparaison avec les pays scandinaves, en particulier). Peut-être faudrait-il aussi souligner que la privatisation de certains services se fait au détriment des plus démunis (mais aussi de la classe moyenne). "

"Et aussi le fait que le privé n'est pas plus performant que la FP. Exemple du chantier près de chez nous : 6 mois de retard dus à une erreur de métrage au départ, aux défections d'entreprises en cours de route, à des pénalités d'interruptions d'activité pour non sécurisation d'ouvriers, à un accident mortel…. Oui, ce déchaînement d'invectives à l'encontre de la FP relève d'une vision libérale de gens qui peuvent se payer des profs particuliers, des soins dans des cliniques coûteuses, etc… Mais il est exagéré de parler des "médias dominants" : Le Monde s'est fait vertement critiquer pour avoir fait un édito "pro-fonction publique" ces jours-ci."

RLB.

Les Elus de Thau-avenir à propos des transports en commun

Lors du Conseil d'Agglo du jeudi 21 septembre 2017 François Liberti pour les Elus de la Communauté d'Agglomération du Groupe « Thau Avenir » est intervenu sur le rapport d'activité des transports pour l'année 2016.

Dans ce rapport du délégataire plusieurs points méritent toute notre attention. Tout d'abord le dépassement de l'engagement contractuel des critères d'âge des véhicules est pour 27 d'entre eux sur les 40 de la fotte au dessus de la norme. Le taux élevé de responsabilité sur les accidents de la circulation est imputable aux véhicules de l'agglo (62 % dont 44 sur les lignes principales).

Enfin la production commerciale est en déficit sur toutes les lignes mis à part la ligne 6 au regard des prévisions affichées par le délégataire et parfois même sur les engagements du contrat entre le délégataire et l'Agglo. De plus, le taux de recettes est inférieur de 3 % aux engagements du contrat, et ce malgré l'évolution des tarifs en forte hausse.

Ces quelques points qui méritent des analyses sérieuses n'ont pas suscité de réponses à la hauteur de la part du Vice-Président délégué suite à cette intervention, néanmoins avant la présentation du budget prévisionnel 2018 et l'extension du réseau à tout le territoire de l'Agglo, les Elus du Groupe « Thau Avenir » seront particulièrement vigilants sur ce dossier.

Poudre de Perlimpinpin

Nous recevons le communiqué ci-dessous de Myriam Roques responsable du Front National de Sète,  Conseillère Régionale Occitanie, relatif à la présentation des projets pour la ville de Sète, 2017/2018.

"François Commeinhes a de l'ambition pour sa ville. Cela le frappe chaque année à la même époque juste avant le mois de septembre. Enfin pourrait-on dire ! Hélas la vérité est toute autre."
"D'abord les sétoises et les sétois doivent savoir que les réalisations annoncées par le maire sortant ne sont portées financièrement que par l'agglomération. Une agglomération qui préfère laisser dépérir ses zones d'activités (nous attendons depuis 2014 la mise en place d'une signalétique digne de ce nom) et réaliser une piscine, un conservatoire.
Pour l'Amériklub on apprend qu'un kiosque et un glacier vont s'y installer. Là aussi il était temps. Il reste à savoir si cette occupation du domaine public fera l'objet d'un appel à candidatures avec un cahier des charges digne de ce nom à remplir.
François Commeinhes annonce aussi des réfections de voirie. Là aussi il était temps. Où va-t-il trouver l'argent pour cela et les écoles et le reste. François Commeinhes peste contre la rigueur budgétaire liée au désengagement de l''Etat qui a frappé la ville . Elle a été endettée par François Commeinhes".

Myriam Roques, responsable du Front National de Sète. Conseillère Régionale Occitanie.

Pointe courte

Lettre ouverte de Michel Brel, résident de la Pointe courte, Sète à Madame Ségolène Royal,  ministre de l’écologie, du développement durable et de l’Énergie et à Monsieur Sébastien Denaja, député de la 7ème circonscription de l’Hérault

Madame la mnistre, Monsieur le député,

Je vous écris ce jour pour que vous puissiez prendre connaissance de mon investissement réel et engagé pour un lieu qui m’est cher et qui, j’en suis certain, ne vous est pas étranger tant son existence est une richesse pour la région OCCITANIE et pour notre département de l’Hérault : l’Étang de THAU.
Étant natif de Sète et du quartier de la « Pointe-Courte » petit port de pêche de l’Étang si bien mis en valeur par la réalisatrice Agnès VARDA, je me dois de vous alerter sur les nombreux problèmes que nous constatons depuis de nombreuses décennies.
Malgré les associations aussi honorables soient elles et d’une implication non négligeable et non feinte, je ne peux que constater les innombrables défis qui nous sont lancés afin de retrouver un étang nourricier qui en présence d’une biodiversité exceptionnelle reste une mer intérieure qui draine dans ses eaux une grande promesse pour les générations futures.
Issu d’une famille de pêcheurs de l’Étang de THAU depuis plusieurs générations je peux vous affirmer que ses ressources naturelles ont su satisfaire et célébrer mon enfance et mon adolescence. A cette époque nous comptions une centaine de pêcheurs, aujourd’hui nous en comptons moins de dix. Nous subissons les effets d’une très mauvaise gestion de cette grande lagune de plus de 7500 hectares.
En tout premier lieu je souhaite aborder le sujet des épaves trop présentes qui transforment cette lagune en véritable cimetière : La pollution est grande, lente mais certaine, une subvention spéciale devrait être débloquée en urgence.
Ces épaves se trouvent au fond du grand étang, où les pêcheurs accrochent souvent leurs filets, ainsi que beaucoup d’autres se trouvent dans l’étang noir, en terre du Creusot, dans le cul de Caraman, de même à Lafarge.
Je sais que les projets sont nombreux, que des femmes et des hommes s’impliquent pour préserver ce milieu de vie, mais est-ce suffisant ? Je ne le crois pas !
Le constat est une triste réalité mais je reste optimiste et garde mon énergie pleine et intacte pour m’engager dans ce combat qui nécessite une grande lucidité mais surtout un courage aiguisé pour palier à toutes ces dérives.
Je ne suis pas de ceux qui s’installent dans une fatalité morbide où la passivité fait foi. Engagé localement depuis plusieurs années je ne peux rester sans agir.
C’est pour toutes ces raisons que je sollicite toute votre attention sur ce sujet et surtout pour préserver un des plus beaux lieux de vie et de ressources que nous possédons en France.
Je sais que ce gouvernement et ses élus sont sensibles et engagés concernant l’écologie et l’environnement c’est pourquoi je reste à votre entière disposition.

 Madame la Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’Énergie, Monsieur le députe de la 7e circonscription de l’Hérault, il est urgent voire impératif que vous puissiez intervenir pour mener à bien cette exigence de sauvegarde qui reste le seul et unique espoir pour ses habitants et afin que nos enfants puissent profiter encore longtemps de cette « source » d’avenir que nous laisserons en héritage.

 Je vous prie de bien vouloir agréer, Madame la Ministre d’État, Monsieur le députe de la 7e circonscription de l’Hérault, l’expression de ma haute considération.

Michel Brel,