Photographie

Le Prix de Photographie Environnementale de la Fondation Prince Albert II de Monaco est de retour !

Le Prix de Photographie Environnementale de la Fondation Prince Albert II de Monaco est de retour !
Pour cette 2e édition, nous invitons les photographes à porter leur regard sur notre relation avec la nature et sur les liens étroits entre la santé humaine et la santé planétaire.
Vous pouvez soumettre jusqu'à 5 photos dans chacune des catégories du concours :
 Merveilles Polaires
 Au Coeur de la Forêt
 Mondes Sous-Marins
 Humanité versus Nature
 Vers un Avenir Durable
Participez dès à présent  https://www.photocrowd.com/pa2faward/ (fin du concours : 20 mars 2022)

Peut être une image de oiseau, plein air et texte qui dit ’FONDATION PRING DE MONACO II PRIX DE PHOTOGRAPHIE ENVIRONNEMENTALE OUVERTURE DES NSCRI E PTIONS www.fpa2.org www.f BARCLAYS Private’

*Le Prix de Photographie Environnementale bénéficie du soutien de Barclays Private Bank et de l'Université Internationale SEK / The PA2F Environmental Photography Award benefits from the support of Barclays Private Banks and SEK International University.
 
 

Vernissage des expositions “Bastard Countryside” de Robin Friend et “Oil and moss” de Igor Tereshkov.

Vernissage des expositions “Bastard Countryside” de Robin Friend et “Oil and moss” de Igor Tereshkov.

 
Aucune description de photo disponible.
 

JEUDI 13 JANVIER 2022 À 18 h 30

« Bastard Countryside », de Robin Friend, explore le paysage britannique comme une série de métaphores. Chaque photographie est une représentation de la façon dont notre mode de vie moderne détruit la planète.
« Oil and moss », de Igor Tereshkov, présente des photos prises dans le district autonome des Khantys-Mansis à l’ouest de la Sibérie, où est produit environ 50% du pétrole en Russie. Ce travail dénonce la manière irresponsable dont nous traitons les énergies fossiles.
 
Tout public / Gratuit
Entrée soumise à la présentation d'un pass sanitaire et port du masque obligatoire.
 
(Pour des raisons sanitaires, et suite aux nouvelles décisions gouvernementales, la présentation des expositions ne sera pas suivie d'un apéritif.)

Vuesdesete.free un projet réalisé grâce à la synergie de compétences

v u e s d e s e t e . f r e e . f r

 Photographe, Prendre Des Photos, Caméra

 

Le blog VUES DE SÈTE 2021a été réalisé grâce à la synergie de compétences des différents porteurs de cette action,qui s’est déroulée sur trois mois. Les six jeunes stagiaires ont été mobilisé.e.s par l’équipe de la Mission Locale d’Insertion des Jeunes du bassin de Thau dans le cadre de la Garantie Jeune.

 

Gilles Favier, photographe et directeur artistique d’ImageSingulières,a animé une master class photo au Centre photographique documentaire. Après avoir choisi ensemble les sujets de leurs reportages, Gilles Favier a accompagné les jeunes photographes sur la technique de prise de vue, en argentique comme en numérique,sur l’écriture photographique de leur reportage, sur le choix et la composition (l’éditing) et sur la rédaction des textes d’accompagnement du sujet.

 

La partie multimédia a été orchestrée par Concerthau avec l’apprentissage du logiciel nécessaire à la retouche et la mise en ligne sur le blog.

Chaqueannéedepuis2018, Concerthau et Image Singulières,en partenariat avec APS34 et la MLIJ, proposent la création d’un blog photo sur la ville de Sète, réalisé par et pour des jeunes de 18 à 25 ans.

 

Du 12octobre au 15décembre 2021, Aga, Antoine, Inesse, Kholoud,  Sayed et Yohana sont partis en reportage photo à la découverte de Sète Cette année,le quotidien Midi Libre s’est associé au projet en proposant la publication des portfolios réalisés sur le site web du journal. Vous trouverez dans ce livret le fruit du travail de ces jeunes et leur vision de Sète.À retrouver aussi sur le blog qu’ils ont mis en ligne : vuesdesete.free.fr

 

POURSUIVRE SUR : https://imagesingulieres.com/wp-content/uploads/2021/12/Livret-VUES-DE-SETE-2021-BD.pdf

Panthère des neiges : l’exposition photographique grandeur nature

 
Photographie du Département

Mythique, insaisissable, fantôme des montagnes de l’Himalaya… la panthère des neiges est à découvrir au domaine de Restinclières. L’auteur Frédéric Larrey, nous livre les coulisses de son reportage.

Retour sur cette aventure incroyable !

« L’association Regard du Vivant m’a proposé de réaliser un reportage sur ce félin du Tibet, dont la population est en déclin notamment à cause du braconnage pour la médecine chinoise et du conflit avec l’élevage d’herbivores. Un berger tibétain m’a fait découvrir un lieu coupé du monde et préservé de la chasse à 4500 m d’altitude. J’y ai partagé pendant 6 mois le quotidien des bergers de yacks. Grâce à leur aide, j’ai pu photographier les panthères des neiges et des scènes magiques, comme celle d’une femelle avec ses deux petits… mon meilleur souvenir ! L’humain est capable de vivre en harmonie avec de grands prédateurs, comme ces bergers avec la panthère. Elle joue un rôle précieux dans l’équilibre fragile de cette zone, en régulant les troupeaux, ce qui évite le surpâturage. J’ai voulu en témoigner à travers mon objectif. » Frédéric Larrey, le photographe de l’exposition.

 

 

Découvrez l’exposition en extérieur, jusqu’au 3 janvier 2022 au domaine du Département Restinclières, à Prades-le-lez. Entrée gratuite. Plus d’informations sur domainederestinclieres.herault.fr

 

Toute l’actualité

Braderie de Noël au Centre photographique documentaire ImageSingulières, au 15 rue Lacan à Sète

Braderie de Noël au Centre photographique documentaire ImageSingulières, au 15 rue Lacan à Sète. Réductions sur les ouvrages et cadeaux dès 20 euros d'achat. Profitez-en !

En décembre, découvrez les offres de la librairie-boutique. Profitez de réductions sur les tirages photographiques, les livres de résidence… et repartez avec des cadeaux dès 20 euros d’achat.
Une belle occasion d’offrir des cadeaux singuliers, ou de vous faire plaisir en cette fin d’année ! 
 Ouvert du mardi au dimanche de 14h à 18h
 Espèces, chèques et CB acceptés
 Pass sanitaire et masque obligatoire
Pour plus d'information : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Peut être une image de 2 personnes et intérieur

Une nouvelle vie pour La Maison de l’image documentaire

Du changement dans la continuité, c’est ainsi que l’on pourrait résumer la petite transformation opérée à La Maison de l’image documentaire qui s’est agrandie pour devenir le Centre photographique documentaire ImageSingulières. “Un nom plus reconnaissable pour tout le monde” pour le directeur artistique du festival de photographie éponyme, Gilles Favier, qui inaugurait le lieu vendredi 2 juillet.

Cette inauguration était l’occasion de présenter les fresques du collectif “Tendance floue” visibles sur la façade du bâtiment et tirées du film Poesis, un projet éditorial présenté dans le cadre de la 13e édition du festival ImageSingulières. Une édition un peu particulière car étirée jusqu’en avril 2022 en raison de la crise sanitaire.

Photographie : Ville de Sète

 

“La photographie documentaire, c’est un regard sur notre monde, sur notre quotidien. Cette nouvelle structure et ce nouveau nom vont permettre de continuer d’accompagner le travail mené par ImageSingulières” indique le maire François Commeinhes qui était de retour le samedi 3 juillet sur place pour visiter l’exposition Sète#21 de Hugues de Wurstemberger, photographe suisse en résidence, qui porte un nouveau regard sur la ville et le bassin de Thau.

Au premier étage du bâtiment, on retrouve aussi l’exposition Zusammenleben de la photographe allemande Ute Mahler sur l’ex-Allemagne de l’est jusqu’au 5 septembre. Sétois et visiteurs ont tout l’été pour en profiter. A noter que le Centre photographique documentaire organise le vernissage de l’exposition des photographies lauréates du concours Fortant vendredi 9 juillet à 18 h 30.

Sortilèges au 51 quai de Bosc.

 A cette adresse, à l'enseigne du "Vent se lève", se situe un vrai centre de production d'images (fixes ou animées), bien propre à émouvoir les sensibilités. Son animateur, M. Jean Milon, l'a ouvert en 2016 après un parcours original et il rayonne en France et à l'International. Et d'abord à Sète : il accueille, du 10 juillet au 29 août, l'exposition des photographies de Philippe Ormières, "Magies sétoises". Enchantement assuré.

ormieP1100847 (2)M. Jean Milon a été un adolescent que les formations académiques rebutaient. Il s'est formé autrement, guidé dans l'éveil par un maître, André Vik Mingus, écrivain-photographe. Par des lectures, le visionnage de photos, le décalque des grands tableaux classiques pour l'étude de la lumière, l'observation du réel (sans appareil photographique), il a entamé une démarche qui l'a conduit à devenir reporter-photographe pour l'agence "Viva, Compagnie des reporters".

Puis, au temps de la bande magnétique, il réalisa des vidéos, assura leur production.

Et puis ce fut l'enseignement comme maître de conférence à Lyon II.

Son maître avait des attaches en Languedoc-Roussillon et quand le fils de M. Milon vint à Sète se former aux matériaux composites, il le suivit d'autant qu'il y avait rencontré celle qui allait être sa femme.

Il y est devenu producteur de films, en particulier de documentaires pour des institutions, des entreprises ou la télévision. Parallèlement, il enseigne la formation à la photo, au cinéma, "du scénario au montage".

Et le 51 quai de Bosc est aussi une galerie qui accueille les œuvres de photographes, qu'ils illustrent l'art brut ou qu'ils soient de renommée internationale.

 

Et au cœur de l'été 2021, c'est un sétois de souche, Philippe Ormières qui montre des œuvres singulières, propres à charmer (au sens magique du terme) les âmes des visiteurs.

On ne peut qu'être étonné (subir un vrai ébranlement moral) face à l'audace de l'imagination de l'artiste. Une écumante tempête d'octobre ouvre l'exposition symbolisant avec les ganivelles en V (comme un sexe) la naissance du monde sétois. La réalité, saisie par des images de qualité, est distordue, reconstruite au sein d'un univers magique explicité par de courtes légendes, dans des "tableaux" de format carré au service de sa démarche. La scintillante grande vague, type Hokusaï, menace les visiteurs de la plage.

On a bien aimé "Le mal de mer" où une Méditerranée aux bleus profonds s'ordonne en un escalier gigantesque. La création d'un univers imaginaire est marquée avec hardiesse et intensité dans "les échelles de Dieu" où canaux, ponts et échelles dressent de menaçantes structures. Ce surréel, dépourvu de noirceur, est encore plus visible dans "La naissance de la Pointe courte" où des maisons courbes surgissent d'un profond canal. Au final, avec une touche de bonne humeur sétoise, une vaste tielle déploie ses ocres et ses bruns en un ensemble très esthétique.

 C'est le poulpe qui a dilaté la tielle. Il semble qu'il était mal cuit. Ce clin d’œil séto-sétois en point d'orgue de l'exposition permet, après l'émotion, le sourire.

Hervé Le Blanche...

DIPTYQUE PHOTOGRAPHIQUE 2021 : EXPOSITION À L’ESPACE GEORGES BRASSENS (SÈTE)

JE SUIS GEORGES

 

L’association CéTàVOIR, en partenariat avec l’Espace Georges Brassens et l’association Concerthau, a proposé à six sétoises et sétois de s’initier à la photographie et de découvrir un lieu culturel de Sète.

Le principe de ce stage, créé par CéTàVOIR il y a plusieurs années, s’appuie sur la complémentarité et la synergie des acteurs culturels et sociaux de la Ville de Sète, entre la découverte d’un lieu culturel et l’initiation à la pratique photographique pour des publics adultes éloignés de l’offre culturelle.

En 2021, la Ville de Sète fête le Centenaire de Brassens, une occasion pour mettre en valeur le personnel de l’Espace Brassens qui oeuvre pour la transmission du patrimoine culturel de Georges Brassens. Le stage s’est déroulé en six séances durant le mois de juin 2021. Il a été animé par les photographes Gilles Favier et Frédéric Trobrillant.

Les stagiaires ont tout d’abord bénéficié d’une visite de l’Espace Brassens afin de se familiariser avec l’univers du chanteur. Ils ont manipulé une chambre argentique pour réaliser le portrait de certains membres de l’équipe du musée et découvert le développement en laboratoire argentique. Pour compléter le diptyque, ils se sont intéressés à la scénographie en photographiant en numérique les détails du musée puis ont associé les deux images. Cette initiation à la photographie a été complétée par l’atelier multimédias proposé par Concerthau avec la retouche des images sur des logiciels. Pour clore cet atelier, de courts textes accompagnant les photographies ont été rédigés afin de présenter chaque personne portraiturée.

« Je suis Georges. Diptyque photographique » est un projet proposé par CéTàVOIR, financé dans le cadre de la Politique de la Ville de Sète et du Centenaire Brassens.

 
EXPOSITION À L’ESPACE GEORGES BRASSENS (SÈTE)

 

DU 26 JUILLET AU 12 SEPTEMBRE 2021

Une exposition de Paris Match sur Georges Brassens s'affiche en ville

Une exposition de Paris Match sur Georges Brassens s'affiche en ville, de la gare aux plages. Une bonne occasion d'en apprendre plus sur le poète sétois lors de vos balades.

Pour Paris Match, qui a suivi Georges Brassens durant de nombreuses années il était important de proposer à la ville de Sète et à tous les Sétois et visiteurs une exposition à partir des Archives de Paris Match car Brassens, c'est avant tout l'éternel enfant de Sète.corpoIMG_20210806_175802

 

L'office de tourisme et la ville de Sète, nous communiqueront bientôt l'itinéraire conseillé pour découvrir toutes les affiches à découvrir en partant des Halles vers la Rue Gambetta, en rejoignant la Rue Alsace Lorraine... Pour repartir vers la Grand'Rue Mario Roustan, sans oublier l'Avenue Victor Hugo, en allant vers la Gare de Sète et le TMS.

Car à Sète, dans ce paradis souvent retrouvé, Georges Brassens chérissait les amitiés et les souvenirs.

Ceux d'un collégien réfractaire à l'éducation, animé par l'aventure de la poésie et l'amour de la chanson.

 Pour les 100 ans de sa naissance, en partenariat avec Paris Match, sa ville natale et l'office de tourisme organisent donc, jusqu'en décembre 2021 "L'itinéraire Brassens" une exposition de photos à ciel ouvert...rbt

Des souvenirs, de la Pointe courte à Bobino, le portrait d'un chanteur populaire, un copain d'abord.

Inauguration officielle en septembre en présence de journalistes de Paris Match.

 "Il faut savoir que Roger Thérond, Sétois, fut directeur de la rédaction de Paris-Match de  1976 jusqu’en 1999. Sous sa direction, Paris Match renouera avec le succès et les ventes progresseront à nouveau. Thérond, celui qu’on avait surnommé « l’Œil », se retirera à 74 ans. En tant que sétois d'origine, il fut aussi un grand ami de Georges Brassens et il participa en particulier à l'ouvrage de Pierre Berruer Georges Brassens, la marguerite et le chrysanthème paru en 2001. (Wikipedia). Les archives photographiques ne manquent donc pas.)Peut être une image de plein air

 

Le vernissage de l'exposition du club photo de Lavérune.

Ce vendredi 3 septembre avait lieu le vernissage d'une belle exposition à la chapelle de Montbazin
Celle du club photo de Lavérune.  Patrick Leberre a présenté son association. 
 
 APHOTO_83C0976
L'objectif de l'association est de réaliser des photographies en Noir & blanc en utilisant les procédés, argentique ou numérique. 
Le thème de l'exposition présentée est "la main et le geste". On y voit des acteurs de métiers traditionnels: un imprimeur qui travaille encore  avec les anciennes machines utilisant des lettres en plomb, un luthier réalisant un violoncelle, des agriculteurs privilégiant le travail à la main et remplaçant la machine par l'animal, des potiers....
.APHOTO_83C0981
Les conditions climatiques ont un peu limité la fréquentation, mais les personnes présentes ont été très intéressées et les photographes très sollicités pour expliquer leur démarche. 
Alors profitez-en, c'est à la Chapelle Saint Pierre.
APHOTO_83C0983