Erreur
  • Échec du chargement des données du flux

Sciences

On a découvert un trou noir proche de la Terre

Selon France Info :

Univers, Trou, Espace, Brouillard

C'est un trou noir 10 fois plus lourd que le Soleil et 100 millions de fois plus petit – et donc si dense, que même la lumière ne peut s’en échapper. Les précisions d'Hervé Poirier, rédacteur en chef au magazine scientifique Epsiloon.

franceinfo : Et ce monstre cosmique n’est qu’à 1500 années-lumière d’ici ?

Hervé Poirier : C’est-à-dire que la lumière, s’il en émettait, mettrait 1500 ans à nous parvenir. D’accord, ce n’est pas juste à côté (il ne faut à la lumière que 8 minutes pour arriver du Soleil), mais à l’échelle de la Voie lactée, c’est la proche banlieue – cela représente un petit peu plus de 1% de la taille de notre galaxie.

Cela fait une centaine d’années que les physiciens fantasment sur ces trous noirs. Et cette dernière découverte fera date. Pas seulement parce que c’est le plus proche de la Terre jamais découvert – trois fois plus proche que le précédent record. Surtout parce que c’est le premier trou noir vraiment sombre.

Qu’est-ce que ça veut dire vraiment sombre ?..............

En savoir plus : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-billet-sciences-du-week-end/on-a-decouvert-un-trou-noir-proche-de-la-terre_5356519.html

Une plante "miracle" disparue depuis l'Antiquité retrouvée... en Europe

Selon Orange.fr :

Silphie Mixte, Culture Énergétique

 

Photo Pixabay

Le silphium, plante aux nombreuses vertus tant pharmaceutiques que culinaires, aurait été retrouvée en Turquie par un chercheur, rapporte National Geographic. Il y en aurait 600 plants dans le monde entier.

“Une sorte de Graal.” C’est en ces termes que Sally Grainger, historienne de l’alimentation, définit la découverte du silphium, auprès de National Geographic.

Si la chercheuse est aussi enthousiaste à propos de cette nouvelle, c’est que cette plante a disparu depuis près de 2000 ans. Cette plante miracle était utilisée par les Romains et les Grecs, notamment pour guérir certains maux comme ceux à l’estomac ou ceux liés à une piqûre de scorpion. Outre ses vertus médicinales, le silphium était également à la base de nombreux plats de l’Antiquité. Sa valeur était telle aux yeux des Romains, qu’elle était entreposée aux côtés du stock d’or de l’Empire.

Disparue depuis l’Antiquité, cette plante miracle a été recherchée, en vain, tout au long des siècles. Mahmut Miski, professeur à l'université d'Istanbul, est celui ayant mis le doigt sur la forte ressemblance entre la Ferula drudeana, qu’il a découverte, et le silphium...

Aller plus loin : https://actu.orange.fr/societe/insolite/une-plante-miracle-disparue-depuis-l-antiquite-retrouvee-en-europe-magic-CNT000001T3zVr.html

Xavier Valentin (Ingénieur d'études en Paléontologie) et ses collaborateurs remontent le temps sur les traces des dinosaures, à Villeveyrac

Il faut connaître « hier » pour mieux saisir « aujourd'hui » et construire « demain » Y. Coppens (Paléontologue et Paléoanthropologue).

 

C'est dans cette optique que Xavier Valentin (Ingénieur d'études en Paléontologie) et ses collaborateurs remontent le temps sur les traces des dinosaures. Nous rejoignons cette joyeuse équipe sur le chantier de fouilles de Villeveyrac (Hérault) à la recherche de nouvelles découvertes, témoins du passé dans les couches fossilifères d'une mine de bauxite.

**

Sous un soleil chaud de juillet, un savant mélange d'excitation et d'émerveillement nous envahit lorsque les premiers vestiges, vieux de - 80 millions d'années, conservés dans la roche se dévoilent au grand jour. Après l'extraction des fossiles sur le terrain, l'étude et l'analyse de cette biodiversité du passée se poursuit au laboratoire (PalEvoprim - Université de Poitiers) où l'équipe scientifique examine, discute et partage leurs savoirs pour faire progresser les connaissances actuelles sur cette époque fascinante.

Embarquez dans cette nouvelle aventure à travers le temps, à la frontière des sciences et de l'imaginaire. Images : Anaïs Mini-Reporter & Vincent Lauras (GlobDrone) Réalisation : Anaïs Mini-Reporter

Sud de sciences, le festival du film scientifique du 23 au 27 novembre 2022


 
Mercredi 23 Novembre 2022, 18:30 - Dimanche 27 Novembre 2022, 14:45

 

Dans le cadre du mois du documentaire, l’Université de Montpellier, la Ville, la Métropole de Montpellier et leurs partenaires vous invitent à la 5ème édition de Sud de sciences, le festival du film scientifique.

Venez découvrir les courts-métrages réalisés par des étudiants, suivies de films scientifiques longs-métrages et de discussions avec des chercheur-e-s.

Programme du festival

  • Médiathèque Albert Camus (Clapiers)

Mercredi 23 novembre // 18h30 : Séance d’ouverture du Festival Sud de Sciences

  • Catégorie « Prix du film étudiant » : La Pêche aux escargots, réalisation collective, 2022, 3 min 42
  • Catégorie « Prix du jury » : Mamody, le dernier creuseur de baobab de Cyrille Cornu, 2022, 52 min, Vostf

Dans le sud-ouest de Madagascar, le plateau de Mahafaly est une terre extrêmement aride. Il n’y pleut que quelques fois dans l’année. Dans des conditions de vie extrêmes, les habitants du petit village d’Ampotaka ont trouvé une solution unique pour stocker l’eau. Ils creusent des baobabs pour les utiliser comme citernes vivantes.

  • Médiathèque centrale Émile Zola (Montpellier) - Salle de Cinéma et de Rencontres

Jeudi 24 novembre // 18h30

  • Catégorie « Prix du film étudiant » : L’Horloge astronomique du Frère Bernardin de Tifenn Lefebvre, 4 min
  • Catégorie « Prix du jury » : La Respiration, une savante mécanique de Sandra Klösges, 2021, 52 min

La respiration met en œuvre un ensemble de phénomènes complexes auxquels le corps, habitué, ne prête pas attention. Dans quelle mesure notre manière de respirer, elle-même influencée par notre mode de vie, affecte-t-elle notre santé et nos sensations ? Escapade en quête de réponses au sommet des montagnes, sous les mers, dans les forêts réputées pour les vertus de leur air sylvestre et auprès de scientifiques à la pointe des recherches, qui travaillent notamment sur le lien entre rythme respiratoire et stress du système nerveux.

Vendredi 25 novembre // 18h30

  • Catégorie « Prix du film étudiant » : Une forêt, le climat : services et changements de Camille Binda, 8 min
  • Catégorie « Prix du jury » : Climat : mon cerveau fait l’autruche de Raphaël Hitier et Agnès Trintzius, 2021, 52 min

Les scientifiques sont unanimes : la catastrophe climatique est imminente mais elle est évitable ! Et nous ne réagissons toujours pas. Comment expliquer cette inertie devant l’urgence ?

Avec humour et pédagogie, cette enquête scientifique décrypte les mécanismes psychiques qui nous empêchent de regarder la situation telle qu’elle est pour peut-être nous aider à refuser ces mauvais réflexes et à faire enfin les choix qui s’imposent.

Samedi 26 novembre // 10h30

  • Catégorie « Prix du film étudiant » : Au feu la forêt, la biodiversité revient ! de Christopher Carcaillet, 2021, 5 min 17
  • Catégorie « Prix du jury » : Quand l'homme n'est pas là, les animaux dansent ! : Le retour du silence de Thierry Berrod et Sylvie Ruet, 2021, 51 min

Dans les jardins et les rues désertes, des cerfs, des sangliers ou des chèvres déambulent… Au beau milieu des villes vidées par la Covid19, les scientifiques ont pu observer in situ ce que des expériences leur avaient déjà appris : il existe un lien entre la pollution sonore et le comportement animal. Comment identifier les solutions pour réduire les méfaits du bruit et protéger la faune et la flore mondiales, et, indirectement, la vie humaine ?

Samedi 26 novembre // 15h

  • Catégorie « Prix du film étudiant » : La Faim justifie les moyens, réalisation collective, 2019, 4 min
  • Catégorie « Prix du jury » : Vaincre le paludisme ! de Clément Alline, 2021, 52 min

Le paludisme, c’est plus de 400 000 décès par an dont 92 % en Afrique. Pourtant, en 2018, par rapport à l’année 2000, près de 600 000 vies ont été épargnées grâce aux investissements pour lutter contre cette maladie. La pandémie de Covid19 remet en cause ses efforts et l’OMS craint une recrudescence de la maladie. Ce film va à la rencontre de celles et ceux qui œuvrent quotidiennement dans cette lutte : recherche, dépistage, prévention…

  • 17h : Remise des prix du public pour les catégories « Prix du film étudiant » et « Prix du jury »

Dimanche 27 novembre 2022

Projection des « Coups de cœur » du comité de sélection parmi les films hors compétition

  • 14h45 : Catégorie « Prix du film étudiant » : Discrètes sentinelles, conservation communautaires, réalisation collective, 2020, 35 min

Balade à la rencontre des amphibiens et reptiles et des populations locales. Discussion sur leur cohabitation et le rôle de l'homme dans la modification et la préservation de l'environnement.

  • 15h30 : Catégorie « Prix du jury » : La Fabrique de l’ignorance de Pascal Vasselin et Franck Cuveillier, 2020, 1h30

Comment, des ravages du tabac au déni du changement climatique, la science est instrumentalisée à son détriment…

Pour contrer une vérité dérangeante, car susceptible d'entraîner une réglementation accrue au prix de lourdes pertes financières, l'industrie imagine en secret une forme particulière de désinformation qui se généralise. Celle de susciter, en finançant, abondamment des études scientifiques concurrentes, un épais nuage de doute qui alimente les controverses et égare les opinions publiques.

Lieux des projections :

  • Médiathèque Albert Camus,  12 Avenue Albert Camus à Clapiers
  • Médiathèque centrale Émile Zola · 218 boulevard de l’Aéroport international à Montpellier
  • Cinéma Comoedia · 6 Rue du 8 Mai 1945 à Sète

Tout public. Accès gratuit dans la limite des places disponibles.

 

Programme :https://www.montpellier3m.fr/evenement-agenda/sud-de-sciences-le-festival-du-film-scientifique-du-23-au-27-novembre-2022

Pourquoi la chauve-souris héberge-t-elle autant de virus sans développer de maladies ?

La chauve-souris est un mammifère aux capacités fascinantes. Non seulement elle vit très longtemps, développe peu de tumeurs, mais en plus elle résiste aux virus qu’elle héberge. Par exemple, des coronavirus, des virus influenza de la  grippe, des virus de l'hépatite B, le monkeypox, etc.

 

Sponsored image

Pourquoi ces virus sont-ils neutralisés chez certaines chauves-souris, alors qu’ils déclenchent des symptômes parfois mortels chez d’autres mammifères ou chez les humains ? Pour le comprendre, des chercheurs du CNRS ont croisé des données de génétique et de virologie, ils ont observé comment l’organisme de ces chauves-souris s'est adapté au cours des différentes épidémies et ils ont découvert que la réponse se trouvait notamment dans le nombre de copies d’un gène.

En fait, ce gène PKR fait partie de l’arsenal de défense contre les virus. La majorité des mammifères le possèdent. Il code pour une protéine capable de repérer les virus et de déclencher des réponses  immunitaires. Mais au lieu d’avoir une seule copie de ce gène PKR, certaines chauves-souris en ont plusieurs. C’est comme si elles avaient plusieurs armes et boucliers qu'elles peuvent adapter au virus ennemi (alors que la plupart des mammifères n’ont qu’une  seule technique de parade). Au fil de l'évolution de l'espèce, cette mutations génétique avantageuse pour la survie des chauves-souris a été transmise de façon héréditaire.

Une avancée sur de possibles traitements médicaux.: En savoir plus : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-billet-vert/pourquoi-la-chauve-souris-heberge-t-elle-autant-de-virus-sans-developper-de-

Roger Tognetti, gnomonistique, présentait le cadran solaire de Poussan ce samedi 17 septembre

cadranCapture d’écran 2022-09-17 132456
Samedi 17 septembre 2022, à l’occasion des journées du patrimoine, Roger Tognetti, gnomonistique passionné, a présenté le cadran solaire de Poussan devant un public attentif et particulièrement intéressé par cet ouvrage extrêmement rare dans notre région.cadranCapture d’écran 2022-09-17 132652
 
Pour en savoir plus quelques vidéos de Gilbert Raulet.
Roger Tognetti, gnomoniste amateur 5′ 11″
Journées du patrimoine à Poussan : présentation du cadran solaire par Roger Tognetti 4′ 20″
Présentation du Cadran solaire de la place de la mairie conçu par Roger Tognetti
AMV
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

SMBT : une nouvelle sortie photo pédestre, cette fois sur le Soupié et ses affluents à Pinet.

aaaggggCapture d’écran 2022-09-12 183544Le 10 septembre dernier, le Syndicat mixte du bassin de Thau a proposé une sortie photo pédestre au cœur de la Vène à destination des habitants de Montbazin.

Cette animation a permis de de parler de la flore, de la faune et de la morphologie du cours d’eau, en présence de la technicienne de rivière et de l’animatrice du SAGE* de Thau-Ingril. Cela a été l’occasion de recueillir les usages et perceptions des habitants sur la Vène afin d’enrichir le diagnostic hydrologique et écologique actuellement en cours sur la rivière.
 
Le 24 septembre prochain, le Syndicat mixte du bassin de Thau avec la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée proposent une nouvelle sortie photo pédestre, cette fois sur le Soupié et ses affluents à Pinet. 

Cette animation permettra de participer en direct à un chantier d’entretien d’un cours d’eau réalisé par les techniciens de la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée, et de parler de la flore, la faune et la morphologie des cours d’eau en lien avec le risque inondation, la qualité de l’eau et la biodiversité. Ce sera également l’occasion de recueillir les usages et perceptions des habitants sur les cours d’eau de Pinet afin d’enrichir le diagnostic hydrologique et écologique actuellement en cours sur le territoire de Thau.

Pourquoi s’intéresse-t-on au Soupié et à ses affluents ? Le Soupié et ses affluents représentent un milieu fragile, riche en biodiversité qu’il est important de préserver et qui fait l’objet, comme tous les principaux cours d’eau du territoire, d’une attention permanente. Un programme d’entretien va bientôt démarrer sur le Soupié et ses affluents, coordonné par la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée en partenariat avec le Syndicat mixte du bassin de Thau. Par ailleurs, un diagnostic hydromorphologique est en cours sur le bassin versant de la lagune de Thau, piloté par le Syndicat mixte du bassin de Thau.aaagggCapture d’écran 2022-09-12 183747

Les élèves de CM1 et CM2 de l’école de Pinet déjà mobilisés

Le Syndicat mixte du bassin de Thau a accompagné des élèves de CM1 et CM2 en juin dernier pour mener avec eux une enquête sur les cours d’eau de Pinet. Munis de loupes, appareils photos, filets..., les jeunes enquêteurs en herbe ont mené une véritable enquête de police pour collecter des indices sur la faune, la flore, la morphologie, l’inondation et le paysage coordonné par la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée en partenariat avec le Syndicat mixte du bassin de Thau.

Par ailleurs, un diagnostic hydromorphologique est en cours sur le bassin versant de la lagune de Thau, piloté par le Syndicat mixte du bassin de Thau. La Font Française, affluent du Soupié, sur lequel est prévue une plantation d’arbres en 2014. Le Soupié lors d’une inondation en 2014.

Les élèves de CM1 et CM2 de l’école de Pinet déjà mobilisés Le Syndicat mixte du bassin de Thau a accompagné des élèves de CM1 et CM2 en juin dernier pour mener avec eux une enquête sur les cours d’eau de Pinet. Munis de loupes, appareils photos, filets..., les jeunes enquêteurs en herbe ont mené une véritable enquête de police pour collecter des indices sur la faune, la flore, la morphologie, l’inondation et le paysage. Ces indices ont été travaillés ensuite par les jeunes pour réaliser des panneaux d’exposition qui ont été présentés le 29 juin à la mairie de Pinet en présence des élus et des parents.

 

 L’enquête photo continue avec les habitants de Pinet...

Après avoir mobilisé les enfants, le Syndicat mixte du bassin de Thau souhaite associer l’ensemble des habitants de la commune pour continuer l’enquête. aaagggCapture d’écran 2022-09-12 183833

Accompagnés par l’équipe du Syndicat mixte et la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée, les participants pourront assister en direct à l’entretien des cours d’eau, découvrir les secrets du Soupié et prendre des photos. Cette sortie sera aussi l’occasion d’apporter points de vue et perceptions pour enrichir le travail collectif qui est en cours.

En projet, une journée festive autour des cours d’eau et un groupe citoyen mobilisé autour du Soupié L’ambition de ce travail participatif ouvert à tous et construit au fil de l’eau est de constituer une exposition sur le Soupié et ses affluents, grâce à tous les indices et photos pris ou recueillis par les habitants. A terme, le Syndicat mixte prévoit d’élaborer des panneaux pour communiquer auprès du grand public sur les cours d’eau, le sensibiliser à l’importance de protéger ces milieux aquatiques fragiles.

Et pourquoi pas, constituer un groupe de citoyens pouvant être informés et participer à la réalisation d’un avant- projet du diagnostic hydromorphologique des cours d’eau du bassin versant de Thau. Cette étude diagnostic qui est en cours sous l’égide du Syndicat mixte du bassin de Thau a vocation à identifier les cours d’eau du territoire sur lesquels il est urgent d’intervenir.

 

EN BREF : pour participer à la sortie A la découverte des cours d’eau à Pinet”,
RDV samedi 24 septembre à 10h

(durée : 2 heures)

Sur inscription (obligatoire) par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Face à la menace potentielle d'un astéroïde, la défense planétaire s'organise

Sponsored imageSelon Orange.fr :

Comment réagirait l'humanité si un astéroïde se dirigeait droit vers la terre, lui faisant courir un immense danger? C'est la question sur laquelle planche le Groupe juridique international de défense planétaire des Nations unies dirigé par la scientifique française Alissa Haddaji.

Son rôle est "de décider de la meilleure mission scientifique possible pour pousser cet astéroïde", affirme la scientifique qui dirige également le Consortium spatial de Harvard & MIT, invitée cet été du Festival d'astronomie de Fleurance (Gers).

Cette réflexion sous l'égide de l'Onu est menée en parallèle de la mission expérimentale DART de la Nasa, dont le vaisseau doit percuter un astéroïde fin septembre, pour dévier sa trajectoire.

Question: A quels risques la défense planétaire doit-elle permettre de faire face?

Réponse: "La défense planétaire vise à savoir ce qui doit être fait en cas de menace d'un astéroïde ou d'une comète. Si on découvre un objet qui fait plus de 50 mètres de diamètre et qui a plus d'1% de chance d'impacter la terre, on active le groupe consultatif SMPAG (Space mission planning advisory group, NDLR), approuvé par le comité scientifique du conseil des affaires spatiales des Nations unies et composé des agences spatiales de différents pays. Si l'astéroïde fait plus de 300 mètres, on parle d'impact continental, et s'il fait plus d'un kilomètre, 25% des espèces vivantes seraient éradiquées. S'il fait 50 mètres, on a donc un risque national de manière large."

Q: Quelles méthodes sont envisagées en cas de menace d'un astéroïde?...........

Aller plus loin : https://actu.orange.fr/monde/face-a-la-menace-potentielle-d-un-asteroide-la-defense-planetaire-s-organise-CNT000001RKuZS.html

Le charançon rouge du palmier ( Rhynchophorus ferrugineus)

chrCapture

C’est quoi ? : C’est un coléoptère de la famille des Curculionidae qui est apparu en France dans les années 80. Sa durée de vie est de 2 à 4 mois, les femelles vivent un peu plus longtemps. Les œufs donnent une larve jaunâtre qui grandit pendant 1 à 4 mois selon la température ambiante (minimum 15 °C). C’est en juillet-août que cette croissance sera la plus rapide. Cet insecte ne pique pas.

Quel sont les palmiers les plus sensibles ? Plusieurs variétés de palmiers dont le Phoenix canariensis et le Phoenix dactylifera, présents en région méditerranéenne.

chrrrrCapture

Les régions les plus impactées : sont la Corse, le Languedoc-Roussillon et la Provence-Alpes-Côte d’Azur. Chaque femelle peut pondre entre 200 et 300 œufs surtout à la base des palmes

Attention les premiers symptômes de l’attaque paraissent tardivement résultat l’arbre dépéri et fini par mourir.

L’adulte du charançon rouge est de mœurs diurnes, actif entre le lever et le coucher du soleil Il est doué d’un vol puissant et peut se déplacer entre 500 et 800 m.

Comment s’en protéger ?

Eviter de tailler les palmiers lors des périodes de vol des charançons, c’est-à-dire d’avril à octobre

En cas de présence avérée ou seulement de soupçon de présence du charançon sur l’un de vos arbres, vous avez l’obligation de le déclarer à la mairie de votre commune ou au service départemental de la protection des végétaux, Il est obligatoire d’utiliser les services d’un professionnel agréé. Vous n’avez pas le droit de pratiquer vous-même le traitement.

G.C.

Les coquillages produits à l'étang de Thau souffrent aussi de la canicule.

SELON FRANCE BLEU HERAULT :  La chaleur de l'eau prive d'oxygène huîtres et moules, qui parfois, ne survivent pas. Pour tenter de mettre fin à ce problème, des expérimentations ont été lancées pour oxygéner les tables conchylicoles.

Lire et découvrir ces expérimentations sur : https://www.francebleu.fr/infos/environnement/video-face-a-la-chaleur-une-experimentation-sur-le-bassin-de-thau-pour-oxygener-les-coquillages

 

 

Découverte scientifique : une sorte d’abeille des mers, l’idotée, pratique la pollinisation pour des algues

Selon France Info :

 

On sait depuis longtemps que les animaux aident les plantes à se reproduire sur terre, c’est la pollinisation. On vient pour la première fois de trouver la même chose sous l’eau : un petit crustacé qui transporte les gamètes d’une algue rouge.

La nature a été assez injuste en organisant la reproduction des espèces. Certains gamètes males sont équipés de ce qu’on appelle un flagelle (c’est le cas du spermatozoïde humain) : pour eux, c’est assez simple d’aller féconder les gamètes femelles. Mais d’autres ne sont pas "véhiculés" et doivent donc trouver un allié, comme ce petit crustacé merveilleux, l’idotée. Il a un peu l’allure d’une crevette d’1 cm de long qui a l’élégance de marcher sur cette algue rouge, la gracillaire, de charger ses pattes et sa carapace de gamètes males un peu collantes et d’aller les déposer chez les femelles. Exactement comme une abeille ou une guêpe passe de fleur en fleur pour distribuer le pollen.

C’est la toute première fois qu’on met en évidence ce type de pollinisation animale pour des algues. Il y a une quinzaine d’années, on l’avait observé avec des plantes marines à fleur mais l’algue n’est pas une plante à fleur, c’est plus compliqué (elle n’a pas de racine et des organes de reproduction invisibles.)

Depuis 20 ans qu'ils y travaillent.................... Lire sur : https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-billet-vert/decouverte-scientifique-une-sorte-dabeille-des-mers-lidotee-pratique-la-pollinisation-pour-des-algues_5230753.html