Education

Communiqué de la FELCO sur l'histoire agitée du CAPES d'occitan-langue d'oc

Communiqué de la FELCO sur l'histoire agitée du CAPES d'occitan-langue d'oc

 

"L'histoire agitée du CAPES d'occitan-langue d'oc a connu fin décembre un nouvel épisode désastreux. C'est (curieusement) juste à la veille des vacances de fin d'année que le ministère a communiqué le nombre des postes ouverts à ce CAPES pour la session 2023 : nous sommes passés d'une quinzaine de postes au début des années 2000 à 4 postes dès 2004, nombre déjà insuffisant comme nous le répétons depuis des années (et comme le montre le tableau que nous produisons en annexe), puis à 3 en 2023  : cette diminution se passe de commentaires, mais non de réactions.

C'est pourquoi la FELCO a immédiatement adressé une lettre au Ministre de l'Education nationale, le 20 décembre (http://www.felco-creo.org/20-12-22-baisse-des-postes-au-capes-la-felco-ecrit-au-ministere/), pour dénoncer cette nouvelle atteinte à l'enseignement de notre langue, au mépris des dispositions de la loi « n° 2021-641 du 21 mai 2021 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion » dite « loi Molac » et de son article 7 concernant le développement de l'offre de cet enseignement. Nous ne parlons même pas de l’article 75-1 de la Constitution reconnaissant dans les langues régionales une part du patrimoine national, car nous avons compris depuis longtemps l’inutilité de cet article.

Une réponse est venue du ministère sous la forme d'une lettre, brève, en date du 28 décembre (voir sur le site http://www.felco-creo.org/28-12-22-postes-au-capes-session-2023-le-ministere-repond-a-la-felco/), signée par une conseillère spéciale auprès du Ministre, Madame Anne Rubinstein, dont nous apprenons au passage l'existence avec intérêt.

La rapidité de cette réponse pourrait constituer un fait rassurant s’il s’agissait vraiment d’une réponse. Or, son apport essentiel consiste en l'assurance – une fois de plus – de l'importance que le ministre « attache à la préservation et à la transmission des diverses formes du patrimoine linguistique et culturel des régions françaises », et, en particulier (car ce qui précède est quand même un peu vague) à « la situation de l'enseignement des langues régionales ». Cela au moment même où on constate une baisse des moyens (déjà bien insuffisants) alloués à l’occitan. Nulle part la question précise du CAPES telle que la lettre de la FELCO la pose n'est ici évoquée ; tout au plus la conseillère spéciale nous fait-elle savoir qu'elle transmet notre demande à la direction des ressources humaines.

Quelques jours plus tard, des représentants du ministère- recevaient une délégation de la FLAREP à laquelle participait le président de notre association : ce qu'ont répondu alors ces représentants ne nous fournit aucune information précise sur ce que l'on peut attendre concernant la question que posait notre lettre du 20 décembre.

La FELCO ne demande bien entendu qu'à croire à cet attachement du ministre tel qu'il est proclamé, dans le droit fil de professions de foi de même nature dues à ses prédécesseurs depuis de nombreuses décennies : leur compilation constituerait d'ailleurs un volume de taille respectable.

Mais elle aimerait avoir enfin des preuves tangibles de cet attachement,

-                     en termes de moyens en heures et en postes : l’espace occitan couvre une trentaine de départements mais n’obtient que 3 postes, alors même que certains de ces départements n’ont pas encore un seul enseignant d’occitan.

-                     en termes aussi de mise en place dans le secondaire comme dans le supérieur de conditions propres à assurer l'attractivité de l'enseignement de la langue d'oc et, par suite, la constitution d'un vivier de candidats potentiels à la poursuite d'études supérieures aboutissant aux concours d'enseignement.

Le moins qu'on puisse dire est que pour l'instant, rien de ce qui vient du ministère ne nous incite à croire que c'est dans cette direction qu'il s'engage.

Notre association continuera donc à interpeller la rue de Grenelle afin d'obtenir, enfin, des réponses qui ne soient pas seulement des échappatoires rhétoriques."

Pour compléter votre visite au salon de l'enseignement supérieur et accompagner votre enfant dans son projet d'orientation

Pour compléter votre visite au salon de l'enseignement supérieur et accompagner votre enfant dans son projet d'orientation, il est important de participer à des journées portes ouvertes !
 La Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes vous accueille le
samedi 11 février - Campus Santé ADV (Montpellier) et Campus Santé Nîmes de 10h - 16h
 Au programme : conférence, rencontres et visites pour tout savoir sur vos futures études de santé !
 Informations : https://swll.to/gnI71Peut être une image de texte

L’ensemble des journées portes ouvertes dans les lycées et établissements d’enseignement supérieur à retrouver sur le site Onisep

Peut être une image de texte qui dit ’JPO 2022/ /2023 Dans le supérieur’
 
Dans les universités, IUT, les établissements d’enseignement supérieur, les CFA (centres de formation d’apprentis) et les lycées, des Journées Portes Ouvertes sont organisées jusqu’au mois de juin.
 Lycéens lycéennes parents, profitez de la présentation des formations et des rencontres avec les enseignants et les élèves pour vous renseigner sur votre futur établissement !

 

« De la graine… à l’assiette », un beau projet pédagogique et écologique !

Peut être une image de 13 personnes, enfant, personnes debout, personnes assises et intérieur
L’objectif de ce programme sur l’alimentation durable est d’inviter les jeunes participants à faire plus attention à ce qu’ils mangent, en leur expliquant comment prendre soin à la fois de leur santé et de celle de la planète.
 
 
Une première séance, a été déployée (deux autres sont programmées pour clore le cycle) auprès des élèves de 13 écoles maternelles et primaires de Balaruc-les-Bains, Frontignan, Gigean, Montbazin, Poussan, et Sète. A l’aide d’images et de peluches, les enfants ont échangé et appris à reconnaitre l’origine animale ou végétale des aliments.
 
Les plus grands sont allés plus loin dans leur réflexion en découvrant les notions d’aliments frais, transformés, ou ultra-transformés.
Sensibiliser les enfants à une alimentation durable, c’est agir pour un monde solidaire, plus responsable…

Montpellier accueille les Rencontres nationales des villes éducatrices les 29 et 30 septembre 2022

 

Chaque année, une des villes adhérentes au Réseau français des villes éducatrices (RFVE) se porte volontaire pour accueillir les Rencontres nationales des villes éducatrices. Cette année, elles auront lieu à Montpellier les 29 et 30 septembre.
Montpellier accueille les Rencontres nationales des villes éducatrices les 29 et 30 septembre 2022Voir l'image en grand

A travers le thème « Comment renouveler l’ambition des villes éducatrices ? », les ateliers, tables-rondes et conférences permettront aux participants, qu’ils soient élus locaux ou professionnels de l’éducation, d’échanger sur les valeurs, les projets et le fonctionnement d’une ville éducatrice.

L’occasion aussi de rencontrer la communauté éducative montpelliéraine, de découvrir les particularités et les innovations locales.

Une centaine de participants inscrits sur les deux jours, deux temps forts

  • Jeudi 29 septembre,16h/18h, salle des rencontres de l'Hôtel de Ville : Table ronde au cours de laquelle Émilie Kuchel, adjointe au maire de Brest, déléguée à la politique éducative locale et présidente du RFVE, échangera avec Michaël Delafosse, maire de Montpellier, sur leur vision politique de l’éducation. Les partenaires du RFVE réunis dans le Mouvement Ambition Éducation et les participants aux Rencontres seront invités à débattre avec eux.

  • Jeudi 29 septembre,18h30/20h30, salle Pétrarque : Conférence grand public « L’école de la République, un enjeu au cœur de la ville » avec Iannis Roder, agrégé d’histoire, enseignant depuis 23 ans en REP, secrétaire général adjoint du Conseil des sages de la laïcité et directeur de l’Observatoire de l’éducation de la fondation Jean Jaurès, auteur de La jeunesse française, l’école et la République.

Le Réseau français des villes éducatrices (RFVE)

Le Réseau français des villes éducatrices (RFVE) est un réseau d’élus locaux engagés pour des politiques éducatives émancipatrices et qui incluent tous les enfants et les jeunes de leurs territoires, en mettant en synergie tous les acteurs locaux.

En charge des politiques petite enfance, éducation et jeunesse sur les territoires, les élues et élus du Réseau, issus de 120 villes françaises, se réunissent pour échanger sur leurs expériences dans leur mandat d’élus, s’entraider et se questionner les uns les autres. Le Réseau se veut également un acteur des politiques éducatives au niveau national, capable de prendre des positions et d’être entendu par les acteurs institutionnels et les partenaires associatifs.

La ville de Montpellier accueille pour sa 32e édition le Salon de l’Enseignement Supérieur !

La ville de Montpellier accueille pour sa 32e édition le Salon de l’Enseignement Supérieur ! 
Celui-ci se déroulera les jeudi 13 et vendredi 14 janvier 2022 de 09h00 à 17h00 et le samedi 15 janvier 2022 de 09h00 à 18h00 au Parc des expositions situé sur la commune de Pérols.
 
aaaasupCapture
Pour se rendre au Salon, il est impératif de posséder une invitation téléchargeable sur le site internet letudiant.fr
Ce salon a pour mission d’informer et d’accompagner les 15-25 ans dans le choix complexe et déterminant de leurs études.

Masques, 30 minutes de sport, enseignants contractuels : quelles sont les nouveautés attendues pour la rentrée ?

12 millions d'élèves et plus de 800 000 enseignants reprennent le chemin de l'école ce jeudi. Pour la première fois depuis deux ans, la rentrée scolaire se déroulera sans mesures sanitaires strictes.

 

École, Étudiants, Enfants, Arc-En-Ciel

Selon France Info :

Jeudi 1er septembre, les élèves et enseignants français feront leur rentrée avec un protocole sanitaire beaucoup plus léger, au niveau "socle" selon les termes du ministère de l'Education nationale. Quelques changements sont donc attendus dans les établissements scolaires. Au-delà des mesures sanitaires, franceinfo fait le point sur les changements de cette rentrée.

Un protocole sanitaire très allégé

Pour la première fois depuis deux ans, les mesures sanitaires strictes ne sont plus en vigueur. Cela signifie que le port du masque n'est plus obligatoire et que tous les cours se déroulent en présentiel et en classe entière, à l'école primaire, au collège ainsi qu'au lycée. Le lavage des mains pour les enfants n'est plus indispensable, tout comme, pour les enseignants, le fait d'ouvrir les fenêtres pour faire circuler l'air. Toutes ces mesures qui ne sont plus obligatoires restent néanmoins recommandées, pour éviter une reprise épidémique

Autre changement : il n'y a plus aucune restriction pour les activités physiques, en intérieur comme en extérieur. Les cours de sport vont pouvoir reprendre normalement.

Sport en primaire, maths au lycée

Trente minutes de sport par jour à l'école primaire : voici l'autre nouveauté de la rentrée, un objectif mis en place par Jean-Michel Blanquer lorsqu'il était ministre de l'Education nationale. Une expérimentation avait eu lieu en 2020 dans 7 000 écoles....................................https://www.francetvinfo.fr/societe/enfance-et-adolescence/masques-30-minutes-de-sport-enseignants-contractuels-quelles-sont-les-nouveautes-attendues-pour-la-rentree_5333224.html

Rentrée scolaire : quelle est la liste des fournitures ?

 

Avec la fin des vacances et l'approche de la rentrée scolaire, qui a lieu le 1er septembre 2022, c'est le moment d'acheter les fournitures scolaires. Pour les élèves de primaire, collégiens, ou encore lycéens, le ministère de l'Éducation nationale a publié un modèle de liste de fournitures essentielles pour la rentrée 2022-2023. Le détail avec Service-Public.fr.

Les écoles et les établissements doivent prendre en compte 3 critères pour établir la liste de fournitures :

  • un budget raisonnable pour toutes les familles ;
  • un cartable allégé ;
  • et des produits recyclables.

Le ministère établit une liste-modèle qui contient une trentaine d'articles pour les écoles, collèges et lycées. La liste définitive est communiquée aux familles pour la rentrée par les écoles et les établissements par :

  • une mise en ligne sur la page d'accueil du site Internet de l'établissement ou sur l'espace numérique de travail (ENT) ;
  • ou une affiche dans un lieu facilement accessible aux parents.

  À savoir : Pour limiter le coût pour les familles, le ministère de l’Éducation conseille aux établissements de :

 

  • soutenir des actions d'achats groupés en lien avec les associations de parents d'élèves de kit collégien ou pack fournitures ;
  • demander l'acquisition de fournitures échelonnée sur l'année, en fonction des besoins.

 

Fournitures-scolaires rentrée 2022 - plus de détails dans le texte suivant l’infographieCrédits : © Ministère de l'Éducation nationale

Fournitures-scolaires rentrée 2022 - Liste-modèle des fournitures scolaires pour la rentrée 2021-2022 - plus de détails dans le texte suivant l’infographie

 
 

Pour en savoir plus

Présentation du Grand oral

 

À compter de la session 2021, pour les candidats scolarisés dans des établissements publics ou privés sous contrat, une épreuve orale terminale figure au baccalauréat général et technologique.

 

Définition et objectifs

L'épreuve du « Grand oral » a été conçue pour permettre au candidat de montrer sa capacité à prendre la parole en public de façon claire et convaincante. Elle lui permettra aussi d'utiliser les connaissances liées à ses spécialités pour démontrer ses capacités argumentatives et la maturité de son projet de poursuite d'études, voire professionnel.

L'épreuve

Épreuve orale
Durée : 20 minutes
Préparation : 20 minutes
Coefficient : 10 [voie générale] et 14 [voie technologique]

L'épreuve orale terminale est l'une des cinq épreuves terminales de l'examen du baccalauréat.
Elle est obligatoire pour tous les candidats qui présentent l'épreuve dans les mêmes conditions.

Les candidats à besoins éducatifs particuliers peuvent demander à bénéficier d'aménagements de l'épreuve conformément à l'annexe 2 des notes de service publiées au BO n°31 du 26 août 2021 :

Évaluation de l'épreuve

L'épreuve est notée sur 20 points.
Le jury valorise la solidité des connaissances du candidat, sa capacité à argumenter et à relier les savoirs, son esprit critique, la précision de son expression, la clarté de son propos, son engagement dans sa parole, sa force de conviction. Il peut s'appuyer sur la grille indicative de l'annexe 1 des notes de service publiées du 27 juillet 2021 relative à l’épreuve orale dite Grand oral de la classe de terminale de la voie technologique à compter de la session 2022 et à l’épreuve orale dite Grand oral de la classe de terminale de la voie générale à compter de la session 2022.

Format et déroulement de l'épreuve

Le Grand oral dure 20 minutes avec 20 minutes de préparation.

Le candidat présente au jury deux questions préparées avec ses professeurs et éventuellement avec d'autres élèves, qui portent sur ses deux spécialités, soit prises isolément, soit abordées de manière transversale en voie générale. Pour la voie technologique, ces questions s'appuient sur l'enseignement de spécialité pour lequel le programme prévoit la réalisation d'une étude approfondie. Cette étude approfondie correspond, dans certaines séries, au projet réalisé pendant l’année. 

Le jury choisit une de ces deux questions. Le candidat a ensuite 20 minutes de préparation pour mettre en ordre ses idées et créer s'il le souhaite un support (qui ne sera pas évalué) à donner au jury.

L'épreuve se déroule en 3 temps.

Déroulé de l'épreuve

Pendant 5 minutes, le candidat présente la question choisie et y répond. Le jury évalue son argumentation et ses qualités de présentation. Pendant son exposé, sauf aménagements pour les candidats à besoins spécifiques, le candidat est débout. Il peut disposer des notes qu’il a prises pendant les 20 minutes de préparation.

Ensuite, pendant 10 minutes, le jury échange avec le candidat et évalue la solidité de ses connaissances et ses compétences argumentatives. Ce temps d’échange permet à l’élève de mettre en valeur ses connaissances, liées au programme de la spécialité suivie en classes de première et de terminale, sur laquelle repose la question présentée pendant la première partie de l’épreuve (ou sur les deux spécialités suivies en classes de première et de terminale lorsque la question présentée pendant la première partie de l’épreuve était une question transversale).

Les 5 dernières minutes d'échanges avec le jury portent sur le projet d'orientation du candidat. Le candidat montre que la question traitée a participé à la maturation de son projet de poursuite d'études, et même pour son projet professionnel.

Le jury va porter son attention sur la solidité des connaissances, la capacité à argumenter et à relier les savoirs, l'expression et la clarté du propos, l'engagement dans la parole, la force de conviction et la manière d'exprimer une réflexion personnelle, ainsi qu'aux motivations du candidat.

Présentation de l'épreuve du Grand oral

Cette affiche présente aux élèves le déroulé de l'épreuve du Grand oral.