Environnement

« Le temps de l’Étang » est lancé !

C’est parti pour 31 jours d’événements autour de l’étang de Thau ! 40 rendez-vous à ne pas manquer : projections au cinéma, lectures, expositions, concerts, spectacles, pièces de théâtre, conférences, expériences sensibles et représentations jeune public ! Mercredi 17 mai, Thierry Baëza, maire de Mèze, entouré de Christophe Durand, Vice-président de Sète agglopôle Méditerranée, et de Philippe Curé, adjoint à la culture et au patrimoine, a lancé officiellement la biennale dédiée aux arts, aux sciences et à l’environnement « Le temps de l’étang ».

« Ce grand évènement, initié par la Ville de Mèze, permet de mieux connaître ce cœur de vie qu’est notre étang et, au fond, mieux l’aimer pour mieux le protéger » précise le maire dans son discours « son programme a été élaboré en partenariat avec 8 communes du bassin de Thau et de nombreux partenaires : des associations culturelles et environnementales du territoire bien sûr, mais aussi la fondation Biotope, la galerie le Réservoir à Sète, le Syndicat mixte du Bassin de Thau, les musées de Sète Agglopôle Méditerranée, les universités de Montpellier, des artistes d’ici et d’ailleurs… des partenaires engagés, partageant la même conviction: comprendre et valoriser notre étang pour mieux le protéger ».

Le programme complet : ici

Pour la deuxième année la ville de Poussan organise au jardin des Frères « La Fête de la Nature » le samedi 27 mai

Pour la deuxième année la ville de Poussan organise au jardin des Frères « La Fête de la Nature » le samedi 27 mai de 9h30 à 18h.
Elle sera l’occasion de découvrir la richesse des espaces naturels qui nous entourent, mais aussi de réfléchir à leur préservation. Plusieurs événements rythmeront cette journée.aaaaaaaafeteCapture d’écran 2023-05-02 193506
Nombreux ateliers et sorties seront organisées tout au long de la journée et en particulier à destination du jeune public. Ils pourront participer à un atelier conte et fabrication de marotte, atelier d’arts plastiques sur la main et impression végétale, des expériences sur l’air et le climat, décoration de pots de fleurs, réalisation de bombes à graines, de mangeoires pour oiseaux, stand maquillage sur le thème de la nature…
 
Des sorties et ateliers seront également organisées : sortie nature, fabrication roll’on, fresque du climat, yoga (enfant et adultes). Un marché de producteurs le matin et différents stands seront également présents.
La manifestation se clôturera par la remise des prix du concours photo « La nature dans les rues et jardins de Poussan » et par le spectacle organisé par les enfants de l’ALP, du CLSH et du Club Ados.
(Cliquez sur le programme)
aaaabanatureCapture d’écran 2023-05-19 083747
Activités et ateliers gratuits.
Buvette et restauration sur place.
Nous vous attentons nombreux !
N’oubliez pas le concours de photographies.

 

Biodiversité : deux zones de nidification protégées, à Sète

aaaaaaaaaaaaCapture d’écran 2023-04-21 153804

Côté plage, entre le Castellas et les 3 digues, une zone de nidification a été repérée en 2022. Des gravelots à collier interrompu, oiseau rare et fragile, s’y établissent désormais d'avril à août. Parce que la zone est classée Natura 2000 et que les œufs couleur sable sont camouflés, la ville de Sète et la SMBT ont mis en place deux zones de protection.

Une première pour le lido de Sète. Des filets de pêche, de 100m chacun, ont été confectionnés par les élèves du Lycée de la Mer pour délimiter les secteurs. Le service des plages, remercié par Francis Hernandez, adjoint aux plages qui a inauguré la zone fin avril, est chargé de faire un comptage hebdomadaire de la faune et la surveillance est attribuée au garde littoral.

LA PLAGE NATURELLE DE JALABERT SUR LA COMMUNE DE SÈTE ACCUEILLE DES POPULATIONS D’OISEAUX MIGRATEURS PROTÉGÉS. DEUX NOUVEAUX PÉRIMÈTRES DE PROTECTION ONT ÉTÉ CONFECTIONNÉS AVEC L’AIDE DES ÉLÈVES DU LYCÉE DE LA MER PAUL-BOUSQUET POUR FAVORISER LEUR REPRODUCTION. CETTE ACTION S’INSCRIT DANS LE CADRE D’UN PARTENARIAT ENTRE LA VILLE DE SÈTE, LE SYNDICAT MIXTE DU BASSIN DE THAU, SÈTE AGGLOPÔLE MÉDITERRANÉE, LE CONSERVATOIRE DES ESPACES NATURELS D’OCCITANIE ET LE LYCÉE DE LA MER.

DES ENCLOS POUR PRÉSERVER LA NIDIFICATION LITTORALE

 bagesCapture d’écran 2023-04-21 181902

Une partie des plages sétoises est comprise dans le site Natura 2000 de la lagune de Thau. Sur leur partie sauvage, elles sont susceptibles d’accueillir des populations d’oiseaux rares protégés qui viennent s’y reproduire dont les gravelots à collier interrompu. Plusieurs nids ayant été observés en 2022 par le Conservatoire des espaces naturels dans le cadre de l’opération nationale “On marche sur des œufs”, la Ville de Sète a travaillé avec le Syndicat mixte du bassin de Thau, gestionnaire du site Natura 2000 étang de Thau, à la création d’enclos de protection.

 

Un périmètre d’une centaine de mètres a été délimité en deux ilots grâce à des poteaux en bois fournis par Sète agglopôle Méditerranée. Sensible au recyclage, la Ville a opté pour des protections réalisées à partir d’anciennes chutes de filets de pêche. Un choix en phase avec l’identité portuaire de la ville, qui apportera une esthétique atypique à cette nouvelle installation.

Le savoir-faire du lycée de la Mer Paul Bousquet a été mis à contribution pour les ramender et fabriquer des filets sur mesure pour ce projet. Deux classes de terminale pêche et de BTS “Pêche et gestion de l’environnement marin” se sont mobilisées sur l’opération.

bagesCapture d’écran 2023-04-21 181822

 

Le bassin de Thau est un site d’importance régionale pour l’accueil de ces oiseaux protégés. Les Gravelots à collier interrompu sont de petits oiseaux nichant au sol dans une cuvette de sable et sont donc très sensibles au dérangement. Dès la fin du mois de mars, ils arrivent sur le bassin de Thau pour se reproduire.

 

Dérangement, piétinement, prédation peuvent conduire à l’échec des nichées dont les nids sont implantés à même le sable. La Ville de Sète et l’ensemble des partenaires espèrent que la présence de ces enclos favorisera la croissance de ces populations et mettra en éveil la vigilance des promeneurs. L’interdiction de la fréquentation de la zone aux chiens a été étendue par arrêté municipal à toute la période de nidification qui s’étend d’avril à fin août.

Pour François Commeinhes, maire de Sète, président de Sète agglopôle Méditerranée et vice-président du Syndicat mixte du bassin de Thau :

“Cette renaturation des plages sétoises est le résultat d’un travail long de plusieurs années qui a démarré avec le lancement du projet de sauvegarde du lido de Sète à Marseillan. Aujourd’hui, la plage reprend son souffle et offre à la fois un abri pour la faune et la flore et un lieu de détente et de plaisir pour la population”.

bagesCapture d’écran 2023-04-21 181742

 

La protection des oiseaux, un enjeu majeur sur le bassin de Thau Le site natura 2000 de l’étang de Thau comprend la lagune mais également les zones humides attenantes et une partie du lido de Sète à Marseillan. C’est un lieu d’importance pour l’accueil des oiseaux. En nidification, en hivernage ou en étape migratoire, ils sont nombreux à venir profiter de la richesse de ces milieux pour se nourrir. La zone des plages est privilégiée par les Gravelots à collier interrompu et les huîtriers pie. Les Gravelots sont de petits oiseaux élégants qui trottinent sur les plages, milieux dunaires pour s’alimenter d’insectes, crustacés, mollusques et vers souvent attrapés à la surface du sol. Les mâles creusent des cuvettes à même le sol.

L’une d’elles sera choisie par la femelle pour y pondre ses œufs. Si le site est favorable, ils reviendront chaque année au même endroit pour se reproduire. Les huîtriers pie sont plus adaptés aux vasières car ils se nourrissent de coquillages. En costume noir et blanc, avec ses extrémités rouges, cet oiseau de la taille d’un pigeon ne passe pas inaperçu. Il s’alimente principalement de bivalves (moules et coques) et de vers.

On peut apercevoir parfois des Huîtriers arpenter les vasières de la plaine languedocienne même si la population d’ici est loin d’atteindre celle de la Bretagne ou des côtes du Nord. D’autres secteurs abritent également des colonies d’oiseaux littoraux autour de Thau : - la zone des tocs abrite des colonies de plus d’une centaine d’oiseaux tels que la Sterne naine et l’Avocette élégante - les anciens salins (propriété du Conservatoire du littoral, co-gérés par Sète agglopôle Méditerranée et le CEN) accueille une quinzaine d’espèces remarquables qui font l’objet d’une attention particulière pour leur conservation.

Ils comptent notamment la principale colonie reproductrice de Sternes Caugek de notre littoral, soit 80% des effectifs méditerranéens français. Le bassin de Thau est le 2e plus grand site après les salines d’Aigues Mortes en Méditerranée qui accueille ces oiseaux protégés, d’où l’importance de protéger leur nidification pour assurer la pérennité de ces espèces.

 Les plages sétoises, un espace naturel remarquable La Ville de Sète dispose de 12,5 kms de plage le long du lido entre Sète et Marseillan. Une partie est incluse dans le périmètre de la zone natura 2000 de la lagune de Thau. Depuis le projet européen de lutte contre l’érosion qui a permis le déplacement de la route et la mise en place des boudins géotextiles, la plage a retrouvé sa profondeur et le cordon dunaire s’est reconstitué. Une végétation endémique s’y développe qui accueille une riche biodiversité comme le Caragouille des dunes, ce minuscule escargot des dunes qui ne mesure pas plus de 20mm et reste perché sur les tiges des plantes pour se protéger de la chaleur du sol.

 

UN ENTRETIEN AU PLUS PRÈS DU MILIEU NATUREL Une équipe prend soin à l’année de cet espace qui concentre toutes les attentions.

« Depuis une dizaine d’années, nous avons supprimé le passage des engins de nettoyage sur cette partie de plage. Nous n’intervenons avec des machines qu’en cas de danger ou pour enlever des objets trop encombrants. L’entretien se fait manuellement. Nous entreposons le bois sur les hauts de plage afin de retenir le sable. La végétation gagne et le pied de dune se fortifie. Nous protégeons aussi les laisses de mer qui servent de garde-manger à de nombreuses espèces », détaille Francis Hernandez, adjoint délégué à l’aménagement et à la sécurité des plages. Même en zone de plage dite urbaine, les pieds de dune font l’objet de toutes les attentions. Les passages des machines y sont prohibés pour éviter de broyer trop souvent le sable qui finit par devenir éolien donc peu stable et cause d’érosion. Peu à peu, ces zones se re-végétalisent sur l’ensemble du linéaire comme à la Corniche ou ville et SAM ont décidé de ceinturer les ilots par des ganivelles pour protéger cette végétation.

 

• SENSIBILISATION DU PUBLIC La sensibilisation du public est aussi la clé de la réussite. Sur tout le linéaire de la voie verte bordant les plages sétoises, dix panneaux pédagogiques ont été installés par Sète agglopôle Méditerranée.

En parallèle, la Ville de Sète appose sur chaque poste de secours, un affichage incitant le public à respecter l’environnement des plages. L’affiche donne une information sur la flore présente sur le Lido de Sète à Marseillan, sur certaines espèces dont certaines peu fréquentes sur les plages languedociennes mais présentes sur ce lido. Pour sensibiliser le public à la présence des Gravelots, la Ville et le SMBT ont déployé des panneaux autour de la zone de protection (aux entrées de plage et à l’approche des 2 enclos).

 

• L’AIDE DES ASSOCIATIONS CITOYENNES

 

Le travail des agents de la ville de Sète est complété par une remarquable dynamique d’initiatives citoyennes. Sur le bassin de Thau, plus d’une trentaine d’associations impliquées dans la préservation de l’environnement effectuent régulièrement des opérations de ramassage de déchets et de sensibilisation à la nature. La Ville de Sète a noué un partenariat particulier avec l’association Wings of the Ocean déjà présente l’an dernier sur le territoire et qui revient cette année avec un programme de 80 opérations de ramassage. Ces interventions sont précieuses pour la collectivité car elles complètent les actions entreprises et permettent un entretien plus régulier et plus fin notamment sur le ramassage des micro-plastiques sur les différents sites. Les partenaires

 

• LE SYNDICAT MIXTE DU BASSIN DE THAU Observer, prévoir, prévenir et adapter sont les mots d’ordre du Syndicat mixte du bassin de Thau. Créé en 2005 pour préserver la lagune de Thau et ses activités de pêche et cultures marines et labellisé Établissement Public Territorial de Bassin (EPTB) en 2017, le SMBT est devenu un véritable levier d’aménagement et de développement durables pour le territoire. Intégrant tous les paramètres environnementaux (protection de l’eau, des espèces et espaces naturels, gestion des risques d’inondation, alimentation...), il coordonne et évalue les politiques publiques pour inscrire le bassin de Thau dans la transition écologique et la résilience. Misant sur l’animation et la concertation, le SMBT bénéficie d’une expertise reconnue dans la gestion intégrée et l’ingénierie environne- mentale. Vivier d’innovations, il contribue à l’émergence de technologies de pointe, susceptibles d’être dupliquées sur d’autres territoires.

bagesCapture d’écran 2023-04-21 181640

• LE LYCÉE DE LA MER PAUL-BOUSQUET Plus important lycée maritime de France et unique dans la Région Occitanie, l’établissement sétois accueille des élèves de toute la France. Doté de cursus aquacole et conchylicole, il forme aussi bien les professionnels de la pêche, de la conchyliculture, du commerce maritime, de la mécanique marine ou de la plaisance. Le lycée accueille en moyenne 300 élèves et 1000 stagiaires adultes par an.

Du Cap au BTS en passant par le BAC Pro et au-delà, près de 40 formations, initiales ou continues, sont proposées. Depuis 2014, il est l’un des 4 établissements français à proposer le BTS “Pêche et gestion de l’environne- ment marin”. Ce cursus vise à former de véritables sentinelles de la mer. Recherches scientifiques, protection d’aires marines ou campagnes de pêche, de nombreux débouchés s’offrent à ces technicien(ne)s, alerté(e)s sur les contraintes des pêcheurs comme sur les enjeux du milieu. Déjà en lien avec les acteurs professionnels, institutionnels ou associatifs, les élèves collaborent à divers projets, comme l’animation d’Aires Marines Educatives ou le suivi des herbiers de Thau avec le SMBT et désormais à la création d’ilots de nidification pour les oiseaux protégés.

• L’ACCOMPAGNEMENT DE SÈTE AGGLOPÔLE MÉDITERRANÉE Le service des espaces naturels et agricoles de Sète agglopôle Méditerranée assure la gestion des espaces naturels du territoire, parmi lesquels les propriétés du conservatoire du littoral. La plupart, des zones humides littorales sont la propriété du Conservatoire du Littoral. Elles sont ainsi protégées de la pression foncière et la gestion publique y est facilitée. Les objectifs prioritaires sont la mise en place d’une gestion conservatoire des richesses écologiques des sites, et le maintien des activités économiques, pastorales, agricoles et de pêche... Une équipe de 8 agents en charge de la surveillance et de l’entretien des espaces naturels intervient dans un champ d’action large pour l’entretien des espaces naturels : nettoyage dépôts sauvages, débroussaillage, élagage, taille, arrachage d’espèces envahissantes, restauration d’ouvrages hydrauliques, contrôle des niveaux d’eau et manipulation des ouvrages...

bagesCapture d’écran 2023-04-21 181706

le tout sur environ 7 000 ha. La Ville de Sète a pu bénéficier dans le cadre de la mise en place de ces périmètres de protection pour les oiseaux de l’expérience de ce service d’intérêt communautaire qui a également mis à sa disposition les poteaux bois servant à délimiter les zones de protection. Sur plusieurs sites dont le lido de Thau, Sète agglopôle méditerranée assure la gestion du site en co-gestion avec le Cen Occitanie, partenaire précieux notamment pour les suivis et les expertises naturalistes et scientifiques, ainsi que pour la garderie. Le Cen coordonne et assure depuis près de 15 ans les suivis laro-limicoles sur le littoral méditerranéen.

 

 bagesCapture d’écran 2023-04-21 181609

• L’IMPLICATION DU CONSERVATOIRE DES ESPACES NATURELS D’OCCITANIE Depuis plus de 40 ans, les Conservatoires d’espaces naturels contribuent à préserver notre patrimoine naturel et paysager par leur approche concertée et leur ancrage territorial. Depuis l’origine avec le soutien de l’État, des collectivités territoriales et des partenaires privés, ils sont devenus des gestionnaires reconnus pour la pertinence de leur action construite sur la concertation, et des référents pour leur expertise scientifique et technique. Ils accompagnent également la mise en œuvre de politiques contractuelles : principaux acteurs privés de la mise en œuvre de NATURA 2000 en France, impliqués depuis longtemps dans la création de corridors écologiques... Leur action est fondée sur la maîtrise foncière et d’usage. Elle s’appuie sur une approche concertée, au plus près des enjeux environnementaux, sociaux et économiques des territoires. Le CEN est co-gestionnaire de nombreux site du Conservatoire du Littoral. Dans le cadre d’un partenariat avec le Syndicat mixte du bassin de Thau, le Conservatoire des espaces naturels réalisera un suivi de la présence des oiseaux sur les plages sétoises...bauthCapture d’écran 2023-04-21 183150

Sécheresse : la situation reste préoccupante, d'après Météo France

D'après Météo France

 

Fleur, Vie, Fleur Jaune, Fissure, Désert

Dans la continuité de 2022, la France a subi une sécheresse météorologique préoccupante cet hiver, suivie d’une amélioration pluvieuse depuis le mois de mars. Après un assèchement très précoce des sols dès la mi-janvier et jusqu’en février, atteignant des niveaux normalement rencontrés en avril, les sols se sont ré-humidifiés grâce aux précipitations des mois de mars et avril. Certaines régions sont encore en fort déficit de précipitations.

 

Quelle est la situation actuelle en France ?

Le mois de septembre, excédentaire de 15 %, a été suivi par un mois d’octobre très déficitaire (-35 %). Les mois de novembre, décembre et janvier ont été relativement proches de la normale. Le mois de février a été marqué par un déficit important de 75 % (soit -50 mm). Le mois de mars a été excédentaire (96 mm) avec 1,4 fois la normale de précipitations d’un mois de mars classique. Le cumul de mars 2023 correspond à un cumul normal d’un mois de décembre.

L’hiver permet habituellement aux sols de se gorger d’humidité, aux nappes souterraines et rivières
de retrouver leurs niveaux habituels. Cette période dite « de recharge des nappes » est cruciale pour
que les stocks d’eau se reconstituent.
Le printemps s’accompagne de la reprise de la végétation, d’une hausse normale des températures
se traduisant généralement par un assèchement naturel des sols. Le printemps est également
marqué par la fonte du manteau neigeux accumulé en hiver alimentant en eau certains fleuves et
rivières.

Sur la saison de recharge 2022 – 2023, la pluviométrie à l’échelle de la France présente un déficit de l’ordre de 10 % (- 53 mm), déficit plus faible que le déficit de 20 % (- 110 mm) sur la saison de recharge 2021 – 2022. Les régions touchées par ces déficits ne sont toutefois pas les mêmes en 2022 et 2023.

Des pluies hétérogènes depuis début avril

Au cours du mois d’avril, les précipitations ont été proches des normales à excédentaires au nord de la Seine et sur le Sud-Ouest. Elles ont été légèrement déficitaires sur el Centre-Ouest. Sur le Sud-Est et la Corse, les précipitations ont été très déficitaires.

Entre le 1er et le 14 mai, on a enregistré entre 20 et 60 mm sur la Métropole avec localement 80 mm sur le relief. Sur l’ouest du pourtour méditerranéen, les cumuls restent inférieurs à 20 mm.

 

Poursuivre avec infographies sur :https://meteofrance.com/actualites-et-dossiers/actualites/climat/secheresse-amelioration-en-mars-mais-pas-sur-tout-le-pays

Environnement : les tocs interdits à la navigation

 Illustration

Depuis 2 ans, le secteur central des tocs de Thau fait l’objet d’une restriction d’accès et de navigation pour la préservation des oiseaux en période de reproduction.
Jusqu’au 15 août 2023, sur l’étang de Thau, la navigation des navires et engins immatriculés ainsi que des engins non immatriculés venant du large est interdite dans le périmètre longeant les tocs.

Le nouvel arrêté a été pris par la PREMAR le 15 avril et prend effet jusqu’au 15 août 2023.

Pour le consulter, cliquez ICI >>>

 

Pour rappel, la zone interdite est longue de 5 km. Elle est jalonnée de panneaux tous les 150 mètres pour plus de visibilité.
Les premiers oiseaux sont en cours d’installation. Il convient donc de faire preuve de respect pour éviter de les perturber.

 

 

 

Je prends soin de ma lagune

Communiqué du SMBT :

La lagune de Thau est officiellement devenue « Aire marine protégée » depuis quelques mois. Le Syndicat mixte du bassin de Thau a souhaité préparer pour l’occasion une exposition participative itinérante. L’objectif : montrer à tous les publics la richesse de cet environnement naturel remarquable. 

L’exposition s’arrêtera pour la première fois à Mèze lors de l’évènement « Le Temps de l’Étang », organisé par la ville de Mèze et pour lequel le Syndicat mixte est partenaire aux côtés de la Région Occitanie, du Département de l’Hérault et de Sète agglopôle méditerranée.

Le moment fort pour le SMBT se déroulera du 24 au 28 mai à l'étage du Château Girard où sera déployée l'exposition participative sur l'Aire Marine Protégée avec comme point d'orgue le lancement officiel de son itinérance le vendredi 26 mai à 16h en présence d’Yves Michel, Président du SMBT, François Commeinhes, Président de Sète Agglopôle Méditerranée et Thierry Baëza, Maire de Mèze.  

C'est un événement qui s’inscrit pleinement dans la prise de conscience qui doit être la nôtre face à l'urgence de préserver la biodiversité de notre milieu et de bâtir de nouveaux liens avec la nature en lien avec les activités humaines (conchyliculture, activités touristiques, sports d’eau, sorties de découverte et de plein air, etc.).

Plus de détails : ICI

A Poussan, la Région met ses terrains à la disposition d’agriculteurs avec le concours de la Safer Occitanie

A Poussan, la Région met ses terrains à la disposition d’agriculteurs avec le concours de la Safer Occitanie

 Dans le cadre de l’opération « Convention de mise à disposition Ukraine » visant à faire face aux impacts de la guerre en Ukraine sur la production mondiale de céréales et protéagineux, la Safer Occitanie a sollicité les collectivités territoriales afin d’identifier des parcelles cultivables pouvant être mises à disposition d’agriculteurs.Agriculture, Luzerne, Balles, Carré

 Ayant acquis depuis 2010 environ 28 ha sur le lieu-dit « la Plaine » à Poussan dans l’objectif de constituer une réserve foncière, la Région a répondu favorablement à cette initiative. Ce foncier est constitué de terres et de vignes en friche.

 Lors de la Commission permanente du 9 février 2023 réunie sous la présidence de Carole Delga, la Région a validé une convention de mise à disposition de 16,45 ha au profit de la Safer, pour une durée de 6 ans reconductible.

 Le comité technique de la Safer a alors retenu la candidature de la SCEA ELEVAGE DE L’IRIS (éleveurs bovins de race Aubrac et Wagyu en agriculture biologique – environ 15 bêtes), qui, après nettoyage, broyage et arrachage des vignes, mettra en rotation de la luzerne biologique et des blés durs. La luzerne contribuera à l’autonomie fourragère de l’exploitation, permettra de parfaire l’assolement et donc de prétendre à des rendements céréaliers corrects.

 Validé par l’Autorité Environnementale, ce projet de reconquête s’inscrit dans une démarche respectueuse de la biodiversité locale. Ainsi, il est notamment prévu de préserver les milieux les plus naturels et les éléments du paysage qui présentent des enjeux écologiques et paysagers notables (corridors, bois, pelouses, garrigues, haie, muret, fossés…), ce qui permettra ainsi de maintenir une mosaïque de milieux sur le territoire.

La SCEA Elevage de l’iris a signé un bail avec la Safer le jeudi 27 avril, pour une durée de 6 ans. Les coûts des travaux pour la remise en valeur des parcelles seront pris en charge par les exploitants ; en contrepartie, la Région ne percevra pas de loyer pendant la durée de la mise à disposition. La SCEA a débuté les travaux de remise en valeur des terrains le 2 mai.

Une passerelle pour protéger la biodiversité du Lez inaugurée

Thématiques Domaines départementaux Environnement

Le Président du Département Kléber Mesquida a inauguré la nouvelle passerelle qui franchit le Lez sans déranger l’habitat d’espèces rares, au domaine du Département Restinclières, à Prades-le-Lez.

Dans ce cadre, le Département a aménagé une passerelle franchissant le Lez. Elle remplace l’ancien gué que l’on traversait à pied en dérangeant la faune et la flore y habitant : loutre d’Europe, reptiles et surtout une espèce endémique, le Chabot du Lez.

« Avec le Lez, son habitat, sa faune, le Chabot du Lez, le développement des iris ou des nénuphars, on peut affirmer que le site est de haute qualité et que son aménagement est entièrement réussi », Kléber Mesquida.

Le domaine de Restinclières constitue un Espace Naturel Sensible de 240 hectares, dédié à l’environnement, ouvert au public et qui présente un patrimoine naturel et culturel très riche. Ce site attractif pour le public, accueille plus de 180 000 visiteurs par an et une partie du site est classée Natura 2000 « Le Lez ».

« Le domaine du Département Restinclières est un trésor pour nous mais le Lez également, qui nous abreuve et fait partie de notre patrimoine naturel », Florence Brau, maire de la commune de Prades-le-Lez.

« Ce cheminement de bois de 220 mètres permet d’éviter le piétinement du gué du Lez, de canaliser la fréquentation et le passage des usagers pour protéger le site », Laurent Aufrere, directeur du pôle économie, eau et environnement du Département.

Il sera désormais impossible d’accéder à ce coin de rivière. Les visiteurs pourront se rafraîchir à la source, 200m en amont, dans une zone aménagée pour moins perturber la biodiversité.

Les effets positifs de cet aménagement sur la faune et la flore du Lez sont déjà visibles, seulement quelques mois après la fin des travaux.

ICI ON AGIT POUR PROTEGER LA NATURE
L’Hérault offre une mosaïque extraordinaire de paysages et de biodiversité, menacée comme ailleurs par l’impact des activités humaines, en particulier le changement climatique.
Doté d’un droit de préemption et d’une compétence pour la gestion des espaces naturels sensibles (ENS), le Département choisit d’en faire le patrimoine de tous les Héraultais.
Il s’engage à prendre soin de cet héritage précieux et remarquable, le renaturer, protéger ses écosystèmes, et l’ouvrir aux publics qui respectent sa fragilité (chercheurs, agriculteurs, éleveurs, promeneurs…)
Plus de 9 400 ha d’ENS sont déjà propriétés du Département. Une partie se découvre dans 27 domaines départementaux. Les acquisitions continuent, comme sur les Rives de l’Arn et les étangs de Capestang.

 

 

 

« Les Algues Maudites » : une exposition photo révélatrice d’un environnement fragilisé

Thématiques Culture Environnement

Cette année, à l’occasion du festival Les Boutographies, le domaine départemental de Pierresvives, présente une exposition de la photographe française Alice Pallot, consacrée à une problématique urgente touchant les côtes bretonnes : les algues vertes.

La jeune photographe a d’abord entrepris un travail de terrain en suivant l’association écologiste Sauvegarde du Trésor ainsi que des scientifiques du CNRS durant de nombreuses semaines pour étudier la problématique de la prolifération de ces algues toxiques.

Lorsque ses algues s’échouent sur le rivage et se décomposent, elles dégagent des gaz toxiques qui mettent en danger la faune mais également l’homme.

Dans « Les Algues Maudites », Alice Pallot a fait le choix d’oublier la notion temporelle de sorte à ce que le visiteur se projette dans un futur potentiel mais en se basant sur des recherches scientifiques pour présenter la réalité concrète d’une nature fragilisée.

Mais elle n’est pas fataliste ! Et montre bien comment la nature peut parfois reprendre ses droits en s’adaptant à un tout nouvel écosystème composé d’organismes qui vivent sans oxygène !

Jusqu’au 27 mai, du mardi au samedi, de 10h à 19h.
Espace Balcon à Pierresvives, Montpellier

Le bassin de Thau passe en alerte renforcée

La préfecture de l’Hérault a publié le 12 mai, pour la troisième fois en 2023, un arrêté préfectoral portant mise en place de mesures de restrictions des usages de l’eau dans le cadre de la gestion de la sécheresse. Ces arrêtés « sécheresse » interviennent très tôt dans la saison et avec des seuils de restriction déjà hauts, expliqués par une sécheresse estivale de 2022 prolongée sur la période hivernale et des rivières et nappes souterraines qui n'ont pas pu se recharger.

 

La sécheresse estivale de 2022, qui s’est prolongée sur la période hivernale, a largement contribué aux niveaux bas, voire très bas, des cours d’eau et des nappes souterraines.

 aaaabasecheCapture d’écran 2023-05-17 162128

Le bassin de Thau se trouve dans la zone 7 et est en seuil d’alerte renforcée.

 

Aujourd’hui, la majorité du département est passée en seuil d’alerte renforcée, c’est-à-dire au 3ème niveau sur les 4 existants, le plus haut étant le seuil de crise. Le communiqué de presse du 3 mai vous donne les clés pour lire et comprendre les arrêtés préfectoraux sécheresse. Dans l’arrêté préfectoral du 12 mai 2023, les mesures d’interdiction et de restriction de l’usage de l’eau sont listées par seuil et par type d’usage. En ce qui nous concerne, puisque le bassin de Thau se trouve dans la zone 7 et est en seuil d’alerte renforcée, voici quelques exemples de mesures à appliquer par usages :

 

Pour tous les usages : le remplissage des piscines privées est interdit à l’exception de la première mise en eau et des piscines destinées à un usage collectif,

 Pour tous les usages : il est interdit d’arroser des pelouses et des espaces verts publics et privés ainsi que les jardins d’agrément, et l’arrosage des jardins potagers est interdit entre 8h et 20h, 

Pour les usages agricoles : l’arrosage est interdit entre 11h et 20h sauf pour quelques cas particuliers listés sur l’arrêté préfectoral.

Il est donc fortement recommandé de limiter sa consommation d’eau dans son usage domestique et de rester très vigilant sur l’utilisation de l’eau des forages, également concernés, tant que durera cette période de sécheresse.

Ces recommandations s’appliquent en particulier à Balaruc-les-Bains et Balaruc-le-Vieux et leurs communes limitrophes, au vu du risque d’inversac élevé de la source de la Vise.