Environnement

Rapport d'Activité Portuaire 2020 - Port Sud de France

L'établissement Port Sud de France vous présente son rapport d'activité 2020 dans lequel il retrace les temps forts de l'année écoulée, année particulière, impactée par une crise sanitaire mondiale sans précédent, ayant bouleversée ses façons de travailler et impactée ses objectifs fixés.

 torpCapture

Malgré un contexte difficile, Port Sud de France a assumé ses responsabilités pour tenter de maintenir ses activités de Commerce, Pêche et Plaisance grâce à l’engagement de toute la communauté portuaire sétoise qui est restée pleinement opérationnelle et totalement mobilisée.

Grâce à l'engagement de tous, au maintien de ses investissements productifs et en faveur du développement durable, il est résolument confiant en ce début d'année, et en profite pour vous souhaiter tous ses meilleurs vœux pour 2021 !

Rapport d'activité portuaire 2020
 
Téléchargez le rapport d'activité du Port de Sète - Frontignan en cliquant sur le bouton ci-dessous :
 
Rapport d'activité 2020

 

 

 

 

 

 

Interdiction de l'utilisation de pesticides dans de nouvelles zones

(Pixabay)

En 2017, la loi Labbé avait interdit aux personnes publiques d’utiliser des pesticides de synthèse pour l’entretien des espaces verts, forêts publiques, promenades et voiries. Toutefois, l’arrêté de mise en application de cette loi excluait certaines zones non agricoles (jardins des copropriétés, parcs et jardins privés, campings, cimetières). Un nouvel arrêté a été publié en janvier dernier et étend l'interdiction de l'utilisation de pesticides dans de nouvelles zones comme les copropriétés, les stades de clubs non professionnels ou encore les cimetières et c'est une très bonne nouvelle que vous pouvez retrouver dans les actus du site :
 
 

https://www.generations-futures.fr/actualites/extension-loi-labbe-pesticides/

Les élus communautaires du territoire à la rencontre du CPIE Bassin de Thau

Josian Ribes, Vice-Président de Sète Agglopôle Méditerranée et maire de Montbazin accueilli par le réseau CPIE Bassin de Thau.

*VP Délégué à l'économie sociale et solidaire et participation citoyenne ; Cohésion sociale, égalité hommes-femmes et lutte contre les discriminations ; sensibilisation à l’environnement et préservation de la biodiversité

Lundi 1er février dernier, nous avons eu le plaisir d’accueillir dans nos locaux Josian Ribes, accompagné de Valérie François en charge des questions d’éducation à l’environnement à Sète Agglopôle. De nombreux membres du réseau CPIE BT étaient présents, aux côtés de l’équipe interne et de la Présidente Annie Favier Baron,  dont Kimiyo, Peau Bleue, Scopie, la LPO Occitanie et l’Adena.

Ce fut l’occasion de rappeler ce que notre réseau représente une diversité de projets, de thématiques,  de bénéficiaires (45 000 personnes/an) mais également un poids économique et social sur le territoire avec 60 salariés et 800 000€ de budget annuel.

Ce moment d’échange a permis une meilleure interconnaissance entre les équipes ainsi qu’une présentation des nombreux projets proposés par le CPIE en 2021, dans le cadre de sa convention de partenariat avec Sète Agglopôle.

M. Ribes et Mme François ont pu revenir sur les projets en cours au sein de Sète agglopôle, sur l’importance de la transition écologique au sein de la collectivité et ont affirmé leur volonté d’instaurer un dialogue et un partenariat sincère et profond avec le réseau du CPIE Bassin de Thau.

Vos lundis du CPIE continuent !

Face aux mesures sanitaires, les lundis du CPIE continuent en live sur la page Facebook @cpiebassindethau 

Tous les lundis à 18h, retrouvez-nous pour échanger sur une thématique liée à la transition écologique et au changement climatique. 

 

Voici les thématiques de février :

> Engagé.e.s pour la nature

> La pêche responsable

> Les roselières littorales d'Occitanie

> Les perturbateurs endocriniens

A très vite sur notre page Facebook : 

www.facebook.com/CpieBassinDeThau

Une opération commune de Police de l’environnement sur le lido de Thau

En réponse à une recrudescence des dégradations causées par des véhicules à moteurs sur cette espace naturel protégé, une mission de contrôle a été organisée par la police de l’environnement.

Entre Sète et Marseillan, le lido de Thau et ses anciens Salins du Castellas et de Villeroy abritent une biodiversité et des paysages remarquables.qu1Capture

Ce patrimoine commun doit être préservé. 11 agents de police de l’environnement dépendant de plusieurs services (Gardes du littoral, Gardes champêtres, Office français de la biodiversité, Police Municipale de Marseillan) ont mis en place un dispositif visant à interpeller les véhicules à moteurs (quads, motocross) en infraction vis-à-vis du code de l’environnement.

« Les agents sur le terrain disposaient, par radio, de l’appui des officiers de Police judiciaire du commissariat de Police de Sète et de la Brigade de Gendarmerie de Marseillan. Deux quads ont été interpellés et verbalisés, les procédures seront transmises au Procureur de la République. Le premier circulait en espace naturel en dehors des voies ouvertes à la circulation ; le second, non homologué et non immatriculé, circulait en bordure de l’espace naturel mais sur la voie publique. Ces infractions, de la 5 ème classe, sont passibles d’une amende maximale de 1 500€. Les agents auraient pu également procéder à l’immobilisation administrative des véhicules (mise en fourrière). »quCapture

BatNco, la mini-entreprise du collège Via-Domitia de Poussan.

Le Vendredi 12 Janvier aura lieu leur Assemblée Générale au collège de Poussan Via-Domitia!

Ils forment un groupe de 16 élèves membres de BatNco, la mini-entreprise du collège Via-Domitia de Poussan, qui souhaitent développer avec l’aide de leur professeur de technologie, Monsieur Barthes, l’installation de nichoirs à chauves-souris.bat22Capture

Pourquoi les chauves-souris ? « Les chauves-souris sont de petits mammifères appartenant à l’ordre des Chiroptères. Ce sont des animaux nocturnes qui quittent leurs gîtes dès la tombée de la nuit, pour partir à la recherche de proies. En France, toutes les espèces de chauves-souris sont insectivores et extrêmement voraces. Elles peuvent consommer en une nuit jusqu’à la moitié de leur poids en insectes ! Parmi leurs proies, on retrouve des insectes ravageurs de cultures comme :

Les moustiques
 
Les papillons de nuit
 
Les coléoptères

« Or les chauves-souris sont les mammifères les plus menacés d’Europe, ceci est en partie dû à la disparition de leurs habitats naturels, et de leurs sites de reproduction et d’hibernation. Pour pallier à ce problème, n’hésitez pas à laisser de vieux arbres présentant des fissures et des cavités dans votre jardin. Quand cela n’est pas possible, vous pouvez mettre à disposition des nichoirs à chauves-souris à accrocher sur de grands arbres ou bien sur les façades de bâtiments. En agissant ainsi vous participez à la préservation de ces espèces tout en luttant biologiquement contre la prolifération de ravageurs au jardin. »batCapture

Pour l’instant on ne peut les commander ou les acheter mais ce devrait être possible d’ici quelques temps.

A découvrir, leur site : https://sites.google.com/view/site-de-la-mini-entreprise-bat/notre-entreprise

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

A noter qu’ils vous donneront de nombreux conseils pour installer les nichoirs et pour assurer la protection des chauves-souris contre divers prédateurs, mais aussi pour qu’elles disposent d’assez d’espace pour pouvoir se laisser tomber et prendre leur envol…

Et sachez que la municipalité soutient ce projet pédagogique et écologique car elle sera la première cliente d’un lot d’abris fabriqués par ces élèves, en souhaitant également encourager les Poussannais.es à commander eux-mêmes leur propre abri…

A suivre…

Un territoire, entre chien et loutre avec Vies-à-Vies

Un territoire, entre chien et loutre avec Vies-à-Vies

"Que se passe-t-il sur le chemin, le bord de rivière, le pré derrière chez nous, lorsque nous ne sommes pas là ? Une web-série pour découvrir, au fil des saisons, cette faune invisible et surprenante avec qui nous partageons nos territoires. Filmées dans un rayon de 10 km, ces images révèlent comment humains et non-humains fréquentent tour à tour les mêmes sites. "

L’eau souterraine, un enjeu majeur dans l’Hérault

Cave, Spelunk, Scène, Caverne, L'Eau

Dans l’Hérault, 96% de l’eau du robinet provient du sous-sol. Une richesse géologique exceptionnelle, qui garantit la disponibilité d’une eau potable d’excellente qualité.

Des centaines de forages réalisés par le Département

Le saviez-vous ?
96% de l’eau potable consommée par les Héraultais provient de l’eau souterraine

Forage exploratoire à AnianeSur la commune de Cazilhac, un nouveau forage débute, destiné à alimenter plus de 8 000 habitants.

Le lieu-dit du Fesquet vit au rythme du gigantesque camion foreur. Mètre après mètre, un impressionnant puits de 140 mètres de profondeur est creusé. Des entrailles de la terre, 1,8 million de litres d’eau pure sont prêtes à jaillir chaque année. Réalisé par le syndicat SIEA de la région de Ganges, ce chantier bénéficie de l’assistance technique d’Hérault Ingénierie et du financement du Département et de l’Agence de l’eau.

« Le captage actuel est vulnérable en cas de crue. Le nouveau forage sécurisera l’approvisionnement et évitera de prélever des masses d’eau importantes dans le fleuve Hérault, au bénéfice de la faune et la flore », note Stéphane Gourmaud, chargé de l’opération au Département.

Tout bon pour l’environnement ! Mis en service début 2022, le réseau alimentera les habitants de Ganges, Laroque, Cazilhac et Moulès-et-Baucels, avec une eau d’excellente qualité, issue d’un traitement d’ultrafiltration de dernière génération.

Depuis les années 1970, plusieurs centaines de forages et de captages o

 

nt été réalisées avec l'aide du Département, comme dernièrement à Cessenon-sur-Orb, Aniane ou Fraïsse-sur-Agout.

A la recherche de l’or bleu

 Reconnaissance d’une rivière souterraine, Moulès-et-BaucelsSans attendre que certains nappes souterraines se tarissent, le Département anticipe et recherche d’ores-et-déjà de nouvelles ressources… « Le rôle du Département est de préparer l'avenir, en étant audacieux et ingénieux, explique l'hydrogéologue du Département, Nicolas Liénart. Nous étudions actuellement trois masses d'eaux souterraines, qui représentent un tiers de la surface de notre département. Notre but ? Identifier dès aujourd'hui des ressources "stratégiques", et les garder bien au chaud pour demain, en mettant en place des "plans de sauvegarde". »

« Notre mission ? Etudier pour comprendre et préserver…. Il faut entre 5 et 10 ans pour trouver de nouvelles sources d’eau. »
Nicolas Liénart, hydrogéologue du Département

Mesurer la quantité et la qualité de l’eau sous nos pieds

 Grotte, Antre Du Dragon, Mallorca

  Pose d’une sonde de mesure du niveau d’un lac souterrain (Lac des Echos – Saint-Pons-de-Thomières)Le service hydrogéologie du Département évalue la quantité et la qualité de l'eau souterraine, grâce à une centaine de points de mesure.

Le niveau des nappes est mesuré toutes les heures par des appareils, connectés en 3G. Chaque mois, une carte de l’état des ressources est mise en ligne sur le site de l’observatoire départemental. Ces données sont essentielles pour la Préfecture et les collectivités, notamment en cas de sécheresse.

Prélèvement d’eau dans une rivière souterraine, à Courniou-les-GrottesPour les analyses de qualité, des prélèvements sont effectués et envoyés à un laboratoire. Le Département s’assure ainsi du maintien en bonne santé des eaux souterraines depuis presque 20 ans.

Bon à savoir
Toutes les données collectées par le service hydrogéologie du Département sont accessibles à tous sur le site de l'Observatoire Départemental : odee.herault.fr, à la rubrique Eau Souterraine.

Et nos rivières, alors ?

 L'Eau, Rapides, Ruisseau, Cascade

 
Depuis 2001, le Département mesure aussi la qualité de l’eau des rivières héraultaises, avec l’aide financière de l’Agence de l’Eau.
Bonne nouvelle ! En 20 ans, la qualité des rivières s'est considérablement améliorée, grâce notamment aux travaux faits en matière d'assainissement, la limitation de l’usage des pesticides et une meilleure gestion de la ressource en eau. Grâce à cela, les Héraultais profitent de belles rivières, pour se balader, faire du canoë et se baigner en toute sécurité.

En savoir plus

Pour lutter contre la prolifération des bouteilles plastiques au lac du Salagou

Pour lutter contre la prolifération des bouteilles plastiques au lac du Salagou, l'entreprise héraultaise Chemdoc Water&Solutionsa conçu un système d'épuration innovant !
Alimentée à 100% par de l'énergie solaire photovoltaïque, une borne à eau automatique permet de rendre potable l'eau du lac.
Cette solution, retenue par les citoyens dans le cadre du budget participatif « Montagnes d’Occitanie, terres de vie et d’innovation », sera mise en œuvre dès l'été 2021 https://www.laregion.fr/Vos-projets-construisent-la...
 
 
Pixabay Salagou

Un chasseur doit ouvrir le coffre de son véhicule aux inspecteurs de l'environnement

Les inspecteurs de l'environnement affectés à l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), devenu l'Office français de la biodiversité, peuvent, sans l'accord de son occupant, se faire ouvrir le coffre d'un véhicule qui n'est pas à usage professionnel et qui ne constitue pas un domicile. C'est ce que vient de rappeler la chambre criminelle de la Cour de cassation dans un arrêt du 5 janvier 2021.

Le véhicule d'un chasseur surpris en train de braconner la nuit est contrôlé par les agents de l'ONCFS. Ils constatent dans le coffre de sa voiture la présence d'une carabine chargée en dehors de sa housse. Le tribunal correctionnel condamne le chasseur pour chasse non autorisée en réunion de nuit avec usage d'un véhicule et port d'arme. La Cour d'appel confirme cette décision ce qui amène le chasseur condamné à se pourvoir en cassation.

La Cour de cassation rejette le pourvoi. La fouille du véhicule qui n'est pas un domicile et qui ne sert pas à l'activité professionnelle ne nécessite pas l'autorisation préalable du procureur de la République. Les inspecteurs de l'environnement disposent de pouvoirs de police judiciaire : ils n'ont donc pas à faire appel à un officier de police judiciaire pour la réaliser dans les règles.

 

Indépendance des travaux et transparence des données sur la qualité de l’air : Thierry Suaud, Président d’Atmo Occitanie, prend la parole

La qualité de l’air est au coeur des interrogations et des préoccupations des citoyens ; elle est aussi régulièrement au coeur des discussions en période pré-électorale. C’est dans ce contexte que Thierry Suaud, président d’Atmo Occitanie, rappelle les missions et les principaux outils mis à disposition de tous par l’Association Agréée de Surveillance de la Qualité de l’Air.
Les données d’Atmo Occitanie sont-elles accessibles au public ?


Thierry Suaud : Depuis 2018, tenant compte des attentes citoyennes légitimes de disposer de données brutes relatives à la qualité de l’air, Atmo Occitanie met à disposition sur son open-data une quarantaine de flux de données.
Le seul jeu des données de mesures horaires sur 30 jours représente 200 000 lignes. Sur une année 300 000 requêtes ont été effectuées sur ces données. Elles sont connues, appréciées et utilisées !
Mesures en temps réel, historique de l’indice qualité de l’air, historique des alertes, inventaire des émissions1, cartes de modélisation urbaines et régionales, ou encore données d’exposition de la population... Toutes ces données sont récupérables en flux, en tableaux, au format SIG2, et à la disposition de tous.


Pour en savoir plus : l’open-data Atmo Occitanie : https://data-atmo-occitanie.opendata.arcgis.com/
Toutes les données que nous publions sur l’open-data font l’objet d’une valorisation à travers les rapports et publications d’Atmo Occitanie.
Chaque convention de partenariat d’Atmo Occitanie prévoit dans son premier article que « L’ensemble des données et résultats d’études d’ATMO Occitanie est rendu public et utilisable par le partenaire ».

En 2020, Atmo Occitanie a valorisé les résultats de ses travaux à travers :


- plus de 180 publications mises à disposition sur le site internet, que ce soit rapports d’études, bilans, bulletins d’information ou communiqués de presse ; au total, 12 500 téléchargements ont été effectués sur ces ressources ;
- huit communiqués de presse, trois conférences de presse, près de 90 demandes reçues, et près de 200 sujets dans lesquels Atmo Occitanie est cité dans des médias locaux et nationaux.
Pour en savoir plus sur les publications d’Atmo Occitanie : https://www.atmo-occitanie.org/ressources

 

Les citoyens ont désormais la possibilité de s’équiper en capteurs pour mesurer la pollution de l’air. Qu’en pensez-vous ?
Thierry Suaud :

Tout comme les mini-stations météo dont chacun a pu se doter il y a quelques années, les micro-capteurs permettent de sensibiliser les citoyens à la pollution atmosphérique en visualisant l’évolution des concentrations de quelques polluants dans son foyer, dans son véhicule, dans son environnement.
La sensibilité, la répétabilité, et la fiabilité de ces outils ne permettent pas, à ce stade, un usage professionnel avec les niveaux de précision requis par les autorités françaises ou européennes.
Il est important de rappeler que pour protéger les personnes les plus sensibles, au-delà de l’observation, il faut prévoir la qualité de l’air. C’est ce que fait Atmo Occitanie. A l’instar des prévisions météorologiques, un indice qualité de l’air caractérise de façon synthétique la qualité de l’air prévue à J et J+1 et propose à chacun d’adapter son comportement en conséquence. Cet indice est évalué où que vous habitiez en Occitanie, pour chacune des communes de la région, une prévision quotidienne est disponible gratuitement.


Pour en savoir plus sur les prévisions de la qualité de l’air et l’indice qualité de l’air : https://www.atmo-occitanie.org/sites/default/files/publications/2020-12/Nouvel_indice%20ATMO_finale_BD_0.pdf

Comment assurez-vous la fiabilité et l’impartialité des travaux d’Atmo Occitanie ?
Thierry Suaud :

 

Atmo Occitanie est l’association agréée pour la surveillance de la qualité de l’air en région pour :
- surveiller 24h/24 et prévoir la qualité de l’air au quotidien sur toute l’Occitanie pour le jour même et le lendemain ;

- Informer au quotidien et en cas d’épisode de pollution les citoyens, les médias, les autorités et les collectivités ;

- Accompagner les décideurs, acteurs locaux : les évaluations menées sont mises en place afin d’améliorer les connaissances sur la qualité de l’air localement et en région.


La gouvernance d’Atmo Occitanie est constituée d’un conseil d’administration, composé de quatre collèges : représentants de l’Etat, des collectivités, des acteurs économiques, des associations et personnes qualifiées, garantissant à Atmo Occitanie l’autonomie et l’impartialité du travail des équipes. Les quatre collèges, présents à parité, assurent une transparence des données produites.
Les travaux d’Atmo Occitanie sont expertisés et audités par le Laboratoire Central de Surveillance de la Qualité de l’Air, qui est le référent technique national du Ministère, et qui regroupe au sein d’un Groupement d’Intérêt Scientifique :


 Le Laboratoire National de métrologie et d’Essai (dont la mission est de garantir la traçabilité des mesures au plus haut niveau, diffuser le savoir et développer les références de demain)
 l’école des Mines de Douai,
 l’INERIS : l’Institut National de l'Environnement Industriel et des risques qui est bien connu de nos partenaires industriels.


Au-delà de sa gouvernance partagée, l’indépendance et la transparence d’Atmo Occitanie sont assurées par la diversité de ses financements. Ce sont plus de 99 partenaires qui contribuent au fonctionnement d’Atmo Occitanie à travers des conventions pluriannuelles.
Cette gouvernance partagée découle directement des orientations fixées par la loi LAURE, la loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie du 30 décembre 1996. 3 La loi LAURE avait notamment pour objectifs de doter le territoire de structures indépendantes et de structures transparentes.

Pour en savoir plus, www.atmo-occitanie.org
3 Article L221-3 de la loi LAURE :

« Dans chaque région, et dans la collectivité territoriale de Corse, l'Etat confie la mise en oeuvre de la surveillance prévue à l'article L. 221-2 à un organisme agréé pour un ou des paramètres donnés de la qualité de l'air. Celui-ci associe, de façon équilibrée, des représentants de l'Etat et de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, des collectivités territoriales et leurs groupements, des représentants des diverses activités contribuant à l'émission des substances surveillées, des associations de protection de l'environnement agréées au titre de l'article L. 141-1, des associations agréées de consommateurs et, le cas échéant, faisant partie du même collège que les associations, des personnalités qualifiées. »

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=BE820C5E41CFEF336232B38887ED2B3C.tplgfr37s_3?idArticle=LEGIARTI000022495529&cidTexte=LEGITEXT000006074220&dateTexte=20180904