Bâti & architecture

LES 100 PROJETS DÉPARTEMENTAUX 2022 RETENUS PAR LA MISSION PATRIMOINE SONT DÉVOILÉS

 

La Mission Patrimoine confiée à Stéphane Bern, déployée par la Fondation du patrimoine et soutenue par le ministère de la Culture et FDJ, contribue à la sauvegarde du patrimoine français dans toute sa diversité.

 

La Mission Patrimoine est heureuse de dévoiler les 100 projets départementaux sélectionnés en 2022 pour les départements de métropole et d’outre-mer.

Depuis la première édition en 2018, la Mission Patrimoine a aidé 745 sites pour leurs travaux de restauration, dont 655 sites départementaux et 90 projets régionaux.

Aujourd’hui, plus de la moitié (420) sont d’ores et déjà sauvés ou sur le point de l’être : 192 sont terminés et 228 chantiers sont en cours.

Découvrez la liste des 100 nouveaux projets départementaux qui ont retenu toute l’attention du comité de sélection de par leur intérêt patrimonial, leur état de péril, la maturité du projet de restauration et de valorisation, ainsi que son impact sur le territoire.

Disparition de l'héraultais André Cablat, spécialiste de l'architecture en pierre sèche héraultaise

Disparition de l'héraultais André Cablat, spécialiste de l'architecture en pierre sèche héraultaise.aaaaaandréCapture d’écran 2022-07-25 001756

Ce 14 juillet, ses amis ont appris avec tristesse le décès, du spécialiste de l'architecture en pierre sèche héraultaise, André Cablat, âgé de 92 ans.

Il faisait partie de la première génération de membres  du CERAV et de collaborateurs à sa revue à la charnière des années 1970 et 1980. Il a longtemps résidé à La Peyrade-Frontignan

Il n'était pas connu du grand public mais le monde de la construction en pierre sèche le fréquentait et l'appréciait et notamment l'association Pierres d'Iris de Villeveyrac.
 
André Cablat, un érudit,  originaire de La Peyrade-Frontignan, était membre du CERAV, d'arts et traditions rurales, de thau, histoire et archéologie, de la Société d'études scientifiques de Sète et sa région...
 
 
Gilles Fichou de cette association locale de Villeveyrac nous précise : 
 
"Il faisait partie de la première génération des membres du CERAV et des collaborateurs à sa revue dans les années charnières 1970 et 1980. Il a toujours résidé à La Peyrade-Frontignan où il était horloger." nous informe Gilles Fichou de l'association Pierres d'Iris de Villeveyrac consacrée à la construction pierre sèche.

 Il continue :  "Très discret, il n'était pas connu du grand public mais le monde de l'architecture vernaculaire, et notamment notre association, le côtoyait et l'appréciait pour sa gentillesse, sa disponibilité et son sérieux. André était un érudit membre du CERAV (Centre d'Etudes et de Recherches sur l'Architecture Vernaculaire de Paris), d'Arts et Traditions Rurales, de Thau, Histoire et Archéologie et de la Société d'études scientifiques de Sète et sa région. Il a prospecté nos garrigues mais aussi tout le département. Ses recherches et ses publications sont nombreuses sur des sujets variés. En historien minutieux et sérieux, il a été le premier à travailler sur l'histoire des cabanes en pierre sèche appelées de nos jours "capitelles". Il a été un précurseur pour avoir démystifié ces abris agricoles de nos paysans-défricheurs de garrigues que certains qualifiaient - et qualifient toujours - de cabanes de bergers ou, pire encore, de cabanes néolithiques âgées de milliers d'années !

A ce sujet, ses écrits font toujours autorité. Il passait parfois nous voir lors de nos constructions ou restaurations de capitelles. Il m'arrivait de lui demander des infos ou des conseils et pas plus tard qu'il y a quelques semaines. Je le croyais immortel comme ces pierres qu'il aimait tant !".

Ne l'oublions pas,
 
ci-dessous la liste de ses publications  (liste peut-être non exhaustive) sur l'architecture en pierre sèche héraultaise : http://thau-infos.fr/index.php/bons-plans/bon-a-savoir/135631-la-liste-des-publications-d-andre-cablat-liste-peut-etre-non-exhaustive-sur-l-architecture-en-pierre-seche-heraultaise

 

Fondation du patrimoine : "Participez à la restauration des Halles de Poussan"

Le projet de restauration des Halles est une priorité pour la municipalité, un enjeu important qui touche à l’identité même de notre ville.

Cette rénovation est un maillon essentiel de notre projet de Ville, il vise, dans une double dimension culturelle et économique, à mettre en valeur notre patrimoine et à dynamiser le cœur de ville.

Les travaux permettront la sauvegarde des éléments constituant l’authenticité de ce bâtiment construit en 1905 par Louis Jarre, sur le modèle des Halles Laissac de Montpellier. Ils offriront la possibilité d’accueillir du public en toute saison pour réinvestir ce lieu central et emblématique.

Les halles sont associées à la convivialité et à la flânerie par leur ambiance sonore spécifique : discussions, musique, théâtre…Elles se détachent, par leur originalité, de l’effet de standardisation.


L’ambition est de créer un lieu de rencontre, pour les Poussannais comme pour les touristes, en y organisant des marchés de producteurs locaux mais aussi des manifestations culturelles et festives et, par extension, en faire un véritable centre de vie : un théâtre de partage, d’échange et d’innovation culturelle.

 

concert halles44Captureconcert hallesCaptureconcert halles22Captureconcert halles66Capture

Les écoliers de Bessan découvrent les richesses patrimoniales du moulin bladier

 

A l’initiative de Céline Sanchez, adjointe au maire chargée de l’éducation, accompagnée d’Emilie Féliu, adjointe au maire chargée de la culture, une journée de sensibilisation à la découverte du moulin bladier a été programmé avec la classe de Ce2 de Corinne Vernière, juste avant la fermeture des établissements scolaires en raison du contexte sanitaire. 

L’originale découverte s’est déroulée en deux temps : le matin, une présentation en classe sur l’histoire du moulin et son fonctionnement à l’aide de films et de photos ; l’après-midi, les écoliers ont pu se rendre sur place afin d’appréhender l’édifice, de mesurer l’importance et la qualité architecturale de ce moulin fortifié du XIIIe siècle.

Grâce à un atelier de production écrite, les enfants ont été invités à imaginer le moulin tel qu’il devait être à l’origine et d’en rappeler les reconstructions possibles.

A cette journée, s’est greffé un volet intergénérationnel, puisque quatre ainés ont pris part à cette initiative. Celle-ci ayant soulevé un bel enthousiasme, elle sera reprogrammée avec d’autres classes dès le retour de conditions sanitaires adaptées.

Pierres Traditions Gascon a à coeur de participer à la Restauration partielle de l'Escalier Monumental des Halles de SETE

tSpons Ils ont à coeur de participer à la Restauration partielle de l'Escalier Monumental des Halles de SETE qui relie la Rue Jean JAURES aux Halles .
Peut être une image de une personne ou plus et plein air
Leur intervention consiste au remplacement de certaines pierres composant le limon ainsi que les pilastres . ( Taille de moulure et finition bouchardée avec ciselure )
Un régal pour les pierreux... !
Escalier inauguré en 1890 et conçu par l'Architecte Montpelliérain Léon Etienne ROSIES .
C'est un ouvrage emblématique et sa Restauration permet à leurs Tailleurs de Pierres , non seulement de participer à la Conservation de notre Patrimoine local mais également d' exprimer leur savoir-faire .
La SCOP Pierres & traditions du Bassin de Thau représentant la 7° génération de Tailleurs de Pierres , basée sur la commune de Poussan , participe à la Restauration du Patrimoine Ancien ainsi qu'à l'Aménagement d'Espaces Publics .
Dans un souci de conservation des monuments anciens , ils participent également à la Restauration de Chapelles ou monuments funéraires en pierre froide au Cimetière Marin de SETE .Peut être une image de plein air

La construction d'une Nacelle de l'étang de Thau par André Buonomo charpentier de Marine à Mèze.

Avoir sur You Tube depuis le 5 novembre 2020 un film documentaire de 52 minutes sur la construction d'une Nacelle de l'étang de Thau par André Buonomo charpentier de Marine à Mèze.

La Nacelle, ou Bète, est l'embarcation traditionnelle des pêcheurs sur les étangs du Languedoc. C'est une petite barque à fond plat, robuste, économique et polyvalente, manœuvrée à la rame, à la voile latine puis au moteur. Elle a été construit en de très nombreux exemplaires par tous les chantiers du littoral jusque dans la décennie 70. Aujourd'hui des Nacelles dans leur état d'origine sont visibles à flot, au ponton du musée de l'étang de Thau à Bouzigues. Elle y sont conservées et utilisées pour la navigation de plaisance et la pêche amateur. Le film de la construction d'une nacelle de 21 palms ( 4m25 au fond) a été réalisé à l'initiative de l'association Voile Latine de Bouzigues dans le cadre de ses projets de transmission de la culture et du patrimoine maritime local. Le projet a été élaboré et mis en œuvre en coopération avec du service Patrimoine du Département de l'Hérault.

 

Aller plus loin : https://www.youtube.com/watch?v=gqklLXHjdVE

Et relire : http://thau-infos.fr/index.php/patrimoine/bati-architecture/84659-la-nacelle-du-gabarit-a-la-barque-de-toutes-les-peches-2

La nacelle : du gabarit à la barque de toutes les pêches.

 

Ou le savoir-faire de construction d’une nacelle de l’étang de Thau et sa transmission.
(Documentation en provenance de l’Association Voile Latine de l’étang de Thau – Bouzigues).

« En 2012, l’association Voile latine de l’étang de Thau sollicite la DRAC et le service du patrimoine du Conseil général de l’Hérault pour une aide financière, en vue restaurer le « Gracchus Babeuf », nacelle de l’étang de Thau inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, dont elle est propriétaire. Le Gracchus Babeuf, ancienne barque de pêche de 21 pans, a été construit en 1958 par Joseph Buonomo, charpentier de marine installé à Mèze, pour un mareyeur et pêcheur du quartier de la Pointe courte à Sète, M. Sauvaire. Il fut ensuite vendu à Joseph Fernandez, pêcheur à Mèze, qui le céda à M. Ruiz, pêcheur amateur, auprès duquel l’association Voile latine l'a acquis. Remis en état, confié pour son entretien à un membre de l’association, il participe régulièrement à des manifestations festives. Lorsqu’il ne navigue pas le Gracchus Babeuf est amarré au petit port de pêche de Bouzigues, devant le Musée de l’étang de Thau, en compagnie d’autres bateaux de pêche de l’association : barques catalanes, nacelles…

C’est dans les locaux ce même chantier Buonomo, aujourd’hui désaffecté, sous la direction d’André Buonomo, fils de Joseph et lui-même charpentier de marine retraité, que le Gracchus Babeuf a été restauré, avec l’aide de membres de l’association Voile latine de l’étang de Thau. Il a été remis à l’eau le 12 avril 2014, dans le port de pêche de Mèze, avant de rejoindre son attache à Bouzigues. Ce beau chantier de restauration n’est pour autant qu’une étape dans un processus. Il résulte d’un mouvement plus général de réappropriation de ce patrimoine navigant par l'association ».

Cette restauration fut une première approche de ce qui pouvait être entrepris pour la sauvegarde du patrimoine maritime et d’une réflexion ultérieure naquit le projet de réaliser intégralement une nacelle de type 21 pans (1 pan équivaut à 25 cm). Le but était double et consiste à construire cette nacelle mais aussi à réaliser un film témoignage sur cette opération, une mémoire.
Les deux actions se sont concrétisées  car la nacelle a été baptisée le 16 septembre 2017 lors des Journées Européennes du Patrimoine sur le port de Bouzigues et elle a rejoint ensuite ses « consoeurs » amarrées le long du ponton des barques traditionnelles. Elle est alors devenue la propriété du musée de l’Etang de Thau et à ce titre intégrée à l’inventaire des collections. Sa gestion et son entretien ont été confiés, par convention, à l’association « Voile Latine de l’étang de Thau ».

Un « détail » qui a son importance, cette nacelle a été baptisée « Joseph Buonomo » le père d’André Buonomo, lui aussi ancien charpentier de marine (de Mèze). André a maîtrisé toutes les étapes de la construction de cette nacelle.




Christian Dorques / Jean-Marc Roger.