Conchyliculture

Signature de la charte de dégustation des coquillages dans les mas du bassin de Thau

Monsieur le préfet, Jacques Witkowski, a signé avec le comité régional conchylicole et tous les maires des communes accueillant des professionnels de la conchyliculture la charte de dégustation des coquillages dans les mas du bassin de Thau.

UFrançois Commeinhes, Président de Sète Agglopôle, a précisé à ce sujet : "C'est un outil précieux fruit d’un long travail partenarial entre tous les acteurs qui vise non seulement à pérenniser l’activité conchylicole sur l’étang notamment en luttant contre les changements de destination mais aussi d’offrir aux professionnels souvent mis en difficulté d’offrir de nouvelles pistes de diversification pour mieux faire connaître nos produits et leurs spécificités pour en faire profiter directement « de la lagune à l’assiette »."loufrCapture

La pêche, un secteur essentiel en Occitanie

L’accord sur les nouveaux quotas de pêche européens menace directement l’activité des pêcheurs en Méditerranée. Pour soutenir l’économie maritime régionale, la Région et l’Etat ont élaboré un « Plan de sauvegarde pour la pêche en Occitanie ».

Avec son plan de sauvegarde, la Région accompagne les filières de la pêche et de la conchyliculture qui font face à de nombreuses difficultés

Déjà éprouvé par les changements climatiques et la crise sanitaire, le secteur maritime doit désormais s’adapter aux conséquences de l’accord conclu fin 2020 sur les quotas de pêche entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni. En Occitanie, ces nouveaux quotas représentent dès cette année une perte de 7% de leurs jours de pêche chalutière. Pour soutenir les filières de la pêche et de la conchyliculture et préserver les emplois, la Région a adopté en commission permanente un « Plan de sauvegarde pour la pêche en Occitanie » doté de 4 millions d’euros.

 

Les marins placés en chômage partiel pourront bénéficier d’un plan de formation

Le « Plan de sauvegarde pour la pêche en Occitanie » - élaboré avec l’Etat - intervient sur différents axes, du maintien de l’emploi à la valorisation des produits de la mer. Pour compenser la perte d’activités et éviter les licenciements, ce plan met en place des mesures d’accompagnement d’urgence de la perte des jours de mer (arrêt temporaire, chômage partiel…). Il prévoit aussi de moderniser la flotte chalutière et d’améliorer les connaissances des espèces halieutiques pour mieux gérer les ressources exploitées par l’homme. Enfin, les produits de la mer seront mis en avant avec la création d’une marque « Pécheur d’Occitanie ».

La filière conchylicole en Occitanie représente 10% de la production nationale

Renforcer la compétitivité et la notoriété de la filière. C’est l’objectif du contrat spécifique pour la conchyliculture, très présente sur le littoral d’Occitanie (la lagune de Thau, Frontignan, Gruissan, Vendres et l’étang de Leucate). En lien avec les attentes des marchés, la Région a mobilisé ses partenaires [1] pour valoriser les métiers, conserver des environnements sains de production, et attirer de nouveaux marchés. Inscrit dans le volet alimentation du Pacte Vert, le contrat de filière renforce l’adaptabilité des écosystèmes face au changement climatique et aux risques sanitaires, pour un mode de production plus durable. Sur le volet économique, il accompagne l’installation et la transmission d’entreprises conchylicoles, et valorise les coquillages (huîtres, moules).

Le poids du secteur maritime en Occitanie

Avec 220 km de rivages, 20 stations balnéaires, 70 ports de plaisance, 3 ports de commerce et 4 criées, l’Occitanie est résolument tournée vers la mer. Les filières pêche et conchylicoles occupent une place importante dans l’économie maritime régionale. Elles pèsent 80% de la pêche et de la conchyliculture françaises en Méditerranée.

En savoir plus

Elaboration d’un contrat de filière conchylicole entre le CRCM et la Région Occitanie.

Financé par le GALPA Lagune de Thau et sa bande côtière afin d’élaborer et de mettre en œuvre  le contrat de filière conchylicole, un chargé de mission est recruté au sein du CRCM.Scène 21

Objectifs visés :

  • Décliner la stratégie conchylicole en actions opérationnelles au sein d’un contrat de filière ;
  • Animer la dynamique de contrat de filière (groupes de travail thématiques) , accompagner le montage technique et financier d’actions, suivre et évaluer ces actions., assurer une veille scientifique, technique et réglementaire sur les thématiques prioritaires.
 

Plan de financement :

  • 171 794,25 € Coût total de l’opération
  • 42 948,56 € DLAL FEAMP
  • 42 948,56 € Région

Pour soutenir la pêche en Occitanie, la Région adopte un plan de 4M€

Les élus régionaux, réunis en commission permanente le vendredi 16 avril 2021, ont adopté plusieurs mesures concrètes sur proposition de la présidente, Carole Delga, pour soutenir les secteurs de la pêche et de la conchyliculture : le lancement d'un plan de sauvegarde de la pêche en Occitanie et l'adoption d'un contrat de filière pour la conchyliculture.

 

Filets De Pêche, Poissons

 Les nouveaux quotas de pêche européens prévoient pour les pêcheurs d'Occitanie une perte à partir de cette année, de 7% de leurs jours de pêche chalutière. Pour préserver l'emploi, (700 emplois directs et indirects sont concernés), et l'économie maritime dépendante de ce secteur, dont le chiffre d'affaire annuel est estimé à 87,8 M€, la Région Occitanie a adopté un « Plan de sauvegarde pour la pêche en Occitanie »,élaboré conjointement avec l'Etat, et doté, pour la Région, d'une enveloppe globale de 4 M€. Ce plan de sauvegarde définit 4 axes stratégiques d'intervention :

-          La mise en place de mesures d'accompagnement d'urgence de la perte des jours de mer(chômage partiel, arrêt temporaire, plan de sortie de flotte),

-          L'élaboration d'un plan de formation pour les marins en chômage partiel,

-          La définition d'un plan de connaissance des espèces halieutiques exploitées pour mieux gérer les ressources,

-          La modernisation de la flotte chalutière vieillissante pour la rendre plus efficiente et durable,

-          La structuration des ventes en criées et la valorisation des produits de la mer d'Occitanie, notamment en créant une marque collective « Pêcheur d'Occitanie », en obtenant des labels de qualité pour les produits.

 Conchyliculture : un contrat de filière définit collectivement pour construire l'avenir du secteur

 Très présente sur le littoral d'Occitanie, la filière conchylicole (10 % de la production nationale) doit également affronter de nombreux défis : les changements climatiques, les crises sanitaires et environnementales fragilisant la sécurité de la production, la préservation du foncier conchylicole, l'attractivité du métier et l'accès à de nouveaux marchés.

 Pour cerner, évaluer et esquisser le futur conchylicole des cinq zones de production régionale, (La lagune de Thau, Frontignan, Gruissan, Vendres et l'étang de Leucate), la Région Occitanie a élaboré en partenariat avec les professionnels du secteur, l'Etat et les partenaires techniques et institutionnels (municipalités et collectivités territoriales), un contrat de filière d'une durée de 3 ansqui définit les actions à mener pour renforcer la compétitivité des entreprises, assurer un développement structuré et cohérent de la filière en lien avec les attentes des marchés et améliorer la notoriété de la filière conchylicole méditerranéenne. Ces actions répondent à 3 orientations stratégiques :

 

-          Renforcer l'adaptabilité et la résilience des écosystèmes face au changement climatique et aux pressions sanitaires : en bénéficiant de naissains locaux adaptés et en diversifiant la production, en sécurisant les productions et en adaptant les outils de production aux conditions du 21ème ...

-          Accompagner les entreprises au quotidien et sécuriser les espaces de production : en développant une production plus durable, en accompagnant les installations et transmissions d'entreprises conchylicoles, préservant le foncier conchylicole...

-          Promouvoir la conchyliculture et valoriser ses produits de qualité : en améliorant la notoriété autour des métiers de la conchyliculture, en promouvant les pratiques vertueuses et l'accueil dans les lieux de productions, en développant de nouvelles activités sur de nouveaux marchés.

 La mise en œuvre de ces actions sera suivie par un comité de pilotage coanimé par le Comité Régional de Conchyliculture de Méditerranée et la Région.

 « Les filières de la pêche et de la conchyliculture doivent faire face à de nombreuses difficultés : crise sanitaire, baisse des quotas de pêche, ou encore l'impact du dérèglement climatique sur les milieux de productions. Pour pérenniser et accompagner le développement de la pêche sur notre littoral, grâce à notre plan de sauvegarde, nous sommes aux côtés des professionnels pour leur apporter des solutions à courts et à plus long terme.

La mise en place d'un contrat de filière pour la conchyliculture est un des objectifs du volet alimentation de notre Pacte Vert, pour mieux valoriser nos produits d'Occitanie. Pour construire ce contrat de filière nous avons mobilisé les professionnels ainsi que les partenaires techniques et publics pour assurer un développementplus durable. Cela nous a permis également de mobiliser l'ensemble des professionnels autour d'objectifs communs comme par exemple, conserver des environnements de production sain,valoriser les métiers de la conchyliculture ou encore défendre ses produits de qualité.

En renforçant notre action pour protéger les secteurs de la pêche et de la conchyliculture, nous préservons des savoirs-faires, nous sauvegardons des emplois tout en faisant concilier développement économique et écologie » a notamment déclaré Carole Delga.

Lancement des marques "Huitres et Moules de Méditerranée"

L’image contient peut-être : personnes assises, texte qui dit ’HUÎTRES de Méditerranée MOULES de Méditerranée’
Jeudi dernier, le Comité Régional Conchylicole De Méditerranée(CRCM) a lancé les marques "Huitres et Moules de Méditerranée élevées sur cordes" !
.
Ces marques visent à valoriser le métier de conchyliculteur et ses savoir-faire, un territoire et ses produits, un environnement et ses spécificités.
.
De Leucate à l'Anse de Carteau en passant par la Lagune de Thau et Port Saint Louis du Rhône, sans oublier la Corse... un seul repère cette nouvelle marque !

Les huîtres de Méditerranée

Les Huîtres de Bouzigues : c’est extra !
 
0
Le soleil et la mer en une bouchée, voici les huîtres de la Méditerranée ! De Bouzigues, de Leucate ou de Gruissan, découvrez leurs qualités et où les trouver, avec, en prime, des idées d’escapades et d’expériences à vivre sur le littoral d’Occitanie.

En Occitanie, le bassin de Thau est le principal lieu de production d’huîtres du littoral français méditerranéen. Sur 7 500 ha, plus vaste lagune du littoral languedocien, on y produit 10% de la production nationale d’huîtres et de moules !epuis 1925, Bouzigues se consacre totalement à la conchyliculture et des dizaines de familles élèvent leurs huîtres dans le bassin. "Site Remarquable du Goût", ce joli port a gardé son charme d’antan, avec ses ruelles aux murs clairs et sa promenade au bord de la lagune que longe le Canal du Midi. Arrêtez-vous chez les ostréiculteurs et établissements proposant des dégustations-ventes à Bouzigues et dans les villages voisins : Loupian, Mèze, Marseillan et, près de là, les halles de Sète. Un verre de Picpoul de Pinet est idéal pour souligner le charnu et la saveur iodée des Huîtres de Bouzigues, marque collective signe de qualité. Autre must : la découverte en bateau de l'étang et ses tables d’huîtres depuis Bouzigues ou Marseillan.

 

Nos ostréiculteurs ont du savoir-faire

 
Thématiques Economie & Entreprises

Aujourd'hui, 15% de la production française d'huîtres provient de l'étang de Thau. Si cette variété charnue et fondante est dite "de Bouzigues", on l'élève dans tous les villages ostréicoles du pourtour de l'étang, comme Mèze, Loupian ou Marseillan.

Les spécificités des huîtres de Thau

Huîtres de l'Etang de ThauPour remplacer les marées, les conchyliculteurs du bassin de Thau utilisent un système d’élevage sur tables, sur lesquelles ils tendent des cordes. En moyenne, un conchyliculteur met une semaine pour « coller » une table (150 000 huîtres, réparties sur un millier de cordes).

Un métier bouleversé par les changements climatiques

Chez les Compan, l’ostréiculture est une histoire de famille. Basile, le fils, fait partie de cette génération sensibilisée à la protection de l’environnement. Il a mis en place des filtres à sable pour purifier l’eau de nettoyage des huîtres et se bat contre les usines qui déversent leurs eaux usées dans l’étang. « L’étang étant de plus en plus chaud, il est difficile d’y élever des naissains naturellement. Avec mon père, nous récupérerons des naissains naturels du bassin d’Arcachon, et des naissains d’écloserie. Diversifier les lots nous permet de répondre à la demande et de limiter les pertes ». Comme toutes les huîtres de Bouzigues, leurs huîtres sont élevées sur des cordes. Un jour par semaine, Guy et Basile les sortent de l’eau pour « imiter le rythme de la marée » et les forcer à développer leur muscle. Le bassin de Thau étant très salé, leurs huîtres "levantes" prennent ensuite un bain dans un vivier où la salinité de l’eau est contrôlée. Ils obtiennent ainsi des huîtres charnues, et très agréables en bouche.

Une profession en pleine mutation

Face aux crises sanitaires qui empêchent parfois les conchyliculteurs de vendre leurs productions, le Département soutient les projets et participe aux études d'aménagement d'un lieu de stockage collectif. Les conchyliculteurs pourraient y mettre leurs coquillages à l’abri, dans des bacs de purification, le temps que l’étang retrouve un état sanitaire satisfaisant.

Autre solution à l’étude : sécuriser l’approvisionnement en naissains, en installant une écloserie locale, directement sur le Bassin de Thau. « L’idée serait de développer une variété d’huître locale, adaptée à son milieu et aux changements climatiques, explique Cécile Langree, chargée du développement de la filière au Département. Protégée par une IGP, cette huître 100% héraultaise permettrait aux conchyliculteurs d’être autonomes et de ne plus avoir à importer des huîtres d'autres bassins de production.»

Mais pour cela, il est impératif que les consommateurs suivent, et ne s’attendent pas à consommer des huîtres identiques toute l’année ! « C’est la raison pour laquelle nous lançons régulièrement des campagnes de communication pour apprendre aux Héraultais à choisir leurs huîtres, et les inciter à consommer le plus possible local, notamment pendant les fêtes de fin d’année », confirme Cécile Langree.

Plus largement, les institutions locales, dont le Département, se battent pour renforcer l’attractivité de la profession, permettre aux ostréiculteurs de développer des produits transformés (soupes, tapas…), et d’organiser des dégustations conviviales sur leurs lieux de production.

Sur le port des Mazets, une passerelle de débarquement collective est justement à l'étude afin de permettre aux prochains touristes arrivant de l'étang de Thau de pouvoir déguster de bons produits, en admirant un magnifique coucher de soleil sur le Mont Saint-Clair!

Coup de pouce post-Covid
Suite à la crise économique liée au Covid-19, le Département a indemnisé 146 conchyliculteurs confrontés à la fermeture des marchés et des points de vente directs, pour un montant de 835 000€. Au-delà des aides votées, le Département encourage les Héraultais à consommer local pour les fêtes de fin d’année.