Initiatives citoyennes

Le Département soutient l’opération brioches de l’APEAI Ouest Hérault pour sensibiliser au handicap mental

Depuis 50 ans l’APEAI « Association Parents et Amis de Personnes Handicapées Mentales » vend des brioches au profit de ses usagers. Les fonds récoltés permettent d’améliorer les conditions de vie des enfants et adultes en finançant des projets et infrastructures, en développant des solutions d’accueil adaptées, en créant des activités sportives et culturelles, de loisirs ou de vacances.

A travers cette opération exemplaire, une solidarité à plusieurs étages est mise en œuvre : entre les personnes qui souffrent d’un handicap mental, les personnes en situation de précarité, les partenaires associatifs et le Département de l’Hérault.

Le Président du Département Kléber MESQUIDA a reçu le 28 septembre 2021 la délégation des membres de l’APEAI Ouest Héraut, représentée par Jean Jacques CAUJOLLE, membre du conseil d’administration, et Jean Michel Roche, Directeur Général par délégation, pour une remise de brioche symbolique (photo ci-contre).

Car cette année encore le Département renouvelle sa dotation en faveur de l’association avec l’achat de 300 brioches, qui seront données par l’APEAI Ouest Hérault à cinq associations du territoire (les Restos du Cœur, la Croix Rouge, Saint Vincent de Paul, le Secours Catholique et le Secours Populaire).

Cet engagement marque la proximité entre le Département, les personnes en situation de handicap, et leurs parents et amis, unis par un même objectif : le bien-être et la considération des personnes en situation de handicap mental.

 

 

Le Département de l’Hérault, pivot de la solidarité

Le Département et la Maison Départementale des Personnes Handicapée (MDPH), rassemblés au sein de la Maison Départementale de l’Autonomie,  jouent un rôle majeur dans l’accompagnement des personnes en situation de handicap. La MDA accueille les personnes et réalise l’évaluation de leurs besoins. Le Département  finance et contrôle les aides à la personne (maintien à domicile, accueil en établissements et services).  Zoom sur ses principales actions :

 

  • ·       Avec le schéma départemental de l’Autonomie 2017-2021, le Département soutient notamment les associations de handicap en veillant à l’équilibre, la pluralité et la diversité des modes d’accompagnement pour tous les types de handicap. La nouvelle mandature sera l’occasion de travailler avec le conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie autour du futur schéma de l’autonomie qui arrive à terme en fin d’année 2021 pour répondre collectivement aux enjeux de demain.

 

  • ·       De la prévention à l’aide individuelle, le Département intervient pour le maintien et l’accompagnement à domicile des personnes en situation de handicap :
    • o   La Prestation de Compensation du Handicap (PCH) : 74,046 M€ pour 5 629 bénéficiaires en 2021
    • o   L’Allocation Compensatrice Tierce Personne (ACTP) : 6,149 M€ pour 858 bénéficiaires en 2021.

 

  • ·       Le Département verse également des prestations d’aide sociale pour les personnes en situation de handicap, accueillies en établissements ou suivies par un service d’accompagnement. Un budget de 78,48 M€ pour 2 700 bénéficiaires en 2021. Dans le cadre du schéma autonomie :
    • o   336 places ont été créées entre 2018 et 2020 pour les adultes en situation de handicap, (dont 53 financées avec l’ARS) ;
    • o   Le Département a aussi autorisé 6 résidences-autonomie pour 356 personnes. La résidence autonomie offre un accueil sécuriséaccessible financièrement, pour des personnes âgées peu dépendantes, des adultes en situation de handicap et des étudiants.

 

  • ·       Concernant le transport des élèves handicapés, La MDPH délivre les avis individuels relatifs aux besoins de ce public en précisant les modalités retenues qui sont mises en œuvre par Hérault Transport. 1 379 élèves ont été transportés dans ce cadre en 2020, un budget de 5,1 M€ en 2021.

 

  • ·       La Maison Départementale des Personnes Handicapée (MDPH) est le service clef des personnes en situation de handicap, au sein de la Maison Départementale de l’Autonomie : elle informeorienteévalue, et ouvre les droits des Héraultais de tous âges en situation de handicap. Cela représente près de 100 000 demandes reçues par an pour 107 000 bénéficiaires.
    • o   Accueil : 8 sites répartis sur le territoire héraultais pour apporter des réponses individuelles et collectives selon le parcours de chacun : Montpellier, Lunel, Clermont-L’Hérault, Sète, Agde, Pézenas, Béziers, Saint-Pons-de-Thomières
    • o   Un guide gratuit récapitule toutes les aides du Département et de ses partenaires, avec un annuaire et des conseils : i Guide du handicap téléchargeable ici

 

CONCOURS NATIONAL DE LA RESISTANCE ET DE LA DEPORTATION 2021

« 1940. ENTRER EN RESISTANCE. COMPRENDRE, REFUSER, RESISTER »

 

Le Département promeut une citoyenneté active et un lien entre le monde combattant et la jeunesse

Créé en 1961 et organisé par l’Education nationale et le comité départemental d’organisation du Concours National de la Résistance et de la Déportation, le concours a pour objectif de transmettre aux jeunes générations la mémoire de la Résistance et de la Déportation et les valeurs d'engagement, de liberté et de fraternité que porte cette Histoire.

Il concerne les collégiens des classes de 3ème et les lycéens.

 

Pour cette édition 2021, dont la cérémonie de remise des prix a dû être annulée en raison de la crise sanitaire, des élèves de trois établissements scolaires héraultais ont été désignés lauréats. Il s’agit des collèges François Villon à Saint-Gély-du-Fesc et Saint-Joseph Pierre Rouge à Montferrier-sur-Lez ainsi que le lycée Jean-Jaurès à Saint-Clément-de-Rivière.

Le concours proposait deux types de participation pour les élèves des classes de 3ème :

  • la rédaction d'un devoir individuel en classe, portant sur le sujet académique ;
  • la réalisation d'un travail collectif, par exemple un mémoire associé ou non à d'autres supports.

Un jury départemental a désigné les meilleurs travaux pour chaque catégorie.

 

Les élèves lauréats ainsi que leurs professeurs vont être récompensés d’une carte cadeau d’une valeur de 40 euros à valoir dans les magasins Sauramps de la région ainsi qu’un ouvrage historique sur la Première Guerre mondiale, publié par les Archives départementales de l’Hérault.

Pour une revalorisation salariale du secteur social et médico-social

Ce jour une délégation composée de huit organisations (ANMECS, CNAEMO, CNAPE, FEHAD, FN3S, Fédération des acteurs de la solidarité, NEXEM et URIOPSS) sont venus déposer une motion auprès du Président du Conseil Départemental pour faire savoir que, si le « Ségur de la Santé » avait suscité beaucoup d’espoirs, ils demeuraient inquiets pour le secteur social et médico-social. En effet, cette loi vient au milieu d’une période très difficile, celle de la COVID 19 où les personnels de santé ont été et sont certes encore fortement mobilisés, comme tous leurs collègues.

 

A la demande du Président du Conseil Départemental, le Directeur Général des services est allé à leur rencontre afin de réceptionner leur motion et leur faire part de l’attention que l’institution porte aux conditions d’exercice de leur profession.

 

La majorité des professionnels issus de ces organisations sont exclus du dispositif visant à une revalorisation salariale, permettant à peine d’atteindre les moyennes européennes. Le déploiement de ces mesures est en effet réalisé de manière progressive selon les secteurs, ce qui génère des traitements différenciés entre professionnels de secteurs différents (établissement, domicile, handicap, enfance, personnes âgées). Les associations du secteur social et médico-social réalisent pourtant, pour le compte des institutions, une véritable mission de service public.

 

Bien qu’une harmonisation nationale du traitement entre ces personnels est de la responsabilité de l’Etat, le Département a fait savoir qu’il demeurait particulièrement attentif aux conditions d’exercice des travailleurs du secteur social et médico-social et qu’il était pleinement engagé contre toute forme de discrimination professionnelle à leur égard.

 

A cet égard, le Département sera un soutien appuyé de ces demandes auprès des instances nationales.

Débat sur les particules de plastique

Aborder le problème de l’Environnement de façon ludique n’est pas évident, lorsqu’il y a des débats à la télévision, il y a presque toujours des enjeux politiques. Dans les périodes électorales, on propose et on fait voter des lois, puis le président ne signe pas le décret d’application et elles tombent dans les oubliettes.

Nous avons entendu au début de l’année 2020 les mensonges au sujet des masques et bien d’autres mesures concernant le covid 19. Fini les années soixante où nos parents et grands-parents déclaraient, on l’a dit à la télévision, c’était parole d’évangile. Aujourd’hui une certaine méfiance s’est installée vis-à-vis du petit écran. De plus on essaye de vous expliquer en quelques minutes, en éludant tout ce qui dérange, des sujets environnementaux importants.

Le mardi 25 mai à 18h30 dans la salle polyvalente, 15, cami du Martelet à Montbazin, info et débat dans le respect des règles sanitaires. Notre environnement comme notre santé sont en danger. Pour débattre, Nathalie Gontart, professeur à l’université de Montpellier II, INRAE, CIRAD, Sup Agro, auteure de « Plastiques le grand emballement. Dorothée Moisan, Journaliste, Reporter, auteure de « Les plastiqueurs ». Brigitte Cohen, médecin, présidente de l’Observatoire du Pays de Thau. Christophe Morgo, vice-président de l’Observatoire du pays de Thau et auteur de « Heureusement on t’aime ». L’intérêt de ce débat, ce sera les échanges et la qualité des intervenants.

Non, ils ne descendent pas de Paris, ils connaissent parfaitement leur sujet et résident autour du bassin de Thau. L’organisation est l’œuvre de l’association OPT, indépendante, dont l’objectif est d’être une instance de vigilance, de dialogue, de proposition et d’alerte pour l’ensemble des questions environnementales concernant l’étang de Thau, la qualité de vie et concourir à la transmission d’un environnement propre aux générations futures.

Contact : B. Cohen 0611363204.

Bernard Bals

Le département offre des ordinateurs aux familles modestes

Le Département se mobilise pour assurer la continuité pédagogique et permettre aux collégiens d’étudier à distance dans les meilleures conditions possibles.

127 ordinateurs étaient distribués vendredi dernier au collège Paul Riquet à Béziers en présence de Marie-Pierre PONS, Vice-présidente déléguée aux relations extérieures, Véronique GERONES-TROADEC, DAASEN de l’Hérault, et Bernard VILARO, Principal du collège.

Au total cette année 1 255 ordinateurs sont donnés par le Département aux familles non équipées dans 35 collèges de l’Hérault. Cette opération est menée en concertation étroite avec les services de la DSDEN 34 (Direction des Services Départementaux de l’Éducation Nationale de l'Hérault).

 

Le contexte sanitaire a révélé la fracture numérique qui touche particulièrement les familles de catégories sociales défavorisées.

 

Pour y remédier des ordinateurs reformés offerts par le Département sont remis aux familles identifiées par les collèges.

 

Les familles ayant été retenues pour bénéficier de ce don sont celles qui ne possèdent pas d’ordinateur.

 

Au collège Paul Riquet de Béziers l’opération de distribution s’est déroulée en synergie avec les partenaires du collège.

 

  • ·       L’association des parents d’élèves du collège a contacté les familles identifiées par l’établissement et proposé les rendez-vous pour la distribution de ce vendredi 30 avril.

 

  • ·       L’association NOUAS, partenaire territorial du collège, assure l’accompagnement des familles bénéficiaires.

 

  • ·       Le Centre Loisirs Jeunes de la Police Nationale (CLJ Béziers), partenaire du collège qui propose toute l’année des animations, apporte son concours dans la distribution des ordinateurs.

 

 

Covid-19 : La CCI se réjouit de l’ouverture des salons de coiffure de l’Hérault le dimanche

Lors des dernières réunions avec M. le Préfet Jacques Witkowski, la CCI Hérault a soutenu l’ouverture dominicale des commerces afin de pallier la perte de chiffre d’affaires de ces derniers mois. Suite à la demande de la Présidente du Réseau des Coiffeurs UNEC34, un arrêté préfectoral vient d’autoriser l’ensemble des salons de coiffure de l’Hérault à employer des salariés les dimanches compris entre le 17 mai et le 19 juillet 2020 inclus. La CCI Hérault se réjouit de cette mesure de relance de l’activité. « Nous sommes ravis que les salons qui souhaitent ouvrir le dimanche puissent désormais le faire dans le respect des mesures barrières bien entendu. Je précise qu’il ne s’agit en aucun cas d’une obligation mais bel et bien de laisser la possibilité à ceux qui le désirent de pouvoir. Nous concentrons désormais nos efforts sur l’ouverture des cafés, restaurants, plagistes, complexes sportifs etc.. La route sera longue mais nous n’abandonnerons aucune filière. » déclare André Deljarry, Président de la CCI Hérault, 1er Vice-Président de la CCI Occitanie Les salons devront respecter le volontariat des salariés, la durée de travail et de repos prévus dans leur convention collective

Toute bonne idée a sa plate-forme:

Tous les jours, des idées et services sont partagés sur la plateforme d'entraide du Département de l'Hérault. Il y en a sûrement une pour vous aider ! 

 Aides aux devoirs, confections de masques, livraisons à domicile... Retrouvez les nombreuses idées et services par communes proposés via le lien suivant :  

http://Herault.fr/solidaires34

 

L'IDEE DU JOUR 

Pour contribuer à l'élan de solidarité, la FFMC 34 a lancé une fabrication de masques de protection jetables ! Elle organise aussi une collecte de vêtements et couvertures pour l'association Les Anges Gardiens Sétois. 

Vous souhaitez contribuer ? Toutes les informations sont à retrouver ici.

 

A votre tour, venez partager vos initiatives pour s'entraider au quotidien dans le respect des gestes barrières. 

 

Votre solidarité est importante et nous vous en remercions ! 

 

Le Département de l'Hérault

Covid-19 La CCI Hérault incite les communes à réinjecter les primes exceptionnelles de leurs agents dans l’économie locale

Suite à un déploiement par Frédéric Lacas, Maire de Sérignan, Président de l’Agglomération de Béziers sur sa commune, la CCI Hérault a décidé de promouvoir l’initiative auprès de l’ensemble des maires du Département.

Beaucoup de maires ont décidé de récompenser leurs agents municipaux mobilisés pour assurer les services publics essentiels durant la période de confinement. En effet, certains d’entre eux sont quotidiennement, sur le terrain, à leur poste de travail, pour porter les repas aux personnes isolées, assurer la sécurité publique, nettoyer les rues, gérer les principales tâches administratives.

Afin de pallier le choc économique que représente la crise du covid-19 pour les commerces, André Deljarry, Président de la CCI Hérault, 1er Vice-Président de la CCI Occitanie invite donc les maires à réinjecter cette prime dans l’économie locale, grâce à un système de bon d’achats utilisables dans les commerces de proximité de la commune. Une manière de concilier reconnaissance, solidarité et soutien à l’économie locale.

« C’est une véritable opération gagnant-gagnant que les maires peuvent mettre en place. Au-delà de la reconnaissance apportée à leurs agents, ils peuvent considérablement aider leurs commerces de manière inédite. Cette solidarité envers nos commerçants est indispensable. La CCI Hérault bien entendu accompagnera ceux qui déploieront ce dispositif » précise André Deljarry

Test de dépistage du Covid-19: réussite d'une start-up

Vogo permet aux spectateurs d'un événement sportif de revoir une action sur son smartphone. La sportech, impactée par le Covid-19, s'est associée à un consortium du CNRS. Le but : créer une application pour aider au dépistage massif de la population, dont les sportifs de haut niveau, au Covid-19.

La vidéo ici

ogo est une entreprise développant des solutions digitales à destination des événements sportifs. L'idée : pouvoir revoir une action, sous différents angles, sur votre téléphone portable ou sa tablette. Et ce, en étant situé dans les gradins, à l'intérieur d'un stade. "Le spectateur devient ainsi téléspectateur", explique Christophe Carniel, CEO de la sportech.

Bien que l'entreprise soit passée de 15 à 47 salariés en 2019 et connaisse une croissance à trois chiffres, elle est très durement touchée par la crise du Covid-19. Pour autant, la structure ne chôme pas. Elle s'est associée avec un consortium français composé de scientifiques du CNRS et de la société SkillCell qui va proposer des kits de détection du coronavirus par la salive (sous réserve de validation de l'essai clinique en cours). Le résultat s'obtient en 30 minutes et il est colorimétrique.

Vogo apporte son savoir-faire en traitement d'images pour développer une application de lecture numérique du test. Elle sera disponible vers le 20 mai sur smartphone et permettra d'accélérer la reprise des événements sportifs.