Concert Brahms et Fauré

Samedi 25/01/2020

Concert Choeurs et Ensemble instrumental CRR

Brahms et Fauré

Avec les ensembles vocaux féminins et mixte du Conservatoire, le Choeur d'enfants spécialisé niveau 2, la classe de cor d'Olivier Brouard et la classe de harpe d'Héloïse Dautry.

Direction : Caroline Semont-Gaulon et Caroline Comola
Piano : Maxime Hochart

20h30, Eglise Saint-Pierre
Gratuit

Robert Lassalvy 1932 - 2001

Un vague projet dans une ambiance de campagne électorale... Un lieu à la destination incertaine précipitamment rafraîchi... C’est ainsi que fut posée une plaque à la mémoire de Robert Lassalvy (1932 - 2001) dans les Halles de l’Hôtel de Ville. Quelles que soient les circonstances, les finalités, les intentions, ce fût l’occasion de parler de Robert Lassalvy, de son oeuvre, de son humour, bienvenu en ces temps passablement maussades. En 2001, juste après son décès, le journal communal avait publié cet article le concernant :
« Il avait choisi de vivre à Cournonterral. Son activité de dessinateur publié dans la presse nationale et internationale, aurait pu lui ouvrir d’autres portes, lui favoriser d’autres relations. Il avait choisi : plutôt le calme, une vie bien organisée, bien réglée, que l’agitation de la ville. L’expérience qu’il avait acquise dans son métier, la réputation qu’il était parvenu à forger, lui permettait de gérer tranquillement ses parutions dans divers journaux et revues. Jusqu’au Japon où un journal lui consacrait une rubrique régulière, « Lassalvy c’est la vie », en français dans le texte. A Cournonterral, dans son atelier au fond du jardin, à l’abri des regard et du bruit, il pouvait se consacrer à son autre passion, la peinture. Passion pour laquelle il déployait une ardeur singulière, élaborant les toiles les unes après les autres, dans une urgence déconcertante, mais toujours une exigence particulière. Ses expositions furent des succès incontestables, à l’Hôtel de Région, à Lavérune, à Cournonterral... Il avait accepté de participer en juillet 2000, à l’exposition « De toutes les couleurs » consacrée à Léo Ferré. Il avait croqué, en particulier, dans son style si personnel, une « jolie môme » espiègle et malicieuse. Ce fût sa dernière exposition...
Un artiste a ce rare privilège de continuer à vivre de par ses œuvres. Les Japonais ont bien raison : à travers ses dessins, tendres, poétiques ou plus espiègles, à travers sa peinture, sa truculence et sa vivacité, Lassalvy c’est la vie ! Salut l’ami ! »
Michel Puech

Les Pailhasses : accrochage des "pépettes"

Ce jour, 5 janvier 2020 ont été lancées les festivités des Pailhasses avec le traditionnel accrochage des «pépettes» au balcon de l’Hôtel de Ville. Cette année leur ont été attribuées les appellations de «Combinas» (Combines) et «Basta» (Assez). Il est d’usage que ce baptême ait à voir avec certains événements ayant agité ou agitant la commune. Dans la perspective des élections municipales les «pépettes» semblent revêtir une symbolique particulière. Les raisons de ces dénominations seront révélées lors du dernier épisode des festivités, dans le jugement des Paihasses qui aura lieu le 26 février, juste avant la crémation des «pépettes» qui signeront la fin des festivités

Les contes de la France d'en-bas par Claude Alranq

La France d'en bas, c'est un peu « la France sociale », c'est aussi une France culturelle, celle du sud, la France méditerranéenne, celle qui parlait le languedocien, le provençal, le gascon... : des dialectes qui ont pour souche l'occitan, c'est-à-dire ce « bas-latin » qui vira à la langue d'oc alors que le nord passait à la langue d'oïl, laquelle a aussi plusieurs « patois » dont le francien qui s'imposa comme langue nationale.

La France d'en bas, c'est une contre-histoire, celle de toutes les périphéries qui ont souvent choisi la rébellion pour dire NON à tous les centralismes de la pensée unique.

« Les contes de la France d'en bas » sont aussi « les comptes de la France d'en bas », car conter et compter sont aujourd'hui des homonymes en passe de devenir des synonymes.

Alors, comptons sur les 50 dernières années de l'Actualité d'en bas et contons sur les valeurs universelles de l'Histoire d'en haut... Et ce comptoir-contoir nous fera la surprise de fêter les retrouvailles avec une jeune-et-vieille personne qu'un président de la République confia à un randonneur pour la sauver d'une maladie de la mémoire. Ainsi put-elle conclure en plaisantant par une devinette : « Quel est le comble de la France ? Et quel est le comble de l'Occitan ? »

Hommage à Jean Ferrat

Vendredi 8 novembre à 20h30
Salle du peuple

Spectacle musical théâtralisé : Trois voix, un piano et un violon qui s’accordent dans une mise en scène insolite pour partager ces textes intemporels qui touchent au plus profond de notre être.

Avec Marc HEVEA, Lucille GUIGUEN, Olivier NUNGE, Jean-Paul JOGUIN

Ce n’est pas seulement un tour de chants, c’est un « spectacle musical théâtralisé ».

L'argument : c'est le 14 juillet, dans le petit bistrot de Jeannot où Lucille la violoniste et son ami Jean-Paul se retrouvent, on y cause sur la vie, l'amitié, l'amour, le temps...

Et les chansons de Jean Ferrat viennent ponctuer les propos.

Jean Ferrat humaniste et poète, les deux allant souvent de pair, magnifiait, par la magie des notes et des mots, l’amour de la vie de sa voix chaude et grave. C’est aussi dans le décor populaire du bistrot que résonnent les chansons engagées dénonçant les injustices, prenant le parti des humbles, chansons qui seront souvent interdites, victimes de la censure du pouvoir.

Entrée : 5 euros

Vidéo présentation du spectacle

Max Boyer chante Brassens

L'association SOUS L'AILE DES CHANSONS présente :
LES NEIGES D'ANTAN
Chansons de Georges BRASSENS

Arrangements pour voix (Max BOYER),
clavecin (Karen ENRECH)
et basse de viole (Hélène MATTRAS)

Samedi 12 octobre à 20h 30
Chapelle des Pénitents
COURNONTERRAL

Sans nul doute, le meilleur interprète de Brassens est Georges lui-même. Sa voix simple, chaude, humaine et les arrangements minimalistes nous parlent au creux de l'oreille. Pas de fioritures qui pourraient détourner du texte.

Depuis la disparition du poète on déroge à cette règle essentiellement pour deux raisons . D'abord parce que la plupart des chansons sont dans nos têtes, paroles comme musiques et que par conséquent, à condition qu'ils soient bien faits, les arrangements défendent les textes. D'autre part, le temps a permis de découvrir quel merveilleux compositeur se cachait derrière ce modeste '' croquenote''.

La plupart des reprises mettent en avant cette richesse dissimulée derrière la fausse simplicité de la guitare et de la contrebasse, et bien sûr le jazz ne s'est pas fait prier, nombre d’arrangements sont remarquables.

Parmi les caractéristiques du chant baroque on trouve : la priorité au texte, la grâce et la richesse de la ligne mélodique, la beauté du mot, et le soutien d'un ''continuo '': un instrument harmonique (clavecin, archiluth, orgue positif) et une basse de viole. Exactement ce que nous offre Georges Brassens : poésie, lignes mélodiques particulièrement séduisantes, mots ciselés, et son continuo guitare-contrebasse.

Si ''La ballade des dames du temps jadis'' et ''Les amours d'antan'' trouvent pertinemment leur place, ''La Guerre de 14-18'' provoque un petit anachronisme que Georges n'aurait pas détesté. D'autres chansons comme ''La marche nuptiale'' ou '' La messe au pendu'' sont intemporelles et se glissent tout naturellement dans ce recueil. ''Il n'y a pas d'amour heureux'' particulièrement bien servie par le clavecin et la basse de viole, par le sens comme par la forme, prend une puissance toute particulière. Et par un éclairage totalement différent, ''Le vent'' et '' Le vin'' nous ramènent à une légèreté que les siècles n'ont pas émoussée.
Max BOYER

Découvrez et initiez-vous à l'occitan

Récemment, l'association "Lo Pelhòt" de Gigean a invité "Cournon Terra d'Oc" association de Cournonterral et "d'Aici d'Alaï", association intercommunale de l'ouest Montpelliérain, à un concert de Christian Almerge que l'on surnomme également, le rockeur occitan.

parla69321634_913383899020647_5410030442009067520_o

Il fut apprécié l'accueil de "Lo Chevalet" de Cournonterral avec la danse du Chevalet et les musiques traditionnelles, sans aucun chauvinisme de la part de Cournon Terra d'Oc !

Le concert de Christian Almerge a régalé le public pendant près de deux heures et le repas partagé qui suivi fut très convivial.
C'est la seconde rencontre des élèves des cours d'occitan de ces trois associations.

Si vous souhaitez vous initier à l'occitan, les cours sont dispensés entre autre à Cournonterral par un professeur diplômé, les jeudis soirs de 18h30 à 19h30, les cours reprennent ce jeudi 3 octobre 2019.

- 2 cours découvertes offert - Plus d'infos : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

parlabricaAffiche en occitan

Exposition "La vie au village" du photographe Marcel Quéralt

En septembre, "les amis de la chapelle" font leur rentrée à la Chapelle des Pénitents de Cournonterral, le temps d'un week-end les 28 et 29 septembre.

Depuis des années, Marcel Quéralt passionné de traditions locales a la générosité de partager gracieusement les instants magiques de moments festifs, magiques de nos traditions pailhasses, échelle, corso, tambourin, chevalet, tribus lupis...
Il n'en manque pas à Cournonterral !
Quel est celui d'entre nous qui ne sait pas vu photographié par cet œil amateur mais averti ?
Ce regard mérite bien le nôtre et le vôtre.
Qui sait au détour de votre visite vous vous reconnaîtrez?

  • Samedi 28 septembre

10h : Inauguration et ouverture au public
Danse du Chevalet - Place Viala
18h : Spectacle folklorique avec La Garriga Lengadociana accompagnée des musiciens du Chevalet - Place Viala
19h : Apéritif Chapelle des Pénitents 

  • Dimanche 29 septembre

11h / 12h30 : animation musicale de la rue de la Chapelle par la classe d'instruments du Chevalet
17h : Concert de chants Occitans avec la Chorale de St Guilhem le Désert sous la direction de Marie et Philippe Carcasses.

Toutes les photographies de Marcel Quéralt sont proposées à la vente.

Le Coulazou a besoin de nous !

Sortie de terrain à Cournonterral

Date : Le 21 Septembre 2019 de 09 h 00 à 12h00 

Pour la journée mondiale du nettoyage, la LPO Hérault se rend sur la commune de Cournonterral. Nous vous invitons à nous rejoindre avec vos gants les plus solides, dans le lit du ruisseau du Coulazou.

Lieu de rendez-vous : Près du pont, rue des deveses.

Responsable : Alexis Voisard, Volontaire en Service Civique

Matériel à prévoir : Gants

Gratuit - World Clean Up Day

Renseignements :

LPO - Hérault
15, Rue du Faucon crécerellette
Les Cigales, Route de Loupian
Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage
34560 VILLEVEYRAC
04.67.78.76.24

Championnats nationaux de tambourin : Cournonterral domine la saison

National 1 Masculin : 26 ans après 

Poule des champions
22 ans après le titre National 1 revient à Cournonterral. Il suffisait à Cournonterral de marquer un minimum de 6 jeux contre Cazouls-d’Hérault dans la dernière rencontre de la dernière journée de championnat pour soulever le trophée. Les Cazoulins pouvaient encore réclamer le titre en cas de victoire par plus de 7 jeux d’écart. Les verts de Cournonterral ont mis fin au débat en deux temps. D’abord en marquant 6 jeux puis en s’adjugeant la victoire (13-9).
Dans l’autre rencontre de cette fin de championnat N1 Vendémian a battu Notre-Dame-de-Londres (13-9) et obtient la troisième place.
Poule de maintien
Florensac s’est offert un dernier frisson en battant Gignac (13-12). Un résultat qui ne change rien à leur destiné. Les rouges joueront en Nationale 2 la saison prochaine.
Monceaux-sur-Dordogne a condamné Cournonsec au match de barrage pour le maintien avec une victoire 13 à 10 sur leur terrain de Corrézien.
 
National 2 Masculin :
Poule d’accession :
Les jeux étaient déjà faits pour l’équipe de Cournonterral depuis la 8ème journée de poule de champions. Pressés de soulever le trophée ils n’ont pas forcé leur talent lors de la dernière rencontre contre Cazouls-d’Hérault et se sont inclinés, sans conséquence, 13 jeux à 4.
L’enjeu était du côté des Pennes-Mirabeau et de Viols-le-Fort lors de cette dernière journée. En battant Narbonne (13-9) les Violiens avaient fait le premier pas vers la monté. Mais la victoire de Notre-Dame-de-Londres sur les Pennes-Mirabeau (13-8) leur a assuré l’accession directe en championnat National 1. Les Marseillais des Pennes-Mirabeau devront passer par un match de barrage contre Cournonsec, avant-dernier de N1, pour espérer accéder au championnat supérieur..
Poule de maintien :
La victoire d’Aniane sur Cournonsec (13-9) ne change rien à l’avenir des bleus ciels. Les Anianais sont appelés à jouer en championnat Ligue Occitanie la saison prochaine. Poussan et Pignan se sont partagé la première et la deuxième place avec une victoire de Poussan (13-9) lui assurant la première place.
Castelnau-de-Guers, avant-dernier, devrait aussi évoluer en championnat Ligue Occitanie en 2020.

Le GRAC a fêté ses dix ans

Samedi 7 septembre, le GRAC (Groupe de Recherche dans les Archives de Cournonterral) fêtait ses dix ans d’existence. A cette occasion les responsables de l'association avaient convié amis et sympathisants, une foule qui se révéla nombreuse, au cimetière pour rendre hommage  à Mme Pierrette Gachon, disparue récemment. Après quelques prises de paroles pour rappeler ses engagements au sein de l’association, une plaque fut déposée pour marquer la passion pour le village qui l’animait et sa volonté de la transmettre et la partager, en particulier pour sa participation déterminante pour la conception, la rédaction et l’édition du livre «Cournonterral», compilation considérable d’archives sur l’histoire du village. L’hommage s’est poursuivi à la Salle du peuple où les membres de l’association ont proposé un sympathique apéritif.

Exposition "L'aventure phocéenne" à Lattara

Du samedi 23 novembre 2019 au lundi 6 juillet 2020

"L'aventure phocéenne. Grecs, Ibères et Gaulois en Méditerranée nord-occidentale", exposition temporaire

C’est l’histoire de cette rencontre entre Grecs, Ibères et Gaulois que l’exposition se propose de mettre en récit, sur les territoires situés entre Nikaia (Nice) et Emporion  (Ampurias).

Au sein d’un parcours chronologique - du VIIIe - Ier s. av. notre ère - différentes thématiques permettront d’appréhender la réalité de ces interactions.
Navigations méditerranéennes, relations économiques, contacts culturels, fondation de colonies, dynamiques des comptoirs commerciaux et conflits armés seront ainsi illustrés par plus de 400 œuvres provenant de musées méditerranéens ...

» Beaux-arts/Expos