Le geste « des terres et des ailes » du mois : les mares

Dans le cadre du programme www.desterresetdesailes.fr, nous vous proposons tous les mois de découvrir un geste permettant de concilier agriculture durable et préservation de la biodiversité. Ce mois-ci : l’intérêt des mares.

Pour commencer, sortons des idées reçues : les mares ne sont pas des nids à moustiques, si elles sont bien entretenues.

Comme partout ailleurs, les proies, dont font partie les moustiques, et les prédateurs se régulent. Dans une mare les prédateurs sont très nombreux : Dytique, libellule, triton, grenouille, Notonecte…

Pour lutter contre les moustiques il faut donc s’attaquer aux points d’eau stagnants sans prédateurs : fond de vase, réserve d’eau de pluie, gouttière…

Il ne faut pas oublier que le moustique fait partie intégrante de la chaîne alimentaire il est donc important pour de nombreux animaux.

 
 
Une fois le problème des moustiques écarté, on peut voir tous les points positifs de la mare. C’est un réservoir de biodiversité très important : libellules, insectes aquatiques comme les Gerris, amphibiens comme la reinette, mollusques comme la limnée ou bien les reptiles comme la couleuvre vipérine, tous ont besoin d’eau pour vivre. La mare peut être un lieu de chasse, servir d’habitat ou juste de point d’eau pour se désaltérer. Nombreux sont les oiseaux venant trouver un peu d’eau aux heures les plus chaudes de la journée.
Les mares peuvent être de toutes tailles et formes et conçues dans plusieurs matériaux. Quelques points importants doivent néanmoins être pris en compte :
  • Il doit y avoir une pente douce pour permettre aux animaux d’en sortir sans problème ;
  • Il ne faut pas y mettre des poissons : certes ils adorent les moustiques mais ils mangeront aussi les autres larves d’insectes et d’amphibiens ;
  • Il est important lors de la création d’une nouvelle mare de l’inoculer, c’est-à-dire d’y verser quelques litres d’eau d’une autre mare. Cela permettra l’apport de graines, d’algues, d’œufs et de micro-organismes qui pourront alors la coloniser. Elle se végétalisera d’autant plus vite, mais attention aux espèces invasives. Si vous souhaitez y mettre des plantes préférez les espèces locales.
  • Enfin, sous notre climat méditerranéen, les mares s’assèchent en été. C’est un processus normal et les espèces végétales et animales y sont adaptées, donc n’ayez crainte… et il n’est pas nécessaire de sortir le tuyau d’arrosage pour la remplir en plein mois d’août ! Vous pouvez toutefois la remplacer par un abreuvoir pour permettre aux oiseaux notamment, de venir se rafraîchir et boire.
Enfin, une mare nécessite un entretien, plus fréquent si elle est de petite taille. En effet, il faut enlever le surplus de matériaux déposés au fond : terres, sables, feuilles, algues, afin de laisser une partie en eau libre. Cela évitera qu’elle ne se retrouve surchargée en matière organique, se déséquilibre et soit donc riche en moustiques !
Petit rappel : tous les reptiles et amphibiens de France sont protégés par la loi, ils ne peuvent donc pas être manipulés, transportés ou tués.
 
Si vous avez des questions ou si vous souhaitez partager vos expériences et/ou observations concernant ce sujet, n’hésitez-pas à nous contacter par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. !

LES POISSONS GLOUTONS SONT DE RETOUR

Après le succès rencontré en 2019, le Département relance l’opération poissons gloutons cet été et à plus grande échelle. Près de 30 poissons seront en effet installés dans les communes du littoral et de l’arrière-pays pour sensibiliser Héraultais et vacanciers à ce problème de pollution.

Le Département a confié l’habillage des poissons à l’ESAT - Thierry Albouy
Objectif : plus de 800 m3 de plastiques collectés en 2020
En 2019, avec 4 poissons gloutons installés par le Département à La Grande Motte, Frontignan, Agde et Vendres, 115m3 de plastique avaient été récoltés. Avec 7 fois plus de poissons dans tout l’Hérault, c’est plus de 800 m3 qui devraient être collectés cet été.
Le Département fournit le poisson et l’installe. Les communes et les intercommunalités s’occupent de la collecte des déchets plastiques.
Un nouveau look
Pour l’édition 2020, le Département a amélioré le design des poissons gloutons. Il a confié à France Enseigne la création de la structure métallique. L’habillage du poisson en fil de pêche a lui été réalisé par les personnes en situation de handicap de l’ESAT Thierry Albouy de Béziers.
Prochaines poses de poissons
Ø Mardi 23 juin à 9h à Carnon
Ø Mardi 23 juin au parking des Aresquiers à 11h à Frontignan
Ø Mercredi 24 juin à La Grande Motte
Ø Jeudi 25 juin à Sérignan
Ø Jeudi 25 juin au Pont du Diable, communauté de communes Vallée de l’Hérault
Le littoral héraultais : un bien précieux à préserver
Afin de répondre au mieux à l’importance de ces enjeux pour les 10 prochaines années, le plan Hérault Littoral répond à une priorité : assurer un développement harmonieux et cohérent de cette richesse naturelle.
Voté en février 2019, ce plan concilie l’ensemble des actions environnementales, économiques, sociales mais aussi culturelles et sportives, qu’elles soient menées au plus près du rivage, en arrière des zones côtières ou plus au large en mer. 100 M€ seront investis par le Département en 3 ans.
Chiffres clés :
• 90 km de côtes
• 24 000 ha d’étangs et de lagunes protégés
• Population : 1,4% de croissance annuelle, la + élevée en Occitanie.
• L’essentiel des nouveaux arrivants se concentre sur le littoral.
• Climat : 2 à 5 degrés d’augmentation des températures d’ici 2100.
• 1 m de hausse moyenne du niveau des mers d’ici 2100.

Feux de forêt : connaissez-vous les bons gestes ?

Illustration feux de forêt avionAujourd'hui, 90% des départs de feux de forêt sont d'origine humaine, et la moitié due à des imprudences et des comportements dangereux. Pour prévenir ce risque et se protéger des feux, une campagne de sensibilisation et de diffusion des bons comportements à adopter est lancée ce vendredi 19 juin par le ministère de la Transition écologique et solidaire, en lien avec le ministère de l'Intérieur et le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.

Pour empêcher le déclenchement des feux de forêt, il est indispensable de rester vigilant. Apprenez et adoptez les bons comportements avec notre article Préservons la forêt grâce aux bons comportements.

Les conditions météorologiques ont une grande influence sur le développement et la propagation des feux de forêt. Météo-France participe au dispositif national pour Prévoir et anticiper les feux de forêts.

Le changement climatique joue également un rôle dans l'augmentation du risque météorologique de feux de forêt. Les chercheurs de Météo-France étudient ce risque : Feux de forêt un risque accru par le réchauffement climatique.

Feux de forêt : préservons la forêt grâce aux bons comportements !

Dans toute la France, il est essentiel de faire preuve de vigilance et d'adopter de bons comportements afin d'éviter les départs de feux. 80 % d'entre eux se déclenchent à moins de 50 mètres des habitations.

Illustration feux de forêt avion paysage

RESTEZ VIGILANTS !

Le risque concerne aussi bien les forêts que les autres zones de nature comme les friches, les abords des champs, les landes, les bords de route, etc. L'ensemble de la végétation peut être impacté.
La sécheresse de l'année dernière, combinée à des conditions  météorologiques défavorables (rafales de vent, peu de précipitations, températures élevées et hygrométrie très basse) pourrait impliquer une sensibilité de la végétation au feu dans certaines régions.

Affiche feux de forêt avec logo MF

Pour limiter le risque, il convient de respecter de bons comportements. Près des espaces naturels desséchés, il convient de ne pas faire usage de matériel provoquant des étincelles (débroussailleuse, disqueuse, meuleuse, poste à souder…), ne pas jeter de mégot par terre, ne pas faire de barbecue, ne pas stocker de combustibles près des maisons (bois de cheminée, peintures ou solvants, citernes de gaz ou de fuel). Ces comportements concernent aussi bien les riverains que les touristes.
Lors d'un départ de feu, restez chez vous et contactez dans les plus brefs délais les services des pompiers (18) et des urgences (112 ou le 114 destiné aux personnes souffrant d'un handicap auditif). La préfecture met également à disposition des informations via son site ou un répondeur.

Plus d'informations sur feux-foret.gouv.fr. et sur http://www.meteofrance.fr/actualites/

Actualité par Météo-France

IFREMER : Observations menées sur une période de 50 ans

Thau : Impact positif des actions de restauration 

© H.Farrugio / Ifremer

La lagune de Thau, la grande lagune côtière d’Occitanie, est le siège d’activités traditionnelles de conchyliculture. Après une longue période de dégradation de son état vis-à-vis de l’eutrophisation depuis les années 1970, conduisant à des événements anoxiques (“malaïgues”[1]) associés à des mortalités massives des coquillages en élevage, des améliorations ont été rapportées suite aux travaux réalisés sur les stations de traitement des eaux usées de son bassin versant.

L’étude portée par des scientifiques de l’Ifremer et de l’Université de Montpellier (UMR MARine Biodiversity, Exploitation and Conservation – MARBEC), publiée en mai dans la revue Science of the Total Environment[2], visait à déterminer comment la diminution des apports en nutriments (baisse de 90% des rejets de phosphore entre 1970 et 2018 et de 50% des rejets d’azote entre 1990 et 2018[3]) a entraîné des changements écologiques majeurs dans la lagune de Thau, conduisant progressivement à sa restauration – “son oligotrophisation”.

En analysant cinq décennies de séries chronologiques (1970-2018) d’observations sur les communautés autotrophes pélagiques (phytoplancton) et benthiques (macrophytes et sédiments), deux périodes ont été identifiées au cours du processus d’oligotrophisation (Figure 1). La première période (1970-1992) est considérée comme une période eutrophe, caractérisée par le passage de la dominance des herbiers marins à la dominance des macroalgues rouges. La deuxième période (1993-2018), caractérisée par l’amélioration progressive de l’état vis-à-vis de l’eutrophisation, a été divisée en trois phases :

  • une phase de transition (1993-2003), au cours de laquelle la colonne d’eau a continué de se restaurer, mais la communauté de macrophytes est restée dominée par les macroalgues rouges, du fait de l’inertie du compartiment dans le processus de restauration ;
  • un changement de régime (2003-2006) marquant une rupture dans l’abondance et la composition des communautés ;
  • après lequel la colonne d’eau est devenue oligotrophe et les herbiers ont commencé à recoloniser les fonds de la lagune (2007-2018).

Poursuivre et avoir tous les détails sur : https://pole-lagunes.org/thau-impact-positif-des-actions-de-restauration

imaGeau lance son site Info Sécheresse

Le niveau des cours d'eau, des nappes phréatiques, la pluie... autant d'indicateurs de la sécheresse d'un territoire difficiles à analyser. C'est pourquoi la start-up Montpelliéraine imaGeau lance son site Info Sécheresse, qui cartographie en temps réel le risque de sécheresse en France : https://imageau.eu/imageau/

imaGeau© est une entreprise issue du CNRS (Laboratoire Géosciences de Montpellier).

Créée en 2009, elle est le fruit de rencontres entre ingénieurs et chercheurs autour d'une idée commune :

Protéger les ressources en eau par une surveillance précise et commune.

Disposez d’indicateurs fiables, adaptés à vos besoins
Maintenez votre capacité de production
Surveillez en continu l’état de vos ressources et forages

MOUSTIQUE TIGRE : FAISONS ÉQUIPE AVANT QU’IL PIQUE

Aucune description de photo disponible.On l’avait presque oublié mais le moustique tigre s’est réveillé !
  Pour éviter sa prolifération, « Privez-le d’eau ! » conseille l’ EID Méditerranée
  Couvrez les récupérateurs d’eau, entretenez votre piscine et videz régulièrement tous les récipients du jardin (soucoupes sous les pots de fleurs, seaux, arrosoirs, jouets…).
 d’eau =  de moustiques
Plus d’information : eid-med.org

L’image contient peut-être : 1 personne

ARS - contrôles sanitaires de l’eau du robinet réalisés

Générations Futures

Générations Futures a publié le 17 juin 2020 une nouvelle enquête qui analyse les résultats des contrôles sanitaires de l’eau du robinet réalisés par les agences régionales de santé.
 
Son analyse des données démontre clairement que :
  • 56,8 % des quantifications de résidus de pesticides sont des perturbateurs endocriniens (PE).
  • 38,5 % des quantifications de résidus de pesticides sont des cancérigène, mutagène, reprotoxique (CMR).
  • 78,5 % des quantifications de résidus de pesticides retrouvés sont des PE et/ou CMR.
 
"Notre association considère ces données comme inquiétantes car elles attestent d’une exposition continue par l’eau de consommation, à de faibles doses de ces PE.
Générations Futures interpelle donc le gouvernement afin qu’une politique efficace de réduction et d’interdiction de l’usage des pesticides de synthèse soit enfin appliquée après les échecs des premiers plans Ecophyto."
 
En ce moment, vous pouvez:
  • vous faire entendre sur les chartes dites de "bon voisinage",
  • interpeller vos eurodéputés sur la future PAC;
  • participer à la consultation européenne sur les produits chimiques ! 
Rendez-vous sur  Shake ton politique.
 
PARTICIPEZ ET INTERPELLEZ
 
 
Participez aux consultations publiques et interpellez les décideurs pour faire entendre votre voix!
 
 
L'association a développé pour vous un outil simple et utile qui vous permet de participer aux consultations publiques importantes ainsi que d'interpeller vos décideurs. 

Parlement de la mer : "Faisons des MERveilles"

Cette instance a pour but de fédérer la communauté maritime, de la représenter, de permettre la concertation et le travail collaboratif entre les différents acteurs de la mer et du littoral et de faire émerger des projets innovants. 

JPEG - 77.9 koLa campagne « Faisons des MERveilles, pour une mer sans déchet » lancée depuis septembre 2019 a pour objectif de :

  • sensibiliser les citoyens aux enjeux de la préservation de la Méditerranée et de lutter contre les déchets abandonnés dans la nature,
  • proposer des alternatives de consommation pour réduire les plastiques au quotidien,
  • encourager les initiatives de ramassages de déchets sur les plages du territoire.

Elle vise à mettre en lumière des gestes simples et concrets pouvant être adoptés par chacun pour lutter contre la pollution de la Méditerranée.

La Maison Régionale de la Mer, siège du Parlement de la Mer
La Maison Régionale de la Mer, siège du Parlement de la Mer
Crédits : Laurent Boutonnet

Avec ses 215 kilomètres de côtes, 70 ports de plaisance dont la plus grande marina d’Europe à Port-Camargue et 20 stations balnéaires, la Mer est un atout économique de choix pour la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée.

Le Parlement de la Mer se compose de trois entités interdépendantes les unes des autres :

Profitons du déconfinement pour prendre soin de notre planète !

Une opération de nettoyage des Gorges de l'Hérault est organisée le Week-End du 27-28 juin par l' Association Demain la TerreTourisme Saint Guilhem Vallée de l'Hérault et Communauté de communes Vallée de l’Hérault.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page Facebook de  Let's GOrges CAP Océans

 Rendez-vous après réservation le samedi 27 juin sur la plage du Pont du Diable et le dimanche 28 juin à bord d'un canoë, avec Canoë Rapido

Samedi 27, de 9h à 12h : nettoyage sur la plage du pont du Diable
Dimanche 28, de 9h à 16h : nettoyage dans les gorges de l’Hérault en canoë.

  Plus d'infos : https://bit.ly/2zr0DOZ

L’image contient peut-être : 1 personne, arbre, plein air, nature et eau

Pour que vive la Nature ! Le guide pour agir de 14 ONG de protection de la Biodiversité

Le vendredi 22 mai 2020, journée mondiale de la biodiversité, 14 associations et fondations qui agissent dans ce domaine ont remis leur livre blanc « Pour que vive la nature » à la Ministre Elisabeth Borne.

Fox, Animal, Wildlife, Red, Macro

Ce Livre blanc pour la biodiversité est le fruit d’un travail engagé depuis plusieurs mois qui s’inscrit dans la perspective de la prochaine Stratégie nationale pour la Biodiversité 2021-2030, qui fera suite au Congrès Mondial de l’UICN et de la 15e COP pour la biodiversité.

Compte tenu de l’actualité, les 14 associations de connaissance, protection et éducation à la biodiversité ont intégré, dans leurs analyses et leurs propositions d’actions, la crise sanitaire en la replaçant dans une perspective plus globale et systémique et en soulignant les responsabilités humaines.

Elles proposent d’en tirer toutes les conséquences et tous les enseignements, et formulent des pistes de transformation et d’actions pour exposer une autre vision du monde, de nos sociétés et de l’économie afin que nature vive, humains compris, seule manière d’éviter qu’adviennent d’autres crises de même ampleur.

Ce document, de 62 pages, intitulé « Pour que vive la nature » comprend 3 volets  à découvrir sur https://www.aspas-nature.org/