HVE, TERRA VITIS : deux certifications pour Montagnac Domitienne

Aucune description de photo disponible.
 
Les Vignerons de Montagnac Domitienne regroupent depuis près de 2 ans les coopérateurs de Montagnac et de Tourbes ainsi que ceux de Cournonsec...
Cette union ne les a pas empêchés de voir Montagnac Domitienne labellisée HVE et Terra Vitis pour une partie de ses exploitations agricoles...
 
Deux certifications qui prouvent que Montagnac Domitienne et de nombreux coopérateurs sont soucieux du respect de l'environnement et agissent pour que leurs exploitations soient de plus en plus respectueuses de celui-ci.
 
Car la certification HVE ou Haute Valeur Environnementale (HVE) correspond au niveau le plus élevé de la certification environnementale des exploitations agricoles. Depuis février 2012, date de mise en œuvre de ce dispositif français, le nombre d'exploitations certifiées a connu un développement constant.
 
Et Terra Vitis, c'est la certification écoresponsable en viticulture durable. Fondée sur les 3 piliers du Développement Durable, elle s’applique de la plantation à la mise en bouteille et intègre une dimension sociale et économique. Les objectifs de la démarche sont clairs : répondre aux attentes du consommateur, respecter l’environnement et le terroir, préserver la santé des consommateurs et des vignerons, être compétitif et économiquement viable. Par conséquent, les adhérents Terra Vitis® observent, raisonnent toutes les interventions et n’interviennent avec des intrants que lorsqu’il n’y a pas d’autre solution. De plus, ils s’engagent à respecter les règles de décision et les engagements définis par Terra Vitis®.plantIMG_20200727_184725
 
Cela a impliqué un travail différents dans les caves.
 
Car pour obtenir la certification HVE il y a deux voies : une comptable et une technique .
La technique est la plus utilisée : avec ses 3 niveaux
Les différentes démarches à mettre en place
  1. 1er niveau : le respect des exigences environnementales et agricoles. ...
  2. 2e niveau : respect d'un référentiel plus complet de mesures. ...
  3. 3e niveau : la vérification de l'efficacité des mesures.

    Pour obtenir cette certification HVE, trois niveaux de démarches ont été identifiés. Ce n’est que lorsque le troisième niveau est atteint que la certification peut être accordée.

    1ER NIVEAU : LE RESPECT DES EXIGENCES ENVIRONNEMENTALES ET AGRICOLES

    Les exploitations agricoles qui reçoivent des aides de l’Etat, via la PAC notamment (c’est-à-dire la quasi totalité d’entre elles) sont tenues de respecter différentes exigences, notamment en matière environnementale. La première démarche pour les exploitations agricoles qui souhaitent obtenir la certification HEV est donc de respecter ces exigences de base.

    En outre, il s’agit de réaliser une évaluation de la situation de l’exploitation au regard des exigences des niveaux deux et trois.

    2E NIVEAU : RESPECT D’UN RÉFÉRENTIEL PLUS COMPLET DE MESURES

    Dans un second temps, l’exploitant agricole devra aller plus loin dans sa démarche, notamment :

    • en veillant à identifier et protéger les zones qui, dans son exploitation, sont les plus importantes pour le maintien de la biodiversité ;
    • en utilisant de manière plus ciblée les produits phytosanitaires ;
    • en stockant les fertilisants et en les utilisant de manière raisonnée ;
    • en optimisant les apports en eau.

    Il s’agit donc de se donner les moyens de mettre en place une agriculture plus raisonnée.

L'Union Européenne mise sur l'Hydrogène "vert"

La production d'hydrogène produit par électrolyse avec de l'électricité provenant d'énergie renouvelable, éolienne pour l'essentiel, devrait être multipliée par 6 en Europe d'ici 2024. La puissance installée pour les futurs électrolyseurs atteindra alors 6 GW et permettra de produire 1 million de tonnes d'hydrogène "vert". Une centaine de projets est déjà en cours de lancement à travers le continent grâce à une aide de 750 millions d'euros décidée par l'Union Européenne dont l'objectif est de parvenir à la neutralité carbone en 2050.
Pour en savoir plus sur l'hydrogène 

Image : Florian Pircher/Pixabay

Les citadins entourés d'arbres vivent plus longtemps

 


Micocoulier méditerranéen
(image Marc Pascual, Pixabay)

"Les programmes de végétalisation urbaine sont non seulement essentiels pour promouvoir la santé publique, mais ils augmentent également la biodiversité et atténuent les effets du changement climatique, rendant nos villes plus durables et plus vivables."
Mark Nieuwenhuijsen (directeur de l'Initiative Urbanisme, Environnement et Santé à l'Institut de Santé Globale de Barcelone).

 Les arbres sont essentiels pour adapter les villes au changement climatique
et pour préserver la biodiversité.

Article L350-3 du Code de l'environnement :"Le fait d'abattre, de porter atteinte à l'arbre, de compromettre la conservation ou de modifier radicalement l'aspect d'un ou de plusieurs arbres d'une allée ou d'un alignement d'arbres est interdit, sauf lorsqu'il est démontré que l'état sanitaire ou mécanique des arbres présente un danger pour la sécurité des personnes et des biens ou un danger sanitaire pour les autres arbres ou bien lorsque l'esthétique de la composition ne peut plus être assurée et que la préservation de la biodiversité peut être obtenue par d'autres mesures.”'

   

Les bienfaits qu'apportent les plantes et arbres, pour le bien-être et la santé des humains, sont reconnus depuis longtemps. Une récente étude parrainée par l'OMS et menée par des chercheurs espagnols et américains démontre scientifiquement, pour la première fois, qu'un cadre de vie végétalisé augmente l'espérance de vie (*).

L'étude a été menée par l'équipe du Docteur David Rojas de l'Université d'État du Colorado aux Etats-Unis en liaison avec les chercheurs de l'Institut de Santé Globale de Barcelone (ISGlobal) en Espagne. Elle s'appuie sur les données concernant les populations citadines de plus de 8 millions de personnes réparties dans 7 pays : Canada, les États-Unis, l'Espagne, l'Italie, l'Australie, la Suisse et la Chine.

L'analyse statistiques des données recueillies montre clairement qu'un environnement urbain végétal a une influence bénéfique sur la santé, en autres en diminuant les risques cardiovasculaire et le stress. Plus généralement les espaces verts en ville non seulement améliorent l'espérance de vie mais ils ont également des effets bénéfiques pour la santé mentale des habitants des villes.

Ces effets positifs ont même pu être quantifiés : une tranche d'accroissement de 10% de l'indice de végétalisation (NDVI) dans un rayon de 500 mètres autour du logement d'un citadin diminue déjà le risque de mort prématurée de 4%.

image : Pixabay


___________________________
(*) Rojas-Rueda D, Nieuwenhuijsen M, Gascon M, Perez-Leon D, Mudu P. Green spaces and mortality: a systematic review and meta-analysis of cohort studies. The Lancet Planetary Health, November 2019; 3: 69–77

Le changement climatique en cours

L’évolution du climat au cours des 350 derniers millions d’années. La responsabilité de l’homme dans le réchauffement en cours. Les perspectives et prévisions pour demain. Une vidéo de synthèse fait le point.

La France s'engage pour protéger les cétacés

image : Shomilin/Pixabay

Un arrêté publié le 4 décembre par le ministère de la mer oblige les chaluts pélagiques dans le golfe de Gascogne à s’équiper en pingers (émetteurs de signaux acoustiques pour éloigner les cétacés).
Depuis plusieurs années, les échouages de dauphins en liaison avec les activités de pêche dans le Golfe de Gascogne sont en augmentation. Cette situation très préoccupante demande la mobilisation de tous les acteurs concernés, à l’échelon français et européen.
Afin de réduire les captures accidentelles, Annick Girardin, ministre de la mer, a publié ce jour un arrêté obligeant l’ensemble des chalutiers à s’équiper en pingers au 1er janvier 2021. Trop de captures accidentelles sont encore à déplorer dans le golfe de Gascogne et le Gouvernement souhaite limiter au maximum les interactions avec les dauphins. La réglementation en vigueur jusqu’à ce jour prévoyait une utilisation limitée à 4 mois et ne concernait pas l’ensemble des chalutiers. Ils devront désormais en être équipés toute l’année.
Aujourd’hui, 40 chalutiers sont équipés de ces pingers. Ils seront 80 en 2021. Il est prévu qu’au moins 25% des navires soient contrôlés à compter de 2021.
Cette décision nous engage en faveur d’une limitation des captures de cétacés.
Nous ne nous arrêterons pas là. Nous rendrons la pêche plus vertueuse. Les acteurs de la filière sont volontaires pour y parvenir. D’autres engagements sont prévus pour 2021. Ils portent notamment sur le renforcement de la connaissance de l’état de conservation de la population des cétacés et des interactions entre les navires de pêche et les dauphins. Ce n’est qu’ainsi que nous parviendrons à un équilibre entre la filière pêche et l’écosystème dont elle dépend.

Annick Girardin