Exposition "Empreintes du temps": quand des étudiants du MO.CO. Esba rencontrent des résidents d'un EHPAD municipal

 

Pass'Âge des Arts, tiers-lieu culturel et intergénérationnel installé au sein de l'EHPAD Françoise Gauffier du Centre Communal d'Action Sociale de Montpellier, accueille l'exposition "Empreintes du temps". Il s'agit d'une restitution des travaux réalisés par les étudiants du MO.CO. Esba (Montpellier contemporaine-École Supérieure des Beaux-Arts), autour du portrait et de la notion de vulnérabilité.
 
Exposition "Empreintes du temps": quand des étudiants du MO.CO. Esba rencontrent des résidents d'un EHPAD municipal

Vernissage mardi 30 janvier 2024 à 17h.

Rencontre in situ des étudiants avec les résidents de l'EHPAD

Depuis novembre dernier, les étudiants de 2ème année du MO.CO. Esba se sont rendus à plusieurs reprises à l'EHPAD Françoise Gauffier, dans le cadre du cours « Enjeux graphiques et picturaux » encadré par Nadia Lichtig, enseignante en peinture, accompagnée de Marcos Avila Forero, enseignant en dessin.

 

L'enjeu : travailler sur la notion de vulnérabilité à travers la rencontre de personnes âgées, dont certaines sont en situation d'isolement.

Comment la vulnérabilité est-elle liée à la notion de dignité humaine ? Quelles sont les formes de dignité et d’autonomie qu’on peut trouver à l’intérieur de la vulnérabilité ? Autant de questions lancées par la philosophe et psychanalyste Cynthia Fleury et par l’activiste féministe colombienne Maria Tila Uribe, auxquelles ont tenté de répondre les étudiants.

Pass'Âge des Arts, tiers-lieu culturel et intergénérationnel

Un tiers-lieu culturel dans un EHPAD : et si c’était possible ? C’est le pari que le CCAS s’est lancé en créant Pass’Âge des Arts au sein de la résidence Françoise Gauffier, située en plein cœur de la ZAC Ovalie.

Expositions, concerts, théâtre : petits et grands habitant le quartier peuvent venir profiter de diverses manifestations culturelles tout au long de l’année.

Gratuit et ouvert à tous, le tiers-lieu propose une programmation trimestrielle variée en s’appuyant sur différents partenariats tissés avec les structures voisines (le centre de loisirs Alain Savary, la Maison pour Tous Michel Colucci, des écoles, etc.).

Informations pratiques

PASS' ÂGE DES ARTS

EHPAD Françoise Gauffier
135, rue André Puig Aubert
Entrée libre du 30/01 au 01/03
Du lundi au samedi de 10h à 17h30

« Toni Grand. Morceaux d’une chose possible », la nouvelle exposition du musée Fabre à découvrir du 20 janvier au 5 mai 2024

 
 

Du 20 janvier au 5 mai 2024, le Musée Fabre à Montpellier dédie l’ensemble de son espace d’exposition temporaire au sculpteur Toni Grand (1935-2005), pour présenter le travail remarquable d’un sculpteur peu montré ces dernières années, et ancré dans le territoire montpelliérain.

 

 

Cette importante rétrospective qui réunira près de 70 œuvres, dont certaines monumentales, souhaite inviter le public le plus large possible à (re)découvrir une figure essentielle de la seconde moitié du XXe siècle, dont l’œuvre a pourtant été peu montré ces dernières décennies.

En rendant visible l’importance du travail de l’artiste, l’exposition « Toni Grand. Morceaux d’une chose possible » permettra ainsi d’éclairer et de donner les clefs de compréhension de l’un des jalons essentiels de la sculpture contemporaine, qui a influencé nombre d’artistes (Richard Deacon, Katinka Bock ou encore le chorégraphe Boris Charmatz). Elle aspire à montrer comment l’artiste a renouvelé durablement le langage artistique de son époque par l’invention de nouvelles formes et l’usage de matériaux jusqu’alors inexploités dans le champ artistique.

Après la rétrospective consacrée à Germaine Richier (jusqu’au 5 novembre 2023), le musée Fabre ambitionne avec cette nouvelle proposition, de donner à ses visiteurs les moyens de penser l’articulation de deux moments clés de la sculpture française et internationale, en lien avec son territoire et ses collections.

« Je ne suis pas un être provocant. Mais si vous entendez provocation au sens de la provocation du regard, de la relation au monde, alors oui, ça me plaît de provoquer. » Toni Grand (1935-2005)

Site internet du musée Fabre

Exposition "Au chaud" d’Isik Deniz Bayazit à l'espace Saint-Ravy du 2 au 24 mars 2024

L’Espace Saint-Ravy de Montpelliera le plaisir d’accueillir l’exposition Au chaud qui présente le travail de l’artiste d’Isik Deniz Bayazit du 2 au 24 mars 2024. La série présentée construit un lieu de protection transcendant le temps et la mort par différents médiums comme le recyclage d’images ou de tissus brodés.

Exposition "Au chaud" d’Isik Deniz Bayazit à l'espace Saint-Ravy du 2 au 24 mars 2024

Vernissage vendredi 1er mars 2024 à 17h30

La série Au chaud débute dans une ferme à Fabrègues lors des études d’architecture de l’artiste. Elle y découvre une proximité avec la mort qui résonne en elle et lui procure le besoin de créer un espace protégé.

Elle y écrit :

« Il y avait 3 chiots blancs à la ferme; cette semaine, leur nombre est tombé à deux. Apparemment, le fermier a mis le tracteur en marche arrière et a écrasé le troisième des frères. Dans la ferme, où la mort était considérée comme naturelle, cet incident n'a pas créé une grande atmosphère de deuil. Après tout, les chiens n'étaient qu'un autre animal dans cette ferme, tout comme les chèvres, les moutons et les porcs, qui diminuaient chaque année. […] La nuit à la ferme est silencieuse, froide et sans lumière. Je rêve de ma maison, éclairée par des ampoules jaunes où les vapeurs de cuisson dégagent parfum et chaleur. »

Par la réutilisation et la superposition d’images, Isik Deniz Bayazit convoque des espaces peuplés de sa sœur jumelle, de son chat Diyez décédé, d’animaux errants ou encore des décors de son enfance, qui déjouent les règles du temps et des lois naturelles.

L’artiste investit le collage comme une forme de recherche écologique, mais aussi comme une manière de tisser ses souvenirs les uns aux autres et de donner vie à l’inanimé. Inspirée à la fois par la couleur des fauvistes, par le traitement floral ornemental de l’art nouveau et par les compositions dépassant le réel du réalisme magique, les œuvres d’Isik Deniz Bayazit créent un espace hors du monde, sûr et à l’abri du deuil.

Espace Saint-Ravy

EXPÉRIENCE : ODORAT, VISITE RÉSERVÉE AUX DÉFICIENTS VISUELS

EXPÉRIENCE : ODORAT, VISITE RÉSERVÉE AUX DÉFICIENTS VISUELS
 
Mercredi 24 Janvier 2024

 

Musée Fabre

Ne manquez pas la visite Expérience le 24 janvier à 14h30 ! Quand les parfums s’inspirent des œuvres, c’est là toute la poésie de ce moment suspendu que vous proposent les étudiants du Master ICAP (Ingénierie des cosmétiques, Arômes et Parfums) de l’Université de Montpellier. Séance réservée aux déficients visuels (réservation obligatoire à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).Plein tarif : 11,00 €
Tarif réduit : 7,00 €

Exposition "Frontières" de la photographe franco-américaine Sandrine Arons à l'espace Saint-Ravy du 6 au 28 janvier 2024

 
L’Espace Saint-Ravy de Montpellier a le plaisir d’accueillir la photographe franco-américaine Sandrine Arons du 6 au 28 janvier 2024. Au travers de la série Frontières, elle traduit ses expériences multiculturelles, révélant un monde intérieur riche de langues, de religions et de paysages vivant en elle.

Exposition "Frontières" de la photographe franco-américaine Sandrine Arons à l'espace Saint-Ravy du 6 au 28 janvier 2024

Vernissage de l'exposition vendredi 5 janvier 2024 à 18h30

Les photographies de Sandrine Arons reflètent sa vision et sa compréhension d’un monde aux frontières souples. Cela s’exprime chez elle par la superposition d’horizons et de paysages, troublant la vision. Alors qu’elle grandit entre les Etats-Unis et la France, l’artiste parcourt le monde.

Elle se définit comme étant « culturellement française, américaine, algérienne, élevée parmi les juifs, des athées et des protestants baptistes du sud des Etats-Unis ; mariée à un musulman et mère d’un fils qui porte en lui toutes ces cultures vers une nouvelle génération ». Ses recherches plastiques proviennent également un besoin constant de cohérence et clarté. Elle relate que lorsque le « chez soi » est à la fois partout et nulle part, la contemplation provoque des réalités ambiguës, comme éloignées.

De cette manière, elle cherche à construire et reconstruire sa mémoire, par la fusion du temps et de l’espace.

Inspirée à la fois par Hélène Cixous, Anaïs Nin ou encore René Magritte, la photographe aime à se jouer du doute de ce qui est perçu. Ce qui paraît indéfinissable et insaisissable, produit des images troublantes et poétiques. C’est par cette non-linéarité, ces silences, et la dissolution des frontières d’images et de paysages que Sandrine Arons associe son vocabulaire artistique au féminisme d’Hélène Cixous et d’Anaïs Nin. Ce jeu de superposition est aussi celui de la déconstruction.

« Ma compréhension de ces cultures d’autrui est le résultat d'un travail itératif de déconstruction de ces paysages culturels et topographiques prédéfinis, poussé jusqu’à la réinvention complète de ma propre vision. Ce travail crée un doute sur la nature de ce que l’on voit et nous invite à nous demander si une autre vision du monde, différente de celle que nos sociétés ont fabriquée, est envisageable. » Sandrine Arons

Biographie

Née dans l’Etat de Géorgie aux Etats-Unis, Sandrine Arons est désormais basée à Montpellier. Suite à des études supérieures en psychologie et en littérature française, elle fait le choix de la photographie. Elle se spécialiste en autobiographie et écriture personnelle. En 2015, elle obtient un master en photographie en Savannah College of Art and Design (SCAD-Atlanta, USA) en 2015.

L'espace Saint-Ravy

Espace Saint-Ravy : appel à candidatures pour les artistes du territoire du 8 janvier au 11 février 2024

La Ville de Montpellier lancera le 8 janvier 2024 l’appel à projets pour l’élaboration de la saison d’expositions 2023-2024 de l’Espace Saint-Ravy via le site internet de la ville. 12 propositions artistiques seront sélectionnées, en vue d’un accueil en exposition pendant 21 jours environ entre septembre 2024 et août 2025.
 
Espace Saint-Ravy : appel à candidatures pour les artistes du territoire du 8 janvier au 11 février 2024

Principes de la sélection

Comme chaque année, cet appel à candidatures sera ouvert aux artistes seuls ou en collectif, domiciliés à Montpellier ou sur le territoire de l’une des communes de Montpellier Méditerranée Métropole.

La plateforme permettant de déposer les candidatures sera disponible dès le 8 janvier via le site internet de la Ville. Elle indiquera tous les éléments nécessaires à la constitution du dossier à déposer.

Les propositions seront soumises à une commission désignée par Monsieur le Maire, composée de professionnels du monde de l’art et de représentants de la municipalité. Les résultats de cette sélection seront communiqués par courrier à l’ensemble des participants.

Critères de sélection

  • L’originalité de la démarche
  • La diversité des expressions artistiques
  • Le soin apporté à la construction du dossier (visuels, textes, légendes)
  • L’insertion du projet par rapport au lieu d’exposition
  • La présence d’une problématique du projet d’exposition / la présence d’une note d’intention z d’exposition

Chaque année, le jury a à cœur de donner la priorité aux artistes ayant peu, voire jamais exposé, et d’offrir au public la plus grande diversité possible en matière d’expressions artistiques.

Ces derniers mois, la Ville de Montpellier à fait évoluer le fonctionnement de l’Espace Saint-Ravy. Depuis la saison 2023-2024, les artistes sélectionnés sont rémunérés pour la monstration de leurs œuvres.

Cela s’accompagne également du déploiement d’un effectif de surveillance municipal et donc de la fin de la mise à disposition. Les artistes sélectionnés travaillent alors en collaboration avec la ville, de la sélection d’œuvres jusqu’au démontage de l’exposition.

L’objectif est de les professionnaliser en les confrontant à l’exercice de conditions réelles d’une exposition organisée dans un cadre institutionnel à petite échelle.

Plateforme de candidature

L’Espace Saint-Ravy

Dans la volonté permanente de diffuser l’art dans la ville et de favoriser l’accès à la culture au plus grand nombre mais aussi de soutenir la jeune création, la Ville de Montpellier dédie l’Espace Saint-Ravy à la présentation du travail des artistes émergents de Montpellier Méditerranée Métropole.

Cette salle d’exposition, située en plein cœur de la ville et ouverte gratuitement à tous les publics, accueille 25 000 visiteurs chaque année.

Pour tout renseignement supplémentaire : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Espace Saint-Ravy

Place Saint-Ravy – 34000 MONTPELLIER
Ouvert du mardi au dimanche, de 13h à 19h

"Christian Jaccard, une collection" l'exposition à voir au Musee Fabre à partir du 16 décembre

 

Ce vendredi 15 décembre, Michel Hilaire, Conservateur général du Patrimoine, Directeur du musée Fabre, et Maud Marron-Wojewodzki, Conservatrice du patrimoine et responsable des collections modernes et contemporaines ont présenté la nouvelle exposition du musée Fabre "Christian Jaccard, une collection", en présence de l'artiste.
 
Du 16 décembre 2023 au 21 avril 2024, le musée Fabre présente sa nouvelle exposition au fil des collections dédiée à l’œuvre de l’artiste Christian Jaccard. Maître de la combustion et de la transmutation des matières, inventeur du "concept supranodal", cet artiste franco-suisse né en 1939, qui fut un proche des acteurs du mouvement Supports/Surfaces, n’a jamais cessé de détourner les pratiques picturales et sculpturales traditionnelles. À travers un ensemble de près de 40 œuvres – sculptures, peintures, dessins et film –, l’exposition illustrera les différents moments de sa carrière et d’une œuvre prolifique jusqu’à aujourd’hui, au sein de six salles du parcours permanent du musée. Elle s’inscrit dans la lignée des expositions « Au fil des collections » mettant à l’honneur les artistes contemporains, auteurs d’importantes donations au musée Fabre (Pierrette Bloch, André-Pierre Arnal et Stéphane Bordarier en 2021, Dominique Gauthier en 2022).

Christian Jaccard s’est fait connaître pour l’usage du feu comme matériau premier de création, que ce soit au sein de ses toiles calcinées ou par des interventions in situ, ainsi que par la pratique du recouvrement d’objets sous une accumulation de nœuds, versant parallèle à une démarche centrée sur la question de l’énergie et de sa consomption.
Compagnon de route des artistes du mouvement Supports/Surfaces, mouvement dont le musée Fabre possède l’un des fonds de référence en France, Christian Jaccard a participé à l’exposition itinérante « Les Années Supports/Surfaces dans les collections du MNAM » en 1998 et en 2017 à la dernière exposition consacrée au mouvement « Supports/Surfaces : Les origines 1966-1970 », au Carré d’art de Nîmes. Tout comme les artistes du mouvement, Jaccard s’intéresse à la matérialité du support et étudie les composantes de la peinture, ainsi que son rapport à l’environnement. Il travaille actuellement entre Paris et Saint- Jean-du-Gard, à proximité de Montpellier.

Exposition "Faire fleurir le salon" de Tiphaine Calmettes au site archéologique Lattara

Rendez-vous du 9 décembre 2023 au 13 mai 2024 au Site archéologique Lattara - Musée Henri Prades pour découvrir l'exposition "Faire fleurir le salon" de Tiphaine Calmettes.

"Faire fleurir le salon" c'est l'idée de jardiner son intérieur, de considérer l'espace domestique comme un espace vivant et évolutif dont chacun pourrait être l'auteur. Les objets conçus par Tiphaine Calmettes s’inspirent de formes florales et zoomorphes, que l’on retrouve dès l’Antiquité dans des productions utilitaires.

C'est une manière d'envisager le mobilier comme un compagnonnage, d’aller vers une individualisation de ce que l’on appelle couramment l'inanimé. L'installation peut autant évoquer les dispositifs d'archéologie expérimentale que ceux des magasins, mais se veut avant tout un lieu d'accueil dans lequel le public est invité à s'asseoir pour passer un moment au salon.

Le Site archéologique Lattara – musée Henri Prades accueille chaque année des expositions d’artistes contemporains dont la production entre en résonance avec ses collections. Ces expositions sont le fruit d’une association avec le MO.CO. Montpellier Contemporain afin de créer une passerelle entre les disciplines respectives de ces lieux culturels.

Ce partenariat traduit également la volonté du Site archéologique Lattara – musée Henri Prades et de la métropole, de pérenniser sur le territoire, l’accompagnement et l’hospitalité des artistes contemporains. Le projet artistique de Tiphaine Calmettes a été conçu spécifiquement pour les espaces du musée. Il résulte d’un dialogue étroit entre la conservation du musée, l’équipe curatoriale du MO.CO. et l’artiste. Les oeuvres exposées comportent à la fois des productions existantes et d’autres nouvelles, produites à l’occasion de l’exposition « Faire fleurir le salon ».

Dossier

Une nouvelle exposition du MIAM soutenue par la Région Occitanie : « LIBRES ! Collectionneurs d’Arts Modestes »

 

Musée International des Arts Modestes à Sète

du 16 décembre 2023 au 26 mai 2024

 

https://www.datapressepremium.com/rmdiff/2984/MIAM_Exposition_LIBRES_1.jpg

 

L’exposition « LIBRES ! Collectionneurs d’Arts Modestes » présente deux collections privées, montrées pour la première fois au public au Musée International des Arts Modestes (MIAM) à Sète.

 

« Il n’y a pas d’œuvre modeste, il n’y a que des collections modestes. » -« Peut-être que le seulartiste modeste c’est le collectionneur, celui qui a la volonté de rassembler des choses en toutemodestie puisque ce n’est pas lui qui les fait. » - Hervé Di Rosa 

 

L’exposition s’ouvre sur la collection FB/DLqui occupe l’ensemble du rez-de-chaussée du musée.A partir du mouvement de la figuration libre, dont un ensemble important d’œuvres d’Hervé DiRosa, se déroule une histoire de la peinture française depuis les années 1980 : artistes reconnus,émergents, méconnus, singuliers, avec la plupart desquels les collectionneurs entretiennent unerelation personnelle.

 

La collection FB/DL accueille aussi les expressions extra-européennes, en particulier l’art africaincontemporain, et s’expose dans l’appartement des collectionneurs au milieu d’un environnementd’objets populaires.Entre mer et montagne, c’est un univers riche en couleurs qui témoigne du bonheur de vivre et de l’amour desautres.

 https://www.datapressepremium.com/rmdiff/2984/MIAM_Exposition_LIBRES_2.jpg

À l’étage du musée, on découvre la collection MB/JB :construite depuis une cinquantaine d’années,elle se structure d’une part autour de deux artistes de la seconde génération du surréalisme, FélixLabisse et Lucien Coutaud, et d’autre part d’un ensemble exceptionnel de figures de magiebrésilienne.Livres rares, objets insolites, meubles de théâtre et œuvres d’artistes contemporains complètentcette collection singulière, qui occupe totalement les espaces d’un grand appartement.

 

Entre Eroset Thanatos, la Collection MB/JB nous plonge dans une atmosphère étrange où la peinturefigurative, à la frontière du surréalisme, côtoie la magie noire.

 

Au-delà de leurs différences, ces deux collections ont en commun d’avoir été constituées à partir d’un courant artistique et de relations fortes avec certains artistes. La libertédes collectionneurs, dont les choix ouverts peuvent aller des œuvres aux objets, de l’art à l’artisanat,atteste d’une réelle convergence avec l’ADN du MIAM.

 

Commissariat : Françoise Adamsbaum et Norbert Duffort.

 

 Photos

© Pierre Schwartz

 

Plus d’informations sur le MIAM en suivant ce lien

Exposition "Christian Jaccard, une collection" à découvrir au musée Fabre du 16 décembre 2023 au 21 avril 2024

 
 

Du 16 décembre 2023 au 21 avril 2024, le musée Fabre présente sa nouvelle exposition temporaire dédiée à l’œuvre de l’artiste Christian Jaccard. Maître de la combustion et de la transmutation des matières, inventeur du "concept supranodal", cet artiste franco-suisse né en 1939, qui fut un proche des acteurs du mouvement Supports/Surfaces, n’a jamais cessé de détourner les pratiques picturales et sculpturales traditionnelles.

À travers un ensemble de près de 40 œuvres – sculptures, peintures, dessins et film –, l’exposition illustrera les différents moments de sa carrière et d’une œuvre prolifique jusqu’à aujourd’hui, au sein de 6 salles du parcours permanent du musée.

Elle s’inscrit dans la lignée des expositions « Au fil des collections » mettant à l’honneur les artistes contemporains, auteurs d’importantes donations au musée Fabre (Pierrette Bloch, André-Pierre Arnal et Stéphane Bordarier en 2021, Dominique Gauthier en 2022).

Qui est Christian Jaccard ?

Christian Jaccard s’est fait connaître pour l’usage du feu comme matériau premier de création, que ce soit au sein de ses toiles calcinées ou par des interventions in situ, ainsi que par la pratique du recouvrement d’objets sous une accumulation de nœuds, versant parallèle à une démarche centrée sur la question de l’énergie et de sa consomption.

Compagnon de route des artistes du mouvement Supports/Surfaces, mouvement dont le musée Fabre possède l’un des fonds de référence en France, Christian Jaccard a participé à l’exposition itinérante « Les Années Supports/Surfaces dans les collections du MNAM » en 1998 et en 2017 à la dernière exposition consacrée au mouvement « Supports/Surfaces : Les origines 1966-1970 », au Carré d’art de Nîmes. Tout comme les artistes du mouvement, Jaccard s’intéresse à la matérialité du support et étudie les composantes de la peinture, ainsi que son rapport à l’environnement. Il travaille actuellement entre Paris et Saint- Jean-du-Gard, à proximité de Montpellier.

Site internet du musée Fabre