"Désobéissantes" de NAZANIN POUYANDEH, à la Fondation GGL, Hôtel Richer de Belleval

 
 
 
 
 Désobéissantes
Nazanin Pouyandeh
 
Fondation GGL
Hôtel Richer de Belleval place de la Canourgue Montpellier
 
31 Mai - 09 Novembre 2024
 
 
Après Olympe Racana-Weiler et Marlène Mocquet, l’artiste contemporaine d’origine iranienne Nazanin Pouyandeh clôture le trio féminin de la Fondation GGL avec une exposition inédite intitulée « Désobéissantes ».

De par son héritage culturel et son imaginaire original, Nazanin Pouyandeh s’affirme comme une voix singulière et influente de la scène artistique française. En explorant les instincts premiers de l’humain, la peintre dévoile à travers ses toiles une humanité largement féminine, qui tient tête aux mystères du monde et s’affranchit du carcan des règles.

Inspirée par son histoire personnelle et sa lutte pour la liberté des femmes, son œuvre met en lumière les défis qu’elle-même a dû surmonter et ses aspirations pour un monde plus juste et égalitaire, où triomphent liberté de création et d’expression.
En résulte une œuvre érudite, dans laquelle dans une profusion jubilatoire, s’entremêlent éléments religieux et puisés au sein de rituels païens, figures mythologiques et appartenant à l’histoire de l’art.

Un foisonnement précisément mis en scène, au service d’une peinture figurative dite « réaliste » mais qui tire vers le rêve, l’énigme, le voyage, au gré des multiples références culturelles que la peintre recueille durant ses voyages, du Bénin jusqu’en Inde.

Chaque toile révèle un univers théâtral propre, dans lequel les femmes défient normes et attentes sociales, véritable narration picturale entre le présent l’artiste elle-même et de ses amies qu’elle choisit de représenter et le passé des toiles de l’histoire dont elle s’inspire.

Nazanin Pouyandeh, choisit de désobéir, à mille lieux des stéréotypes auxquels on pourrait ou voudrait raccrocher son art.
À travers son exposition intitulée « Désobéissantes », l’artiste montre, dans des scènes qui laissent libre cours à notre imaginaire, des héroïnes à la force indéniable, maîtresses de leur destinée. Des femmes au caractère affirmé, libres, courageuses et curieuses, qui aiment être observées et restent détachées de tout jugement.
 
La peinture transgressive de Nazanin Pouyandeh entre en résonnance avec le combat des Iraniennes qui luttent quotidiennement, avec grâce et fermeté, contre la dictature religieuse et la servitude de leur corps.
 

INFORMATIONS PRATIQUES
Hôtel Richer de Belleval,
place de la Canourgue - 34000 Montpellier
https://www.fondation-ggl.com/ - Instagram @fondation_ggl
 
Horaires :
du mardi au samedi de 14h00 à 18h00
Accès libre
 
Tarifs visites guidées :
Plein tarif : 8 euros
Tarifs réduits : 5 euros (étudiants, demandeurs d’emplois, -26 ans)
Gratuit : pour les enfants de 10 ans inclus
Durée 1h00 
Horaires 15h00 à 16h00 // de 16h00 à 17h00 et de 17h00 à 18h00
Réservation des visites uniquement sur le site internet de la Fondation
 
 
BIOGRAPHIE
Nazanin Pouyandeh
Peintre et dessinatrice, Nazanin Pouyandeh est née à Téhéran en 1981. Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, elle vit et travaille à Paris.
« Les toiles de Nazanin Pouyandeh sont des huis clos, ouverts. Des espaces libres, taillés pour l’éclosion du fantasme. Les images qui s’y meuvent, privent du verbe et se situent au-delà du signifiant. Il ne faut pas y chercher de sens, sinon celui du rêve»*
.
Le travail de Nazanin Pouyandeh a fait l’objet de nombreuses expositions monographiques et collectives en France et à l’étranger : Ex Africa au Musée du Quai Branly – Jacques Chirac (commissariat Philippe Dagen), Fondation Yves et Claudine Salomon, Suquet des artistes à Cannes, Centre d’art contemporain de Meymac, Centre d’art et de Culture à Cotonou au Bénin, Fondation Francès, au Städtisches Museum Engen à Engen en Allemagne ou au Frissiras Museum à Athènes.

*Léa Chauvel-Levy - photo@Ben Cabirol

Exposition "New Style, New Vibes : dans l'atelier de JonOne"

  • Du 05 juin 2024 au 13 octobre 2024 

Découvrez l'exposition exclusive de JonOne du 5 juin au 13 octobre 2024 au musée Parcelle 473.

Exposition "New Style, New Vibes : dans l'atelier de JonOne"

L’artiste revient à Montpellier avec Parcelle473 après son exposition au carré Sainte-Anne en 2015.

L’occasion de découvrir des œuvres exclusives créées par l’artiste en résidence. Un nouveau style, de nouvelles vibrations… venez découvrir ou redécouvrir cet artiste incontournable.

Site internet du musée

Exposition "Senteurs célestes. Arômes du passé" au site archéologique Lattara du 20 juin 2024 au 3 février 2025


 

En latin, en égyptien ou en grec anciens, il n’existe pas de mot pour désigner le parfum. Les termes employés, qui pouvaient être connotés aussi bien positivement que négativement, signifient plutôt odeur. À partir de la documentation archéologique et historique qui nous est parvenue, l’exposition présentera les substances aromatiques employées au cours de l’Antiquité en Égypte, en Grèce et en Étrurie.

Les aromates étaient alors autant utilisés en médecine qu’en parfumerie et des propriétés curatives, médicinales et rituelles leur étaient attribuées. Même si ces substances, principalement des onguents, étaient devenues nécessaires à l’hygiène de chacun, voire à la séduction, il n’en reste pas moins qu’elles ont d’abord été utilisées dans le cadre de pratiques cultuelles. C’est cette histoire olfactive de l’Antiquité méditerranéenne que le visiteur pourra ainsi découvrir à travers une centaine d’oeuvres et des dispositifs sensoriels innovants.

Une exposition produite en partenariat avec l’université Paul-Valéry Montpellier 3 et le LabEx ARCHIMEDE, avec la participation exceptionnelle du musée du Louvre.

Informations pratiques

Tarifs :

  • Plein tarif : 5 €
  • Tarif réduit : 3 €
  • Entrée gratuite pour les - de 18 ans
  • Entrée gratuite le premier dimanche de chaque mois.

Horaires d'ouverture :

  • Semaine : 10h-12h et 13h30-17h30
  • Samedis, dimanches et jours fériés : 14h-19h jusqu’au 31 octobre 2024 et 14h-18h du 1er novembre 2024 au 3 février 2025
  • Fermé le mardi, le 14 juillet, le 15 août, le 1er nov., le 25 déc. et le 1er janvier.

Accès :

  • Par l’autoroute A709, prendre la sortie 30 « Montpellier Sud » ou la sortie 31 « Montpellier Ouest », suivre la direction de « Lattes », puis la direction « Site archéologique Lattara »
  • Par le tramway Terminus de la ligne 3 « Lattes Centre »
  • Par les pistes cyclables entre Montpellier, Palavas et Pérols.

Exposition Guy de Montlaur, soldat et peintre, au château de Castries

Exposition Guy de Montlaur, soldat et peintre, au château de Castries
 
Vendredi 7 Juin 2024, 09:00 - Dimanche 30 Juin 2024, 19:00

 

Château de Castries

Montpellier Méditerranée Métropole a le plaisir de présenter l’exposition "Guy de Montlaur - Soldat et Peintre - Du Débarquement de Normandie à l’expressionnisme abstrait ", du 7 au 30 juin 2024. Elle regroupe des oeuvres de Guy de Montlaur (1918-1977) retraçant les violents combats auxquels il participa au sein du 1er BFMC (Bataillon de Fusiliers Marins Commandos, appelés parfois « Commandos Kieffer »), lors du débarquement allié de Normandie du 6 juin 1944.

Vernissage de l'exposition jeudi 6 juin à 18h en présence de la famille de Guy de Montlaur.

Avec l’exposition "Guy de Montlaur - Soldat et Peintre - Du Débarquement de Normandie à l’expressionnisme abstrait", Montpellier Méditerranée Métropole souhaite rendre hommage, dans le cadre des 80 ans de la Libération de Montpellier, à un héros de guerre et à un peintre emblématique de notre territoire. L’exposition présente une rétrospective du travail pictural de Guy de Montlaur.

L’œuvre de Guy de Montlaur se veut à la fois un témoignage d’une période historique et culturelle troublée du XXè siècle, et une immersion intime dans l’univers sensible et artistique du peintre. L'exposition nous emmène à la découverte du parcours personnel et artistique, trop peu mis en valeur jusqu’à présent, de Guy de Montlaur. Après une introduction générale et historique de l’œuvre de l’artiste, l’exposition explore les thématiques récurrentes dans les peintures de Guy de Montlaur : la littérature, la poésie, la religion et la guerre.

Biographie

Né en 1918, Guy de Montlaur se passionne très tôt pour la littérature et la philosophie, qu’il étudie ensuite à la Sorbonne. Fasciné également par la peinture, il se forme à l’Académie Julian à Paris, puis travaille avec le peintre Jean Souverbie. Marqué par un fort esprit combatif, Guy de Montlaur s’engage très vite - dès septembre 1944 - dans les combats de la Seconde Guerre mondiale, rejoint la France Libre à Londres en 1942 et demande à intégrer le 1er Bataillon de Fusiliers Marins Commandos connu sous le nom « Commando Kieffer » pour participer, le 6 juin 1944 au débarquement en Normandie. En novembre 1944, il libère avec les Commandos Kieffer, l’île de Walcheren, en Hollande, ouvrant ainsi aux alliés la voie vers Berlin.

Après la Libération, une fois démobilisé, Montlaur choisit de se consacrer entièrement à la peinture. Son art puise dans des sources très diverses : des maîtres classiques, dont Uccello, Delacroix et Ingres, mais également des cubistes de l’École de Paris, puis des peintres des Réalités Nouvelles, qu’il rencontre dans la capitale. Kandinsky, puis son mentor Gino Severini, deviennent ses références théoriques ; ainsi sa peinture, dans un premier temps cubiste, devient abstraite, géométrique et plane. Sous l’inspiration de ses poètes préférés, tels Baudelaire, Verlaine, Nerval et surtout Apollinaire, l’art de Montlaur évolue. Le peintre rompt les formes et les couleurs, ses tableaux prennent un aspect onirique, les sujets et les titres deviennent impénétrables. Son œuvre devenant toujours plus hermétique, Montlaur peint incessamment jusqu’à quelques jours avant sa mort, survenue en août 1977.

Informations pratiques

L’exposition "Guy de Montlaur - Soldat et Peintre - Du Débarquement de Normandie à l’expressionnisme abstrait " sera accessible gratuitement du mercredi au dimanche entre 14h et 18h. Exceptionnellement des visites guidées par George de Montlaur auront lieu les samedis 15 et 29 juin à 16h.

EN JUIN, AU MIAM, UNE NOUVELLE EXPOSITION : "BEAUBADUGLY, L'AUTRE HISTOIRE DE LA PEINTURE"

 

 

Au Musée International des Arts Modestes - Sète

Du 27 juin 2024 au 9 mars 2025

 

Avec : Giovanni Bragolin, André Brasilier, Bernard Buffet, RS Clemente, 

Lynette Cook, Leonor Fini, The Highwaymen, Margaret Keane, Thomas Kinkade, Robin Koni, Félix Labisse, JH Lynch, Charles Mc Phee, Louis Shabner, 

Stephen Pearson, Vera Pegrum, Bob Ross, Michel Thomas, Louis Toffoli,

 Vladimir Tretchikoff. 

 

Pierre Ardouvin, Josse Bailly, Hsia-Fei Chang, Nina Childress, Mathis Collins, 

Pablo Cots, Somaya Critchlow, John Currin , Gabriele Di Matteo, Bert Duponstoq, Cyril Duret, Richard Fauguet, Gérard Gasiorowski, Jef Geys, Piro Kao, 

Philippe Katerine, Pierre & Gilles, Ernest T, Ida Tursic et Wilfried Mille, Julia Wachtel, Janet Werner, Stéphane Zaech.

 
 

Le MIAM–Hervé Di Rosa poursuit son travail de défrichage des territoires de l’art trop souvent ignorés. 

 

Qui n’a pas regardé avec admiration ou tendresse l’image encadrée d’un enfant qui pleure, d’un Poulbot aux joues rouges ou d’un clown de Bernard Buffet ? Pour beaucoup, la peinture c’est ça. 
Qui sont ces peintres ayant eu un moment de gloire populaire avant de tomber dans l’oubli, ces artistes au succès jamais démenti, pourtant relégués dans l’ombre de l’histoire ?

 

BEAUBADUGLYL’autre histoire de la peinture montrera sans complexe les peintures originales de ces artistes à la marge de l’imaginaire et du goût commun, qui ont parfois vendu des reproductions de leurs œuvres par milliers en supermarché et dont les posters nous sont familiers. Pour beaucoup, ce sera une première exposition en France. Ce panorama de la peinture commerciale, médiatique et populaire, de Vladimir Tretchikoff à Bob Ross sera mis en scène par Hervé Di Rosa et Jean-Baptiste Carobolante et s’attardera sur les différentes trajectoires qu’a pris ce champ pictural au XXe siècle : de l’idéalisation du corps féminin au paysage touristique, en passant par la médiatisation des peintres et la naissance d’un nouveau public artistique populaire. À chaque fois, les peintures présentées seront autant une réminiscence pour le public qu’une découverte radicale.


Cette exposition est particulièrement importante pour Hervé Di Rosa, qui, en plus du commissariat global de l’exposition avec Jean-Baptiste Carobolante, a été à l’initiative de la publication de la première bourse de recherche du MIAM, financée en intégralité par la Fondation Antoine de Galbert et encadrée par l’INHA. Jean-Baptiste Carobolante, lauréat de cette bourse, a entrepris depuis 2021 une recherche sur la peinture marchande, dont BEAUBADUGLY – L’autre histoire de la peinture sera le premier événement, avant la publication à venir d’un ouvrage. 

 

Au premier étage du musée, Colette Barbier et Nina Childress — commissaires associées pour cette partie de l’exposition – nous offriront des réponses conceptuelles, ironiques, potaches, admiratives, décalées, d’artistes contemporains de générations et d’origines diverses. Les trois-cents « croûtes » peintes au couteau, du très conceptuel Gabriele Di Matteo, toutes pareilles mais toutes différentes, feront le lien entre le rez-de-chaussée et le premier étage, entre l’histoire et le présent. Tout particulièrement, l’exposition présentera de nombreuses variations autour de l’héritage de la figure parisienne du « Petit Poulbot ». Cette sélection d’ œuvres contemporaines permettra de montrer l’importance de la « peinture marchande » dans l’imaginaire artistique contemporain. Elle donnera à voir à quel point le monde marchand est devenu un champ de référence iconographique incontournable pour comprendre les racines de la création contemporaine.  

 

BEAUBADUGLY – L’autre histoire de la peinture sera accompagnée d’un catalogue et d’un ouvrage scientifique. Jean-Baptiste Carobolante a bénéficié, pour le projet de recherche englobant cette exposition, d’une bourse MIAM/INHA, financée par la Fondation Antoine  De Galbert. 

 

­
Télécharger ici 
les visuels 
Télécharger ici 
le dossier
­

Informations pratiques
Musée International des Arts Modestes
23 quai Maréchal de Lattre de Tassigny - 34200 Sète - France
Accueil : +33 (0)4 99 04 76 44
www.miam.org.

 

Heures d'ouvertures :

Ouvert tous les jours de 10h à 18h00, sauf le lundi 

Du 2 novembre au 31 mars : ouvert tous les jours sauf le lundi de 9h30 à 12h00 et de 14h à 18h00

Fermetures annuelles: 1er novembre, 25 décembre, 1er janvier et 1er mai

 

Tarifs : Adultes : 5,60 € - Etudiants, 10-18 ans : 2,60 €

Groupes de plus de 10 personnes : 3,60 € 

Moins de 10 ans, demandeurs d'emploi, groupes scolaires sétois, premier dimanche du mois : gratuit 

LA PETITE ÉPICERIE  (service pédagogique du MIAM) propose des ateliers de pratiques artistiques destinés à tous. Rens. inscriptions, tarifs : 04 99 04 76 46 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

­
Cliquez ici pour en savoir plus sur le MIAM
 

Au sein de l’espace Mécènes du Sud de Montpellier, du 23 mai au 14 septembre 2024 : AMIEX

Au sein de l’espace Mécènes du Sud de Montpellier, du 23mai au 14 septembre 2024 : AMIEX, conçue par la commissaire Andréanne Béguin.

 

Pour l’occasion, sont réunies des œuvres originales des artistes Morgane Baffier, Flo*Souad Benaddi & Luna Petit, Ninon Hivert, Konstantinos Kyriakopoulos & Frank Zitzmann, Céleste Moneger.

Vernissage de l’exposition le mercredi 22 mai prochain de 18h à 21h à l’espace Mécènes du Sud, 13 rue des Balances, Montpellier.

 

 

Aelis et Ysabeau. Ces deux prénoms féminins n’évoquent peut-être rien. L’histoire d’amitié qui les lie, racontée par un roman occitan du XIIIèmede Jean Renart, n’aura pas connu la même postérité que d’autres légendes médiévales qui, comme les chevaliers de la Table Ronde, glorifient des héros et leurs boys clubs.

La trame narrative qui suit les deux jeunes femmes est audacieuse et prometteuse. Elles deviennent amies quand le fiancé d’Aelis disparaît. Leur amitié est contractuelle et affective, et leur permet rapidement d’obtenir une autonomie économique : dans la société Montpelliéraine de l’époque elles imposent leur commerce de textile sur la base d’une alliance de savoirs typiquement féminins. Pourtant, leur histoire prend brutalement fin quand le fiancé d’Aelisré apparaît et que la logique matrimoniale conventionnelle l’emporte sur l’amitié atypique. Aelis et Ysabeau se font rattraper par le schéma hétéro-patriarcal, et ne peuvent aller au bout de leur affranchissement.

Bien au-delà de la littérature médiévale, la fiction écrite, filmée ou dessinée, ressort de la culture populaire et de nos imaginaires, a enfermé l’amitié dans des mécanismes genrés. Pour les femmes, elle est synonyme de relations toxiques, de commérage, de compétition, de danger ou d’antichambre du couple ... Au mieux, quand elle n’est pas ignorée ou reléguée dans des espaces domestiques tus. Pour les hommes, le choix est à faire entre la camaraderie potache des sphères de pouvoir ou l’ambiance viriliste de vestiaires sportifs.

Face à ces références défaillantes, comment construire des amitiés positives et solidaires ? Comment les réinventer pour affirmer leur force, non seulement émotionnelle, mais aussi politique ?

Avec la complicité de Morgane Baffier, Flo*Souad Benaddi & Luna Petit, Konstantinos Kyriakopoulos & Frank Zitzmann, Ninon Hivert et CélesteMoneger, AMIEX souhaite faire sortir l’amitié de son cadre patriarcal et hétéronormatif. Elle nous invite à « s’engager en amitié », pour reprendre le titre de l’essai de Camille Toffoli. Les œuvres se réapproprient les espaces dédiés, l’humour, le désir, la narration, les objets, les références, la parole, les vêtements qui traversent nos liens de proximité et d’amitié, pour les déplacer vers des horizons plus conscientisés et plus inclusifs.

AMIEX entend donner une nouvelle chute métaphorique au récit médiéval d’Aelis et Ysabeau, pour que celles-ci puissent aujourd’hui rester amies, s’émanciper du destin convenu du couple par l’amitié et nous inspirer des alliances amicales mixtes entre tous·tes·x, non pas secondaires, mais bien au centre de nos vies quotidiennes.

 

INFORMATIONS PRATIQUES

  • Horaires d’ouverture :
  • Du mercredi au vendredi (10h/12h-14h/19h) Le samedi (14h/19h)
  • Sauf jours fériés
  • Accès libre au public
  • Entrée gratuite

"Désobéissantes" de NAZANIN POUYANDEH, à la Fondation GGL, Hôtel Richer de Belleval

 
 
 
 
 Désobéissantes
Nazanin Pouyandeh
 
Fondation GGL
Hôtel Richer de Belleval place de la Canourgue Montpellier
 
31 Mai - 09 Novembre 2024
 
 
Après Olympe Racana-Weiler et Marlène Mocquet, l’artiste contemporaine d’origine iranienne Nazanin Pouyandeh clôture le trio féminin de la Fondation GGL avec une exposition inédite intitulée « Désobéissantes ».

De par son héritage culturel et son imaginaire original, Nazanin Pouyandeh s’affirme comme une voix singulière et influente de la scène artistique française. En explorant les instincts premiers de l’humain, la peintre dévoile à travers ses toiles une humanité largement féminine, qui tient tête aux mystères du monde et s’affranchit du carcan des règles.

Inspirée par son histoire personnelle et sa lutte pour la liberté des femmes, son œuvre met en lumière les défis qu’elle-même a dû surmonter et ses aspirations pour un monde plus juste et égalitaire, où triomphent liberté de création et d’expression.
En résulte une œuvre érudite, dans laquelle dans une profusion jubilatoire, s’entremêlent éléments religieux et puisés au sein de rituels païens, figures mythologiques et appartenant à l’histoire de l’art.

Un foisonnement précisément mis en scène, au service d’une peinture figurative dite « réaliste » mais qui tire vers le rêve, l’énigme, le voyage, au gré des multiples références culturelles que la peintre recueille durant ses voyages, du Bénin jusqu’en Inde.

Chaque toile révèle un univers théâtral propre, dans lequel les femmes défient normes et attentes sociales, véritable narration picturale entre le présent l’artiste elle-même et de ses amies qu’elle choisit de représenter et le passé des toiles de l’histoire dont elle s’inspire.

Nazanin Pouyandeh, choisit de désobéir, à mille lieux des stéréotypes auxquels on pourrait ou voudrait raccrocher son art.
À travers son exposition intitulée « Désobéissantes », l’artiste montre, dans des scènes qui laissent libre cours à notre imaginaire, des héroïnes à la force indéniable, maîtresses de leur destinée. Des femmes au caractère affirmé, libres, courageuses et curieuses, qui aiment être observées et restent détachées de tout jugement.
 
La peinture transgressive de Nazanin Pouyandeh entre en résonnance avec le combat des Iraniennes qui luttent quotidiennement, avec grâce et fermeté, contre la dictature religieuse et la servitude de leur corps.
 

INFORMATIONS PRATIQUES
Hôtel Richer de Belleval,
place de la Canourgue - 34000 Montpellier
https://www.fondation-ggl.com/ - Instagram @fondation_ggl
 
Horaires :
du mardi au samedi de 14h00 à 18h00
Accès libre
 
Tarifs visites guidées :
Plein tarif : 8 euros
Tarifs réduits : 5 euros (étudiants, demandeurs d’emplois, -26 ans)
Gratuit : pour les enfants de 10 ans inclus
Durée 1h00 
Horaires 15h00 à 16h00 // de 16h00 à 17h00 et de 17h00 à 18h00
Réservation des visites uniquement sur le site internet de la Fondation
 
 
BIOGRAPHIE
Nazanin Pouyandeh
Peintre et dessinatrice, Nazanin Pouyandeh est née à Téhéran en 1981. Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, elle vit et travaille à Paris.
« Les toiles de Nazanin Pouyandeh sont des huis clos, ouverts. Des espaces libres, taillés pour l’éclosion du fantasme. Les images qui s’y meuvent, privent du verbe et se situent au-delà du signifiant. Il ne faut pas y chercher de sens, sinon celui du rêve»*
.
Le travail de Nazanin Pouyandeh a fait l’objet de nombreuses expositions monographiques et collectives en France et à l’étranger : Ex Africa au Musée du Quai Branly – Jacques Chirac (commissariat Philippe Dagen), Fondation Yves et Claudine Salomon, Suquet des artistes à Cannes, Centre d’art contemporain de Meymac, Centre d’art et de Culture à Cotonou au Bénin, Fondation Francès, au Städtisches Museum Engen à Engen en Allemagne ou au Frissiras Museum à Athènes.

*Léa Chauvel-Levy - photo@Ben Cabirol

Nouvelle exposition d'art urbain: Lek & Sowat à Pierresvives


 

 

L'art urbain se vit en grand à Pierresvives ! Du 29 mars au 27 juillet 2024, le Département de l’Hérault célèbre l’art urbain avec sa nouvelle Grande exposition dédiée au célèbre duo français Lek & Sowat.

Lek & Sowat, célèbre duo d’art urbain français, investit la galerie d’exposition de Pierresvives et la prestigieuse architecture de Zaha Hadid.

Quand Frédéric Malek (alias Lek) rencontre Mathieu Kendrick (alias Sowat) en 2010, c’est une évidence : le binôme partage une même appétence pour l’exploration et le graffiti.

Lek développe un style nourri par ses années d’études d’architecture dont le lettrage, l’abstraction et le futurisme signent son travail. Influencé par le style Bauhaus, Lek fait naitre des œuvres d’une forme de chaos. Sowat, son cadet de sept ans, est un Franco-Américain originaire de Marseille qui explore le calligraffiti. Ses toiles sont autant de déclinaisons d'un nouvel alphabet formant des phrases qui se transmuent.

 

 

Travaillant en binôme depuis plus de dix ans, ils partagent un goût commun pour l’Urbex – ou exploration urbaine – discipline qui consiste à explorer la ville à la recherche de ruines modernes. Poussant les limites du graffiti traditionnel, leurs expérimentations in situ réunissent vidéos, abstractions architecturales, installations et archéologie créant ainsi une forme moderne de land art urbain.

Parallèlement à cela, ils multiplient les collaborations avec des artistes d’horizons aussi variés que le poète beat John Giorno, les stylistes Agnès b. et Jean Charles de Castelbajac, les pionniers du graffiti que sont Futura, Mode2 et JonOne ou encore Jacques Villeglé, précurseur du street art.

 

De l’Europe à l’Asie en passant par le Moyen-Orient, sillonnant des lieux abandonnés comme des musées. Chacune de leurs interventions a été immortalisée par des photographies ou des objets-souvenirs qui nourrissent aujourd’hui cette exposition résumant leur travail en 6 grandes étapes.

Enfin, à l’image de leurs actions sur la façade de l’Opéra de Lyon ou le Carreau du temple à Paris, les deux artistes exploitent l’architecture de Pierresvives pour mieux en souligner les lignes et les courbes. Une autre façon de regarder cet édifice hors norme.

 

 

Parce que notre priorité est de rendre l’art et la culture accessibles à toutes et tous, le Département de l’Hérault propose une fois encore, et gratuitement, une exposition exceptionnelle !

Kléber MESQUIDA
Président du Département de l’Hérault

 

 

 

VOUS PROGRAMMEZ UNE VISITE EN FAMILLE ?

→ Téléchargez le guide ludique pour les enfants !

 

EN PRATIQUE

→ Visite guidée de l’exposition
Les mercredis à 16h et les samedis à 11h et 16h
Inscription sur place et dans la limite des places disponibles
→ Visite contée : il était une fois
Les mercredis 3, 10 et 17 avril - 15 mai - 5 juin - 3, 10, 17 et 24 juillet à 11h
De 3 à 6 ans, sur inscription : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Le détective Walter Graff est à la recherche des lettres formant les noms de Lek et Sowat. Monsieur Gdo les a capturées et dispersées dans la galerie d’exposition. Viens lui en aide !
→ Atelier Légo
dès 8 ans les mardi et jeudi après-midi, gratuit.
→ Atelier Arty Mômes
de 6 à 10 ans, samedi 11 mai, gratuit.

 

En partenariat avec Radio Nova, Polka Galerie et NGE.
Tout public – Entrée libre et gratuite

Comment accéder au domaine départemental de Pierresvives :

Le Domaine Départemental Pierresvives est situé au 907 rue du Professeur Blayac à Montpellier, à la jonction des quartiers de La Paillade, Malbosc et Alco.

Transports

TRAMWAY

Tramway ligne 3 Arrêt Hôtel du département (puis bus N°19 Direction Pierre de Coubertin : arrêt Lycée Léonard de Vinci).
ou
Tramway ligne 1 Arrêt Halles de la Paillade (puis bus N°19 Direction Hôtel du département : arrêt Lycée Léonard de Vinci).

BUS

Bus n°19 Arrêt Lycée Léonard de Vinci.

VOITURE

Parking visiteurs gratuit à proximité.

Plus d’information sur : pierresvives.herault.fr

Toute l’actualité

Exposition des BriscARTS du 25 au 28 avril 2024 à l'espace Saint-Ravy

  • Du 25 avril 2024 au 28 avril 2024 

L’Espace Saint-Ravy est heureux d’accueillir à nouveau l’association les BriscARTS pour le 34e Parcours d’Ateliers d’Artistes de Montpellier et sa Métropole. 48 artistes membres y présentent une œuvre chacun lors de l’exposition collective sur le thème « ANIMAL » du 25 au 28 avril 2024 à l’Espace Saint-Ravy. Elle s’accompagne de l’ouverture de leurs ateliers durant le week-end de 11h à 19h.

Exposition des BriscARTS du 25 au 28 avril 2024 à l'espace Saint-Ravy

Vernissage vendredi 26 avril à 18h30 en présence des artistes.

Parcours d’ateliers d’artistes de Montpellier

Deux fois par an, au printemps puis en automne, les Parcours d’Ateliers d’Artistes sont un événement incontournable de la vie culturelle de Montpellier et de sa Métropole.

Pour ce 34e Parcours, 48 artistes accueilleront le public dans leurs ateliers à Villeneuve-lès-Maguelone, Lattes, Pérols, Sussargues et Montpellier.

Le public peut aussi acquérir les œuvres proposées.

« Animal », thème du 34e Parcours

Animal, on est mal ? Et pourtant notre part d'animal vibre et palpite encore en nous…
La chaleur des fourrures, la couleur des plumages, la puissance des muscles, l'acuité des regards, la volupté des sommeils, la tendresse des éveils, la douceur des caresses maternelles…
Ronronnements, feulements, mugissements, rugissements…
Animal, anima, âme.
La part de l’animal n’est-elle pas en nous la plus simple, la plus vraie ?
Quelles perversités se cachent dans la complexité de l’homme, sa sauvagerie barbare, son besoin de pouvoir, ses calculs malfaisants, ses stratégies guerrières et politiques…?
Est-ce son animalité qui le pousse à vouloir toujours tout dominer ?

Les BriscARTS

ATGER Cécile / BASSEDE Francine / BEUCHER Véronique / BOUBLI Carole / BOUCHACOURT Marc / CAJOU Linette / CARRAZ Daniel / CAZES Hélène / CAZILHAC Gisèle / CHARBONNIER Caroline / COUCHINHO Marie / CORTEY Colette / DÉBIT DE BEAU / DOYEN Christophe / DUPUY Delphine / FARABI Sadik / FLO / GABOLDE Véronique / GENOVESE Rossella / GIRARD Elisabeth / GÜLPAMUK / HAAS Isabelle / JEAN-JOSEPH Anne / KENZ Alexis / KLOD / LACAM Vincent / LADOUX Christiane / LECARPENTIER Isabelle / LE GALL Nathalie / LEMOINE Fabien / LIBERAJ CICOJ / LUIS 70 / MARGO GRAM / MALLOL BOLTON Carola / MARCO / MARIE-NOËL / MIA / O.VINGT / PATTERSEN / PEYTAVI Pierryl / RAHEM ANCEY / RIVERA Véronique / ROCHETTE Caroline / SEB.M / SEIGNEURET Sylvie / TIZIEN Corinne / TOQUEBIOL Jean-Claude / VALENZUELA Muriel

Informations pratiques

L’exposition à l’Espace Saint-Ravy ouvre ses portes du jeudi 25 au dimanche 28 avril 2024, de 11h à 19h (vernissage vendredi 26 avril à 18h30).

Les ateliers sont ouverts de 11h à 19h les samedi 27 et dimanche 28 avril 2024.

"Soleil brûlant" de la photographe Anaïs Boileau à l'espace Saint-Ravy du 4 au 26 mai 2024

  • Du 04 mai 2024 au 26 mai 2024 

L’Espace Saint-Ravy a le plaisir d’accueillir l’artiste photographe Anaïs Boileau pour l’exposition Soleil brûlant, en lien avec Festival des Boutographies du 4 au 26 mai 2024.

"Soleil brûlant" de la photographe Anaïs Boileau à l'espace Saint-Ravy du 4 au 26 mai 2024

L’Espace Saint-Ravy a le plaisir d’accueillir l’artiste photographe Anaïs Boileau pour l’exposition Soleil brûlant, en lien avec Festival des Boutographies du 6 au 26 mai 2024.

Son attrait pour la lumière singulière du Sud de la France et pour les cultures méditerranéennes s’y déploient au travers d’un projet photographique qui se joue de formes et de textures, mêlant vocabulaire de l’abstrait et du figuratif

Vernissage de l'exposition vendredi 3 mai à 18h.

Le point de départ des photographies présentées dans l’espace d’exposition prend acte durant la pandémie. Confinée dans la maison familiale située dans le sud de la France, Anaïs Boileau commence à utiliser l’espace qui l’entoure comme un laboratoire photographique, comme un espace de création. Elle se saisit des objets pour leurs potentiels formels et colorés, révélés par le soleil.

La photographe superpose alors différentes strates de matières et de textures qui appellent la peinture. Le résultat se joue des limites entre abstraction et figuration. Certains objets sont reconnaissables, d’autres échappent au regard tant ils sont noyés sous des fragments de tissus, de plantes … Certaines images, plus picturales, montrées et disséminées dans l’Espace Saint-Ravy sont la suite des expérimentations de l’artiste.

Tout en s’intéressant à la décomposition de la lumière, Anaïs Boileau ajoute du pastel et de la peinture à même les tirages, ou bien photographie directement des dessins qu’elle retravaille par la suite.

« J’étudie au travers de la photographie ce territoire solaire, de mer et de chaleur et toutes les évocations qu’il suscite. » Anaïs Boileau

Née à Nîmes et diplômée de l’école cantonale d’art de Lausanne en 2014, Anaïs Boileau est artiste photographe. Son œuvre explore les cultures méditerranéennes comme source d’inspiration. Elle vit dans le sud de la France où elle alterne entre commandes photographiques, pour des magazines notamment, et ses propres projets artistiques. Son travail est présenté dans diverses expositions collectives en France mais aussi à l’étranger.