Lorsque le clown vit les poèmes au fils du temps…

Edouard Laurès, chanteur, clown, poète et écrivain, a sorti son premier livre

Edouard Laurès est un poète.

Lorsqu’il se glisse dans la peau d’un clown, le poète fait rire. Lorsqu’il chante, le poète amène le bonheur. Lorsqu’il écrit, le poète se confronte avec lui-même et la réalité. Mais la poésie ne le quitte jamais.

Au moment où il écrit, Edouard Laurès partage ce que les autres n’osent pas s’avouer. Ses textes en prose ou en vers brisent la glace entre les gens et amènent aux lecteurs un message qui n’est plus à la mode : aimez-vous les uns les autres. Ils font sortir les deux personnages que nous avons tous à l’intérieur de nous : le côté ombrageux et le côté qui ne cherche qu’à sourire et à être heureux. « Je croise des personnes avec qui, après qu’ils ont lu mon livre, mon rapport change. Ils osent se livrer, la relation devient plus profonde. »

De petits textes jusqu’à deux pages, des poèmes, le tout entre le surréalisme et la réalité pure et dure… Edouard Laurès n’a-t-il jamais eu envie d’écrire un roman ? « Oui, j’en rêve. Ecrire un roman et tourner un film. Cela sera fait, un jour peut-être ». Mais pour le moment, il y a trop de sujets qui lui tiennent à cœur pour se concentrer sur un seul. « Je ressens une urgence très forte, au niveau de l’âme, de les mettre en mots. » Des sujets tirés de sa propre vie et de celle qu’il observe autour de lui. Mais parfois, il décrit aussi des situations qu’il n’a pas encore vécues. Lorsqu’il les couche sur le papier, il sait qu’elles ne tarderont pas à se réaliser.

« C’est comme si mon inconscient savait ce que je vais vivre. » La réalité rattrape le poète, bien que les conséquences ne correspondent pas toujours à l’écriture : « Je vis les situations décrites, mais souvent, elle finissent autrement… »

Le style de son écriture s’adapte automatiquement au sujet : « C’est l’idée qui dicte le style. » Ainsi s’explique la diversité que le lecteur découvre dans son livre. Parfois, l’auteur parle à la première personne, mais « si cela devient trop dur pour moi, j’utilise le pronom "il". » Certains thèmes s’expriment en prose, d’autres en poésie. Et encore d’autres demandent à être chantés.

Edouard Laurès est donc chanteur ? Ou écrivain ? Ou clown ? - Il montre ce petit sourire qui joue toujours autour de ses lèvres, souvent contredit par un regard mélancolique. « Un peu de tout, et tout en même temps. »

Il n’a que 20 ans lorsqu’il décide de devenir artiste : il entre à l’Ecole Nationale de cirque et de mime Sylvia Montfort à Paris où il développe ses talents de clown et d’acrobate classiques. Bientôt, il devient membre de l’équipe du Cirque Gruss où il travaille avec Pipo Junior, le fils du grand Pipo.

 Edouard Laurès chez Gruss

Mais le jeune artiste n’est pas homme à se reposer sur ses lauriers. Il s’engage dans la Frersmol compagnie où il participe au renouveau du clown. Il ne personnifie plus longtemps un simple personnage caricatural, mais son jeu est ancré dans l’actualité, ce qui plaît le plus à Edouard Laurès. Dans les années suivantes, le clown devient acteur, l’acteur devient musicien. Il est professeur d’improvisation, crée un Café-théâtre, explore le jazz et le Flamenco, s’essaie aux styles musicaux les plus divers et met en musique ses premiers textes. Pendant sept ans, il dirige l’Ecole de musique à Pézenas. La musique devient partie intégrante de ses spectacles.

Il y a une dizaine d’années, toutefois, Edouard Laurès prend une décision déterminante. Il choisit la musique et met fin à sa carrière de clown. Plus tard, il se fait capter par l’écriture.

« C’était le moment de devenir adulte. » Être adulte, pour l’artiste cela signifie de se confronter avec lui-même. Pendant que le clown a réussi à faire éclater de rire les petits et moins petits, il a facilement trouvé son propre sourire - un sourire apte à réparer les blessures de son enfance. « Le clown se guérit à travers le rire des enfants. »

Dans la réalité, loin du sourire éternel du clown, Edouard Laurès se sent parfois comme un caméléon. « Comme tant de gens, je porte deux personnes en moi ». L’une souffre de la colère, d’un feu intérieur, allumé par l’injustice et la détresse qu’elle voit autour d’elle. L’autre a toujours eu des rêves et des projets, et elle en aura toujours. Une dualité qui est la source de la poésie et de la musique.

Depuis l’édition récente de son livre, Edouard Laurés se consacre pleinement à la musique, notamment à la création de son premier album. « Encore deux, trois chansons à finir, et j’y suis. » Cet album parlera du bonheur et de l’essai permanent de rester présent, dans un équilibre qui s’appelle la vie. Musicalement, l’album témoignera de la diversité qui a toujours dirigé les projets du poète : chaque morceau sera accompagné par un autre musicien et son instrument.

Le poète, le chanteur, le clown - a-t-il un message à transmettre à son public ? - Il réfléchit et sourit doucement. Récemment, il a trouvé une phrase sur Facebook qui exprime une tristesse qu’il observe souvent : « Dans les couples, on est plus séparé par la vie que par la mort. » Edouard Laurès ne veut plus de cette séparation. Il déteste la mode de ne s’occuper que de son propre « bien-être » et d’oublier le bonheur du partage. « Le monde actuel crée des gens seuls. Chacun vit un peu dans sa caverne. »

Edouard Laurès, en revanche, croit au collectif. C’est de cette croyance que parlent son livre et ses chansons. « L’amour n’est pas un produit jetable. On est là pour s’aimer l’un l’autre. » C’est ici où s’arrête la quête du bonheur « intérieur » : « Bonheur, cela signifie rire, pleurer, chanter, vivre la vie ensemble. »

Edouard Laures, Poèmes au fil du temps. Informations : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Deux occasions de rencontrer Edouard Laurès et de vivre ses chansons en direct à Montpellier :

Le 20 novembre à 19 heures à la librairie Tapuscrits, 7 rue Raoux, Montpellier : Poèmes et chansons d’Edouard Laurès dans le cadre de la « Nuit des livres »

Le 29 novembre à 20 heures, Salle Guillaume de Nogaret, en première partie du spectacle « Bourougnan a un Grain » de Daniel Villanova

Doris Kneller, publié le 12 novembre 2019

Exposition éphémère d’Eliane Bardil à Montpellier

Le 31 octobre, la librairie Tapuscrits en collaboration avec les « Routes des Arts en Languedoc, en Europe et dans le monde » invite les amateurs d’art à une exposition pas comme les autres : Eliane Bardil présente ses œuvres en papier. Une matière « ordinaire » devient expression du beau, avec une touche de rêve et de l’invraisemblable.

L’univers du papier : lorsque le papier fait rêver

« Mon art , proclame l’artiste, est dédié à un chemin du cœur. C'est une histoire d'amour avec la matière. » Sous ses mains, le papier se transforme en tableau, en lampe ou en livre. Tout est fait main : de la fabrication du papier jusqu’à l’œuvre complète.

Sans avoir vu ses travaux, on dirait que la technique de l’artiste réunionnaise n’a rien de nouveau : pour ne pas parler de la Chine, pays traditionnel de l’art en papier, son histoire nous mène en Allemagne et en Suisse, où la découpe a longtemps été associée aux images religieuses et, à l’ère romantique, aux lettres d’amour.

Pour Eliane Bardil, en revanche, le papier n’est ni « tradition », ni symbole de l’amour ou de la religion. Pour elle, il est tout simplement un moyen de s’exprimer. Il reflète l’image de la vie humaine : « la vie gracieuse, fragile, forte, expressive, naturelle ». Elle aime la matière, son jeu d’ombre et de lumière. Elle dit de son œuvre qu’elle mettait en lumière le don de l’ombre - ce « don qui nous permet de nous voir ».

La nature représente le premier souvenir de l’artiste. A l’époque, elle était son école, aujourd’hui, elle est sa source d’inspiration. « Le papier, c’est comme la nature ».
Lorsqu’elle le touche, le fabrique, le plie et le découpe, elle a le sentiment de revivre une partie de son enfance. Chaque étape de la création de ses œuvres lui inspire le respect de la nature. Le papier est comme un élément de connexion entre l’âme de l’artiste, la nature et l’esprit de l’amateur de ses œuvres.

Bien que, pour Eliane Bardil, travailler le papier n’ait rien de « traditionnel », son premier contact avec sa matière a eu lieu dans le berceau même de la technique, où elle a suivi des études de médecine chinoise - un métier qu’elle a exercé pendant dix ans avant de se consacrer à l’art-thérapie. Aujourd’hui, elle unit les deux arts qui lui tiennent le plus au cœur : l’art de guérir l’âme et le corps et l’art de transformer une page blanche dans une œuvre fragile, souple, douce, avec des possibilités sans fin.

Les expositions éphémères des « Routes des Arts en Languedoc, en Europe et dans le monde » représentent des soirées intenses où toute frontière entre le créateur et l’amateur d’art s’efface. L’artiste, toujours présent, parle de ses œuvres, répond à toutes les questions sur le monde de l’art et de son travail et donne au public ce « petit mot clé » qui, parfois, lui manque pour se reconnaître dans l’univers artistique.

Exposition éphémère des œuvres en papier, Jeudi 31 octobre à 19 heures
Librairie Tapuscrits, 7 rue Raoux, au sud du quartier Clémenceau  à Montpellier.

Doris Kneller, publié le 23 octobre 2019 

Exposition de Gérard Calvet jusqu'au 1er décembre

Sur l'esplanade Charles de Gaulle, du 18 septembre au 1er décembre 2019, laissez-vous émerveiller par l'exposition "Une vie de peinture, 1947-2017" de Gérard Calvet à l'Espace Dominique Bagouet !

Une explosion de couleurs basées sur un dessin rigoureux et résolument figuratif. Rencontré souvent sur le cours Gambetta, Gérard Calvet, membre actif du fameux groupe Montpellier-Sète, ne cessait de marteler que la couleur,  le dessin, la composition du tableau donnaient tout son sens à l'œuvre d'art, n'en déplaise à ses homologues de l'art abstrait !

Gérard Calvet (Cornilhac-Corbières dans l'Aude 1926 - Montpellier 2017)

Disciple de François Desnoyer, il avait rejoint le groupe Montpellier - Sète dès 1952. Peintre on ne peut plus méditerranéen, il fut professeur de dessin au Lycée Paul Valéry à Sète. De l'étang de l'Arnel à Villeneuve-lès-Maguelone, l'étang de Thau, Sète au port du Grau-du-Roi, l'exposition s'offre comme une promenade sur le littoral méditerranéen courtisé par des portraits et des nus féminins très sensuels.

lumière sétoise, 1992, huile sur toile -195 x 130 cm, collection privée Gérard Calvet ©LMenu

Une rétrospective de l'œuvre de l'artiste passionné par la lumière du Grand Sud et ses vives tonalités.


Laissons témoigner son grand ami sculpteur Gaston Arnal, professeur de dessin à Sète et au lycée Clémenceau de Montpellier, de retour d'une visite à l'espace Dominique Bagouet dédié aux artistes locaux du 20e et du 21e siècles.

"L'impression première est que l'on est étonné qu'une salle d'expo municipale renoue avec l'ART, on nous a donné l'habitude que c'était pour autre chose. Alors MERCI.
IL est vrai que Calvet est quand même un sujet de choix. Ce qui est exposé le reflète assez bien.
Ses portraits, ses paysages, ses natures-mortes et surtout LA FEMME dans toute sa diversité, sa beauté et sa sensualité. 
Et c'est elle le modèle essentiel qui dirige d'ailleurs le caractère de toute sa peinture. Notamment, c'est la touche du pinceau donnée à la couleur qui reflète la vitalité de tous ses sujets, que ce soit un arbre, des façades de maisons, un champ, un pot, une bouteille en verre, et surtout le corps somptueux de la femme.
On est attiré immédiatement par l'éclatement de couleurs ; et si l'on regarde bien, rares sont celles qui se trouvent dans la nature, il y a donc extrapolation. Jamais sur un visage, on trouve un vert aussi violent ; or cette violence, qui est voulue, réfléchie, s'accorde cependant avec l'ensemble du tableau, en raison du même traitement. C'est un défi... bien souvent réussi.
Bravo Calvet, merci de nous faire découvrir tant de beautés.

Esplanade Charles De Gaulle
34000 Montpellier

Entrée et visite libres du mardi au dimanche de  10h à 13h et de 14h à 18h

& visites guidées tous les mercredis à 16h, sur réservation.
Tél : 04 67 63 42 78.

Conter contre la misère dans le monde

Une contribution pas comme les autres à la Journée Mondiale du Refus de la Misère célébrée chaque 17 octobre et organisée par ATD Quart Monde Montpellier, a été apportée par Jean Marc Talamoni, le conteur corse, et deux des stagiaires de l’atelier du conte qu’il anime depuis trois ans chez Créer, la maison des chômeurs à Montpellier.

Jean Marc Talamoni, un troubadour engagé

Pour sensibiliser le public à la souffrance d’innombrables enfants en France et dans le monde, le conteur et ses stagiaires ont donné un spectacle de contes sur la Plan Cabanes.

Leur objectif, montrer que les enfants ont un message à porter aux militaires, aux financiers et aux pollueurs de cette planète - « rappelez-vous que vous aussi avez été des enfants ! »

Ainsi, Anne-Marie, se mettant dans la peau d’un enfant de Libye, a évoqué l’image des familles dont la vie est détruite par une guerre qui ne les concerne pas. Les enfants demandent aux politiciens du monde de suivre leur exemple : de s’aimer et de faire la paix.

Malika parle d’un enfant dont la famille a tout perdu dans un typhon en Asie. Il s’en prend au destin : si la génération de ses parents avait eu quelques pensées pour notre planète, les enfants ne souffriraient peut-être moins de catastrophes dites naturelles sur une terre rendue malade par les adultes.

Jean-Marc Talamoni a dirigé le regard du public sur la souffrance que nous rencontrons tous les jours devant nos portes : le mépris de la société partout en Europe envers un enfant dont les parents ne sont pas tous les deux nés dans le pays dans lequel ils vivent : les peines d’un enfant étranger dans son propre pays.

L’atelier du conte organisé et animé par Jean-Marc Talamoni chez Créer, la Maison des Chômeurs à Montpellier, a pour but de développer l’imaginaire des personnes qui ont du mal à s’imposer dans une société de rendement et de compétition. Le développement de l’imaginaire les amène à un autre regard envers eux-mêmes et leurs capacités et les aide à se comporter librement dans toutes les situations de la vie quotidienne.

Pour découvrir le site de Jean Marc Talamoni

Doris Kneller, publié le 18 octobre 2019

15ème semaine de la Peinture européenne dans l'Hérault

La Maison de l'Europe de Montpellier organise la 15e Semaine de la peinture européenne en Occitanie la semaine du 14 au 18 octobre à Montpellier, et la semaine suivante, du 21 au 25 octobre, à Sète.

Vous pouvez venir voir les œuvres des participants sélectionnés cette année, 12 artistes européens venants de pays différents, et participez aussi au vote du public. Un événement gratuit.

Montpellier du 14 au 18 octobre 2019

 Sète du 21 au 25 octobre 2019

Le vernissage aura lieu à la Maison des Relations Internationales de Montpellier, le mardi 15 octobre à 18h45, 14 Descente en Barrat, face au Corum sur l'esplanade.

12 artistes européens sélectionnés pour l’événement, originaires de Pologne, Belgique, Italie, Espagne, Portugal, Islande, Russie, Angleterre, Allemagne, Roumanie et France nous offrent la possibilité de saisir les différentes approches et sensibilités culturelles venant de tous les points cardinaux en y ajoutant l’influence de la région, car tous les artistes vivent, travaillent et s’inspirent également en Occitanie.
 
Et c’est l’artiste Sétois, Guy VIVAREZ-TADEO, qui a été choisi pour représenter cette année la ville de Sète et la France.
Invitée d’honneur, Prisca BERSINI, Italie – Faveur du public en 2018.

Découvrez et initiez-vous à l'occitan

Récemment, l'association "Lo Pelhòt" de Gigean a invité "Cournon Terra d'Oc" association de Cournonterral et "d'Aici d'Alaï", association intercommunale de l'ouest Montpelliérain, à un concert de Christian Almerge que l'on surnomme également, le rockeur occitan.

parla69321634_913383899020647_5410030442009067520_o

Il fut apprécié l'accueil de "Lo Chevalet" de Cournonterral avec la danse du Chevalet et les musiques traditionnelles, sans aucun chauvinisme de la part de Cournon Terra d'Oc !

Le concert de Christian Almerge a régalé le public pendant près de deux heures et le repas partagé qui suivi fut très convivial.
C'est la seconde rencontre des élèves des cours d'occitan de ces trois associations.

Si vous souhaitez vous initier à l'occitan, les cours sont dispensés entre autre à Cournonterral par un professeur diplômé, les jeudis soirs de 18h30 à 19h30, les cours reprennent ce jeudi 3 octobre 2019.

- 2 cours découvertes offert - Plus d'infos : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

parlabricaAffiche en occitan

Exposition "La vie au village" du photographe Marcel Quéralt

En septembre, "les amis de la chapelle" font leur rentrée à la Chapelle des Pénitents de Cournonterral, le temps d'un week-end les 28 et 29 septembre.

Depuis des années, Marcel Quéralt passionné de traditions locales a la générosité de partager gracieusement les instants magiques de moments festifs, magiques de nos traditions pailhasses, échelle, corso, tambourin, chevalet, tribus lupis...
Il n'en manque pas à Cournonterral !
Quel est celui d'entre nous qui ne sait pas vu photographié par cet œil amateur mais averti ?
Ce regard mérite bien le nôtre et le vôtre.
Qui sait au détour de votre visite vous vous reconnaîtrez?

  • Samedi 28 septembre

10h : Inauguration et ouverture au public
Danse du Chevalet - Place Viala
18h : Spectacle folklorique avec La Garriga Lengadociana accompagnée des musiciens du Chevalet - Place Viala
19h : Apéritif Chapelle des Pénitents 

  • Dimanche 29 septembre

11h / 12h30 : animation musicale de la rue de la Chapelle par la classe d'instruments du Chevalet
17h : Concert de chants Occitans avec la Chorale de St Guilhem le Désert sous la direction de Marie et Philippe Carcasses.

Toutes les photographies de Marcel Quéralt sont proposées à la vente.

HERAULT CULTURE – CHAPITEAUX DU LIVRE

Save the date ! Du 27 aux 29 septembre c’est le rendez-vous des « Chapiteaux du Livre » à Béziers Du vendredi 27 au dimanche 29 septembre 2019, prolongez l’été dans le parc de la Scène de Bayssan.

Le Département de l’Hérault fêtera le livre et la lecture avec la 12ème édition des "Chapiteaux du Livre" à Béziers. Le programme sera particulièrement riche cette année avec pas moins de 50 auteurs dont un prix Goncourt et éditeurs, et 2 librairies.

CHAPITimage002-2

Le rendez-vous des auteurs Cette année encore, la riche programmation des Chapiteaux du Livre vous réserve quelques moments d’exception :

Le vendredi 27 septembre, à 19h, Lydie Salvayre, Prix Goncourt 2014, ouvre cette 12e édition et évoque son dernier roman, Marcher jusqu’au soir (Stock).

Le samedi 28 septembre, se succèderont les écrivains Didier Daeninckx (16h), Pia Petersen (17h15) et le philosophe et sociologue Edgar Morin (18h30).

Enfin, le dimanche 29 septembre, ce sera au tour d’Ali Zamir (15h30) et Dominique Sigaud (16h30) d’enchanter le public de la Chapelle Saint-Félix avant que le physicien Étienne Klein ne vienne clore ces belles journées de littérature. Un weekend dédié à la jeunesse ! Trois jours pour profiter d’ateliers participatifs, spectacles, expositions, projections … plus d’une quinzaine d’animations gratuites (certaines sur inscription) seront proposés aux familles les 28 et 29 septembre.

Elles pourront par exemple découvrir les métiers du livre, s’essayer à la gravure, s’immerger dans des univers poétiques et bien sûr lire. Dans la tente aux histoires ou encore lors d’une sieste contée. Le programme complet est accessible sur : http://pierresvives.herault.fr/evenement/les‐chapiteaux‐du‐livre‐2019 et sur la page Facebook de la Médiathèque Pierres Vives.

Michel Ange et le Saint-Christ d'Agde : "le" livre


MICHEL-ANGE SA SIGNATURE ET LE SAINT-CHRIST D’AGDE est l’œuvre d'une vie, celle de Jules Cruells Capèce Minutolo, un autodidacte passionné, au travail reconnu par l’un des plus grands (sinon le plus grand) experts de Michel-Ange, le professeur William E. Wallace.

De l’Université Washington de Saint-Louis (USA). Engageant sa crédibilité, il n'a pas hésiter de préfacer le livre.


Jules Cruells Capèce Minutolo

Attribuer à un auteur une œuvre d’art demeurée anonyme n’est pas chose facile. Les erreurs du passé et les récentes polémiques expliquent que les experts en art font preuve de prudence avant de se prononcer sur l’attribution d’une œuvre historique non signée.

Jules Cruells Capèce Minutolo a consacré plusieurs dizaines d’années à la recherche de l’auteur du Saint-Christ d’Agde, statue de bois du XVIème siècle. Au fil des années, il a accumulé les arguments en faveur de l’attribution de cette œuvre à Michel-Ange et il a aussi découvert la signature du grand artiste de la Renaissance sur ses statues reconnues et également sur le Saint-Christ d’Agde.
Le professeur William Wallace, un des plus grands spécialistes de Michel-Ange, l’a encouragé à publier le résultat de ses recherches. Animé par son amour pour cette sculpture qu’il côtoie depuis l’enfance, par sa volonté de transmission héritée de son métier d’enseignant et par son intime conviction, Jules Cruells Capèce Minutolo nous livre ici un faisceau d’indices et nous invite à le suivre dans une épopée artistique et historique qui se lit comme une enquête policière.

» Téléchargez ici le bulletin de souscription pour le livre exceptionnel.

« Des livres et des hommes : naissance de la bibliothèque de l’École de médecine »

En 2020, la Faculté de médecine fête ses 800 ans. Pour débuter les célébrations de cet évènement, l’Université de Montpellier dévoile au public les ouvrages les plus précieux de la bibliothèque historique de médecine lors d’une exposition exceptionnelle intitulée : « Des livres et des hommes : naissance de la bibliothèque de l’École de médecine de Montpellier ».

Le vernissage se déroulera vendredi 20 septembre 2019 à 18h dans l’atrium du bâtiment historique de la Faculté de médecine.

 

Une longue tradition humaniste

De Henri Haguenot au collectionneur Xavier Atger en passant par Chaptal, Prunelle ou Barthez, la richesse de la bibliothèque de médecine de Montpellier est aussi celle des grands humanistes qui l’ont constituée à partir de la seconde moitié du 18e siècle. Dons personnels, legs, achats ou confiscations révolutionnaires, cette collection encyclopédique témoigne d’une volonté marquée de mettre à disposition des médecins, des étudiants mais aussi du grand public, « les meilleurs ouvrages écrits sur chaque matière » (Prunelle).

Un fonds patrimonial exceptionnel Manuscrits médiévaux et modernes, incunables, livres, revues, thèses… Cette exposition est l’occasion de découvrir les pièces rares et d’une grande diversité contenues dans ces collections : le Chansonnier de Montpellier, le Psaultier de Charlemagne, le Traité du vin d’Arnaud de Villeneuve, des œuvres d’Hippocrate et Galien, et les Liliacées de Redouté…

Autant de trésors que le public pourra découvrir. Un rappel indispensable d’une vision humaniste et encyclopédique du savoir dont ces œuvres sont encore aujourd’hui les magnifiques témoins.

« Des livres et des hommes : naissance de la bibliothèque de l’École de médecine », du 21 septembre au 9 novembre. Bâtiment historique de la Faculté de médecine, 2 rue de l’école de médecine

Du mardi au samedi de 13h à 17h30.

Très beau départ pour la 277ème Saint Louis

"Chacun le sait : Sète est née un 29 juillet 1666, sous les auspices festifs des joutes languedociennes. Mais les hautbois et les tambours ne vont résonner que bien des années plus tard pour célébrer la Saint-Louis. Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, ces célébrations se réduisent à une modeste fête en l’honneur de Louis XIV. Elles seront interrompues par la Révolution avant de reprendre en 1806."

Mais sur l'Ile Singulière c’est en fait le maire de Sète, Emile Doumet, qui prend l’initiative en 1853 de donner un peu de lustre à cette fête locale, pour répondre à la création de la ligne de chemin de fer Cette-Toulouse, et à l’afflux d’ "étrangers" qui viennent assister au tournoi de joutes du dimanche.

Mais c’est au début du XXème siècle que la fête prend toute son ampleur et s’enrichit de corsos nautiques, de concerts, de courses cyclistes et des premières traversées de Cette à la nage, tandis que se déroulent, devant des milliers de spectateurs, des combats de joutes homériques sur le Canal Royal."

 A 17 h, ce jeudi 22 août, François Commeinhes avait l'honneur d'ouvrir au son des coups de canon traditionnels, plus puissants que jamais, devant une nombreuse foule et sous un soleil radieux, en présence de tous les représentants des quartiers de Sète,  la 27èème Saint Louis de la ville accompagné par la famille de  Fidji Simo celle-ci n'ayant pu se libérer pour l'événement, et entouré par de nombreux élus de la ville et du Bassin de Thau ainsi que par de très nombreux représentants du monde des Joutes dont les Présidents des Sociétés sétoises.

fidjiP1260554

"Sète est une ville singulière qui se fait remarquer et qui est souvent plébiscitée", rappelait le-Maire devant un public très nombreux rassemblé devant la Mairie

Il ajoutait : "son âme précieusement préservée, son tempérament fier et bien trempé, et pourtant, singulièrement, cette capacité d’ouverture d’esprit et d’accueil. Ainsi notre chère Saint-Louis, évènement intangible mais sans cesse enrichi, rendez-vous incontournable annuel des Sétoises et Sétois, et de bien d’autres, qui célèbrent dans une même ferveur notre ville et ses traditions. Les Chevaliers de la tintaine vont être mis à l'honneur encore une fois dans toutes les catégories pour une très belle fête de la Ville, des plus petits dans une heure aux PoidsLourds, lundi, une fête qui se veut aussi un moment de rencontres et de ferveur pour le plaisir des Sétois et des visiteurs"

"Cette année, pour cette 277ème édition, si Sète s'est déjà dévoilé pour ses valeurs culturelles, patrimoniales, artistiques... l'Ile singulière va mettre en avant une de ses familles qui caractérise bien la volonté de Sète de travailler et de faire des efforts pour aller plus loin en regardant le futur."

François Commeinhes tenait à préciser qu'il aimait la ville de Sète, appréciait cette fête de la Saint Louis qui sait réunir les Sétois de tous les âges en accueillant les visiteurs du Bassin de Thau et touristes, et particulièrement ce premier jour toujours très convivial. 

 "Une fête locale hors normes, tous unis autour de nos vaillants chevaliers de la Tintaine, qui illustre en 6 jours toute cette différence qui fait la renommée de Sète aujourd’hui. 

La Sétoise Fidji Simo, directrice de Facebook, et sa famille, les Morello, sont les invités d’honneur de la 277e édition de la Saint-Louis. Une famille représentative de l’identité sétoise, faite d’enracinement à l’île singulière, à ses traditions,  à un regard sans cesse tourné vers l’avenir.

 Une famille sétoise invitée d’honneur, parmi d'autres, qui comme Fidji travaille beaucoup et reste vaillante.

fidjiP1260562

Et Fidgi Simo “C’est une travailleuse, elle ne cesse jamais d’apprendre” ajoute sa marraine Thérèse, infographiste à la mairie et peintre officielle des pavois de la Saint-Louis.

Avant d’être exceptionnel, le parcours de Fidji se résume donc au mérite. Tout comme celui de son grand-père. "Les valeurs de mon grand-père - travail, ambition, famille et honnêteté - ont grandement inspiré mon parcours. Lorsque je lui disais que j'avais eu un 20/20 à l'école, il me disait avec son grand rire : c'est très bien ma chérie, je suis très fier de toi... et maintenant réfléchis pour savoir comment avoir 21 la prochaine fois". Encore aujourd’hui, sa vie professionnelle est un challenge permanent.

C’est elle qui est à l’origine du “Facebook live” dont elle doit s’assurer qu’il est utilisé à bon escient à travers le monde. Avec de telles responsabilités, on pourrait la croire au-dessus du lot mais ce serait mal connaître la Sétoise. “Il ne faut pas imaginer Fidji installée dans son bureau de numéro 1, elle travaille tout le temps au contact de ses équipes” confient ses parents Jacques et Tchétine.

Humble et sérieuse dans son travail, Fidji est aussi décrite comme “souriante, joviale par nature et curieuse de tout” par ses proches. Née dans une ville qui baigne dans l’art, elle s’est trouvée une vocation artistique à travers la peinture, la sculpture ou encore le modélisme. Dès l’enfance, elle avait développé cette fibre artistique. A une époque où son grand-père disait d’elle qu’on la verrait un jour à la télévision. Il ne s’était pas trompé.

François Commeinhes revenait ensuite sur la très belle affiche réalisée pour illustrer cette Saint Louis, par , affiche qu'il aura l'honneurs, ce lundi, avant de conclure :" Je tiens au moment de l'ouverture de cette Saint Louis à ce que nous nous souvenions d'une part d'Agnès Varda, qui avait été notre invité, disparue le 29 mars 2019. Elle reste dans notre coeur tout comme Louis Molle, disparu il y a un an.Le célèbre barreur de la barque bleue avait pris sa retraite et en août 2018, Plus de 1000 Sétois et amis l'avaient accompagné pour un dernier voyage au Sacré coeur de Sète puis au cimetière Le Py, sa dernière demeure.

François Commeinhes ouvrait cette Saint Louis avec beaucoup d'émotion...

 Bombes, penas et pluie de confetti ont salué cette belle introduction Il n'a alors fallu que quelques minutes pour que François Commeinhes ne rejoigne la foule, sous ses applaudissements, entre deux haies de jouteurs et jouteuses, et accompagné par la famille de Fidji et les invités, par des représentants institutionnels ainsi que par les Présidents des sociétés de joutes, Miss Sète étant elle aussi de la partie.

Applaudis,  tous étaient très honorés de pouvoir participer aux côtés de François Commeinhes à cette nouvelle Saint Louis.

 La fête pouvait débuter sous un soleil qui devrait rester fidèle à la ville jusqu'à mardi.

fidjiP1260578

La Pena Bella Ciao se chargeait de l'ambiance musicale et la Compagnie Transe Express Opéra urbain en Déambulation. Trois poupées géantes
aux voix cristallines et une clique de Tambours rutilants envoûtaient petits et grands, une troupe  et leurs musiciens juste après l’ouverture officielle des fêtes de la Saint-Louis 2019, se livraient à des performances artistiques époustouflantes aux rythmes endiablés de Capoeira et de Batucada.

  Le spectacle était bien là pour que débute le rêve et la magie de la Saint Louis.

fidjiP1260613

Mais déjà les petits jouteurs avaient pris la direction du Cadre Royal en musique et accueillis par les applaudissements du public qui prenait place dans les tribunes pour ce premier tournoi sur chariots qui se voulait d'abord bien sympathique. De très belles passes  avec des petits jouteurs qui avaient pris du plaisir à participer devant leurs aînés et un public bien nombreux.

résultats du tournoi sur chariots de la Saint-Louis 2019 qui s’est déroulé le jeudi 22 août 2019 à Sète :

1 ère année :
Vainqueur : Jules Buonomo
2 ème prix : Roméo Bonijoly
3 ème prix : Harry d’Elia
4 ème prix : Gennaro Joubert
Prix de prestance : Ruben D’Elia

2 ème année :
Vainqueur : Lenny Lacan
2 ème prix : Fabio Gras
3 ème prix : Taylor Liguori
4 ème prix : Lorik Rega
Prix de prestance : Andy Chazal

3 ème année :
Vainqueurs : Estéban Rojas
2 ème prix : Kélian Joubert
3 ème prix : Evan Tourrette
4 ème prix : Léo Quidelleur-Camélio
Prix de prestance : Flavio Reyes

fidjiP1260640

Et en soirée place au tournoi de la Presse et des personnalités surtout sportives avec  féminines et  hommes, un tournoi auquel participaient certains néophytes mais aussi des habitués toujours aussi téméraires toujours devant plusieurs milliers de spectateurs assez indulgents comme le jury...

 fidjiP1260662

L'on peut saluer leur courage car jouter demande beaucoup de maîtrise et un certain dépassement de soi, surtout pour les débutants... 

C'est qui remportait le tournoi féminin.

fodfjdjiP1260671

Mais pour d'autres, la fête  se poursuivait sur les quais ou sur la place Léon Blum et même autour de bars avec  des orchestres et des DJ, comme au bar du "Pub".

Mais pour ceux qui préféraient les spectacles sonores il y avait eu le choix avec le Concert “EndLess Soul” Artistes sétois et au Théâtre de la Mer  DAB ROZER Rappeur sétois, de son vrai nom Nicolas Ruiz, puis CORINE  la flamboyante diva disco glam et disco-charme, qui bouscule les codes avec sa musique lascive et irrésistiblement groovy.  Une énergie nouvelle dans l’espace de la musique électronique...  

 Ce vendredi 23 juin 2019 :

Une belle journée pour ce vendredi qui aura comme points d'orgue,  le tournoi des "Jeunes jouteurs" l'après-midi et l'atelier de la tielle le matin, ainsi que la signature de l'affiche de la Saint Louis 2018 le matin, avec à partir de 14h30 dans le Cadre Royal le Tournoi des jeunes jouteurs.

Vendredi 23 août : Spectacle féérique des Plasticiens-Volants

Dès 21h30, un spectacle haut en couleur viendra éblouir le public, intitulé « Joutes dans le ciel Sétois ». Une imprudente bestiole volante réveille un serpent géant endormi. Il va s’ensuivre alors une course-poursuite au rythme d’une musique endiablée. Des personnages massifs déambuleront dans le ciel. Cette création originale de la Compagnie « les plasticiens volants » promet un spectacle unique autour du Cadre Royal avec en guise de clôture, un final pyrotechnique.

PLACC2CapturePLACC3Capture

A ne manquer sous aucun prétexte. 

VACANCES en Méditerranée. La mer en Occitanie

Aigues-Mortes en Camargue 

220 km de côtes préservées, de la Camargue gardoise à la côte vermeille : c’est ça la mer en Occitanie.
Avec un taux record de plages et de ports Pavillons Bleus, du grand soleil et une mer à 24°C l’été. Baignade, sports nautiques, thalassothérapie, balades naturalistes, culturelles ou gastronomiques : c’est le cocktail de votre été en Occitanie, entre villages de pêcheurs, ports de plaisance et stations balnéaires.
De plus, détendez-vous en thalasso à Banyuls-sur-MerLa Grande-MottePort-CamargueSaint-CyprienCanet-en-Roussillon. Retrouvez la forme à Balaruc-les-Bains, 1ère station thermale de France.
Côté stations balnéaires, parmi nos 28 stations balnéaires, faites votre choix. Vous avez les capitales européennes du camping ou du naturisme (Argelès-sur-Mer, Le Cap d’Agde) ; les familiales (Collioure, Saint-Pierre-la-Mer, Vias, Carnon, Palavas-les-Flots) ; les sportives (Leucate, Frontignan) ; les branchées (Canet-en-Roussillon) Vous avez aussi le côté nature (La Palme, Vic-la-Gardiole), rétro (Banyuls-sur-Mer, Valras) et moderne (La Grande Motte, Port Camargue). Sans oublier les villages de pêcheurs tel que Port-Leucate ou Le Grau d’Agde...

» Echos/Occitanie