« Des livres et des hommes : naissance de la bibliothèque de l’École de médecine »

En 2020, la Faculté de médecine fête ses 800 ans. Pour débuter les célébrations de cet évènement, l’Université de Montpellier dévoile au public les ouvrages les plus précieux de la bibliothèque historique de médecine lors d’une exposition exceptionnelle intitulée : « Des livres et des hommes : naissance de la bibliothèque de l’École de médecine de Montpellier ».

Le vernissage se déroulera vendredi 20 septembre 2019 à 18h dans l’atrium du bâtiment historique de la Faculté de médecine.

 

Une longue tradition humaniste

De Henri Haguenot au collectionneur Xavier Atger en passant par Chaptal, Prunelle ou Barthez, la richesse de la bibliothèque de médecine de Montpellier est aussi celle des grands humanistes qui l’ont constituée à partir de la seconde moitié du 18e siècle. Dons personnels, legs, achats ou confiscations révolutionnaires, cette collection encyclopédique témoigne d’une volonté marquée de mettre à disposition des médecins, des étudiants mais aussi du grand public, « les meilleurs ouvrages écrits sur chaque matière » (Prunelle).

Un fonds patrimonial exceptionnel Manuscrits médiévaux et modernes, incunables, livres, revues, thèses… Cette exposition est l’occasion de découvrir les pièces rares et d’une grande diversité contenues dans ces collections : le Chansonnier de Montpellier, le Psaultier de Charlemagne, le Traité du vin d’Arnaud de Villeneuve, des œuvres d’Hippocrate et Galien, et les Liliacées de Redouté…

Autant de trésors que le public pourra découvrir. Un rappel indispensable d’une vision humaniste et encyclopédique du savoir dont ces œuvres sont encore aujourd’hui les magnifiques témoins.

« Des livres et des hommes : naissance de la bibliothèque de l’École de médecine », du 21 septembre au 9 novembre. Bâtiment historique de la Faculté de médecine, 2 rue de l’école de médecine

Du mardi au samedi de 13h à 17h30.

Très beau départ pour la 277ème Saint Louis

"Chacun le sait : Sète est née un 29 juillet 1666, sous les auspices festifs des joutes languedociennes. Mais les hautbois et les tambours ne vont résonner que bien des années plus tard pour célébrer la Saint-Louis. Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, ces célébrations se réduisent à une modeste fête en l’honneur de Louis XIV. Elles seront interrompues par la Révolution avant de reprendre en 1806."

Mais sur l'Ile Singulière c’est en fait le maire de Sète, Emile Doumet, qui prend l’initiative en 1853 de donner un peu de lustre à cette fête locale, pour répondre à la création de la ligne de chemin de fer Cette-Toulouse, et à l’afflux d’ "étrangers" qui viennent assister au tournoi de joutes du dimanche.

Mais c’est au début du XXème siècle que la fête prend toute son ampleur et s’enrichit de corsos nautiques, de concerts, de courses cyclistes et des premières traversées de Cette à la nage, tandis que se déroulent, devant des milliers de spectateurs, des combats de joutes homériques sur le Canal Royal."

 A 17 h, ce jeudi 22 août, François Commeinhes avait l'honneur d'ouvrir au son des coups de canon traditionnels, plus puissants que jamais, devant une nombreuse foule et sous un soleil radieux, en présence de tous les représentants des quartiers de Sète,  la 27èème Saint Louis de la ville accompagné par la famille de  Fidji Simo celle-ci n'ayant pu se libérer pour l'événement, et entouré par de nombreux élus de la ville et du Bassin de Thau ainsi que par de très nombreux représentants du monde des Joutes dont les Présidents des Sociétés sétoises.

fidjiP1260554

"Sète est une ville singulière qui se fait remarquer et qui est souvent plébiscitée", rappelait le-Maire devant un public très nombreux rassemblé devant la Mairie

Il ajoutait : "son âme précieusement préservée, son tempérament fier et bien trempé, et pourtant, singulièrement, cette capacité d’ouverture d’esprit et d’accueil. Ainsi notre chère Saint-Louis, évènement intangible mais sans cesse enrichi, rendez-vous incontournable annuel des Sétoises et Sétois, et de bien d’autres, qui célèbrent dans une même ferveur notre ville et ses traditions. Les Chevaliers de la tintaine vont être mis à l'honneur encore une fois dans toutes les catégories pour une très belle fête de la Ville, des plus petits dans une heure aux PoidsLourds, lundi, une fête qui se veut aussi un moment de rencontres et de ferveur pour le plaisir des Sétois et des visiteurs"

"Cette année, pour cette 277ème édition, si Sète s'est déjà dévoilé pour ses valeurs culturelles, patrimoniales, artistiques... l'Ile singulière va mettre en avant une de ses familles qui caractérise bien la volonté de Sète de travailler et de faire des efforts pour aller plus loin en regardant le futur."

François Commeinhes tenait à préciser qu'il aimait la ville de Sète, appréciait cette fête de la Saint Louis qui sait réunir les Sétois de tous les âges en accueillant les visiteurs du Bassin de Thau et touristes, et particulièrement ce premier jour toujours très convivial. 

 "Une fête locale hors normes, tous unis autour de nos vaillants chevaliers de la Tintaine, qui illustre en 6 jours toute cette différence qui fait la renommée de Sète aujourd’hui. 

La Sétoise Fidji Simo, directrice de Facebook, et sa famille, les Morello, sont les invités d’honneur de la 277e édition de la Saint-Louis. Une famille représentative de l’identité sétoise, faite d’enracinement à l’île singulière, à ses traditions,  à un regard sans cesse tourné vers l’avenir.

 Une famille sétoise invitée d’honneur, parmi d'autres, qui comme Fidji travaille beaucoup et reste vaillante.

fidjiP1260562

Et Fidgi Simo “C’est une travailleuse, elle ne cesse jamais d’apprendre” ajoute sa marraine Thérèse, infographiste à la mairie et peintre officielle des pavois de la Saint-Louis.

Avant d’être exceptionnel, le parcours de Fidji se résume donc au mérite. Tout comme celui de son grand-père. "Les valeurs de mon grand-père - travail, ambition, famille et honnêteté - ont grandement inspiré mon parcours. Lorsque je lui disais que j'avais eu un 20/20 à l'école, il me disait avec son grand rire : c'est très bien ma chérie, je suis très fier de toi... et maintenant réfléchis pour savoir comment avoir 21 la prochaine fois". Encore aujourd’hui, sa vie professionnelle est un challenge permanent.

C’est elle qui est à l’origine du “Facebook live” dont elle doit s’assurer qu’il est utilisé à bon escient à travers le monde. Avec de telles responsabilités, on pourrait la croire au-dessus du lot mais ce serait mal connaître la Sétoise. “Il ne faut pas imaginer Fidji installée dans son bureau de numéro 1, elle travaille tout le temps au contact de ses équipes” confient ses parents Jacques et Tchétine.

Humble et sérieuse dans son travail, Fidji est aussi décrite comme “souriante, joviale par nature et curieuse de tout” par ses proches. Née dans une ville qui baigne dans l’art, elle s’est trouvée une vocation artistique à travers la peinture, la sculpture ou encore le modélisme. Dès l’enfance, elle avait développé cette fibre artistique. A une époque où son grand-père disait d’elle qu’on la verrait un jour à la télévision. Il ne s’était pas trompé.

François Commeinhes revenait ensuite sur la très belle affiche réalisée pour illustrer cette Saint Louis, par , affiche qu'il aura l'honneurs, ce lundi, avant de conclure :" Je tiens au moment de l'ouverture de cette Saint Louis à ce que nous nous souvenions d'une part d'Agnès Varda, qui avait été notre invité, disparue le 29 mars 2019. Elle reste dans notre coeur tout comme Louis Molle, disparu il y a un an.Le célèbre barreur de la barque bleue avait pris sa retraite et en août 2018, Plus de 1000 Sétois et amis l'avaient accompagné pour un dernier voyage au Sacré coeur de Sète puis au cimetière Le Py, sa dernière demeure.

François Commeinhes ouvrait cette Saint Louis avec beaucoup d'émotion...

 Bombes, penas et pluie de confetti ont salué cette belle introduction Il n'a alors fallu que quelques minutes pour que François Commeinhes ne rejoigne la foule, sous ses applaudissements, entre deux haies de jouteurs et jouteuses, et accompagné par la famille de Fidji et les invités, par des représentants institutionnels ainsi que par les Présidents des sociétés de joutes, Miss Sète étant elle aussi de la partie.

Applaudis,  tous étaient très honorés de pouvoir participer aux côtés de François Commeinhes à cette nouvelle Saint Louis.

 La fête pouvait débuter sous un soleil qui devrait rester fidèle à la ville jusqu'à mardi.

fidjiP1260578

La Pena Bella Ciao se chargeait de l'ambiance musicale et la Compagnie Transe Express Opéra urbain en Déambulation. Trois poupées géantes
aux voix cristallines et une clique de Tambours rutilants envoûtaient petits et grands, une troupe  et leurs musiciens juste après l’ouverture officielle des fêtes de la Saint-Louis 2019, se livraient à des performances artistiques époustouflantes aux rythmes endiablés de Capoeira et de Batucada.

  Le spectacle était bien là pour que débute le rêve et la magie de la Saint Louis.

fidjiP1260613

Mais déjà les petits jouteurs avaient pris la direction du Cadre Royal en musique et accueillis par les applaudissements du public qui prenait place dans les tribunes pour ce premier tournoi sur chariots qui se voulait d'abord bien sympathique. De très belles passes  avec des petits jouteurs qui avaient pris du plaisir à participer devant leurs aînés et un public bien nombreux.

résultats du tournoi sur chariots de la Saint-Louis 2019 qui s’est déroulé le jeudi 22 août 2019 à Sète :

1 ère année :
Vainqueur : Jules Buonomo
2 ème prix : Roméo Bonijoly
3 ème prix : Harry d’Elia
4 ème prix : Gennaro Joubert
Prix de prestance : Ruben D’Elia

2 ème année :
Vainqueur : Lenny Lacan
2 ème prix : Fabio Gras
3 ème prix : Taylor Liguori
4 ème prix : Lorik Rega
Prix de prestance : Andy Chazal

3 ème année :
Vainqueurs : Estéban Rojas
2 ème prix : Kélian Joubert
3 ème prix : Evan Tourrette
4 ème prix : Léo Quidelleur-Camélio
Prix de prestance : Flavio Reyes

fidjiP1260640

Et en soirée place au tournoi de la Presse et des personnalités surtout sportives avec  féminines et  hommes, un tournoi auquel participaient certains néophytes mais aussi des habitués toujours aussi téméraires toujours devant plusieurs milliers de spectateurs assez indulgents comme le jury...

 fidjiP1260662

L'on peut saluer leur courage car jouter demande beaucoup de maîtrise et un certain dépassement de soi, surtout pour les débutants... 

C'est qui remportait le tournoi féminin.

fodfjdjiP1260671

Mais pour d'autres, la fête  se poursuivait sur les quais ou sur la place Léon Blum et même autour de bars avec  des orchestres et des DJ, comme au bar du "Pub".

Mais pour ceux qui préféraient les spectacles sonores il y avait eu le choix avec le Concert “EndLess Soul” Artistes sétois et au Théâtre de la Mer  DAB ROZER Rappeur sétois, de son vrai nom Nicolas Ruiz, puis CORINE  la flamboyante diva disco glam et disco-charme, qui bouscule les codes avec sa musique lascive et irrésistiblement groovy.  Une énergie nouvelle dans l’espace de la musique électronique...  

 Ce vendredi 23 juin 2019 :

Une belle journée pour ce vendredi qui aura comme points d'orgue,  le tournoi des "Jeunes jouteurs" l'après-midi et l'atelier de la tielle le matin, ainsi que la signature de l'affiche de la Saint Louis 2018 le matin, avec à partir de 14h30 dans le Cadre Royal le Tournoi des jeunes jouteurs.

Vendredi 23 août : Spectacle féérique des Plasticiens-Volants

Dès 21h30, un spectacle haut en couleur viendra éblouir le public, intitulé « Joutes dans le ciel Sétois ». Une imprudente bestiole volante réveille un serpent géant endormi. Il va s’ensuivre alors une course-poursuite au rythme d’une musique endiablée. Des personnages massifs déambuleront dans le ciel. Cette création originale de la Compagnie « les plasticiens volants » promet un spectacle unique autour du Cadre Royal avec en guise de clôture, un final pyrotechnique.

PLACC2CapturePLACC3Capture

A ne manquer sous aucun prétexte. 

A la rencontre des livres anciens, réservez le 15 septembre

A 20 km à l'Est de Montpellier, les bouquinistes de l'association montpelliéraine La Mémoire du Livre organise une journée au parc de Saint-Drézéry de 10h à 18h au pied du château ayant appartenu à Cambacérès.


Dimanche 15 septembre 2019, le marché aux Livres à Saint Drézéry se tiendra dans le Parc du Château Cambacérès  avec un grand choix d'ouvrages Anciens et Modernes sélectionnés qui seront proposés à la vente pour cet évènement. Collectionneurs de livres anciens, tout comme le 24 septembre 2017 lors de leur dernière venue (photo ci-dessus), vous pourrez y faire de belles trouvailles à petits prix !


A savoir, de Villeneuvette dans l'ancienne Manufacture Royale, proche de Clermont l'Hérault à Lunel, l'association La Mémoire du Livre créée en 2000 regroupe maintenant 45 Libraires et Bouquinistes de la région Occitanie et PACA.

Elle organise également tous les samedis La Comédie des Bouquinistes sous les platanes de l'esplanade Charles-de-Gaulle à Montpellier. Elle regroupe des bouquinistes dont la mission est de promouvoir les livres et la lecture hors  les murs des bibliothèques et des librairies dans les quartiers et les communes héraultaises.


Le parc Cambacérès inauguré en juin dernier en hommage à Jean-Jacques Régis Cambacérès qui joua un rôle majeur dans l'édification du nouveau code civil et séjourna dans la cité en qualité de propriétaire du château.

Le Pass Culture pour les jeunes de 18 ans habitant l’Hérault

L’image contient peut-être : téléphone

Inscrivez-vous sur pass.culture.fr pour faire partie des 10 000 premiers à tester le pass Culture !
Le pass Culture c’est 500 € offerts l’année de vos 18 ans pour profiter pleinement de places de concerts, de spectacles, de cinéma, de cours de danse, de théâtre, de musique, d’art plastique…
Téléchargez l’appli qui vous fait découvrir toutes les activités artistiques et culturelles près de chez vous.

Les Transversales - Rencontres littéraires aux moulins de Faugères

Près de Bédarieux , plus exactement au Nord de Béziers et au Sud de Bédarieux, des rencontres littéraires, du cinéma en plein air aux moulins de Faugères 5ème édition – Entrée Libre du 11 au 14 juillet 2019

L’action culturelle de la Communauté de communes Les Avant-Monts prend ses quartiers d’été aux Moulins de Faugères, et fait à nouveau la part belle aux rencontres littéraires et au cinéma en plein air.

Du 11 au 14 Juillet, à partir de 19h, vous pourrez assister aux rencontres littéraires en présence de Camille Cornu, Laélia Veron, Michel Arbatz, l’équipe de rédaction de Nunatak…


Ils viendront parler de leurs œuvres et plus largement de la thématique de la transversalité nécessaire au vivre-ensemble. Ces rencontres seront suivies à partir de 20h30 d’un concert. Sur place, vous pourrez vous restaurer, découvrir les producteurs locaux, rencontrer des artistes plasticiens et profiter du coucher de soleil depuis le magnifique panorama qu’offre ce lieu emblématique.

Toute la programmation : http://www.avant-monts.fr/2019/06/23/les-transversales-5eme-edition-du-1...

détails
Les transversales
D909 - Les Moulins de Faugères
34600
Faugères
Gratuit
Cet évènement est accessible aux personnes handicapées

Entretien exclusif avec Claude Viallat

Derniers jours de l'exposition  Estampes originales  qui se tient  à Villeneuve-lès-Maguelone jusqu'au 12 avril 2019 du peintre nîmois, ancien élève des Beaux-arts de Montpellier et de Paris.


D’abord Monsieur Viallat, une première question concernant l’exposition à Villeneuve-lès- Maguelone. Pourquoi cette exposition ? Y a-t-il une actualité Viallat ? De nouvelles peintures… ?

Non pas vraiment. On m’a demandé si je voulais faire cette exposition et j’ai simplement dit oui. C’est une exposition qui a été organisée par l’Artothèque de Montpellier à partir de ses propres collections. Moi je n’ai prêté que deux livres sur la tauromachie auxquels j’ai collaboré…

Pourquoi avoir intitulé cette exposition « estampes originales » ? Quel est le sens que vous donnez au mot « originales » ? Ces estampes auraient-elles quelque chose de différent par rapport à votre travail habituel ? Ont-elles quelque chose de spécifiquement original, ou alors, ne s’agit-il que d’œuvres exposées pour la première fois ?

Ce n’est pas moi qui ai trouvé ou choisi ce titre. C’est toujours l’Artothèque de Montpellier. Ce sont des œuvres qui ont été tirées à Nîmes ou Montpellier, je ne sais plus exactement, en tout cas dans la région, il y a quelques années, et que l’Artothèque a acheté. C’est une exposition entièrement organisée par l’Artothèque.

Vous avez été, comment dirai-je, « l’inventeur » d’une forme particulière qui est devenue ou qui a été longtemps votre signature, une forme particulière, que l’on a dit ressembler à un « osselet » ou à un « haricot ». Cette forme permettait de reconnaître votre travail. Cette forme représentait-elle quelque chose de particulier pour vous ?

Ce n’est pas une signature. C’est une forme quelconque, qui n’est jamais tout à fait la même d’ailleurs. On ne peut pas dire qu’il s’agit d’une signature au sens propre, dans la mesure où elle varie tout le temps, déclinée sous différentes couleurs, directions, tailles... C’était juste une manière de travailler, un outil de travail. Il aurait pu s’agir tout aussi bien d’une forme complètement différente.

Quel est le regard rétrospectif que vous jetez sur votre parcours depuis Support/surfaces ?

En fait, je me rends compte d’une chose que plus on rétrécit les choses et plus on les ouvre ; plus on va au fond d’une impasse, plus on repousse le fond de l’impasse. Chaque fois on sait très bien ce que l’on ne veut pas faire, on se met devant un mur, et chaque fois le mur recule, et les possibilités progressent. L’impasse est le prétexte, ce qui vous donne l’impulsion. Puis à chaque fois on essaye d’aller plus loin, pour voir s’il y a d’autres solutions, d’autres situations, et on se rend compte que la vie au jour le jour nous offre chaque jour des solutions différentes.

Le thème de la tauromachie est central pour vous pour ne pas dire presque unique. Pourquoi cette importance, cette prégnance, de la tauromachie ?

La tauromachie est une grande partie de ma culture. J’ai une fascination pour le taureau qui est un animal, mythique pour moi ; un animal qui a une démesure. Dans la manière de le voir, de le fréquenter, chaque fois, on se trouve devant une bête qui a une force, une présence, une agressivité. La mise à mort, la corrida est faite en fonction de cette donnée : on sait que c’est l’animal ou le torero qui va finir, qui va mourir, la règle du jeu est nette dès le départ. Toute ma vie, j’ai été professeur de dessin et de peinture, et toute ma vie j’ai fréquenté les taureaux, je les avais dans la tête. La tauromachie appartient à ma vie privée, à ma culture personnelle. La peinture c’est autre chose. Je suis arrivé à un moment donné où on était au « dernier » tableau, la peinture semblait dans une impasse, sclérosée… la peinture était censée être finie… et je me suis posé la question : comment est ce qu’on peut refaire de la peinture à partir du moment où celle-ci est dite « finie », c’est-à- dire à partir d’une situation qui est bloquée, essayer de débloquer les choses et ouvrir des possibilités nouvelles.

Vous travaillez avec toutes sortes de choses. Dans votre atelier on trouve des objets hétéroclites, des cordes, des morceaux de bois, des bouts de ficelle, des morceaux de tissu de toutes sortes…

Oui, Je travaille sur différents supports, du bois, des cordes… des objets de récupération que j’assemble ou désassemble, noue ou dénoue, colorie ou pas.

Quels sont les peintres ou les artistes qui aujourd’hui vous touchent ou vous intéressent ?

Me touche absolument tous ceux qui font de la peinture. Si je vous donne des noms, les autres vont se sentir lésée (rires)…Soulages… !

D’autres exposition de vous sont elles prévues ?

Oui, une exposition en juin à la Fondation Venet - Bernard Venet - au Muy dans le Var. Ce sera une exposition un peu lourde avec de grandes pièces, des pièces qui ont déjà été exposées dans les années 80.  

Au Centre Culturel Bérenger de Frédol à Villeneuve-lès-Maguelone et organisée par L’Artothèque de Montpellier, on peut encore contempler - jusqu’au 12 avril - quelques œuvres plus ou moins anciennes de Viallat de « tauromachie flottante ».

F-Bacha, correspondant de Montpellier infos, paru le 7 avril 2019

Espace d’exposition du centre culturel Bérenger de Frédol 235 boulevard des Moures, 34750 Villeneuve-lès-Maguelone Du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 14h à 18h.

A Montpellier, le théâtre La Vista -La Chapelle inauguré

Au cœur de la cité Gély dans le quartier Figuerolles à Montpellier, l'ancienne chapelle Gély a été inaugurée ce vendredi 29 mars 2019 par Isabelle Marsala, Adjointe au Maire, déléguée à la culture, Cécilia Morandat et Mireille Blanquer co-présidentes de l’association La Vista et Pierre Pouëssel, Préfet de l'Hérault.


Les réaménagements du théâtre La Vista – La Chapelle

Un acte symbolique fort suite au départ de l’association de la Cour Vergne, connue sous le nom de « la friche de Mimi », permettant à son activité au profit de la jeunesse et de la famille de perdurer. C’est la Ville qui a financé la quasi-totalité des travaux de ce lieu emblématique au cœur de la cité Gély derrière le Parc de  La Guirlande à hauteur de 853 800€, dont 290 000€ de l’Etat, dans le cadre de la dotation de la Politique de la Ville. Ce vendredi 29 mars marque l’ouverture du désormais théâtre « La Vista – La Chapelle » pour une riche programmation pour sa 19ème saison.

Un lieu tourné vers les spectacles jeune public

En avant-goût de la programmation 2019, la compagnie montpelliéraine  Les Têtes de Bois  en résidence du 25 au 30 Mars 2019 a joué la création du spectacle "La visite de la vieille dame" de Dürrenmatt  qui sera présenté au festival d'Avignon 2019 au théâtre « L’Adresse ».

Le programme sera disponible dès le 3 avril dans les Médiathèques, Maison Pour Tous et Théâtres de Montpellier Métropole.
http://www.theatrelavista.fr

Théâtre La Vista

170 Rue Joachim du Bellay 34070 Montpellier

 Accès : Tram 3 arrêt "Arceaux"

Bus n°11 - 7 arrêt "Cité Gély" ou Bus N°38 arrêt "Chasseurs"

Parking : devant le Collège Fontcarrade, l'Ecole Frédéric Bazille, le Parc de la Guirlande ou la Chapelle.

Agora des Savoirs animé par François-Xavier Fauvelle

Rendez-vous incontournable des passionnés de la science et de la connaissance, l'Agora des Savoirs propose, mercredi 3 avril à 20h, à la salle Rabelais, une conférence intitulée "L'Afrique ancienne. De l'Acacus au Zimbabwe. 20 000 ans avant notre ère - XVIIIe siècle" animée par François-Xavier Fauvelle.

La mairie de Montpellier informe ce mardi  2 avril : la conférence est annulée 

Pour découvrir les avancées des sciences, tous les mercredis, les conférences sont gratuites dans la limite des places disponibles. Ne tardez pas, fin de la 10e édition - 3e cycle, à Montpellier, le 17 avril 2019 !

L’Afrique : un continent géographique, plusieurs continents d’histoire et donc un gros potentiel du point de vue archéologique.

Au temps où le Sahara était vert au néolithique

Depuis la mise en place de son peuplement, il y a quelque vingt mille ans, jusqu’au XVIIe siècle, quand l’Afrique bascule dans un nouvel ordre global, cette histoire millénaire et plurielle est celle d’empires et de villes, d’innovations techniques et artistiques, de vies nomades ou sédentaires, de mouvements de populations et de circulations d’idées. Kerma, Aksum, Mâli, Kanem, Makouria, Abyssinie, Ifât, Ifé, Kongo, Zimbabwe… Combien de sociétés africaines ont, bien avant l’emprise de puissances étrangères, exercé leur rayonnement et conversé avec les autres formations politiques du monde ?

François-Xavier Fauvelle

Historien spécialiste de l’Afrique, directeur de recherches au CNRS (laboratoire TRACES, Toulouse), il a publié notamment une Histoire de l’Afrique du Sud (Le Seuil, 2006) et La mémoire aux enchères (Verdier, 2009) et Le Rhinocéros d'or publié en 2013 qui a connu un très grand succès dans la presse et auprès du grand public.
Il dirige des recherches archéologiques sur la ville médiévale de Sijilmassa au Maroc. En novembre 2018, il est élu à la tête de la première chaire pérenne consacrée à l'Afrique au Collège de France.

Autour de l'ouvrage

Loin des clichés, L’Afrique ancienne, dirigée par François-Xavier Fauvelle, relève un défi : faire de toute trace une source d’histoire et nous présenter à la fois des sites archéologiques grandioses ou ténus, des écrits de moines ou de scribes royaux, des gravures et des peintures rupestres, des vestiges d’outils, des parures, des objets du culte ou de la vie quotidienne, des fragments de langues, des robes d’animaux domestiques ou encore des génomes de plantes, des paysages façonnés par l’homme, des événements remémorés.

Illustré par plus de 300 documents – photographies, cartes, relevés et dessins archéologiques –, ce livre invite à partager le désir d’étonnement autant que le plaisir de la rencontre. Cette somme unique réunit les meilleurs spécialistes au monde, quelquefois les seuls de leur domaine.

L'ouvrage collectif L'Afrique ancienne : de l'Acacus au Zimbabwe  aux éditions Belin est sorti en librairie en octobre 2018.

Centre Rabelais
29 boulevard Sarrail, Esplanade Charles-de-Gaulle, Montpellier

Carte blanche aux étudiants au Musée Fabre

Dimanche de gratuité - 
Premiers plis, annoncez la couleur

L’image contient peut-être : texte

 

Dimanche 3 mars, le musée ouvre gratuitement ses portes !

C'est l'occasion de suivre les étudiants de l'Université Paul Valéry à la découverte de Simon Hantaï, peintre français d'origine hongroise (Bia 1922- Paris 2008). Son travail sur le pliage et la couleur a influencé de nombreux groupes : entre autres, Buren in B.M.P.T, V. Bioulès, D. Dezeuze et C. Viallat in Support-Surface, et P. Buraglio...

Tous les premiers dimanches du mois, les étudiants du Master Valorisation et médiations des patrimoines proposent de faire découvrir des œuvres des collections permanentes.
Trois rendez-vous, à 14h30, 15h30 et 16h30, dans le hall d'accueil du musée.

Musée Fabre - salle Jean  Fournier
39, boulevard Bonne Nouvelle 34000 Montpellier 

Soutien à la librairie montpelliéraine Tapuscrits

Un an déjà ! La librairie Tapuscrits, située entre Clémenceau et Figuerolles, met en avant les talents locaux à l'occasion de nombreux événements tels que les soirées musicales, poésie, conférences, dédicaces, ateliers d'écriture...

 Sa mission, participer à la vie culturelle du quartier.

La Librairie Tapuscrits et les éditions Tapuscrits ont été lancées « au service des auteurs ». L’ensemble fonctionne en dehors des circuits commerciaux de la grande distribution. Cette aventure alternative a besoin de l’appui actif de toutes celles et tous ceux qui participent à la culture locale et régionale.

Samedi 26 janvier 2019, la Librairie Tapuscrits à Montpellier accueille une soirée de soutien à la librairie et la maison d'édition.

Cette manifestation organisée par " Les Amis du Tapuscrit " a pour but de réunir le plus de personnes possibles désireuses d'apporter leur appui à l'éditeur - libraire alternative de Montpellier, en adhérent à l'association, mais aussi de découvrir ce que cette association littéraire et culturelle offre aux auteurs, créatifs, gens de culture, et artistes de Montpellier et de la région. 

Pour soutenir la librairiehttps://www.leetchi.com/c/librairie-alternative-tapuscrits

http://tapuscrit.org/

Samedi 26 janvier, 19h
7 rue Raoux à Montpellier. 

Anne-Yvonne Le Dain à la tête de l'Agora des savoirs

Ce jeudi 17 janvier 2019, Philippe Saurel, Président de Montpellier Méditerranée Métropole, Maire de la Ville de Montpellier a présenté Anne-Yvonne Le Dain, nouvelle Présidente du Comité scientifique de l’Agora des Savoirs.

Dès le second cycle de cette édition, la manifestation s’enrichit d’un nouveau regard porté par cette ingénieure titulaire d’un doctorat et entourée d’une équipe de scientifiques partiellement renouvelée.

Au centre Rabelais, pour sa dixième saison, l'Agora des Savoirs vous propose le deuxième cycle de conférences de janvier et février 2019, pour découvrir les dernières avancées des sciences !

Prochaines conférences le mercredi :

- Mercredi 23 janvier 2019 à 20h : Emmanuelle Grundmann et Pierre-Olivier Antoine. Le Mystère des géants : de la disparition des dinosaures à nos jours(Éditions De la Martinière, 2018).

- Mercredi 6 février 2019 à 20h : Carole Fritz. L’Art de la Préhistoire. (Éditions Citadelles & Mazenod, 2017)

Centre Rabelais
29 boulevard Sarrail, Esplanade Charles-de-Gaulle, Montpellier

 

Anne-Yvonne Le Dain :

Ingénieure agronome de formation et docteure en sciences de la terre et de l’atmosphère, Anne-Yvonne Le Dain a un parcours universitaire riche : de l’Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie de Montpellier à l’université des Sciences et techniques du Languedoc (UM2) en passant par l’Institut de Physique du Globe de l’université Paris 6 – Jussieu. Son parcours professionnel débute à l'Institut des Aménagements Régionaux et de l'Environnement (IARE) avant de rejoindre le Centre International de Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD), en passant par le Ministère de la Recherche et de la Technologie. Au fil de ses missions, elle a œuvré avec le Conseil des Rivages du Conservatoire du Littoral, en particulier pour la protection des dunes, et a également exercé des responsabilités nationales comme Vice-présidente du Conseil Supérieur de la Recherche et de la Technologie.

Ancienne députée de la 2e circonscription de l’Hérault, Anne-Yvonne LE DAIN a mené de front une carrière politique. Elle a notamment été Vice-présidente de l’Agglomération de Montpellier puis Maire-adjoint de Montpellier avant de prendre en charge la Vice-présidence du conseil régional au développement économique, à l’enseignement supérieur, à la recherche et l’innovation, au numérique et fonds européens.

Anne-Yvonne Le Dain a créé le premier Village des Sciences en France, en 1993, lors de la première Fête de la Science, en installant le Radeau des Cimes dans les jardins du Peyrou à Montpellier, puis en créant une rizière sur la Place de la Comédie en 1995.

 

VACANCES en Méditerranée. La mer en Occitanie

Aigues-Mortes en Camargue 

220 km de côtes préservées, de la Camargue gardoise à la côte vermeille : c’est ça la mer en Occitanie.
Avec un taux record de plages et de ports Pavillons Bleus, du grand soleil et une mer à 24°C l’été. Baignade, sports nautiques, thalassothérapie, balades naturalistes, culturelles ou gastronomiques : c’est le cocktail de votre été en Occitanie, entre villages de pêcheurs, ports de plaisance et stations balnéaires.
De plus, détendez-vous en thalasso à Banyuls-sur-MerLa Grande-MottePort-CamargueSaint-CyprienCanet-en-Roussillon. Retrouvez la forme à Balaruc-les-Bains, 1ère station thermale de France.
Côté stations balnéaires, parmi nos 28 stations balnéaires, faites votre choix. Vous avez les capitales européennes du camping ou du naturisme (Argelès-sur-Mer, Le Cap d’Agde) ; les familiales (Collioure, Saint-Pierre-la-Mer, Vias, Carnon, Palavas-les-Flots) ; les sportives (Leucate, Frontignan) ; les branchées (Canet-en-Roussillon) Vous avez aussi le côté nature (La Palme, Vic-la-Gardiole), rétro (Banyuls-sur-Mer, Valras) et moderne (La Grande Motte, Port Camargue). Sans oublier les villages de pêcheurs tel que Port-Leucate ou Le Grau d’Agde...

» Echos/Occitanie