Le bien vieillir au cœur de la visite de Carole Delga au Pôle Autonomie Santé de Lattes

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, participera aux côtés de Cyril Meunier, vice-président de Montpellier Méditerranée Métropole et maire de Lattes et de Patricia Weber, vice-présidente du Conseil départemental de l’Hérault, à une présentation du futur pôle autonomie santé ainsi que des perspectives de développement de la filière Silver économie. A l’issue, elle se rendra sur le chantier du futur pôle.

 

Le pôle Autonomie Santé tourné vers les seniors et les personnes en situation de handicap est un acteur majeur de l’autonomie en santé. Il accompagne gratuitementdepuis 2009 les personnes en difficulté d’autonomie. Lieu d’accueil, de conseil et de formation, il vise à favoriser la promotion des solutions techniques pour le bien vieillir et contribue au développement économique de la filière Silver économie.

 

Le futur bâtiment de 2 800m² sera aménagé le long de l’avenue Georges Frêche à Lattes. Il disposera d’un espace d’accueil, de conseils et d’exposition de matériels, d’un amphithéâtre de près de 200 places, desalles de formation, d’un fablab avec imprimantes 3D ainsi que d’un showroom de 700 m².

 

Structure de référence du bien vieillir, la Région accompagnera  ce futur équipementstructurant à hauteur de 1,5 M€ pour faire face aux défis de la perte d’autonomie.

 

Programme du déplacement :

 

14h30 : Présentation du nouveau pôle Autonomie santé et des perspectives de développement de la filière de la Silver Economie

Rendez-vous à l’Etape, pôle autonomie santé, place d’Aragon à Lattes (34)

 

15h15 : Visite du chantier du futur pôle autonomie santé

Avenue Georges Frêche – Lattes (34)

Crise du logement : la Région amorce une nouvelle étape de son Plan Habitat durable

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, tiendra jeudi 29 février une conférence de presse (en présentiel et visio) depuis le Centre de formation d’apprentis du bâtiment et des travaux publics de Toulouse aux côtés de Frédéric Carré, président de la Fédération française du Bâtiment (FFB), Olivier Coulom, président de la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment Occitanie (CAPEB), Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, Christophe Combes, président de l’Ordre des Architectes et Emilie Teissier, présidente du CFA. Face à la crise du logement qui touche l’Occitanie, et plus largement la France, la présidente de Région détaillera les avancées du plan Habitat Durable de 150 M€ lancé en décembre dernier. A cette occasion, Carole Delga signera également un nouveau contrat de filière pour soutenir le secteur du BTP, très fortement impactépar le ralentissement du marché de la construction.

 

Logement, Immeubles, Ville

 

Programme détaillé:

 

15h : Visite des ateliers de formation aux différents corps de métiers du bâtiment et des travaux publics au sein du Centre de formation d’apprentis (CFA), suivie d’un échange avec les apprentis présents

Adresse : Campus de Toulouse-Muret, 3 Impasse Georges Dazet, 31100 Toulouse

 

15h40 : Conférence de presse (en présentiel et en visio)

 

16h40 : Signature du nouveau contrat de filière bâtiment avec laFédération française du Bâtiment (FFB) et la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment Occitanie (CAPEB) 

Carole Delga : « Honorer et faire perdurer la mémoire de Missak Manouchian et ces immigrés qui ont tant fait pour la France »

 

A l’occasion de l’entrée au Panthéon de Missak Manouchian et son épouse Mélinée, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, a organisé ce jour une soirée d’hommage à l’Hôtel de Région de Toulouse. La Région Occitanie fut la première collectivité à apporter officiellement son soutien à la panthéonisation de ce héros de la Résistance qui fait écho aux valeurs de son territoire. Plus de 600 personnesont répondu présentes à cet hommage.

 

https://www.datapressepremium.com/rmdiff/2984/CaroleDelga_HommageManouchian.jpg

 

En préambulede la table ronde animée par Nathalie Saint-Cricq, éditorialiste France Télévisions,Carole Delga a déclaré :

 

« C’est un immense honneur et un grand devoir de faire vivre la mémoire de Missak Manouchian, et avec lui, la mémoire du groupe des 23 résistants. Ce sont des héros, des héros de notre histoire commune et collective.

 

Les Manouchian, c’est l’histoire d’un engagement construit en opposition aux obscurantismes et à la barbarie. Ils l’avaient compris il ne faut rien céder à la haine, ne pas détourner le regard car si on la laisse insidieusement progresser, elle nous prendra tout. Nos vies mais aussi notre dignité et nos valeurs. C’est parce qu’ils se battaient pour un idéal que le groupe des 23 combattants est tombé.

En Occitanie, cet hommage c’est celui de tout un territoire car c’est une part de notre identité républicaine. Nous sommes une terre de Résistance.J’ai décidé de lancer une grande démarche de mémoire, nommée Occitanie Terre de Résistances. Des rendez-vous mémoriels jalonneront ces deux prochaines années pour rendre hommage à l’ensemble de ces héros de la Résistance.Prendre le temps de se souvenir et surtout de transmettre, en emmenant encore cette année 150 lycéens au mémorial du camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau ou encore grâce au travail mené parles équipes pédagogiques avec la jeunesse au Mémorial du Camp de Rivesaltes, qui célébrera ses 10 ans en 2025 ».

Avant d’ajouter : «La lutte contre le totalitarisme est toujours d’actualité. Ce totalitarisme peut changer de nom, de visage mais il a toujours le même but : abattre la démocratie, abattre Alexeï Nalvany en Russie, abattre MahsaAmini en Iran, abattre la rédaction de Charlie Hebdo.
 

Oui, restons lucides, nous sommes encore dans cette lutte contre l’obscurantisme. Dans ce combat, vital, pour notre destinée commune, il y a des symboles forts comme l'est la panthéonisation de Manouchian. Mais il doit aussi y avoir des actes politiques : continuerà tendre la main au progrès et au monde car c'est la mission universaliste de notre pays. Je revendique cette identité plurielle. 

Si Missak Manouchian, arménien puis apatride, est arrivé en France, ce n’est pas un hasard. C’est autour de ces valeurs, directement héritées de la Révolution Française, que les identités se sont conciliées autour d’un destin commun. »

A l’issue, se sont suivis les témoignages de HasmikTolmajian, ambassadrice de la République d’Arménie en France, Pierre Ouzoulias, sénateur des Hauts-de-Seine et vice-président du Sénat, André Manoukian, auteur-compositeur et pianiste, et Jean-Pierre Sakoun, président d’Unité Laïque, initiateur et président du comité pour l’entrée de Missak Manouchian au Panthéon.

 

 

Crédit photo : Région Occitanie – Léo Arcangeli

 

L’Occitanie met ses musées en lumière

 

L’Occitanie compte 132 musées de France sur son territoire. Une offre culturelle riche et de qualité pour tous ses habitants, à laquelle la Région contribue.

L’Occitanie apporte un soin particulier à la qualité de ses 132 musées labellisés

Musée régional d’art contemporain (MRAC) à Sérignan (Hérault), musée d’art hispanique à Castres (Tarn), musée d’art moderne à Céret (Pyrénées-Orientales) … avec 132 musées de France, l’offre culturelle est riche et variée en Occitanie ! Afin de maintenir ces lieux de vie essentiels sur le territoire, la Région investit dans la rénovation et la restructuration des espaces muséaux. Elle intervient également dans l’enrichissement des collections et l’accueil d’expositions.

En Occitanie, nos musées sont de puissants outils de développement territorial et touristique. Ils maillent toute la région, pour garantir ainsi un accès à la culture partout et pour tous.

Claire Fita, Vice-Présidente de la Région Occitanie, en charge de la culture pour tous, du patrimoine et des langues régionales

Des musées modernes et rénovés

Depuis 2016, 17 « Musées de France » ont bénéficié de l’appui régional [1] pour agrandir et moderniser leurs bâtiments. Ces travaux de restructuration valorisent les collections des musées labellisés, et permettent d’améliorer l’accueil des visiteurs. Dernier exemple en date avec la réouverture du musée Goya à Castres (Tarn), après trois ans de travaux. Le seul musée français dédié à l’art de la péninsule ibérique fait peau neuve et voit ses surfaces d’exposition doublées, sur plus de 1 500 m². Son accessibilité pour le public a également été repensée avec l’installation d’un ascenseur et d’un monte-charge.

L’aide des collectivités territoriales est souvent déterminante pour la rénovation des espaces muséaux, comme le confirme Nadia Haraabsz, Directrice du musée du Gévaudan, à Mende (Lozère). «  La Région est le premier partenaire du Musée du Gévaudan [2], non seulement financièrement, mais aussi dans le cadre de sa politique culturelle. Les projets en matière d’action culturelle y trouvent une portée régionale, via les animations et les projets d’expositions temporaires.  »

   Les opérations phares en Occitanie.................... Poursuivre et voir sur https://www.laregion.fr/L-Occitanie-met-ses-musees-en-lumiere

 
 
 

Hommage à Missak Manouchian, un héros de la Résistance au Panthéon

 

L’entrée au Panthéon de Missak Manouchian, accompagné de son épouse Mélinée, est un message fort pour la République. L’Occitanie rend hommage à son combat pour la liberté, et lancera dès 2024 une grande démarche de mémoire, baptisée Occitanie Terre de Résistance.

Un nouveau héros de la Résistance entre en 2024 au Panthéon [1] : Missak Manouchian, accompagné de son épouse, Mélinée. Combattant du nazisme et militant pour la liberté, le résistant arménien a marqué l’histoire de la France par son engagement contre l’occupation allemande. À l’occasion de sa panthéonisation, la Région a décidé de lui rendre hommage et lancera également, en 2024-2025 un cycle mémoriel avec une série de commémorations pour rendre hommage à ces héros de la Résistance et des actions à destination des jeunes pour transmettre leurs histoires et les valeurs pour lesquelles ils se sont battus.

A l’heure où certains prônent le repli sur soi, nous célébrons celles et ceux dont l’engagement, le courage et le sacrifice ont fait la grandeur de la France. A l’heure où les étrangers sont pointés du doigt, nous honorons l’universalisme de la Résistance et Missak Manouchian en est un magnifique symbole.

Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie

Bon à savoir

En l’honneur de l’entrée au Panthéon de Missak Manouchian, accompagné de son épouse Mélinée, une soirée hommage sera organisée le 19 février à l’Hôtel de Région de Toulouse.

De nombreuses personnalités politiques et publiques seront présentes à cette occasion, dont son Excellence Hasmik Tolmajian, ambassadrice d’Arménie en France, et Jean-Pierre Sakoun, président d’Unité Laïque, initiateur et président du comité pour l’entrée de Missak Manouchian au Panthéon.

Une vie d’engagement pour la liberté

Dates clés

1er septembre 1906
Naissance de Missak

1925
Arrivée de Missak à Marseille

1934
Rencontre de Mélinée

1941
Début du militantisme clandestin

1943
Entrée de Mélinée et de Missak dans la Résistance

16 novembre 1943
Arrestation de Missak

21 février 1944
Exécution de Missak et de ses camarades résistants

« Je suis sûr que le peuple français et tous les combattants de la liberté sauront honorer notre mémoire dignement.  » Les derniers mots écrits par Missak Manouchian dans sa lettre à Mélinée - quelques heures avant son exécution, expriment l’attachement du Résistant arménien aux valeurs de paix et de liberté portées par sa patrie d’adoption, jusqu’au sacrifice de sa vie. Ils soulignent également l’importance du devoir de mémoire à transmettre aux jeunes générations, notamment dans un contexte de repli sur soi et de montée de l’extrême-droite. L’entrée au Panthéon de Missak Manouchian apporte ainsi à ces visages de la Résistance la reconnaissance qu’ils méritent.

Né pendant le génocide arménien, Missak Manouchian perd ses parents très jeune. Forcé par la suite à l’exil, il est recueilli dans un orphelinat français au Liban, avant de partir au pays des droits de l’Homme à l’âge de 19 ans. Missak développe le goût pour l’écriture, tout en travaillant comme ouvrier dans la capitale parisienne. Son engagement dans le mouvement communiste français marque un tournant dans sa vie. Il y rencontre Mélinée, - frappée elle aussi par la tragédie arménienne durant son enfance, et commence sa vie de militant à ses côtés dans un syndicat, puis au PCF [2]. Le couple rejoint ensuite les rangs de la Résistance clandestinement, avant de rentrer dans une organisation proche du Parti communiste, le FTP-MOI [3]. Missak est capturé en 1943, et figurera même sur une célèbre affiche de propagande allemande [4], avant d’être exécuté par les nazis avec 23 camarades étrangers en 1944.

Dès 2022, les élus régionaux ont voté une délibération en faveur de la panthéonisation de Missak Manouchian . [5] « Un acte fort et symbolique, pour ne jamais oublier et éviter que le pire se reproduise  » souligne Carole Delga, qui a également signé une tribune et s’est engagée en faveur de son entrée au Panthéon la même année, aux côtés du comité pour l’entrée au Panthéon de Missak Manouchian, et de Jean-Pierre Sakoun.

[1La cérémonie de Panthéonisation aura lieu le 21 février 2024, 80 ans après l’exécution du résistant arménien par les nazis.

[2Parti communiste français

[3Francs-tireurs et partisans de la Main-d’œuvre immigrée

[4L’« Affiche rouge » présente dix résistants de l’organisation communiste, dont Missak Manoukian. Placardée sur les murs de Paris pour influencer l’opinion publique, cette affiche va au contraire susciter la sympathie des habitants à l’égard du mouvement résistant.

[5L’Occitanie a été la première collectivité à apporter officiellement son soutien à cette démarche.

En Occitanie, des transports gratuits pour 1 million de jeunes

 

Extension du dispositif +=0 aux jeunes dès 12 ans, lancement d’une expérimentation d’aide au covoiturage bonifiée, gratuité des lignes de car liO le week-end et pendant les vacances pour les élèves abonnés aux transports scolaires… La Région amplifie ses aides pour inciter les jeunes à une mobilité douce pour leur porte-monnaie et bonne pour la planète

Le dispositif +=0 est renforcé. Les 12 à 26 ans pourront prendre les trains et cars liO gratuitement !
Le dispositif +=0 est renforcé. Les 12 à 26 ans pourront prendre les trains et cars liO gratuitement !

Bouger plus librement, plus simplement et à moindre coût. Dès le 22 décembre, la Région étend aux jeunes dès 12 ans le dispositif « + = 0 » qui permet déjà aux 16-26 ans de bénéficier de la gratuité à bord des trains et des cars du réseau de transport régional liO.

C’est une mesure sans équivalent en France et une grande première qui permettra à plus d’1 million de jeunes de se déplacer facilement. C’est une avancée majeure et une véritable révolution écologique. Les jeunes n’auront plus à choisir entre climat et pouvoir d’achat !

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie.

L’Occitanie est désormais en tête des régions françaises en termes de hausse de fréquentation de ses trains. Entre janvier et septembre 2023, celle-ci a augmenté de 44 % par rapport à 2019 et de 20 % par rapport à 2022 [1]. Le fruit du volontarisme de la Région qui multiplie les initiatives pour inciter les habitants de ses territoires à choisir la mobilité douce plutôt que la voiture.

Aider les jeunes à concilier climat et pouvoir d’achat

Les jeunes plébiscitent le dispositif +=0 et font le choix des mobilités douces.
Les jeunes plébiscitent le dispositif +=0 et font le choix des mobilités douces.

Pensé dans une logique de contrat de fidélité, sans engagement, construit sur une tarification dégressive jusqu’à la gratuité, le dispositif « +=0 » garantit une réduction de 50 % dès le premier trajet, des voyages gratuits à partir du 10e, ainsi que la possibilité dès le 20e de cagnotter des trajets pour le mois suivant. Et à partir du 30e trajet réalisé dans le mois, la gratuité totale pour le mois suivant.

Depuis son lancement, 90 000 jeunes s’en sont emparés. Ils sont à présent six fois plus nombreux à prendre le train qu’en 2019 !

Covoiturage, cars liO gratuits pour les abonnés aux transports scolaires… Il est de plus en plus facile de se déplacer pour les jeunes d'Occitanie.
Covoiturage, cars liO gratuits pour les abonnés aux transports scolaires… Il est de plus en plus facile de se déplacer pour les jeunes d’Occitanie.

En parallèle, la Région incite au covoiturage là où il n’y a pas de transports collectifs. Ainsi, le passager paie au maximum 2€, tandis que le conducteur est assuré de percevoir au minimum 2 € dès lors que le trajet [2] est réservé via les plateformes Mobicoop, Karos, Atchoum, Klaxit ou BlaBlaCar Daily.
En septembre, cette aide de la Région avait déjà concerné 54 000 trajets covoiturés, 2 800 passagers et 3 500 conducteurs.
Au premier semestre 2024, la Région lancera une expérimentation pour multiplier par deux l’aide au covoiturage pour les 18-26 ans.

Autre nouveauté : depuis septembre, les élèves abonnés aux transports scolaires peuvent circuler gratuitement même le week-end et les vacances scolaires sur l’ensemble des 370 lignes de cars liO. Jusqu’à présent, la gratuité des transports scolaires a permis aux jeunes et à leurs familles d’économiser jusqu’à 315 € par an. La nouvelle mesure leur permettra de faire davantage d’économies encore.

Transport : depuis 2018, un train de mesures en faveur des jeunes

2018 : plafonnement du prix des transports scolaires à 90€/mols.
2020 : réduction de 50 % sur tous les trains, sans abonnement pour les 12-26 ans.
2021 : gratuité des transports scolaires, billets à 1€ sur tous les trains pendant l’été et lancement du dispositif « +=0 » pour les 18-26 ans.
2022 : lancement des billets de train à 1€ tous les premiers week-ends du mois et d’une aide financière au covoiturage.
2023 : gratuité des lignes de cars IiO pour les abonnés du transport scolaire et extension en septembre de « +=0 » aux jeunes de 16 à 17 ans, puis en décembre aux 12-15 ans.

Encourager les jeunes à se déplacer à vélo

Le vélo a de nombreux atouts pour nos jeunes : écologie, santé, autonomie…

Très engagée dans la lutte contre le dérèglement climatique, la Région a également décidé de prendre en charge 50 % du coût d’achat d’un vélo par les lycéens boursiers de seconde, l’aide pouvant aller jusqu’à 200€.

En complément, la Région lancera à la rentrée 2024, deux expérimentations, dont une concernera un service de prêt d’une trentaine de vélos à l’attention des élèves. Six lycées publics d’Occitanie le testeront [3].

Et dans le cadre de la dynamique impulsée par le Plan Vélo, la Région continuera de soutenir les projets locaux de construction de nouvelles pistes cyclables à proximité des lycées, tout en veillant à augmenter les capacités de stationnement des vélos près des gares, afin de faciliter l’usage combiné du vélo et du train dans les déplacements quotidiens. L’Occitanie prend la voie de la mobilité douce.

La politique régionale des transports en chiffres

1 million de jeunes dès 12 ans vont bénéficier du dispositif « +=0 » à partir du 22 décembre.
+ 44% d’augmentation de la fréquentation des trains régionaux depuis 2019.
+ de 2 millions de trajets réalisés en train par les jeunes grâce au dispositif « +=0 » depuis 2021.
180 000 élèves bénéficient en Occitanie de la gratuité des transports scolaires.
+ 25 % de fréquentation en 1 an pour les cars liO, permettant une réduction des émissions de CO2 de près de 1 400 tonnes soit l’absorption de 56 000 arbres.
850 millions d’euros de budget attribué chaque année par la Région aux transports.
100 000 voyageurs / jour : c’est l’objectif fixé par la Région dès que possible, contre 80 000 / jour actuellement.

[1source SNCF Voyageurs

[2hors ceux réalisés à l’intérieur des grandes agglomérations

[3Lycée Lucie Aubrac à Sommières (30), lycée Rosa Luxembourg à Canet-en-Roussillon (66), lycée Jean-Jaurès à Saint-Clément-de-Rivière (34), lycée Claude Nougaro à Caussade - Monteils (82), lycée Pyrène à Pamiers (09), lycée Martin Malvy à Cazères (31)

Sur les traces de la Préhistoire en Occitanie

De la découverte de fossiles aux collections de statues-menhirs, l’Occitanie conserve les vestiges et la mémoire de son passé. Un patrimoine préhistorique mis à la lumière de tous grâce aux fouilles des chercheurs.

Le Parc de la Préhistoire à Tarascon-sur-Ariège propose une immersion au cœur du quotidien des hommes de Cro-Magnons
Le Parc de la Préhistoire à Tarascon-sur-Ariège propose une immersion au cœur du quotidien des hommes de Cro-Magnons

La main de l’homme a façonné l’histoire au fil des époques. Période la plus ancienne, la Préhistoire s’étend de l’apparition des premiers hommes sur Terre à l’invention de l’écriture. L’Occitanie conserve les vestiges de ce passé à travers les peintures rupestres des grottes, les mégalithes, et les collections d’objets exposés dans les musées. Un patrimoine révélé par les chercheurs, que la Région accompagne dans le cadre de fouilles programmées. L’objectif : permettre une diffusion auprès de tous les publics.

Des sites riches de toutes les époques

La Région soutient la reconstruction du Musée de Tautavel pour lui donner une dimension européenne

Les vestiges de l’Occitanie remontent à l’époque du Paléolithique (première période de la Préhistoire). Le Musée de Préhistoire de l’homme de Tautavel, dans les Pyrénées-Orientales, offre la possibilité de suivre les traces du plus vieil homme retrouvé sur le sol français (-450 000 ans). Autres sites majeurs pour percer les mystères de l’Homme de Néandertal, la grotte de Pech Merle [1] dévoile les plus belles pièces de l’occupation humaine dans le Quercy (Lot), et le Musée de l’Aurignacien (Haute-Garonne) présente plus de 300 objets découverts à Aurignac.
 

Des bisons et autres signes énigmatiques sont dessinées dans la grotte de Niaux

L’un des sites préhistoriques les plus célèbres d’Europe se situe en Ariège ! La grotte de Niaux a conservé ses œuvres datant du Paléolithique, et c’est à ce jour l’une des rares grottes ornées [2] ouvertes à la visite. L’Occitanie recèle par ailleurs de nombreuses grottes, dont certaines révèlent des trésors de cette époque, à l’image des grottes de Gargas (Hautes-Pyrénées), ou de la grotte d’Aldène (Hérault), qui a laissé de nombreuses traces de vie de l’ère mésolithique [3].
 
 

Le musée Fenaille de Rodez (Aveyron) présente la plus importante collection de statues-menhirs en France

Vieilles de plus de 5 000 ans (époque du Néolithique [4]), les statues-menhirs [5] se distinguent par leur forme d’apparence humaine. L’Occitanie en possède l’une des plus grandes concentrations en Europe. Les départements du Tarn, de l’Aveyron, de l’Hérault, du Gard et de la Lozère conservent un ensemble exceptionnel. Quelques exemples de « La route des Statues-Menhirs d’Occitanie » : le circuit des statues-menhirs Montas, Rance et Rougier en Aveyron, le sentier des Immortels dans le Sidobre (Tarn), ou encore le Musée de la Préhistoire Régionale à Saint-Pons-de-Thomières (Hérault).

Bon à savoir

L’oppidum d’Ensérune (34) est caractéristique de l’âge de fer

L’Occitanie, une histoire plurimillénaire

L’héritage culturel de l’Occitanie est également influencé par l’occupation romaine : Nîmes, Javols, Narbonne, Nissan-lez-Ensérune, Séviac…, et les ordres religieux. Les Templiers ont laissé une forte empreinte en Aveyron, et le catharisme [6] a conduit les catholiques d’Albi à construire la cathédrale Sainte-Cécile pour affirmer leur puissance. De nombreux monuments ont été bâtis pour protéger les cités, comme Carcassonne et Villefranche-de-Conflent (Pyrénées-Orientales). A noter : ces fortifications ne sont pas la seule prouesse technique de Vauban, l’ingénieur de Louis XIV, puisqu’il a aussi travaillé sur le Canal du Midi.

Des chercheurs mobilisés pour notre héritage culturel

Du terrain à l’exploration scientifique, les archéologues de l’INRAP (Institut National De Recherches Archéologiques Préventives) ont pour obligation de mener des fouilles préventives sur les chantiers de construction, où des vestiges enfouis sont voués à disparaître [7]. Exemple concret à Uzès (Gard), où les investigations menées au lycée Gide ont révélé des mosaïques datant de l’époque romaine.

Autre champ de la recherche archéologique, les fouilles programmées [8]. La Région soutient ces projets de recherche qui renforcent les connaissances sur les civilisations disparues. Ces investigations ont récemment permis aux chercheurs de s’intéresser aux derniers secrets d’Aurignac (Haute-Garonne). Un chantier qui fait partie de la vingtaine de projets archéologiques autour de la Préhistoire soutenus par la Région en 2022, parmi lesquelles la grotte de la Crouzade à Gruissan (Aude), et le campement aurignacien de Régismont-le-Haut à Poilhès (Hérault).

En 2022, la Région s’est engagée à appuyer la recherche et valoriser le patrimoine archéologique à travers le Défi-clé « Sciences du passé ». Une approche pluridisciplinaire qui vise à promouvoir une recherche fondamentale autour du patrimoine archéologique régional, tout en intégrant la question de la transmission des savoirs auprès du grand public.

[1Les galeries de la grotte de Pech Merle ont été découvertes le 4 septembre 1922. Cette année, de nombreuses animations sont organisées pour célébrer le centenaire de cette découverte.

[2Une grotte ornée présente des dessins, peintures, gravures, et sculptures en bas-relief exécutées sur les parois d’une grotte.

[3Seconde partie de la Préhistoire, le mésolithique voit l’apparition d’outils en pierre de plus en plus petits. C’est également la période des derniers chasseurs cueilleurs nomades.

[4Dernière période de la Préhistoire, le Néolithique marque le début des premiers villages et l’invention de l’agriculture.

[5Les statues-menhirs font partie de la famille des mégalithes, des monuments constitués d’une ou plusieurs pierres.

[6Le catharisme est un mouvement dissident de la religion catholique en Europe à l’époque du Moyen-Âge.

[7Depuis 2001, une loi encadre cette pratique et impose un diagnostic préalable à tout projet d’aménagement, qu’il soit public ou privé (construction d’un lotissement, d’une habitation…), afin de préserver les vestiges qui pourraient être détruits.

[8Menées par un chercheur ou un groupement de chercheurs, les fouilles programmées sont soumises à l’avis favorable de la Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC) et des Commissions territoriales de la recherche archéologique (CTRA).

Carole Delga : « Robert Badinter, c’est la France des Lumières qui étend sa clarté jusqu’au XXIè siècle. »

 

À la suite du décès de l’ancien ministre socialiste de la Justice, Robert Badinter, Carole Delga lui rend hommage et présente ses condoléances à son épouse et ses trois enfants :

« Rares sont les hommes qui ont incarné comme lui la sagesse du juste et la passion ardente de l’avocat des Droits humains. Ses plaidoiries irradiaient les prétoires, ses plaidoyers résonnaient dans le monde entier.Sa vision universaliste de la Justice illuminait les assemblées comme les amphithéâtres des facultés. 

Confronté au tragique avec la déportation de son père et de son frère, Robert Badinter a puisé dans son enfance, meurtrie par la Shoah et l'antisémitisme, une force de conviction inébranlable, une rigueur intellectuelle et un humanisme inspirant pour nous tous. « Ma jeunesse n’incitait pas à l’optimisme mais elle me guidait vers le droit parce que le droit est l’arme la plus puissante contre l’injustice » expliquait-il dans son ouvrage « L’abolition ».

Il lègue à la République une œuvre immense. Celle du garde des Sceaux qui a aboli la peine de mort en France. Celle du Sage de nos institutions veillant sur nos libertés. Celle de l'auteur de théâtre, racontant la déportation des juifs et la Libération des camps, avec sans doute le souvenir qu’à 19 ans, il hésita entre les études de droit et sa tentation pour la scène : « Un comédien peut jouer le rôle d’un avocat, pas l’inverse ».

Ministre de la Justice, Robert Badinter a également porté la dépénalisation de l’homosexualité, les régimes d’indemnisation des victimes d’accidents de la route, ou encore les droits à préserver un lien familial, un accès à l’information et à la formation pour les détenus. Militant d’une gauche profondément républicaine, attaché à la transmission de l’Histoire et de la Mémoire, il répondait avec enthousiasme aux sollicitations des lycéens, des étudiants, des associations d’éducation populaire pour les emmener dans ses combats.

Lanceur d'alerte jusqu'à son dernier souffle, il nous délivrait encore récemment ce message puissant : « Face à la montée des extrémistes, partout dans le monde et sans aucune exception, où triomphent la dictature et le mépris des droits de l'homme, partout vous y trouvez inscrite, en caractères sanglants, la peine de mort. »

Pour plusieurs générations de militants politiques, il a été un immense guide de notre engagement. Robert Badinter, c’est la France des Lumières qui étend sa clarté jusqu’au XXIè siècle. La flamme s’éteint, pas la Lumière.

À son épouse Elisabeth, à ses trois enfants et à ses proches, j'adresse mes condoléances émues. »

La Région Occitanie est prête pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 !

 

A l’approche des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, la Région Occitanie a présenté aujourd’hui son plan d’actions pour faire vivre et rayonner cet évènement planétaire sur l’ensemble du territoire. Organisation de grands rendez-vous sportifs, relais de la flamme olympique, soutien des athlètes régionaux vers l’excellence sportive et accueil de nombreuses délégations françaises et étrangères en stage d’entrainement… En Occitanie, les Jeux ont déjà commencé !  Perrine Laffont et Kévin Mayer, futurs porteurs de la flamme olympique, étaient présents ce jour pour témoigner des atouts de l’Occitanie dans la préparation des sportifs aux évènements internationaux, aux côtés de Kamel Chibli, vice-président de la Région délégué à l’Éducation, à l’Orientation, à la Jeunesse et aux Sports, représentant la présidente Carole Delga, et de Vincent Garel, président du Comité régional du Tourisme et des Loisirs.

 

https://www.datapressepremium.com/rmdiff/2984/240209-JOP2024-2.jpg

Terre de sport, labellisée « Terre de Jeux », la Région Occitaniedispose d’atouts naturels et d’équipements de haut niveau (CREPS-CNEA de Font-Romeu, CREPS de Toulouse et Montpellier…) qui la positionnent comme un camp d’entrainement incontournable pour les athlètes du monde entier.

La Région Occitanie mène une politique sportive volontariste et ambitieuse autour d’un double objectif : assurer le rayonnement de l’Occitanie aux niveaux national et international tout en permettant à tous les habitants de la région de pratiquer un sport, quel que soit leur niveau.Les résultats sont là : rapporté au nombre d’habitants, l’Occitanie est aujourd’hui la région la plus sportive de France avec 3,85 millions de pratiquants.

A travers sa démarche « Occitanie Ambition 2024 »,130 M€ ont ainsi été investis dans les territoires depuis 2016 pour le développement et la modernisation des équipements sportifs de préparation aux Jeux, avec pour objectif à terme d’en faire bénéficierl’ensemble de la population. Là aussi, la stratégie régionale est payante : plus de 1 500 sportifs provenant de tous les continents ont déjà choisi l’Occitanie pour préparer les Jeux, source de retombées économiques pour nos territoires avec 25 000 nuitées touristiques générées par l’accueil de ces délégations françaises et étrangères.

C’est également en Occitanie que se tiendront les principales compétitions préparatoires aux Jeuxcomme le tournoi pré-olympique de handball à Montpellier en mars, le championnat du monde Nacra 17 pour la voile à la Grande Motte en mai prochain, ou encore le match de l’équipe de France de basket à Montpellier en juillet. L’Occitanie sera sans douteune desprincipales régionspourvoyeusesd’athlètes qualifiés pour ces Jeux, avec de nombreuses chances de médailles. Une véritable ‘Team Occitanie’ composée notamment de : Léon Marchand (Natation), Kévin Mayer (Décathlon), Shirine Boukli (Judo), Antoine Dupont (Rugby à 7), Sofiane Oumiha (Boxe), Anthony Jeanjean ou Laury Perez (BMX Freestyle), … 

Les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 seront l’occasion pour la Région de réaffirmer son ambition et d’aller plus loin, pour en faire une grande fête populaire dans toute l’Occitanie. 1000 places seront ainsi offertes par la Région à de jeunes sportives et sportifs et bénévoles d’Occitanie, invités à assister à différentes épreuves des Jeux.De nombreuses manifestations seront également organisées dans tous les territoires pour permettre à tous les habitants, et en particulier aux jeunes, de célébrer les Jeux et les valeurs de l’Olympisme avec, en point d’orgue, le passage de la flamme olympiqueen Occitanie, du 13 au 19 mai prochains, et une étape particulièrement attendue au CREPS de Font-Romeu le 15 mai. La championne olympique ariégeoise, Perrine Laffont, portera la flamme sur ce site emblématique de l’olympisme et de l’excellence sportive en Occitanie, qui a joué un rôle majeur dans sa carrière exceptionnelle. 

L’olympisme en Occitanie : les chiffres clés 

• 130 M€ investis par la Région depuis 2016 pour rénover des équipements sportifs de son territoire.

76 centres sportifs et infrastructures sportives labellisés « Centres de Préparation aux Jeux» (CPJ) par le Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024.

• 50 disciplines olympiques et paralympiques pouvant être pratiquées à très haut- niveau dans ces CPJ, sur tout le territoire.

• 3 centres d’excellence sportive dont le CREPS-CNEA de Font-Romeu (66), une structureunique en France culminant à 1850 mètres et spécialisée dans l’hypoxie.

• 250 manifestations sportives sont organisées chaque année en Occitanie dont 160 en lien avec des disciplines olympiques.
Crédit photo : Léo Arcangeli - Région Occitanie.

 

Carole Delga salue la nomination d’un « Monsieur ou Madame Eau - Agriculture » et engage la réalisation de 30 projets hydrauliques prioritaires en Occitanie

 

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, réagit suite à l’annonce réalisée par le préfet de Région de la création d’un poste de directeur de projet chargé d’accompagner les agriculteurs de la région sur le volet eau. Une annonce qui fait suite aux demandes répétées de la présidente de Région en ce sens. Dans le même temps, et faisant suite à la proposition de Carole Delga,en début de semainese tenait la première réunion de travail autour de l’eauagricole organisée avec les agriculteurs et professionnels du secteur. Une rencontre qui a permis de déboucher sur 3 avancées qui permettront de concrétiser une trentaine de projets hydrauliques dans le territoire.

 

L'Eau, Jet D'Eau, Nature, Fontaine

 

« Je me félicite de cette nomination, qui constitue un signal positif envoyé à nos agriculteurs et viticulteurs. Elle fait suite aux demandes répétées que j’adresse depuis plusieurs mois au président de la République et doit permettre d’accompagner notre territoire dans la mise en place de solutions adaptées. La Région, déjà engagée à travers son plan Eau voté en juin et la série de mesures d’urgence qu’elle vient d’adopter pour faciliter l’accès à l’eau de milliers agriculteurs, sera évidemment au rendez-vous.

 

Je continue néanmoins d’alerter sur la nécessité de penser la problématique de l’eau à l’échelle globale. Je souhaite donc que ce nouvel interlocuteur puisse avoir des prérogatives élargies qui lui permette d’échanger avec l’ensemble des acteurs de l’eau du territoire. Car il nous faut aujourd’hui penser tous les usages de l’eau afin d’être en capacité de répondre à l’urgence qui touche de nombreux départements et leurs populations, à l’image des Pyrénées-Orientales, en première ligne face aux impacts du réchauffement climatique. » a déclaré Carole Delga.

 

 

Une réunion avec les agriculteurs et acteurs de l’eau attendue

 

Comme Carole Delga s’y était engagée à l’occasion de sa rencontre avec des agriculteurs manifestants sur les ronds-points du Volvestre (31) le 22 janvier dernier, la première réunion de travail autour de l’eau agricole s’est tenue hier. Présidée par Jean-Louis Cazaubon, Vice-président chargé de la Souveraineté alimentaire, Viticulture et Montagne, et Frédéric Viseur, secrétaire général aux affaires régionales de la région Occitanie (SGAR),aux côtés de Denis Carretier, président de la Chambre régionale d’agriculture Occitanie, des représentants des conseils départementaux, des services de l’Etat, des agences de l’eau et de la profession agricole,cette réunion a permisd’échanger sur les propositions portées par la Chambre Régionale d’Agriculture ainsi que sur leurs attentes et les difficultés rencontrées en matière de projets hydrauliques agricoles. 

 

77 projets jugés comme prioritaires par la profession ont été examinés à l’occasion de cette réunion. 30pourront faire l’objet d’un soutien régional. Sur les 47 autres des obstacles financiers et règlementaires restent à lever. Pour lever ces freins, la Région se positionne d’ores et déjà sur 3 volets :

 

-          Le travail autour d’un dispositif de financement conjoint entre la Région et les Départements d’études et pré-études pour la réalisation d’ouvrages hydrauliques;

-          Une réflexion autour dufinancement par la Région et l’Agence de l’eau de la mise aux normesd’ouvrages hydrauliques, jusqu’à présent non financés par la Région,

-          La mobilisation des deux sociétés d’aménagement régional BRL et la CACG afin de débloquer plusieurs projets identifiés.  

 

Une nouvelle réunion se tiendra en présence de la présidente de Région fin mars dans la même configuration.