TER : la Région demande à la Sncf de tenir ses engagements

La Région croit au train et a fait le choix du service public : elle demande ce mercredi 15 mai à Sncf Mobilités d’honorer ses engagements de qualité de service, et d’améliorer l’information des voyageurs. Un an après la signature de la convention d’exploitation TER 2018-2025, la Région juge les résultats « insuffisants ».

JPEG - 141.3 ko

Plus sûr, plus confortable, moins cher, moins polluant, le train est la meilleure alternative à la voiture individuelle
La présidente de Région a dressé ce mercredi 15 mai, en duplex des sites de l’Hôtel de Région de Toulouse et Montpellier, le premier bilan de la convention d’exploitation 2018-2025 avec SNCF Mobilités, signée le 9 avril 2018. Une convention financée par la Région pour 2,5 milliards d’euros, soit plus de 300 M€ par an (hors investissements). Pour améliorer l’attractivité du train, la Région a notamment fixé des objectifs élevés de fiabilité, ponctualité et qualité d’information du public. Mais en 2018, seulement 82% des trains ont été maintenus (96,6% hors grèves) et 85,8% des trains en circulation sont arrivés à l’heure, trois points de moins que les 89 % fixés par la convention. Cela signifie 46 trains en retard par jour et 16 trains supprimés (hors grèves). Des résultats insuffisants, d’autant que seulement 34,5% des usagers sont satisfaits de l’information en gares.

« Je crois au train, mais il doit être un mode de transport emprunté en confiance, souligne Carole Delga. En Occitanie, nous avons fait le choix du service public. Aujourd’hui, nous ne remettons pas en cause cette confiance, mais nous alertons la direction de la Sncf. Les mauvais résultats de 2018 ne doivent pas se reproduire. Si nous souhaitons ramener les usagers vers le train, le service doit être à la hauteur des engagements pris. »

La Région Occitanie veut développer l’offre ferroviaire 

Cap croissance pour l’aéroport Montpellier Méditerranée

Les nouveaux équipements de l’aéroport Montpellier-Méditerranée, agrandi et modernisé pour plus de 15 M€, ont été inaugurés ce mardi 7 mai. Actionnaire et soutien de l’aéroport, la Région favorise une stratégie aéroportuaire concertée à l’échelle de l’Occitanie, forte de 10 aéroports.

JPEG - 1 Mo

Les équipements inaugurés ce 7 mai, en compagnie de la présidente de la Région et de plusieurs centaines d’invités, constituent une étape cruciale dans la vie de l’aéroport Montpellier-Méditerranée, l’aérogare historique datant de 1977 et son agrandissement de 1990. En échange de travaux de 15,5 M€, l’aéroport a gagné aujourd’hui 5500 m² : le nouveau hall 2 accueille au rez-de chaussée les opérations d’enregistrement et à l’étage des salles de pré-embarquement, travail et détente. Sa construction a permis d’installer un traitement de pointe des bagages en soute.

Autres nouveautés  : une zone commerciale de plus de 1000 m2, un espace duty free déplacé, agrandi et embelli, l’installation de l’enseigne Bread & Co. Originalités : un show-room de 70 m2 diffuse en avant-première l’épisode du jour de la série Un si grand Soleil de France 2, tournée à Montpellier et alentours, et un kiosque fait visionner des films en réalité virtuelle sur la richesse des sites d’Occitanie.

Les retombées de l’’aéroport Montpellier Méditerranée sont importantes : il génère 3 300 emplois, réalise 597 M€ de chiffre d’affaires annuel et 332 M€ de valeur ajoutée, félicite Carole Delga. Les touristes qui le fréquentent dépensent 266 M€ dans l’économie locale. Nos 10 aéroports sont une force : ils produisent 2,745 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel en Occitanie, contribuent pour 1,477 milliards au PIB régional et font travailler près de 18 800 personnes en Occitanie.

Après deux années de forte croissance, l’aéroport Montpellier Méditerranée a consolidé son trafic passagers en 2018 : son tarmac a été foulé par près de 1,879 million de passagers, nouveau record historique.

JPEG - 420.7 ko

Actionnaire de l’aéroport, la Région Occitanie appuie le développement du trafic aérien, pour lequel elle a versé plus de 4,6 M€ de subventions depuis 2010. Membre du conseil de surveillance, elle a approuvé le plan stratégique « Destination 2020 » de 70 M€ d’investissement, qui permettra à terme de traiter jusqu’à 2,5 millions de passagers annuels. La Région va aussi engager 25% du coût de réalisation de la liaison entre les RD 189 et RD 172, qui sera mise en service fin 2021 pour favoriser le développement de la zone de fret de l’aéroport.

Développons l'économie circulaire

Jusqu’au 5 juillet 2019 déposez vos projets en faveur du développement de l’économie circulaire et de la lutte contre le gaspillage alimentaire sur la Région citoyenne. Et sélectionnez les projets qui vous plaisent le plus du 11 septembre au 9 octobre 2019.

La démarche

Depuis avril 2016, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée élabore son Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets (PRPGD) conformément à une nouvelle compétence confiée aux Régions par la loi NOTRe. Ce projet se fixe pour ambition d’atteindre en valeur et en calendrier les objectifs de la Loi pour la Transition Energétique et la Croissance Verte (LTECV).

Par ailleurs, la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF) anime en Occitanie depuis 2010 le Plan Régional de l’Alimentation (PRA), déclinaison régionale de Programme National de l’Alimentation (PNA). La lutte contre le gaspillage alimentaire est un des axes majeurs de ce programme. 

Patrimoine maritime d’Occitanie

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et le Parlement de la Mer ouvrent leur patrimoine maritime au public.

Cette action s’effectue grâce au Groupe de Travail Patrimoine Maritime d’Occitanie sur le support data.laregion.fr.

Ce Groupe de Travail collecte des documents qui illustrent le patrimoine ; historique, sociétal, corporatif, sportif, vivant et immatériel du littoral et du monde maritime de la région Occitanie.

La collecte de ces documents s’effectue grâce à vos contributions.

L'agenda maritime en 2019

En savoir plus

Durant le « Joli Mois » de mai, c’est la fête de l’Europe en Occitanie

Des dizaines de débats, animations, expositions et spectacles vont en mai faire « vivre l’Europe » dans les territoires d’Occitanie. L’Europe en Occitanie, ce sont 3 milliards d’euros de fonds européens - essentiellement gérés par la Région - jusqu’en 2020, pour appuyer le développement économique et rural, l’agriculture, l’innovation, la formation et l’emploi, la solidarité, la culture…

L'Erasmus Day à l'hôtel de Région de Montpellier en 2017.

L’Erasmus Day à l’hôtel de Région de Montpellier en 2017

28 pays, 24 langues officielles, 160 milliards d’euros de budget annuel, 751 députés… Qui suis-je ?

Réponse : l’Union européenne. 

Chaque année au mois de mai, « Le Joli Mois de l’Europe », une manifestation co-pilotée par la Région et l’Etat, est l’occasion de visiter des projets financés par les fonds européens, de s’informer sur le réel impact de l’Europe dans la vie quotidienne via des débats, des expositions, des animations, des spectacles ou des balades.

En Occitanie, des manifestations auront lieu dans de nombreux territoires

Une ambition maritime pour l’Occitanie

Du port de Sète aux parcs à huîtres du bassin de Thau et au Grand Site Occitanie / Sud de France Agde-Pézenas, la Région intervient en Hérault pour appuyer la croissance bleue et le tourisme durable, via le Plan Littoral 21. Zoom sur l’ambition maritime d’Occitanie.

La mer est un atout majeur en Occitanie. La Région soutient notamment la modernisation des infrastructures portuaires et maritimes, comme ici à Sète

La mer est un atout majeur en Occitanie. La Région soutient notamment la modernisation des infrastructures portuaires et maritimes, comme ici à Sète.

En bus et pilotine (bateau-pilote), le directeur général du Port de Sète-Frontignan, propriété de la Région, a fait visiter ce jeudi 25 avril les grands équipements du port de commerce, pêche et plaisance (la gare maritime, le bassin Colbert, le quai H dédié au transit automobile, aux croisières et à l’éolien, le terminal vrac, le môle Masselin…) à une délégation composée du préfet et de la présidente de Région, d’élus héraultais et de professionnels.

De 2014 à 2018, le port a enregistré plus de 40 % de croissance de son chiffre d’affaires (20 M€). Pour en faire un port de référence en Méditerranée, 400 M€ de ressources publiques et privées seront injectés entre 2018 et 2020. Après ce dialogue avec la communauté portuaire, la présidente de Région a rejoint le bassin de Thau pour déjeuner à Marseillan avec une dizaine de conchyliculteurs et les représentants du comité régional conchylicole de Méditerranée et le Cepralmar. Au menu, l’avenir de la conchyliculture, qui fait vivre 2 000 personnes.

Le XXIe siècle sera celui de la mer et de la croissance bleue. La mer est un atout majeur que je me suis engagée à développer pour faire de l’Occitanie une vitrine française de la résilience écologique, avec un littoral symbole d’attractivité, d’accueil et d’économie innovante, lance Carole Delga. Mené avec l’Etat et la Caisse des Dépôts, notre Plan Littoral 21 assurera la modernisation des infrastructures portuaires et touristiques, le développement de l’éolien en mer, l’aménagement de la côte, la valorisation des espaces protégés et le soutien de l’innovation.

Le nouveau Palais des Congrès à Agde est doté d'une salle de 1 150 places

Deux actions soutenues par le Plan Littoral 21 ont été ensuite valorisées au Cap d’Agde

Le projet environnemental Récif’Lab bénéficie d’une aide régionale de près de 132 000 € et le nouveau Palais des Congrès d’une contribution de 3,3 M€. Projet de trois ans piloté par le bureau d’études montpelliérain Seaboost, Récif’Lab installe des récifs artificiels et des zones de mouillage écologique pour restaurer les écosystèmes de l’aire marine protégée de la Côte agathoise.

Inauguré ce jeudi 25 avril 2019, le Palais des Congrès Cap d’Agde Méditerranée salle de 1 150 places est l’un des atouts du Grand site Occitanie / Sud de France Agde-Pézenas que la Région a signé avec les villes d’Agde et Pézenas et l’agglomération Hérault Méditerranée. Ce contrat veut notamment renforcer la complémentarité Terre - Mer. Parmi ses joyaux, les cœurs historiques d’Agde et Pézenas, le canal du Midi, le Théâtre de Pézenas, le musée de l’Ephèbe et la Villa Laurens.

Dispositif pour favoriser le recrutement d'aides-soignant.es en milieu rural

La Région lance un nouveau dispositif pour favoriser le recrutement d'aides-soignant.es en milieu rural

Afin de faire face à la pénurie de personnels formés dans les territoires ruraux, la Région Occitanie lance un dispositif expérimental pour inciter les élèves aides-soignant.es à exercer en zones rurales, une fois leur diplôme décroché.

 OCCICapture

Les études menées pour construire le Schéma Régional des Formations Sanitaires et Sociales ont mis en exergue les difficultés croissantes de recrutement rencontrées par les établissements médico-sociaux situés en zones rurales, en particulier les structures d'accueil de personnes âgées (EHPAD) et d'aide à domicile. Ces difficultés concernent particulièrement le métier d'aide-soignant.e, alors que les besoins sont prégnants avec des enjeux forts liés à l'allongement de la durée de vie, aux besoins médicaux croissants qui en découlent, à la prise en charge du vieillissement et du handicap, mais aussi à la nécessité de garantir l'accès aux soins pour tous et pour toutes, partout.

Un dispositif dès la rentrée 2019

Face à ce constat, et afin d'apporter une réponse concrète aux employeurs installés dans les territoires ruraux qui peinent à recruter, la Région Occitanie vient de créer un dispositif expérimental dédié aux élèves aides-soignant.es : les « contrats de fidélisation ». Adopté par les élus régionaux, sur proposition de la présidente Carole Delga, lors de la commission permanente du 19 avril dernier, ce dispositif s'appliquera dès la rentrée 2019. Il prévoit le versement d'une aide régionale mensuelle de 150€ ou 200€, sur 10 mois de formation, aux élèves aides-soignant.es qui s'engagent à faire leur stage dans un établissement situé en zone rurale et à y rester après l'obtention de leur diplôme sur une période de deux à trois ans.

Les super-fruits tiennent la vedette au salon international MedFEL

A Perpignan, le salon international des fruits et légumes MedFEL installe ses stands et attend 6 000 professionnels du 24 au 26 avril 2019 au Palais des Congrès de Perpignan. Organisé par la Région avec l’appui de l’agence Ad’Occ, cette 11e édition met à l’honneur un cocktail de « super-fruits ». Elle valorise surtout la « super filière » régionale des fruits et légumes, qui emploie 35 000 personnes en Occitanie.

Du 24 au 26 avril, le salon international des fruits et légumes MedFEL met à l'honneur la filière des fruits et légumes

Du 24 au 26 avril, le salon international des fruits et légumes MedFEL met à l’honneur la filière des fruits et légumes

Riche de 35 000 emplois et 800 M€ de revenus annuels, la filière des fruits et légumes occupe une place de choix dans l’agriculture d’Occitanie, 2e région productrice de fruits et 4e région maraîchère de France. Concocté par la Région et l’agence Ad’Occ, le salon international MedFEL est une belle occasion d’afficher ces atouts économiques et gourmands, durant trois jours au Palais des Congrès de Perpignan. « J’y participe depuis la création, note Nathalie Bonnet, présidente du Domaine des Coteaux - 260 hectares de vergers) - dans le Gard. C’est une formidable vitrine. » Cette 11e édition met en avant les « super-fruits » (kaki, grenade, kiwi et myrtille) riches en minéraux, vitamines, oligo-éléments, antioxydants…

À Perpignan, 200 exposants vont faire des affaires avec 6 000 visiteurs, dont 103 acheteurs internationaux invités par l’agence Ad’Occ. Le bio y sera très présent : l’espace « Organic Market by MedFEL » constituera la plus grande zone d’exposition de fruits et légumes bio de France. Nouveauté : les professionnels traiteront le 26 avril les difficultés de recrutement de la filière. « L’agro n’attire pas assez : nous trouvons peu de candidats, même pour des emplois permanents à responsabilités », confirme Nathalie Bonnet, qui emploie une centaine de salariés et jusqu’à 500 en saison. Pour mobiliser les jeunes, la Région, la Fédération des Fruits et Légumes d’Occitanie, le réseau Occit’Agri Formations et la Chambre régionale d’agriculture ont organisé un jeu-concours dont les trophées sont remis au salon.

Notre région est celle de l’authenticité, de la qualité et de l’innovation, atouts majeurs pour le secteur agricole et agroalimentaire, premier secteur économique d’Occitanie avec plus de 164 000 emplois et 22 milliards d’euros de chiffre d’affaires, affirme Carole Delga. La Région est engagée au quotidien pour une agriculture innovante, diverse et durable.

Depuis 2018, la Région fait de l’alimentation sa « Grande cause régionale » et a validé en décembre, après une vaste consultation citoyenne, son « Pacte régional pour une Alimentation durable ».Elle aide les producteurs à investir et innover avec les Pass et Contrats AgroViti, le Pass Expertise Bio, le Pass Installation, le Pass Elevage… Elle assure la promotion des produits régionaux avec la marque ombrelle Sud de France. Dans les cantines des lycées, la Région déploie le programme «L’Occitanie dans mon assiette », pour porter à 40% la part de produits - notamment de fruits et légumes - locaux et bio. Une centaine de lycées (fournisseurs de 9 millions de repas) y seront engagés à la rentrée. 

Plus de 1 million de tonnes de fruits et légumes produits en Occitanie

Arboriculteurs et maraîchers d’ Occitanie produisent globalement plus de 1 million de tonnes de fruits et légumes, sur 60 000 hectares. L’Occitanie est la 1ère région « bio » de France et la 1ère en nombre de produits labellisés AOP, IGP, Label Rouge, Agriculture biologique, avec environ 250 sous signes officiels de qualité tels l’abricot rouge du Roussillon, le melon du Quercy, le chasselas de Moissac, le haricot tarbais, l’oignon doux des Cévennes…

L'Occitanie, rendez-vous mondial de l'éolien en mer flottant pendant 3 jours

- Salon FOWT 2019 -

OCCICapture

La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée accueille à Montpellier du 24 au 26 avril, la 6ème édition du salon FOWT (Floating Offshore Wind Turbines), le plus grand évènement mondial de l'éolien en mer flottant au monde, rassemblant l'ensemble des acteurs de la filière.

 Pour la première fois, le salon FOWT se délocalise à Montpellier, où professionnels français et étrangers de l'éolien flottant se réuniront pendant 3 jours. Cet événement phare vise à faire progresser la filière et à accélérer son intégration dans le mix des énergies renouvelables. Plus de 800 participants sont attendus pour cette nouvelle édition.

 1er partenaire du salon, la Région souhaite faire de cet événement une opportunité pour valoriser son engagement et l'expertise des entreprises de son territoire dans le domaine de l'éolien flottant, avec notamment le déploiement de deux fermes pilotes dès 2021 au large de Gruissan et Leucate/Barcarès. Cette volonté s'inscrit pleinement dans l'ambition de la Région de devenir la première région à énergie positive d'Europe en 2050, et de faire de l'éolien en mer flottant l'un des piliers principaux du futur mix énergétique renouvelable de la région.

 A l'occasion de cet événement unique, les Régions Occitanie, Sud PACA, Pays de la Loire et Bretagne, partenaires de l'évènement, marqueront leur unité dans leur volonté de proposer une Programmation Pluriannuelle de l'Energie (PPE) plus ambitieuse et répondre ainsi aux attentes des territoires et des industriels du secteur en matière de transition énergétique.

Occitanie : la “cité des Start-up” ouvre en 2020

Dans les anciennes Halles Latécoère à Toulouse, la Région Occitanie ouvrira en 2020 un vaste lieu entièrement tourné vers les entreprises et les emplois de demain. La Cité des Start-up, c’est du « 100 % innovation » !

La Cité des Start-up : un lieu unique dédié à l’innovation qui accueillera et accompagnera notamment les jeunes entreprises dès 2020 à Toulouse.

 Startup, Start-Up, Notebooks, Creative

Berceau de l’aéronautique à Toulouse, les anciennes halles de montage des avions Latécoère vont retrouver une vocation très contemporaine : elles accueilleront dès 2020 la « Cité des Start-up » voulue par la Région. Réaménagé par le cabinet d’architectes toulousain Taillandier, le lieu sera 100% dédié à l’innovation : il associera sur 10 000 m2 des solutions d’incubation, d’accélération, de mise en réseau et d’accompagnement des jeunes entreprises innovantes. La Cité des start-up hébergera les équipes de l’agence régionale de développement économique Ad’Occ et de l’incubateur Nubbo. Elle sera dotée d’un tiers-lieu, d’un fablab et d’un espace « événements » ouvert au public.
Ce mercredi 6 février, la Région a dévoilé les finalistes des appels à projets sur l’animation du fablab et du tiers-lieu : Manatour et Artilect pour le premier, les agences Interfaces, At Home et Newton pour le second. La Région doit choisir en juillet 2019 entre les opérateurs.

"En Occitanie, nous avons l’esprit start-up ! La Cité des Start-up sera un lieu unique pour l’innovation collaborative, un ‘hub’ de l’écosystème régional, un lieu de travail et d’échanges pour le développement et la croissance des entreprises innovantes", assure Carole Delga.

  • Au sein de la Cité des Start-up, le tiers-lieu proposera des services aux entreprises, des espaces de co-working, de réunions et de la restauration. Le fablab répondra aux besoins de prototypages et de tests des entreprises d’Occitanie et sera ouvert aux étudiants et au grand public.

"L’animation de ces lieux sera concertée avec les start-ups et entreprises, note Nadia Pellefigue, vice-présidente de la Région au développement économique, à la recherche, l’innovation et l’enseignement supérieur. Notre ambition, c’est d’avoir le meilleur de ce qui se fait déjà, mais aussi de se projeter vers des services innovants."

Reconquête des friches : 15 nouveaux projets soutenus par la Région Occitanie

Réunis sous la présidence de Carole Delga, ce vendredi 19 avril à Montpellier, les élus de la Commission permanente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée ont réaffirmé leur mobilisation pour un aménagement équilibré du territoire en retenant 15 nouveaux lauréats dans le cadre du programme régional de reconquête des friches.

L'identification et la requalification des sites de friches, qu'elles soient industrielles, hospitalières ou commerciales représentent une réelle opportunité de développement pour le territoire. Dans ce cadre, la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée a ainsi engagé en 2018 un travail partenarial sur la reconquête des friches avec L'État, l'ADEME, la CDC, le BRGM, l'Établissement Public Foncier d'Occitanie, l'Union Régionale « Les CAUE d'Occitanie » et les 3 Agences d'Urbanisme présentes en Occitanie.



A Frontignan, requalification du site de l’ancienne raffinerie Exxon-Mobil en pôle d’échange multimodal et zone d’activités économiques durables

En mars 2018, la Région a lancé un appel à manifestation d'intérêt (AMI) auprès des collectivités locales ayant pour objectif d'identifier des projets concrets afin de les accompagner en mobilisant les leviers d'intervention des différents partenaires. 16 lauréats ont été sélectionnés lors d'une première session en octobre 2018, sur l'ensemble du territoire.

 « La Région Occitanie est la région la plus attractive de France, accueillant 50 000 nouveaux habitants chaque année. Notre stratégie régionale en matière de reconquête des friches a pour objectif de concilier l'accueil de ces nouveaux habitants en limitant l'étalement urbain et l'artificialisation des espaces naturels et agricoles, tout en répondant aux enjeux du changement climatique et de la transition énergétique.», a déclaré la présidente à cette occasion.

 Les 15 nouveaux lauréats sélectionnés lors de la 2ème session de l'AMI : 

-          Saverdun (09) : Reconversion et valorisation de 3 bâtiments en friche - Etude urbaine financé par la Région 
-          Decazeville (12) : Reconversion de bâtiments industriels pour la réalisation d'un parc intercommunal 
-          Millau (12) : Réhabilitation de la friche Mercier en complexe cinématographique
-          Saint-Affrique (12) : Reconquête d'une friche en centre-ville pour la reconversion d'une ancienne déchetterie
-          Capdenac-Gare (12) : Requalification de la friche industrielle « Raynal et Roquelaure »
-          Alès (30) : Reconquête des délaissés ferroviaires pour la réalisation du site Eco-quartier Gare d'Alès
-          Laudun l'Ardoise (30) : Transformation d'une ancienne friche industrielle en plate-forme multimodale
-          Notre Dame de la Rouvière (30) : Réhabilitation d'un ancien centre de soins en Maison des Métiers d'Art, de la Mode et du Design
-          Auch (32) : Reconversion de la friche militaire Espagne
-          Balaruc les Bains (34) : Requalification de la friche de la Raffinerie du Midi
-          Villemur-sur-Tarn (31) : Rénovation de l'ancienne usine Brusson
-      Espère, Mercuès et Catus (46) : Réhabilitation d'une friche industrielle sur les communes d'Espère et Mercuès et reconversion d'une friche touristique sur la commune de Catus
-          Alvignac et Rocamadour (46) : Reconversion de l'ancien site militaire du Viroulou
-          Marvejols (48) : Requalification du site de l'ancienne usine de la Goutelle
-          Carmaux (81) : Reconquête de friches industrielles et réhabilitation de zones d'activités. 

Nouvelle expo à Lattes "collection de torques"

 

Explorée depuis le XIXe siècle, la craie champenoise a livré un nombre considérable de nécropoles généreuses en objets qui ont aidé les générations successives d’archéologues à forger des références partagées pour construire et reconstruire l’image des Gaulois.
D’abord convoités pour leurs qualités antiques et esthétiques, les torques, ces colliers rigides caractéristiques, faits de bronze ou d’or, mis au jour en Champagne sont rapidement considérés comme des indices incontournables pour concevoir la chronologie de l’âge du Fer européen.

« Torques et compagnie. Cent ans d’archéologie des Gaulois dans les collections du musée d’Épernay », c'est le thème de la nouvelle exposition de Lattara au Musée Henri Prades de Lattes qui sera présentée jusqu'au 2 septembre 2019.

Une riche collection de 350 objets retraçant 100 ans d’archéologie des Gaulois en Champagne...

» Echos/Lattes