Nouvelle expo en juin à la chapelle de Baillarguet

Les Amis de la Chapelle de Baillarguet présentent une nouvelle exposition intitulée "Le corps en lumière"

Du 29 juin au 7 juillet 2019, trois artistes à la chapelle de Baillarguet sont réunis pour exprimer le thème du nu féminin,  Marie-Lise Amette,  Louis Gabard, et le sculpteur Michel Pomarède ont chacun une personnalité affirmée mais aussi une exigence commune pour la qualité esthétique de leur travail.

Les deux photographes et un sculpteur invités par Les Amis de la Chapelle succèdent à l'exposition d'aquarellistes du mois d'avril "De la garrigue à la mer".

Marie-Lise Amette : Appuyer sur le déclencheur, c’est pour moi vivre un bref instant d’éveil : voir, ressentir, comprendre ce qui se passe ICI. Dans l’aventure de la photographie de Nu s’impose de plus, l’indispensable et subtile connexion avec le modèle. Le photographe dicte son intention et le modèle propose une réponse personnelle adaptée. Mais parfois la réciproque est vraie. Et c’est alors que s’ouvre le champ d’une créativité inattendue ! Marie-Lise Amette s’est ici attachée aux mystères de la transparence des « Verreries ». Son regard en caresse les contours puis pénètre dans la matière. L’art photographique décuple les découvertes pour rendre les effets de la lumière que les peintres ont sans cesse cherchés.

Louis Gabard : La photographie est une rencontre. Lorsque le nu s’invite dans le paysage, soleil, nuages et orages offrent des lumières éphémères auxquelles le modèle s’adapte par une gestuelle. Il revient au photographe de fixer cet instant qui ne se renouvellera jamais. En intérieur, la douceur ou l’intensité de l’éclairage estompent ou soulignent les formes. Souvent les cheveux masquent le visage ; l’œil ainsi se fixe sur l’essentiel, le dessin d’un corps mis en lumière. Modèle et photographe sont complices pour que le résultat reflète au mieux leur ressenti.

Michel Pomarède : Un seul coup de hache touchant le cœur du bois révèle la présence d'une beauté. Le genévrier, le cade de la colline, austère et patient, sous l'écorce rugueuse et un aubier d'ivoire, cache un cœur doré, onctueux à la caresse ; bois un peu fou, qui se tend et virevolte, changeant comme une flamme quand la gouge le travaille. Arbre de l'alambic, il distille ses arômes entêtants à celui qui l'explore. Il faut suivre le fil pour pister la dryade, et musarder parfois, sans perdre la tension.

Une exposition à ne pas manquer, en plus de la belle promenade qu’offre le point de vue du Domaine de Baillarguet !

Du 29 juin au 7 juillet 2019

Exposition ouverte les week-ends de 15h à 18h30

Chapelle de Baillarguet - Chemin de Notre-Dame de Baillarguet (direction Prades-le-Lez) 34980 Montferrier-sur-Lez

Le vernissage sera fêté en musique le samedi 29 juin à partir de 18h  avec les musiciens de "La souris verte" de St Vincent de Barbeyrargues. 

VACANCES en Méditerranée. La mer en Occitanie

Aigues-Mortes en Camargue 

220 km de côtes préservées, de la Camargue gardoise à la côte vermeille : c’est ça la mer en Occitanie.
Avec un taux record de plages et de ports Pavillons Bleus, du grand soleil et une mer à 24°C l’été. Baignade, sports nautiques, thalassothérapie, balades naturalistes, culturelles ou gastronomiques : c’est le cocktail de votre été en Occitanie, entre villages de pêcheurs, ports de plaisance et stations balnéaires.
De plus, détendez-vous en thalasso à Banyuls-sur-MerLa Grande-MottePort-CamargueSaint-CyprienCanet-en-Roussillon. Retrouvez la forme à Balaruc-les-Bains, 1ère station thermale de France.
Côté stations balnéaires, parmi nos 28 stations balnéaires, faites votre choix. Vous avez les capitales européennes du camping ou du naturisme (Argelès-sur-Mer, Le Cap d’Agde) ; les familiales (Collioure, Saint-Pierre-la-Mer, Vias, Carnon, Palavas-les-Flots) ; les sportives (Leucate, Frontignan) ; les branchées (Canet-en-Roussillon) Vous avez aussi le côté nature (La Palme, Vic-la-Gardiole), rétro (Banyuls-sur-Mer, Valras) et moderne (La Grande Motte, Port Camargue). Sans oublier les villages de pêcheurs tel que Port-Leucate ou Le Grau d’Agde...

» Echos/Occitanie