Pour que vive la Nature ! Le guide pour agir de 14 ONG de protection de la Biodiversité

Le vendredi 22 mai 2020, journée mondiale de la biodiversité, 14 associations et fondations qui agissent dans ce domaine ont remis leur livre blanc « Pour que vive la nature » à la Ministre Elisabeth Borne.

Fox, Animal, Wildlife, Red, Macro

Ce Livre blanc pour la biodiversité est le fruit d’un travail engagé depuis plusieurs mois qui s’inscrit dans la perspective de la prochaine Stratégie nationale pour la Biodiversité 2021-2030, qui fera suite au Congrès Mondial de l’UICN et de la 15e COP pour la biodiversité.

Compte tenu de l’actualité, les 14 associations de connaissance, protection et éducation à la biodiversité ont intégré, dans leurs analyses et leurs propositions d’actions, la crise sanitaire en la replaçant dans une perspective plus globale et systémique et en soulignant les responsabilités humaines.

Elles proposent d’en tirer toutes les conséquences et tous les enseignements, et formulent des pistes de transformation et d’actions pour exposer une autre vision du monde, de nos sociétés et de l’économie afin que nature vive, humains compris, seule manière d’éviter qu’adviennent d’autres crises de même ampleur.

Ce document, de 62 pages, intitulé « Pour que vive la nature » comprend 3 volets  à découvrir sur https://www.aspas-nature.org/

Don du sang : continuez à donner pendant le déconfinement

Blood Bags, Red, Red Blood Cells

Depuis le déconfinement, les donneurs sont moins nombreux à venir donner leur sang. L’Établissement français du sang indique que les réserves sont désormais en dessous du seuil d'alerte et vous invite à donner votre sang afin de sauver des vies et contribuer à soigner de nombreux malades.

L'EFS vous invite donc à lui permettre de reconstituer un bon niveau de stock au cours de cette période très sensible.

Qui peut donner son sang ?

En règle générale, pour donner son sang, il faut :

  • être majeur et avoir entre 18 et 70 ans ;
  • être en bonne santé et peser au minimum 50 kg.

Après 60 ans, le don est nécessairement soumis à l'autorisation du médecin responsable du prélèvement.

Il existe néanmoins un certain nombre de contre-indications liées à la situation de la personne souhaitant donner son sang (état de santé, antécédents familiaux, pratiques personnelles, séjours à l'étranger, pratiques sexuelles...).

  Attention : Vous ne pouvez vous rendre en collecte si vous présentez des symptômes grippaux.

  À noter : Un arrêté publié au Journal officiel du 26 décembre 2019 prévoit de réduire la période d'abstinence que doivent respecter les homosexuels souhaitant donner leur sang. C'est à partir du 2 avril 2020 que cette période d'abstinence passera de 12 mois à 4 mois.

Comment se passe le don du sang ?

Avant le prélèvement : vous pouvez manger en évitant cependant l'absorption de graisses et de boissons alcoolisées.

Lors de l'examen médical, vous devez remplir un formulaire et répondre aux questions du médecin.

Une pièce d'identité vous sera demandée lors de votre inscription administrative.

C'est le médecin responsable du prélèvement qui peut apprécier la possibilité d'un don au regard des contre-indications du donneur, ainsi que de la durée prévue du don.

Pendant le prélèvement : entre 420 à 480 ml de sang sont prélevés, en fonction du poids du donneur. L'acte lui-même dure 8 à 10 minutes. Si l'on ajoute le temps de l'entretien pré-don, puis le temps de repos et de collation qui suit le prélèvement, le don de sang prend environ 45 minutes à 1 heure.

Après le prélèvement : il est utile d'observer un temps de repos, sous surveillance médicale. Une collation vous est ensuite proposée.

  À savoir : Il faut respecter un délai d'au moins 8 semaines entre 2 dons de sang. Une femme peut donner son sang au maximum 4 fois par an, un homme 6 fois par an.

Où donner son sang ?

L'EFS propose sur son site une cartographie des sites de collecte fixes et mobiles selon les types de don (sang, plasma, plaquettes) et la période qui vous intéresse, avec leurs coordonnées et horaires d'ouverture.

Sauvons les indiens Guarani du Brésil sans défenses face au COVID 19

Sauvons les indiens Guarani du Brésil sans défenses face au COVID 19 : appel à dons lancé par Christian Puech

Appel à dons lancé par Christian Puech répondant  à l’appel à l’aide  que les  représentants des  50.000 derniers indiens Guarani  d’Amazonie brésilienne  sans  aucune protection  face  au  COVID 19,  viennent d’adresser  à l’association.

guaCapture

« Témoins au bout du monde »Dans l’appel à l’aide que ce peuple, de 50 000 membres, vient d’adresser à « Témoins au bout du monde », on constate en résumé qu’il ne bénéficie :

« …ni de réseau d’urgence, ni d’urgence sûre pouvant être mis à disposition dans les villages les plus éloignés des espaces urbains… Les conditions de logement dans les villages ne permettent pas l’isolement à domicile, ce qui favorise la transmission rapide et à grande échelle du COVID-19, maladie à haute létalité. Nous Aty Guasu, Kunangue Aty Guasu, RAJ et Aty Jeroky Guasu sommes venus demander le service différencié spécifique pour les indigènes… Tous les dons d’aide humanitaire de survie seront les bienvenus : aliments, masques à trois couches de tissu de coton, produits d’hygiène pour les communautés, boîtes d’eau pour le stockage, et des graines pour la plantation dans nos rayures.

Nous sommes solidaires (les) de toutes les familles en deuil.
Ce n’est pas seulement une crise sanitaire,
c’est le génocide de notre peuple,
c’est un traitement inhumain et raciste contre nos vies.
C’est URGENT !
Nous demandons AIDE ! ».
Tekohas Guarani e Kaiowá, 16 de Maio de 2020


L’héroïque mobilisation des citoyens de toutes conditions contre le coronavirus prouve s’il en était besoin, que nous pouvons compter sur la société civile française. Alors, si le destin tragique de ces amérindiens victimes de l’histoire et qui appellent à l’aide vous touche, faites un don par lequel nous pourrons leur envoyer d’urgence des masques et des graines comme ils demandent.
Votre engagement à nos côtés est déterminant.
Nous ne manquerons pas de vous tenir informé de la suite de cette campagne.
Ensemble nous pouvons aider à sauver de la Covid 19 ce peuple gardien des écosystèmes de l’Amazonie.

guazCapture

Christian Puech, Président de l’association « Témoins au bout du monde » (page Facebook).
Accrédité par les Nations Unies pour la 12ème session des Droits des Peuples Autochtones
http://christianpuech.wordpress.com
Contact :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La LPO propose dans l'Hérault 3 missions de Volontariat en Service Civique (18-25 ans) de 6 mois

La LPO propose dans l'Hérault 3 missions de Volontariat en Service Civique (18-25 ans) de 6 mois :
- "Aide aux soins de la faune sauvage en détresse et médiation" à pourvoir en juin
- "Ambassadeur de la préservation de la biodiversité" (éducation à l'environnement, soutien aux actions bénévoles, inventaires participatifs...) à pourvoir dans l'été ou à la rentrée
https://www.service-civique.gouv.fr/missions/…

Coronavirus : la LPO demande la suspension de la chasse

La LPO demande au Président de la République de suspendre les activités de chasse au moins jusqu’en septembre et de revisiter certaines pratiques cynégétiques au regard de la crise sanitaire. 

Ayant fait, et continuant à faire, des efforts considérables afin de limiter la propagation de la pandémie de COVID-19, les Français ne comprendraient pas que les mêmes exigences ne soient pas appliquées à tous, en particulier aux chasseurs qui ont déjà bénéficié de nombreuses largesses depuis l’élection d’Emmanuel Macron. 

La chasse de nuit conduit ainsi ses adeptes à se confiner dans un espace extrêmement réduit de quelques mètres carrés, sans pouvoir respecter les mesures de distanciation recommandées. Il nous apparaît donc essentiel qu’elle soit temporairement interdite et ne puisse pas redémarrer comme prévu dès le 1er août. Pour les mêmes raisons, il est indispensable que les préfets veillent à ce que les opérations de chasse collectives (battues administratives, vénerie sous terre, chasse à courre, etc.) ne puissent reprendre. 

Pendant deux mois, la destruction d’innombrables renards, blaireaux, corvidés et autres soi-disant «espèces susceptibles d’occasionner des dégâts» a été suspendue, bien que quelques dérogations regrettables aient été accordées localement. La LPO souhaite que cette suspension exceptionnelle et inédite soit prolongée et analysée afin de savoir si, de fait, les atteintes aux activités agricoles et piscicoles ont connu une augmentation significative.  Si tel n’est pas le cas, une nouvelle preuve sera apportée à l’absence de justification pour la «régulation» massive de ces animaux sauvages. Trop souvent par le passé les préfets ont pu accorder des autorisations de destruction à titre préventif et sans que des dégâts substantiels n’aient été avérés. Nous avons aujourd’hui une occasion unique d’enrichir les données scientifiques en vérifiant l’efficacité des prélèvements massifs de prédateurs et de granivores, ou en démontrant leur inefficience.

Risques épidémiologiques 

La destruction des prédateurs par les activités cynégétiques porte atteinte aux équilibres naturels et peut augmenter les risques de zoonoses, pathologies animales transmissibles aux humains, en favorisant le développement de certaines infections, comme par exemple la maladie de Lyme. Les lâchers de gibiers d’élevage et l’utilisation d’appelants constituent des risques supplémentaires de pollution sanitaire et génétique. La LPO demande à ce que des études scientifiques indépendantes soient menées sur ces pratiques et, dans l’attente, que le principe de précaution soit appliqué afin de les faire cesser.

Quant aux chasses prétendues traditionnelles (glu, matoles, tenderies, etc.) et la chasse d'espèces menacées inscrites sur la liste rouge de l'UICN, nul besoin de crise sanitaire pour continuer d'en réclamer l'abolition immédiate ! 

Allain Bougrain Dubourg : « Le confinement des humains a sans nul doute soulagé des populations animales et végétales souffrant habituellement de notre mode de vie. Nous sommes nombreux à avoir été émerveillés par les images d’animaux s’épanouissant au cœur des villes ou par les chants d’oiseaux plus audibles. Ayant joui d’une tranquillité inhabituelle, la faune sauvage, moins craintive, est devenue encore plus vulnérable. Faisons en sorte que ce répit ne se transforme pas en sursis. »

Les reptiles du Salagou

Sortie de terrain

Commune : Clermont L’Hérault

Le 20 Juin 2020 de 09 h 00 à 12 h 00 

Effrayants pour certains fascinants pour d’autres, venez découvrir nos amis à sang froids à l'occasion d'une balade au bord du Salagou.  

Cette animation, labellisée « HERAULT NATURE », vous est proposée dans le cadre du Programme environnement, partenariat entre le Département de l’Hérault et le réseau COOPERE 34. L’Hérault est à vous, profitez-en !

 ©Lukas Jonaitis, wikipédia

Lieu de rendez-vous : Donné lors de l'inscription.

Responsable : Rémi CATALA, Animateur

Nombre de participants : 15

Gratuit

Public concerné : Tout public

Accessible aux personnes handicapées : Non

Structure(s) partenaire(s) :

COOPERE 34

CD34

 

Renseignements :

LPO - Hérault
15, Rue du Faucon crécerellette
Les Cigales, Route de Loupian
Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage
34560 VILLEVEYRAC
04.67.78.76.24

Réservation :

Par téléphone : 06 62 77 17 97

« Bien manger pour Tous en Occitanie », des colis alimentaires pour les étudiants et le Refuge à Montpellier

Les 21 et 22 mai, « Bien manger pour tous en Occitanie », ce sont des repas offerts aux plus démunis à Montpellier, mais c’est aussi des denrées offertes aux jeunes accueillis par Fondation Le Refuge présidée par Nicolas Noguier et aux étudiants de la Cité U de la Colombière grâce à l'action de la Région Occitanie. 

Les équipes du Crous de Montpellier - Occitanie se sont chargés de la salle dédiée aux denrées alimentaires. Les amies de l’association Les Femmes Invisibles se sont chargées du stand produits d’hygiène (gel douche, savon, serviettes hygiéniques, crème hydratante, mouchoirs...).

l'association humanitaire à Montpellier

50 bénévoles mobilisés tous les soirs auprès des personnes précaires à Montpellier

Depuis le 7 avril, avec l'association humanitaire de Montpellier qui œuvre depuis 2013, la distribution de repas alimentaires a lieu à la salle MARTIN LUTHER-KING située au 27 boulevard Louis Blanc - 34000 Montpellier. Ces jours-ci, ce sont quelques 201 repas distribués avec les donateurs, les bénévoles et les associations (47 femmes, 116 hommes et 38 enfants).

Les équipes bénévoles qui ont préparé les colis alimentaires avant la distribution auprès des étudiants du Crous

La solidarité alimentaire, c’est essayer de penser au plus grand nombre

« C’est ce que nous faisons avec Carole Delga Présidente de La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée à l’initiative de ce projet.

Merci à Pierre Richter, Directeur Général du Crous de Montpellier - Occitanie et à ses équipes qui nous ont accueillis aujourd’hui à la Cité U de la Voie Domitienne.

Merci à Clare Hart, présidente de la fondation  Agir contre l'exclusion, pour son aide précieuse et à tous les bénévoles présents pour préparer les colis. », se réjouit Hussein Bourgi, conseiller régional et ambassadeur de l'Occitanie présent sur les lieux.

Distribution de colis alimentaires pour 51 jeunes du Refuge de Montpellier

Merci à tous les bénévoles du Refuge qui accompagne les 18 - 25 ans depuis 17 ans, des jeunes victimes d’homophobie et en situation de rupture familiale et des différentes associations qui apportent un peu de douceur et de bienveillance aux personnes en difficulté. », ajoute-t-il.

Pour soutenir la cagnotte solidairehttps://www.helloasso.com/associations/ahm/ 

Réussir le déconfinement avec le Centre Ressources Autisme Languedoc Roussillon

Comment vivre le déconfinement ? Comment maîtriser les gestes barrières ? De multiples ressources s’adressant à tous les publics pour réussir cette nouvelle phase de la pandémie Covid-19. Lire la suite...

http://www.autisme-ressources-lr.fr/

Vous habitez en Languedoc-Roussillon et vous avez besoin d’une aide ou d’un conseil pendant cette période de confinement, merci de vous reporter aux cas suivants :
vous êtes une famille connue du CRA-LR : contacter les soignants de l’équipe DIAD du CRA soit :
- par téléphone : 04.67.33.99.68
- par courriel : cent-ress-autisme @ chu-montpellier.fr
vous n’êtes pas connu du CRA-LR : contacter le secrétariat par courriel : cent-ress-autisme @ chu-montpellier.fr
vous êtes une famille suivie dans la cohorte ELENA et vos questions portent sur cette recherche : contacter l’équipe ELENA par courriel : rech-clinique-autisme @ chu-montpellier.fr
Continuité de service durant la pandémie Covid-19 : le CRA-LR reste présent pour traiter vos demandes

Initiatives et dispositifs nationaux ou régionaux
- Autisme info service - Téléphone : 0800.71.40.40
- Foire aux questions sur le site du Groupement national des CRA
- Tous mobilisés - Grandir ensemble, dispositif d’écoute handicap tous publics - Téléphone : 0.805.035.800
- Foire aux question handicap tous publics sur le site du Secrétariat d’état aux personnes handicapées
- Solidaires Handicaps, plateforme recensant les services nationaux et locaux qui se déploient sur le territoire pour accompagner les personnes handicapées et les familles
- Dispositif "Croix-Rouge chez vous" pour les personnes isolées ou ne parvenant pas à aller faire leurs courses - Téléphone : 09.70.28.30.00 - sur le site de la Croix-Rouge, présentation du dispositif qui permet à toute personne vulnérable, isolée et dans l’impossibilité de se déplacer de commander des produits de première nécessité.
- Covid-19 : toutes les réponses en cas de handicap, une page de ressources sur le site Handicap.fr
- Solidarités numériques, Centre d’aide pour les démarches en ligne essentielles : les acteurs de la médiation numérique se mobilisent pour vous accompagner pendant la crise du Covid-19, avec le soutien du secrétariat d’État chargé du Numérique.

La Métropole de Montpellier offre des masques pour aider le GIHP

Philippe Saurel, Maire de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole, Président du Conseil de surveillance du CHU, s'est rendu au siège du Groupement pour l'Insertion des personnes Handicapées Physiques (GIHP) afin de leur remettre 5000 masques chirurgicaux, ce vendredi 15 mai. 

"Parce que la santé de tous les Montpelliérain(e)s est notre priorité, parce que la solidarité et la santé sont les piliers de développement de notre Ville comme de notre Métropole, j’ai choisi d’accompagner, comme nous l’avons déjà fait depuis de le début de la période de confinement auprès de tous les personnels mobilisés en « première ligne », le GIHP en faisant don de 5 000 masques chirurgicaux pour protéger le personnel dans cette période de reprise progressive d’activités » souligne Philippe Saurel, Maire de Montpellier, Président de Montpellier Méditerranée Métropole, Président du Conseil de surveillance du CHU.

Pour Thierry Balix, Président du GIHP dont les activités ont repris le 13 mai dernier, il explique,"La reprise d’activité est très attendue par les personnes en situation de handicap après deux mois de confinement. En effet, et comme tout à chacun, elles ont besoin de reprendre le cours de leur vie. L’activité a repris le 13 mai dernier mais, même pendant la période de suspension, le GIHP est resté à l’écoute des bénéficiaires et a assuré des prises en charge et un accompagnement pour des situations exceptionnelles".


En pratique, le transport des personnes fragiles avec le GIHP

Au début de la crise sanitaire, le GIHP avait sollicité la Métropole de Montpellier afin d’obtenir des équipements de sécurité et plus particulièrement des masques, équipements sous-tension d’approvisionnement. Dès réception des premiers masques destinés à équiper les personnels et voyageurs des transports publics, Philippe Saurel a choisi de répondre favorablement à la demande du GIHP et d’accompagner la structure dans la reprise progressive de son activité, le transport de personnes fragiles.

Avec Project Rescue Océan, il est venu le temps de passer à l’action

Il est venu le temps de passer à l’action : créez votre team et recevez du matériel en envoyant un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

https://www.facebook.com/projectrescueocean/

 

Le printemps dans nos rues avec le programme « Sauvages de ma rue »

Avec "Zéro Phyto", loi du sénateur Joël Labbé adoptée par les collectivités, qui interdit l'usage des produits phytosanitaires dans l'espace urbain, les plantes sauvages envahissent nos rues pour le plus grand bonheur des observateurs de la flore urbaine. 

Le programme de sciences participatives SAUVAGES DE MA RUE vous propose d'aider les scientifiques à mieux les connaître et les référencer.
Pas besoin de connaissance en botanique ! Ce programme est OUVERT À TOUS et vous permet de collecter des données, de façon ludique, en identifiant les espèces végétales facilement.

Avec les  CPIE Occitanie (URCPIE), participer, c’est facile. Il existe deux manières :

1/ Application Sauvages de ma rue

Téléchargez l’application Sauvages de ma rue :

https://play.google.com/store/apps/details…
https://apps.apple.com/…/sauvages-ma-rue-identi…/id871906105

Suivez les instructions. 

2/ Site internet Sauvage de ma rue

Connectez-vous au site : http://sauvagesdemarue.mnhn.fr/index.html et cliquez sur l’onglet « participez ». Toutes les indications y figurent.

Les étapes de participation en résumé :

·         Imprimez votre fiche terrain (à télécharger sur le site)

·         Munissez-vous de votre appareil photo ou smartphone

·         Choisissez un trottoir à prospecter

·         Listez et photographiez les plantes que vous y trouvez !

·         Entrez les photos et informations sur le site de retour chez vous !

Astuce : pour vous aider à identifier les plantes, utilisez l’application PlanNet. Photographiez un critère de la plante et l’application détermine l’espèce avec un certain degrés de confiance !

PlantNet :

-iOS : https://apps.apple.com/fr/app/plantnet/id600547573

-Android : https://play.google.com/store/apps/details?id=org.plantnet&hl=fr 

Sauvages de ma rue fait partie du programme Biodiv d’Occ animé par l'Union Régionale des CPIE Occitanie (URCPIE) et Tela Botanica. Il est soutenu par l’Office Français pour la Biodiversité, la Région Occitanie et la DREAL Occitanie.